Free Essay

Coucou

In: Business and Management

Submitted By victorjesuis
Words 1820
Pages 8
Test

Le PDG d'Airbus, Fabrice Brégier, était tout sourire lundi 13 janvier. Il avait de quoi ! En 2013, sous sa houlette, l'avionneur européen est redevenu le premier constructeur d'avions au monde. Devant son grand rival américain Boeing.
Sur cet exercice, a signalé John Leahy, le grand manitou des ventes d'Airbus, le groupe a raflé 51 % de parts du marché mondial contre 49 % à Boeing (et respectivement 53 % et 47 % des commandes annuelles nettes), dans le match qui l'oppose à l'américain. Et, pour reprendre son leadership, perdu en 2012, l'avionneur européen a cette fois devancé son concurrent d'outre-Atlantique sur tous les segments du marché.
Traditionnellement, Airbus et Boeing se répartissaient les secteurs. Une sorte de « Yalta » de l'aéronautique. Quand l'un, Airbus, caracolait en tête sur le court et le moyen-courrier grâce aux performances de son A320, l'autre, Boeing, a longtemps régné en maître sur le segment bien plus rémunérateur du long-courrier.
Cette répartition a vécu. Désormais, Airbus a étendu sa mainmise au long-courrier. En 2013, l'avionneur a vendu plus d'A330 et d'A350 que Boeing n'a enregistré de commandes pour ses 767, 777 et 787.
Au total, le groupe européen a vendu 316 long-courriers contre 306 pour son rival. Airbus creuse encore plus l'écart sur son rival si l'on ajoute les 50 commandes de son très gros-porteur A380 auxquelles ne répondent que les 17 commandes pour le 747-8, le super-jumbo de Boeing.
A LA CONQUÊTE DU MARCHÉ NIPPON
« Nous sommes de retour sur le long-courrier », s'est enthousiasmé M. Brégier. Un come-back symbolisé par l'annonce de la vente, en octobre 2013, de 56 A350 à la compagnie Japan Airlines (JAL). Un contrat évalué à 9,5 milliards de dollars (6,9 milliards d'euros). Une première pour Airbus, qui ne détient que 10 % du marché nippon, chasse gardée de Boeing depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
« Nous avons enfoncé cette forteresse », s'est félicité M. Brégier. Airbus ne compte pas s'arrêter là. « A long terme, a expliqué le PDG du groupe, notre part de marché au Japon ne sera pas différente dans le monde. Dans les vingt ans, nous serons proches des 50 %. »
Airbus a aussi profité des difficultés du 787 de Boeing. Accablé par des problèmes électriques récurrents, le Dreamliner a été interdit de vol, « cloué au sol » pendant plus de trois mois. « Les malheurs du Dreamliner ont redonné une seconde jeunesse à l'A330 », se réjouit Jean-François Knepper, délégué Force ouvrière d'Airbus.
En 2013, l'européen en a vendu 77 exemplaires. Ce regain donne des idées. A terme, Airbus pourrait remotoriser son A330 pour le rendre moins gourmand en kérosène et encore plus attractif pour les compagnies aériennes. « Pour le moment, la décision n'est pas prise », tempère l'avionneur.
L'A350, UN BEST-SELLER
Mais la martingale du succès d'Airbus en 2013 a pour nom l'A350. Le tout nouveau long-courrier du groupe européen « vole de succès en succès », selon M. Knepper. Les compagnies se l'arrachent.
Alors que le premier exemplaire doit être livré à la fin de 2014 à la compagnie Qatar Airways, Airbus a déjà engrangé plus de 817 commandes pour cet appareil. Un engouement qui fait dire à Airbus qu'avec l'A350, il tient son « deuxième best-seller » après l'A320.
L'année 2013 aura été celle de tous les records et de tous les bonheurs, ou presque, pour Airbus.
Avec 1 619 commandes brutes (1 503 nettes] engrangées en 2013, l'avionneur a établi la meilleure performance commerciale de l'histoire de l'aéronautique. Pourtant Boeing n'a pas été en reste. Sur le même exercice, l'américain a vendu 1 531 appareils (1 355 commandes nettes).
Au total, en 2013, Airbus et Boeing ont enregistré plus de 3 000 commandes d'avions soit un chiffre d'affaires, prix catalogue, de 456,3 milliards de dollars dont 240,5 milliards pour le seul Airbus.
L'aéronautique ne connaît pas la crise. En 2013, pour la douzième année consécutive, Airbus a dû augmenter sa production pour faire face à la demande et livrer 626 avions. Sur la même période, Boeing a été, cette fois, le plus performant avec 648 livraisons.
DES CARNETS DE COMMANDES BIEN REMPLIS
Sans surprise, les carnets de commandes des deux rivaux sont pleins à craquer. Ils sont gonflés, notamment, par la demande en zone Asie-Pacifique, en hausse de 38 %. Fin 2013, Airbus avait devant lui près de neuf années de production assurées, avec 5 559 avions en commandes. Boeing est presque aussi bien loti que son rival avec 5 080 appareils en commande et huit années de production assurées…
Avec un trafic aérien en progression de plus de 5 % en 2013, les deux constructeurs songent à augmenter les cadences. Airbus produit 42 A320 chaque mois mais pourrait accélérer le rythme.
« Il y a un potentiel de hausse de production au-delà de ce chiffre et nous l'étudions (…) Nous le confirmerons dans les prochains mois », a déclaré M. Brégier, qui ajoute : « Si les clients ont besoin de plus d'avions, nous serions stupides de ne pas augmenter la cadence. »
Ce sont d'« excellentes nouvelles », poursuit M. Knepper. Même la délocalisation d'Airbus en Chine avec une usine d'assemblage d'A320 près de Pékin trouve grâce à ses yeux : « Ce pays ne représente pas une menace pour l'instant avec seulement quatre avions assemblés par mois. »
Au contraire, à l'en croire, les salariés du groupe en Europe n'auraient qu'à s'en féliciter. « Si l'on compare le marché capté en Chine par Airbus avec les capacités de production délocalisées là-bas, Le pari est gagnant »,

Le PDG d'Airbus, Fabrice Brégier, était tout sourire lundi 13 janvier. Il avait de quoi ! En 2013, sous sa houlette, l'avionneur européen est redevenu le premier constructeur d'avions au monde. Devant son grand rival américain Boeing.
Sur cet exercice, a signalé John Leahy, le grand manitou des ventes d'Airbus, le groupe a raflé 51 % de parts du marché mondial contre 49 % à Boeing (et respectivement 53 % et 47 % des commandes annuelles nettes), dans le match qui l'oppose à l'américain. Et, pour reprendre son leadership, perdu en 2012, l'avionneur européen a cette fois devancé son concurrent d'outre-Atlantique sur tous les segments du marché.
Traditionnellement, Airbus et Boeing se répartissaient les secteurs. Une sorte de « Yalta » de l'aéronautique. Quand l'un, Airbus, caracolait en tête sur le court et le moyen-courrier grâce aux performances de son A320, l'autre, Boeing, a longtemps régné en maître sur le segment bien plus rémunérateur du long-courrier.
Cette répartition a vécu. Désormais, Airbus a étendu sa mainmise au long-courrier. En 2013, l'avionneur a vendu plus d'A330 et d'A350 que Boeing n'a enregistré de commandes pour ses 767, 777 et 787.
Au total, le groupe européen a vendu 316 long-courriers contre 306 pour son rival. Airbus creuse encore plus l'écart sur son rival si l'on ajoute les 50 commandes de son très gros-porteur A380 auxquelles ne répondent que les 17 commandes pour le 747-8, le super-jumbo de Boeing.
A LA CONQUÊTE DU MARCHÉ NIPPON
« Nous sommes de retour sur le long-courrier », s'est enthousiasmé M. Brégier. Un come-back symbolisé par l'annonce de la vente, en octobre 2013, de 56 A350 à la compagnie Japan Airlines (JAL). Un contrat évalué à 9,5 milliards de dollars (6,9 milliards d'euros). Une première pour Airbus, qui ne détient que 10 % du marché nippon, chasse gardée de Boeing depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
« Nous avons enfoncé cette forteresse », s'est félicité M. Brégier. Airbus ne compte pas s'arrêter là. « A long terme, a expliqué le PDG du groupe, notre part de marché au Japon ne sera pas différente dans le monde. Dans les vingt ans, nous serons proches des 50 %. »
Airbus a aussi profité des difficultés du 787 de Boeing. Accablé par des problèmes électriques récurrents, le Dreamliner a été interdit de vol, « cloué au sol » pendant plus de trois mois. « Les malheurs du Dreamliner ont redonné une seconde jeunesse à l'A330 », se réjouit Jean-François Knepper, délégué Force ouvrière d'Airbus.
En 2013, l'européen en a vendu 77 exemplaires. Ce regain donne des idées. A terme, Airbus pourrait remotoriser son A330 pour le rendre moins gourmand en kérosène et encore plus attractif pour les compagnies aériennes. « Pour le moment, la décision n'est pas prise », tempère l'avionneur.
L'A350, UN BEST-SELLER
Mais la martingale du succès d'Airbus en 2013 a pour nom l'A350. Le tout nouveau long-courrier du groupe européen « vole de succès en succès », selon M. Knepper. Les compagnies se l'arrachent.
Alors que le premier exemplaire doit être livré à la fin de 2014 à la compagnie Qatar Airways, Airbus a déjà engrangé plus de 817 commandes pour cet appareil. Un engouement qui fait dire à Airbus qu'avec l'A350, il tient son « deuxième best-seller » après l'A320.
L'année 2013 aura été celle de tous les records et de tous les bonheurs, ou presque, pour Airbus.
Avec 1 619 commandes brutes (1 503 nettes] engrangées en 2013, l'avionneur a établi la meilleure performance commerciale de l'histoire de l'aéronautique. Pourtant Boeing n'a pas été en reste. Sur le même exercice, l'américain a vendu 1 531 appareils (1 355 commandes nettes).
Au total, en 2013, Airbus et Boeing ont enregistré plus de 3 000 commandes d'avions soit un chiffre d'affaires, prix catalogue, de 456,3 milliards de dollars dont 240,5 milliards pour le seul Airbus.
L'aéronautique ne connaît pas la crise. En 2013, pour la douzième année consécutive, Airbus a dû augmenter sa production pour faire face à la demande et livrer 626 avions. Sur la même période, Boeing a été, cette fois, le plus performant avec 648 livraisons.
DES CARNETS DE COMMANDES BIEN REMPLIS
Sans surprise, les carnets de commandes des deux rivaux sont pleins à craquer. Ils sont gonflés, notamment, par la demande en zone Asie-Pacifique, en hausse de 38 %. Fin 2013, Airbus avait devant lui près de neuf années de production assurées, avec 5 559 avions en commandes. Boeing est presque aussi bien loti que son rival avec 5 080 appareils en commande et huit années de production assurées…
Avec un trafic aérien en progression de plus de 5 % en 2013, les deux constructeurs songent à augmenter les cadences. Airbus produit 42 A320 chaque mois mais pourrait accélérer le rythme.
« Il y a un potentiel de hausse de production au-delà de ce chiffre et nous l'étudions (…) Nous le confirmerons dans les prochains mois », a déclaré M. Brégier, qui ajoute : « Si les clients ont besoin de plus d'avions, nous serions stupides de ne pas augmenter la cadence. »
Ce sont d'« excellentes nouvelles », poursuit M. Knepper. Même la délocalisation d'Airbus en Chine avec une usine d'assemblage d'A320 près de Pékin trouve grâce à ses yeux : « Ce pays ne représente pas une menace pour l'instant avec seulement quatre avions assemblés par mois. »
Au contraire, à l'en croire, les salariés du groupe en Europe n'auraient qu'à s'en féliciter. « Si l'on compare le marché capté en Chine par Airbus avec les capacités de production délocalisées là-bas, Le pari est gagnant »,

Similar Documents

Premium Essay

Coucou

...Si vous utilisez un lecteur d'écran, cliquez ici pour désactiver la recherche instantanée Google. Connexion Google Environ 396 000 résultats (0,55 secondes) Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK Articles universitaires correspondant aux termes Change Management Simulation: Power and Influence essay An evaluative essay on current conceptions of effective … - ‎Yukl - Cité 283 fois Managing the four stages of EDP growth - ‎Gibson - Cité 795 fois Environmental management as political sustainability - ‎Levy - Cité 210 fois Résultats de recherche Change Management Simulation - Essays www.allfreepapers.com › BusinessTraduire cette page 26 mai 2013 - Introduction. As my role in the Change Management Simulation: Power and Influence was the CEO and founder of Spectrum Sunglass ... [PDF]Behind the EIS Simulation - INSEAD CALT www.calt.insead.edu/.../eissimulationunderlyingmodel...Traduire cette page Culture: The Power of Values and Rituals. 6. Actions and ... A number of models and insights from the literature on change management, as well as more ..... influence. The social influence part is represented in an influence network, reflecting. Change Management Simulation Power And Influence ... www.studymode.com/.../change-management-simulat...Traduire cette page Free Essays on Change Management Simulation Power And Influence...

Words: 494 - Pages: 2

Free Essay

Bible and Marketing

...A bible approach of the marketing: About Product End of Life and the sacrifice of Yitzhak Guy Saadon 28.03.2011 To invest time and efforts on Product End of life (EOL): Who has time for this? Who needs this? Is it not a waste of time when we have so many tasks to face with the present and the future? To better understand this question, let's call our dear old Abraham and Yitzhak and let's focus especially on the harder trial of life of Abraham, the sacrifice of Yitzhak. Note: in this context we will not try to explain and understand this trial but more limit our interest on how it can help us to better understand the necessity for End of Life process. How can we understand Abraham? His entire life was to fight against idolatry and human sacrifices. And when God asks him to sacrifice his "favorite" son, he does not hesitate to do it! Still today, this remains for me a mystery. Most of the ideas I will explain here are taken from the kabala. Some are more personal view. Abraham represents the kindness, the grace, the infinite love and generosity. In Canaan, Abraham was inviting in his hut everyone and his tent was opened in every direction. Yitzhak is less popular and represents the severity, the fear and heroism at the same time. He was aware that Abraham would sacrifice him and he overcame his fear. In a certain way, Yitzhak is the second generation of serving God. Abraham was serving with Mercy, kindness and Yitzhak is serving with fear, with laws, with...

Words: 1140 - Pages: 5

Free Essay

Bible and Marketing: About Product End of Life and the Sacrifice of Yitzhak

...Bible and Marketing A bible approach of the marketing: About Product End of Life and the sacrifice of Yitzhak Guy Saadon 28.03.2011 To invest time and efforts on Product End of life (EOL): Who has time for this? Who needs this? Is it not a waste of time when we have so many tasks to face with the present and the future? To better understand this question, let's call our dear old Abraham and Yitzhak and let's focus especially on the harder trial of life of Abraham, the sacrifice of Yitzhak. Note: in this context we will not try to explain and understand this trial but more limit our interest on how it can help us to better understand the necessity for End of Life process. How can we understand Abraham? His entire life was to fight against idolatry and human sacrifices. And when God asks him to sacrifice his "favorite" son; he does not hesitate to do it! Still today, this remains for me a mystery. Most of the ideas I will explain here are taken from the kabala. Some are more personal view. Abraham represents the kindness, the grace, the infinite love and generosity. In Canaan, Abraham was inviting in his hut everyone and his tent was opened in every direction. Yitzhak is less popular and represents the severity, the fear and heroism at the same time. He was aware that Abraham would sacrifice him and he overcame his fear. In a certain way, Yitzhak is the second generation of serving God. Abraham was serving with Mercy, kindness and Yitzhak is serving with fear, with...

Words: 1197 - Pages: 5

Free Essay

Pythone

...‫‪Pages de variables‬‬ ‫تعلم البرمجة مع بيثون 3‬ ‫ُ‬ ‫تأليف : جرار سوين‬ ‫ِ‬ ‫ترجمة : هشام رزق الله وآخرون‬ ‫مراجعة و إخراج : مجتمع لينكس العربي‬ ‫النسخة اللكترونية من هذه ص يمكنك الحصول عليهها )باللغة الفرنسية( مجانا وبحرية من:‬ ‫ً‬ ‫النصو‬ ‫ّ‬ ‫‪http://inforef.be/swi/python.htm‬‬ ‫‪) How to think like a computer scientist‬كيف تفكر كعالم حاسوب(‬ ‫بعض فقرات هذا الكتاب قد تم تكييفها وفقا لكتاب:‬ ‫بواسطة: ‪ Allen B. Downey، Jeffrey Elkner‬و ‪Chris Meyers‬‬ ‫أو: ‪http://www.openbookproject.net/thinkCSpy‬‬ ‫متاح على: ‪http://thinkpython.com‬‬ ‫جميع حقوق الطبعة العربّية محفوظة لتجتمع لينكس العربي )2102 – 3102(‬ ‫جميع حقوق الكتاب اللصلي محفوظة للمؤلف جيالد سوينو )0002 – 2102(‬ ‫يتم توزيع هذا الكتاب بموجب ‪" Creative Commons‬رخصة البداع العامة غي التجارية الشاركة باللثل 0٫2".‬ ‫وهذا يعن أنك تستطيع نسخ وتعديل وإعادة توزيع هذه الصفحات بحرية تامة، ش ط أن تتبع عددا من قواعد هذا التخيص.‬ ‫ً‬ ‫وفي الساس، اعلم أنك ل يمكنك الحصول على ملكية هذا النص وإعادة تتتوزيعه )معتتدل أو غيتت معتتدل( محتتدِّدا لنفستتك حقتتوق‬ ‫تأليف ونش أخرى. الستند الذي قمت بإعادة توزيعه، معدل أو غي معدل، يجب أن يتضمن النص الكامتتل للرخصتتة أعله وهتتذا‬ ‫العشعار والتمهيد الذي يأتي بعده. الوصول إلى هذه اللحظات يجب أن يبقى ح را للجميع. يمكنك طلب مساهمة ماليتتة لتوزيتتع‬ ‫ً‬ ‫هذه اللحظات، لكن البلغ الطلتتوب يجتتب أن يرتبتتط بتكلفتتة النستتخ. ل يمكنتتك إعتتادة توزيتتع هتتذه اللحظتتات وجعلهتتا بحقتتوق‬ ‫تأليفك ونش،ك، ول يمكنك أن تحد من حقوق الستنساخ للنسخ الت قمت بتوزيعها.‬ ‫.‬ ‫الترخيص :‬ ‫هذا العمل...

Words: 58244 - Pages: 233

Free Essay

French

...Französisch – Vokabeln Basiswortschatz: Abschnitt 1 bis 10: Abschnitt 1 on homme (m) à raison de grand connaître quoi afin de pour, afin que, pour que un quel quelle, qui savoir l'enfant (m) trois une prendre être obligé cinq le néant que naviguer, aller en véhicule quatre pour, afin de et petit venir (25 Vokabeln) man Mensch; Mann à, je, zu groß kennen was damit, dass ein gewisser, einer, irgend einer, irgendwer, jemand; ein, eine, eins der, die, das; welcher, welche, welches; was für ein, welch; wer der, die, das; welcher, welche, welches; wer wissen Kind drei ein, eine, eins fassen, nehmen müssen, sollen fünf nichts dass; als fahren vier für, um, um zu und gering, klein kommen (25 Vokabeln) sein keiner, keine, keines; niemand wo; wohin zwei sechs darüber; da, dort Tag kein, nicht da, weil; denn enden, endigen Fett Basiswortschatz: Abschnitt 1 bis 10: Abschnitt 2 être personne où deux six y journée, jour non vu que, parce que, car, attendu que, puisque se terminer, prendre fin la graisse brun le peuple léger la Chinoise tenir manger, déjeuner le wagon s'appeler la guerre c'est-à-dire, soit le film le thé l'estomac (m) totalement Basiswortschatz: Abschnitt 1 bis 10: Abschnitt 3 pouvoir le décembre le Rhin quotidien, journalier l'Amérique du Sud (f) le pays c'est pourquoi fou à peine, ne ... guère le chat le lapin l'usine (f) la laine l'Angleterre (f) l'examen (m) la colère le caractère après embaucher la gazette le mai le trou l'épingle (f) déjà le mois Basiswortschatz:...

Words: 32330 - Pages: 130

Premium Essay

Lvmh Annual Report

...LVMH 2012 — ANNUAL REPORT BUSINESS REVIEW CONTENT — Group’s profile 03 06 09 10 11 CHAIRMAN’S MESSAGE FINANCIAL HIGHLIGHTS INTERVIEW WITH THE GROUP MANAGING DIRECTOR GOVERNANCE EXECUTIVE AND SUPERVISORY BODIES A coherent universe of men and women passionate about their profession and driven by the desire to innovate and achieve. An unrivalled group of powerfully evocative brands and great names that are synonymous with the history of luxury. A natural alliance between art and craftsmanship, dominated by creativity, virtuosity and quality. A remarkable economic success story with more than 100,000 employees worldwide and global leadership in the manufacture and distribution of luxury goods. A global vision dedicated to serving the needs of every customer. The successful marriage of cultures grounded in tradition and elegance with the most advanced marketing, industrial organization and management techniques. A singular mix of talent, daring and thoroughness in the quest for excellence. A unique enterprise that stands out in its sector. Our philosophy can be summarized in two words: CREATIVE PASSION. 12 22 36 46 58 WINES & SPIRITS FASHION & LEATHER GOODS PERFUMES & COSMETICS WATCHES & JEWELRY SELECTIVE RETAILING — The values of LVMH Innovation and creativity Because our future success will come from the renewal of our product offering while respecting the roots of our Maisons. Excellence of products and service Because we embody what is most noble and accomplished...

Words: 48163 - Pages: 193

Premium Essay

Lvmh Key Figures

...LVMH 2012 — ANNUAL REPORT BUSINESS REVIEW CONTENT — Group’s profile 03 06 09 10 11 CHAIRMAN’S MESSAGE FINANCIAL HIGHLIGHTS INTERVIEW WITH THE GROUP MANAGING DIRECTOR GOVERNANCE EXECUTIVE AND SUPERVISORY BODIES A coherent universe of men and women passionate about their profession and driven by the desire to innovate and achieve. An unrivalled group of powerfully evocative brands and great names that are synonymous with the history of luxury. A natural alliance between art and craftsmanship, dominated by creativity, virtuosity and quality. A remarkable economic success story with more than 100,000 employees worldwide and global leadership in the manufacture and distribution of luxury goods. A global vision dedicated to serving the needs of every customer. The successful marriage of cultures grounded in tradition and elegance with the most advanced marketing, industrial organization and management techniques. A singular mix of talent, daring and thoroughness in the quest for excellence. A unique enterprise that stands out in its sector. Our philosophy can be summarized in two words: CREATIVE PASSION. 12 22 36 46 58 WINES & SPIRITS FASHION & LEATHER GOODS PERFUMES & COSMETICS WATCHES & JEWELRY SELECTIVE RETAILING — The values of LVMH Innovation and creativity Because our future success will come from the renewal of our product offering while respecting the roots of our Maisons. Excellence of products and service Because we embody what is most noble and accomplished...

Words: 48163 - Pages: 193