Free Essay

Quelles Sont Les Limites de La Minimisation Des Coûts de Transaction?

In: Business and Management

Submitted By yabcn
Words 1469
Pages 6
Maîtrise ès sciences de la gestion

Économie et organisation de l’entreprise
6-001-76, Groupe J03

Synthèse # 2 :

R. Coase, O. Wiliamson (Séance 8) & M. Weber, F. taylor, W. Whyte (séance 9)

Quelles sont les limites de la minimisation des coûts de transaction?

Avec le boom de la mondialisation, l’agrandissement de la taille des marchés et leurs déréglementations, on constate depuis plusieurs années une accélération de la délocalisation qui peut être sous forme d’une sous-traitance à l’étranger. Cela est rendu possible grâce à la diminution des coûts de transactions (transports), la baisse des barrières tarifaires grâce au Gatt puis les accords de l’OMC et l’amélioration des techniques de communication. De ce constat nous nous questionnerons sur les limites de la minimisation des coûts de transactions. Pour ce faire nous nous appuierons sur l’article de La Presse parue le 17 octobre 12, « Le fabricant de l’iPhone dans l’embarras ». De cet article il en ressort la mise en évidence de la main d’œuvre infantile dans une des usines Foxconn qui n’a déjà pas une mauvaise réputation en occident (suicide de certain employé). Dans cette synthèse nous ferons ressortir les raisons qui ont poussé Apple à faire appel au géant taiwanaise Foxconn fabricant d’électronique. Dans une seconde partie le management chez Foxconn puis dans une dernière partie les limites à l’impartition.
Les raisons pour lesquelles Apple sous-traite avec Foxconn peuvent être relié à différentes conceptions sur les organisations des entreprises. La première théorie est celle de North selon laquelle une entreprise peut parvenir à réduire ses coûts totaux en minimisant les coûts de transaction. R. Coase dans sa conception rationnalise le recours par les entreprises à la sous-traitance qui permet de répondre à l’incapacité du marché à fournir la demande de façon efficace. Selon Coase si les coûts à l’interne sont supérieurs aux coûts à l’externe, il est préférable d’impartir un secteur d’activité. Dans ce même ordre d’idée, O. Williamson évoque quant à lui le comportement opportuniste des agents comme motif de sous-traitance des entreprises. Les entreprises de sous-traitance permettent donc de minimiser les coûts de transactions des entreprises. La sous-traitance peut permettre aussi de baisser les coûts de la main d’œuvre. Par exemple, les conditions de travail imposées par Foxconn à ses employés ne seraient pas acceptées par ceux d’Apple. En outre une entreprise peut profiter des économies d’échelles faites par son sous-traitant. La sous-traitance permet de ne pas immobiliser des capitaux pour les produits à plus faible valeurs ajouté et d’utiliser ces capitaux aux secteurs à plus forte valeurs ajouté (ex Apple dans la partie software, design). Dans le secteur de l’électronique, le dynamisme auquel les fournisseurs doivent répondre est très important. En effet la technologie évolue très vite, c’est pour cela qu’Apple fait appel au géant Foxconn qui a une puissance de production grâce à une forte spécialisation des taches et ses 1,2 millions d’employés en chine. Vu que Foxconn est la firme qui réalise le plus important chiffre d’affaire d’exportation de chine et est aussi le premier fabricant de matérielle informatique, Apple minimise la recherche d’informations, les risques de production en confiant sa production au géant du secteur. Grâce aux contrôles de qualité et de délai de la part de Foxconn cela minimise aussi les coûts de transaction. Foxconn a développé des infrastructures spécifique ce qui confère un pouvoir de négociation de la part d’Apple. De plus l’impartition permet de profité des avantages comparatifs des différents pays et de diminuer les coûts de productions.
Dans cette deuxième partie nous traiterons des conditions de travail des ouvriers. L’efficacité recherchée est rendu possible par l’organisation scientifique du travail de Taylor. La spécialisation des tâches des employés permet, une diminution du temps nécessaire pour accomplir une tâche et donc une meilleure rentabilité de l’entreprise mais cette technique est poussée à l’ extrême dans le cas de Foxconn. En effet la spécialisation des tâches permet une formation de la main d’œuvre plus rapide. La spécificité de la formation ne permet pas aux ouvriers de pouvoir faire jouer la concurrence ce qui aboutit à des pressions à la baisse sur les salaires. Des trois types de domination que relève Weber, l’on retrouve deux chez Foxconn : rationnelle et traditionnelle. Rationnelle dans le sens où les contres-maîtres font appliquer le règlement et le contrat de l’entreprise signé avec ses clients avec pour légitimité les lois et le règlement interne. La domination traditionnelle, qui est un héritage de la culture asiatique et du gouvernement en place à se plier aux règles avec obéissance et respect de la hiérarchie. La domination de l’entreprise joue aussi un rôle important, étant le premier employeur du pays et le principal fournisseur des plus grandes multinationales dans l’industrie des nouvelles technologies, Foxconn est un empire qui domine ca concurrence. Selon Whyte cette domination a un pouvoir attractif très important face aux jeunes générations, car elle envoie un signal rassurant envers cette génération averse aux risques. La première entreprise du pays a une probabilité plus faible de faire faillite face aux PME, ce qui rassure les jeunes qui veulent un travail spécialisé et subir peu de changement durant leurs vie jusqu’à leur retraite. De plus selon Whyte les jeunes générations ont peu l’esprit entrepreneurial; ce qui explique l’engouement des jeunes vers les grandes entreprises. Tous ces facteurs entrainent des pressions à la baisse sur le traitement des employés; ce qui nous envoie à la troisième partie qui traite des limites de ce système.
L’impartition permet comme on l’a vu précédemment de faire de grandes économies par une meilleure efficacité mais à quels coûts? En externalisant, les entreprises telles qu’Apple perdent un contrôle sur une partie de leur production, ils ne contrôlent plus la qualité de ses produits sortie d’usine. Dernièrement le cas de l’iPhone 5 où Apple avait mis la pression sur Foxconn pour augmenter la production et respecter les délais important vis-à-vis de la concurrence. Cette pression a entrainé plusieurs défauts sur les derniers iPhone 5. L’entreprise ne contrôle plus exactement les délais de fabrication (l’iPhone 5 en rupture de stock, Foxconn ayant promis de pouvoir fournir la demande a temps); ce qui a été sanctionné par les marchés financiers en octobre 2012. De plus les entreprises de nouvelles technologies ont une part importante de leur chiffre d’affaire grâce à l’innovation. Or cette innovation est principalement protégée par des droits de propriété intellectuelle comme les brevets qui ne sont pas toujours respectés par les entreprises sous-traitantes (comme suggéré par Williamson et North) due à la distance entre le client et les fournisseurs. Par exemple, nous avons pu voir une copie parfaite de l’iphone5, le goophone, sortir avant l’original à Hong Kong. La chine s’est engagée à respecter le droit de propriété intellectuelle, en 2001 en signant les accords de l’OMC. Il en reste que dans la culture chinoise la copie n’est pas mal vue mais plutôt considérer comme un art. La sous-traitance à l’étranger augmente les risques de taux de change. Les clients ne peuvent pas non plus contrôler les conditions de travail des employés qui œuvrent dans les usines de sous-traitance, alors qu’une exploitation d’employés mineur, maltraité, suicidaire, peut dégrader fortement l’image de marque de l’entreprise cliente. Par l’imposition du client à ses fournisseurs des prix très faible et des délais très court il en résulte que le client a sa part de responsabilité en matière des conditions de travail des ouvriers du fournisseur, raison de plus si le client représente une part importante du chiffre d’affaire du fournisseur. Il arrive parfois même qu’un fournisseur fasse faillite (ex : Renault truck) due à la pression du client. La sous-traitance hormis, le problème de contrôle, elle crée un lien de dépendance entre deux entreprises. Si l’entreprise fournisseur fait face à une catastrophe naturelles ou incendie, explosion, elle n’est alors plus capable de fournir son client qui lui a son tour peu perdre des parts de marché. (Ex la hausse des prix des disques dure après les inondations en Thaïlande a impacté les constructeurs d’ordinateur). Cependant si les droits de propriété privée ne sont pas respectés l’allocation ne sera pas optimale au sens de Coase. De plus la mise en place de contrats et de contrôle entrainent une augmentation des coûts de transaction, il y a donc deux forces qui vont dans le sens opposé. D’un côté les coûts de transaction diminuent par la sous-traitance grâce à une meilleure efficacité et une diminution de recherche d’information mais d’une autre part elle augmente due aux couts de contrôle sur les délais et qualité. Cependant si la grande majorité des grandes entreprises utilisent la sous-traitance c’est que les coûts sont plus faibles que les bénéfices apportés par celle-ci.

--------------------------------------------
[ 1 ]. Fournisseur de la plupart des principales multinationales (Apple, HP, Acer, Amazon, Asus, Intel, Cisco etc…).

Similar Documents

Free Essay

Contrôle de Gestion

...option FC 2005-2006 Contrôle de gestion CONTROLE DE GESTION Une définition classique du contrôle de gestion le décrit comme « le processus par lequel les dirigeants s’assurent que les ressources sont obtenues et utilisées avec efficacité et efficience pour réaliser les objectifs de l’organisation » (Anthony, 1965). Ainsi, il faut comprendre le mot « contrôle » au sens de maîtrise et non pas de surveillance. Les dirigeants d’une entreprise doivent avoir la maîtrise de sa gestion, de la même façon qu’un conducteur doit avoir la maîtrise de son véhicule. Pour les petites entreprises, cette maîtrise ne nécessite aucun outil particulier car le dirigeant exerce un contrôle direct sur les opérations réalisées. En revanche, dès que la croissance de l’entreprise nécessite le recours à la délégation, les dirigeants doivent mettre en œuvre des outils leur permettant : - d’une part, de collecter les informations nécessaires pour prendre des décisions pertinentes, - de s’assurer que leurs décisions sont bien appliquées (incitation et contrôle). Le contrôle de gestion comprend tous ces outils, en particulier : - la comptabilité de gestion (analyse des coûts), - la gestion budgétaire (élaboration des budgets et contrôle des écarts), - les tableaux de bord, etc … Cette année, nous étudierons : 1ère partie : approfondissement des méthodes de calcul des coûts ........................................................2 Chapitre 1 – Typologie des charges et des......

Words: 15978 - Pages: 64