Free Essay

Review

In: Film and Music

Submitted By sinthujas
Words 6824
Pages 28
LA MONDIALISATION EN DÉBAT : L'APRÈS -11 SEPTEMBRE
Eddy Fougier Gallimard | Le Débat
2003/3 - n° 125 pages 52 à 63

ISSN 0246-2346
Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-le-debat-2003-3-page-52.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Fougier Eddy, « La mondialisation en débat : l'après -11 septembre », Le Débat, 2003/3 n° 125, p. 52-63. DOI : 10.3917/deba.125.0052

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Gallimard. © Gallimard. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Eddy Fougier

La mondialisation en débat : l’après -11 septembre
Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

Il est certainement trop tôt pour savoir si le 11 septembre 2001 constitue véritablement un tournant dans les relations internationales, aussi fondamental que le 9 novembre 1989, tournant qui refermerait la parenthèse ouverte par la chute du mur de Berlin et la disparition de l’Union soviétique. Il est également encore difficile d’évaluer l’incidence durable d’un tel événement sur le processus même de mondialisation. En revanche, les attentats aux États-Unis marquent à coup sûr une nouvelle étape à la fois dans le débat sur la mondialisation, même si celui-ci a perdu de son caractère central, et dans les formes de sa contestation.
L’évolution du débat sur la mondialisation

froide, des flux de capitaux, de biens et de services, de main-d’œuvre et d’informations, mais aussi d’autres phénomènes transnationaux comme les trafics illicites, la pollution, les épidémies ou la dissémination d’armes de destruction massive. Ce processus a d’abord suscité un débat d’experts qui portait principalement sur son caractère inédit ou non, sur ses conséquences, positives ou négatives, ou encore sur le rôle de l’État dans ce nouveau contexte. À partir du début des années 1990, le débat s’est élargi. La mondialisation est alors devenue l’objet d’un vif débat public. Maastricht-Alena-Gatt : l’émergence d’un débat public Les premiers débats sur la mondialisation datent de 1992-1994. À cette époque, trois pro-

L’actuel processus de mondialisation correspond à l’accélération, perceptible depuis les années 1980 et surtout depuis la fin de la guerre

L’auteur tient à remercier Philippe Colombani, Sean Guibert, Christophe Jaquet et Françoise Nicolas pour leur aide.

Eddy Fougier est chercheur à l’Institut français des relations internationales. Le Débat a déjà publié : « Y a-t-il un clintonisme ? L’héritage d’un Président controversé » (n° 115, mai-août 2001).

53 Eddy Fougier La mondialisation en débat

1. Voir Sophie Meunier, France, Globalization and Global Protectionism, Center for European Studies Working Paper Series, 71, Harvard University, 2000.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

jets économiques et commerciaux font, pour la première fois et avant même que la notion de mondialisation ne soit popularisée, l’objet de débats publics et politiques : le traité sur l’Union européenne signé à Maastricht, prévoyant notamment l’instauration d’une Union économique et monétaire (U.E.M.) ; l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) entre le Canada, les États-Unis et le Mexique ; et le cycle de l’Uruguay, cycle de négociations commerciales multilatérales menées dans le cadre du Gatt. Ces débats portent sur les thèmes de l’ouverture économique, de l’accélération de la libéralisation des échanges, de l’intégration régionale et de la souveraineté nationale. À la différence des accords précédents, ces projets ont pour particularité d’avoir des incidences pratiques sur la vie quotidienne des individus (monnaie, culture, santé, alimentation ou droit du travail) et sur la politique menée par les États qui y sont partie prenante. Ces débats particulièrement vifs ont induit de nouvelles lignes de fracture, qui transcendent les clivages traditionnels, entre les partisans de l’ouverture, ceux d’une ouverture maîtrisée et, enfin, ceux de la fermeture ou, plus précisément, d’une défense de la souveraineté et de principes supérieurs aux seuls intérêts économiques, ce que Sophie Meunier appelle le « protectionnisme global », par rapport au simple protectionnisme sectoriel 1. Ils impliquent des acteurs qui interviennent habituellement dans les débats politiques et sociaux : des formations politiques (les « souverainistes » en France ou Ross Perot aux États-Unis), des syndicats et des mouvements sociaux (le grand syndicat américain AFL-CIO fait de l’opposition à toute nouvelle libéralisation des échanges son nouveau cheval de bataille), des groupes de pression (des secteurs de la culture ou de l’agriculture) ou des organisations

de la société civile. De nouveaux types d’acteurs émergent également à cette occasion ou dans le sillage de ces débats. Ni syndicats défendant les intérêts de leurs adhérents, ni O.N.G. fournissant un service ou une aide sur le terrain, certains groupes tendent à développer une contre-expertise et une surveillance de l’activité de différentes organisations ou de l’application effective d’un traité ou d’une législation. Ils peuvent avoir la forme d’un réseau, comme l’International Forum on Globalization (IFG), créé en 1994 et qui réunit les principaux groupes protestataires nord-américains et du Sud, ou de ce que les Américains appellent les « Watchdog Groups ». En 1995, deux groupes importants de ce type sont institués : Global Trade Watch (GTW), dans l’orbite de l’organisation de consommateurs Public Citizen, qui sera la cheville ouvrière de la lutte contre l’Accord multilatéral sur l’investissement (A.M.I.) et de l’organisation des manifestations à Seattle, et Focus on the Global South, dirigé par Walden Bello, l’une des grandes figures contestataires du Sud. Des groupes radicaux partisans d’actions directes non violentes et composés de jeunes révoltés de la génération X sont également formés durant cette période, avec Reclaim the Streets ou le camp d’entraînement d’activistes américain Ruckus Society. Enfin, c’est le 1er janvier 1994 qu’est lancée une guérilla au Chiapas (Mexique). Outre le fait de défendre le sort et les droits des Indiens de la région, l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) déclenche symboliquement cette action le jour de l’entrée du Mexique au sein de l’Alena. Nombreux sont ceux qui considèrent cet événement comme le début de la vague de contestation de la « mon-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

54 Eddy Fougier La mondialisation en débat

Seattle : l’explosion de la contestation Les manifestations de Seattle à l’occasion de la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (O.M.C.), en novembre-décembre 1999, représentent la seconde étape décisive dans le débat sur la mondialisation. Plusieurs évolutions sont notables par rapport à la période précédente. Le cadre de la mondialisation est désormais en place. Une zone de libre-échange a été instaurée en Amérique du Nord par l’Alena. L’O.M.C. a été instituée par l’Acte final du cycle de l’Uruguay, signé à Marrakech en 1994. La diffusion d’Internet explose littéralement, tout comme ce que l’on appelle la « nouvelle économie », fondée sur la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Enfin, l’euro est lancé le 1er janvier 1999. Apparaissent également les premières difficultés, avec les crises monétaires et financières en Asie de l’Est, en Russie ou en Amérique latine, ainsi que les premières formes de contestation de la mondialisation, cette fois en tant que cible explicite

2. Sous-commandant Marcos, « La quatrième guerre mondiale a commencé », Le Monde diplomatique, août 1997.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

dialisation libérale ». L’action des zapatistes va servir de modèle à la plupart des groupes contestataires par leur habile utilisation des médias et des nouvelles technologies (Internet), mais aussi par le lien qu’ils établissent entre le local et le global, entre leur lutte spécifique et une « rébellion anti-néo-libérale 2 » globale rejetant le processus de mondialisation. Ces débats ont également impliqué, pour la première fois, l’opinion publique, qui se révèle extrêmement partagée sur le thème de l’ouverture. En ont témoigné les résultats du référendum français sur le traité de Maastricht, adopté à une courte majorité (51 %), ou les enquêtes d’opinion outre-Atlantique à propos de l’Alena.

des critiques, que l’on appelle alors « l’antimondialisation ». En effet, cette contestation n’a pas commencé à Seattle. Ses grandes caractéristiques, comme les campagnes internationales, la constitution de réseaux transnationaux ou les manifestations spectaculaires, étaient déjà présentes avant la conférence ministérielle de l’O.M.C. À partir de 1995, d’importantes campagnes internationales se mettent en place. Elles visent l’activité d’acteurs de la mondialisation, comme les institutions de Bretton Woods (campagne « Fifty years is enough » à l’occasion de leur cinquantième anniversaire), ou des entreprises multinationales (campagne obligeant Shell à revenir sur son projet de sabordage d’une plate-forme de stockage en mer du Nord, campagne anti-sweatshops contre les conditions de travail chez les soustraitants d’entreprises de l’industrie de la chaussure, comme Nike). Elles s’opposent également à un projet d’approfondissement du processus par la libéralisation des investissements (projet d’A.M.I. négocié à l’O.C.D.E.). La fin des négociations sur l’A.M.I. en décembre 1998 est considérée par les contestataires comme leur première victoire, même si leur contribution réelle à cet échec s’avère en fait beaucoup plus limitée que ce qu’ils affirment. Enfin, la campagne internationale en faveur de l’annulation de la dette des pays les plus pauvres (Jubilé 2000), à partir de 1996, recueille quelque 24 millions de signatures, ce qui est sans précédent pour ce type d’initiative. Des réseaux internationaux de mouvements protestataires se constituent, avec l’IFG, l’Action mondiale des peuples contre le libre-échange et l’O.M.C. pro-zapatiste (1998), le mouvement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

55 Eddy Fougier La mondialisation en débat

3. Le Monde, 7 décembre 1995.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

international Attac (1998) ou Direct Action Network, un réseau de mouvements anarchistes nord-américains (1999). Avant même Seattle, des manifestations spectaculaires se produisent également lors de sommets (« euromarches » convergeant à Amsterdam en 1997, à l’occasion du Conseil européen ; immense chaîne humaine formée lors du sommet du G7 à Birmingham, en mai 1998) ou dans des lieux hautement symboliques (violentes manifestations au cœur de la City à Londres, en juin 1999 ; « démontage » d’un restaurant McDonald’s à Millau, en août de la même année, par José Bové et d’autres militants de la Confédération paysanne). Durant cette période, réapparaissent enfin d’importants mouvements sociaux relativement populaires, comme les grèves du secteur public en France fin 1995, décrites à l’époque par Le Monde comme « la première révolte contre la mondialisation 3 », les actions de mouvements de défense des « sans » (sans papiers, sans logement, sans emploi), ou encore les grandes grèves de 19961997 en Corée du Sud. Les manifestations de Seattle représentent malgré tout un tournant décisif. En effet, jusqu’alors les différents groupes contestataires s’exprimaient plutôt de façon séparée. Or, à Seattle, pour la première fois, se forme une association des syndicats et des O.N.G., ce que l’on a alors appelé la coalition « turtle-teamster », faisant référence aux défenseurs des tortues et aux camionneurs syndiqués. Ces groupes manifestent ensemble autour d’objectifs communs, en l’occurrence bloquer l’organisation concrète des réunions et surtout empêcher le lancement d’un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales, le « cycle du Millénaire ». Le nombre de manifestants est très élevé (environ 50 000) et des dégradations de biens sont commises par des groupes radicaux. Les contesta-

taires parviennent à perturber l’organisation pratique du sommet et à créer un tel chaos dans la ville qu’un couvre-feu est décrété par les autorités, et ceci pour la première fois depuis la guerre du Vietnam (il faut cependant noter que cette confusion est aussi largement liée à l’impréparation des forces de l’ordre et aux carences de l’organisation du sommet). Parallèlement, les négociations échouent. La masse des manifestants et les actes de désobéissance civile, la confusion régnant dans la ville, la désorganisation du sommet, l’émergence d’un front commun des pays du Sud y participant et l’échec du lancement du cycle du Millénaire ont alimenté, à tort, l’idée selon laquelle l’échec de Seattle était à mettre au crédit des contestataires. Il n’en reste pas moins que leur présence massive et le retentissement de leurs manifestations, mais aussi de cet échec, ont ouvert une brèche dans le consensus global qui existait jusqu’alors sur les bienfaits de la mondialisation. Ces événements ont ainsi donné un écho sans précédent à la critique de la « mondialisation libérale » et ont fait prendre conscience aux responsables qu’il existait bien un malaise face à ce processus. La formule « gagnante » de Seattle – vaste coalition de groupes disparates, masse de manifestants pacifiques, actions visant à bloquer l’organisation des sommets et violence des radicaux – est alors reproduite lors de chaque grande réunion internationale, le sommet de Gênes (G7/G8) de juillet 2001 en constituant l’apogée, avec ses 200 000 manifestants pacifiques, ses violences et le premier décès d’un activiste. Cette vague de manifestations crée alors un rapport de force de plus en plus favorable aux idées défendues par les contestataires de la mondiali-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

56 Eddy Fougier La mondialisation en débat

La redéfinition de la contestation après le 11 septembre

Les attentats perpétrés aux États-Unis, notamment contre le World Trade Center, symbole de la puissance économique et financière américaine et de la mondialisation, et ses conséquences internationales (lutte antiterroriste, interventions en Afghanistan puis en Irak) ont brisé cette dynamique en ouvrant une nouvelle phase dans le débat sur la mondialisation. Ce débat reste public, mais il semble être passé au second plan des priorités internationales. Omniprésent tout au long des années 1990, il paraît en effet avoir perdu de son caractère central au profit des enjeux de sécurité interne et externe.

4. Première entreprise touchée par la critique, Shell a tout particulièrement développé ses relations avec les O.N.G. et a été pionnière dans la promotion du développement durable. 5. Monsanto a mis en place un Comité consultatif des biotechnologies (C.C.B.), auquel participent des O.N.G.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

sation. Ces derniers réussissent même à façonner un climat général de vigilance et de suspicion face au processus de mondialisation et à ceux qui sont considérés comme ses « acteurs » : les gouvernements des pays riches, les firmes multinationales ou les grandes institutions multilatérales. Les responsables gouvernementaux, d’entreprises ou d’institutions internationales sont désormais tenus de répondre d’une manière ou d’une autre à leurs critiques, sous peine de faire l’objet d’une vigoureuse campagne internationale et, par conséquent, de fortement nuire à leur image et à leur crédibilité. La mise en place d’organismes consultatifs ou de mécanismes de consultation avec les acteurs de la société civile par des organisations internationales, comme la Banque mondiale à travers son comité O.N.G., ou des firmes multinationales particulièrement mises en cause, telles que Shell 4 ou Monsanto 5, sont autant de symptômes de cette influence nouvelle des contestataires.

Ces nouvelles conditions remettent en cause le « mouvement pour la justice globale » tel qu’il a pu se « structurer » à Seattle, ses modes d’action et son type de critiques. Les défis d’un nouveau contexte global Depuis les attentats aux États-Unis, le nouveau contexte global est dominé par la lutte contre le terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive, de nouvelles tensions internationales (Israël-Palestine, Inde-Pakistan ou Irak), une dégradation de la situation économique, la domination des gouvernements de centre droit au sein des principaux pays industrialisés et la montée des mouvements radicaux (national-populisme en Europe, droite néoconservatrice aux États-Unis). Les préoccupations post-11 septembre ne sont plus, par conséquent, les mêmes que celles qui existaient au moment des manifestations de Seattle. Elles apparaissent beaucoup plus immédiates et « matérialistes », en liaison avec le ralentissement de l’activité économique, et beaucoup plus sécuritaires, tant sur le plan interne qu’externe. Ce nouveau contexte représente un véritable défi pour la mouvance contestataire. En effet, la contestation de la mondialisation est apparue et s’est développée dans la seconde partie des années 1990, c’est-à-dire durant la période postguerre froide qui se caractérisait par une paix internationale (malgré la multiplication des conflits locaux particulièrement violents, en Afrique centrale ou dans les Balkans), une croissance économique globale et la domination des

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

57 Eddy Fougier La mondialisation en débat

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

gouvernements de centre gauche au sein des principaux pays industrialisés. Ce contexte paraissait particulièrement favorable à la diffusion des valeurs et des préoccupations éthiques et « post-matérialistes » véhiculées par les groupes contestataires, que ce soit l’équité, la justice, la démocratie, la défense de l’environnement, des droits de l’homme ou du développement des pays du Sud. Par ailleurs, depuis le 11 septembre, le thème de la mondialisation est passé quelque peu au second rang des priorités internationales. Sur le plan interne, en particulier en Europe, les questions d’insécurité et d’identité nationale sont désormais au cœur des débats politiques. La montée des mouvements populistes sur le Vieux Continent entre 2000 et 2002, ou les résultats de l’élection présidentielle en France, contrairement à ce à quoi l’on aurait pu s’attendre, n’ont eu qu’un lointain rapport avec le thème de la mondialisation. Celui-ci ne paraît plus constituer le débat central autour duquel les forces politiques, syndicales et associatives doivent se positionner, comme ce fut le cas entre Seattle et Gênes. Ce déclassement du thème de la mondialisation explique, en grande partie, le faible retentissement médiatique des manifestations de contestation depuis septembre 2001, en particulier dans les médias anglo-saxons. Alors que plus d’une centaine d’articles étaient consacrés au Forum social mondial (F.S.M.) de Porto Alegre de 2003 dans les quotidiens nationaux français, leur nombre a été beaucoup plus faible dans leurs équivalents britanniques (avec une vingtaine d’articles) et a fortiori américains (quasiment aucun article sur ce thème).

La remise en cause des modes d’action nés à Seattle Depuis le 11 septembre 2001, la mise en œuvre de la formule « gagnante » de Seattle est devenue de plus en plus difficile. Les manifestations massives lors de sommets, les actions visant à contrecarrer leur organisation et la violence des éléments radicaux ne sont plus vraiment possibles. Cependant, les attentats aux États-Unis n’ont fait, de ce point de vue, qu’accélérer des tendances qui étaient déjà perceptibles auparavant. La montée de la violence, tant en raison de l’aggravation des actions commises par certains manifestants, notamment les Black blocs (jeunes radicaux masqués et vêtus de noir qui agissent par groupes d’affinité lors de manifestations) que de la répression des forces de l’ordre (utilisation de balles réelles à Göteborg et à Gênes, descente de police « musclée » dans les locaux du Forum social de Gênes), a été la principale caractéristique des sommets qui ont eu lieu en 2001. Les gouvernements hôtes et les organisateurs de ces sommets ont réagi en prenant des mesures de sécurité exceptionnelles (Forum économique mondial de Davos, sommet des Amériques de Québec ou du G7/G8 à Gênes) et par une stratégie d’évitement (annulation de la conférence annuelle de la Banque mondiale sur le développement économique, initialement prévue à Barcelone à la fin du mois de juin ; décision d’organiser les sommets dans des lieux éloignés et difficiles d’accès : à Doha, au Qatar, pour l’O.M.C. en novembre 2001, ou à Kananaskis au Canada pour le G7/G8 en juin 2002). Aux craintes de menaces de violences des éléments les plus radicaux se sont ajoutées, bien évidemment, les menaces d’actions terroristes, qui avaient déjà incité les autorités italiennes à

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

58 Eddy Fougier La mondialisation en débat

Une protestation post-11 septembre Les groupes qui rejettent la « mondialisation libérale » n’ont pas uniquement adapté leurs modes d’action au nouveau contexte global, ils ont aussi redéfini leur discours et leurs propositions. En privilégiant leur propre processus, à travers l’organisation de forums sociaux, ces groupes, au-delà de la simple énonciation de critiques et des campagnes d’opposition, tendent à mettre de plus en plus l’accent sur la définition d’alternatives et de propositions concrètes. Les principaux groupes impliqués dans la mouvance contestataire ont ainsi publié des rapports définissant leur vision d’une mondialisation alternative. Ce fut le cas récemment d’Oxfam

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

prendre des mesures de sécurité spécifiques à Gênes. Après les attentats aux États-Unis, les groupes contestataires ont donc de plus en plus de difficultés à organiser des manifestations lors des sommets, à l’exception des Conseils européens (Laeken, Barcelone ou Séville). Ils ont été dans l’obligation de s’adapter à ce nouveau contexte en sortant de l’ambiguïté face à la violence et en privilégiant leurs propres manifestations. Depuis les affrontements de Göteborg, lors du Conseil européen de juin 2001, le débat sur la violence des radicaux commençait à diviser les contestataires. Certains condamnaient les auteurs des violences et considéraient qu’à terme celles-ci seraient préjudiciables à la mouvance en contribuant à masquer la perception de son message et à la discréditer aux yeux de l’opinion. D’autres préféraient ne pas trancher et condamnaient autant les « ultras » que la répression et la « criminalisation » de la contestation. Les attentats du 11 septembre semblent avoir clos ce débat en incitant les contestataires à prendre leurs distances vis-à-vis des groupes les plus violents, et ce, afin d’éviter toute tentative d’amalgame entre terrorisme, anti-américanisme, violence et contestation. Cela a été tout particulièrement le cas à Porto Alegre, début 2002, où un certain nombre de groupes, dont les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie) ou la branche politique de l’organisation basque ETA, Herri Batasuna, n’ont pas été admis. De même, à Florence, lors du Forum social européen (F.S.E.), en novembre 2002, aucune violence n’a été déplorée, en dépit des craintes du gouvernement italien après les affrontements de Gênes l’année précédente. Les manifestations de Gênes marquent donc à la fois l’apogée de cette combinaison de la masse des manifestants pacifiques et de la violence des plus

radicaux, qui était née à Seattle, et certainement son dernier épisode, du moins sous cette forme spécifique. Les groupes protestataires privilégient de plus en plus leurs propres manifestations à travers lesquelles ils tentent de définir des stratégies et des modes d’actions communs, ainsi qu’une alternative à l’actuel processus de mondialisation. Ces manifestations se déroulent principalement dans le cadre du Forum social mondial. Le second et le troisième F.S.M., qui ont eu lieu une nouvelle fois à Porto Alegre, ont d’ailleurs remporté un vif succès en accueillant quelque 60 000 personnes en 2002 et 100 000 personnes début 2003. Ce Forum se décline désormais à l’échelle régionale et nationale. Un Forum social européen, qui a réuni environ 60 000 participants, a ainsi été organisé à Florence, tandis qu’un Forum social asiatique (F.S.A.) s’est tenu à Hyderabad, en Inde, en janvier 2003. Des forums sociaux nationaux se sont également tenus, par exemple, en Belgique et au Québec en septembre 2002.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

59 Eddy Fougier La mondialisation en débat

6. Rigged Rules and Double Standards. Trade, Globalisation, and the Fight against Poverty, Londres, 2002. 7. A Better World Is Possible ! Alternatives to Economic Globalization, Berrett-Koehler, San Francisco, 2002. 8. Responsible Reform of the World Bank. The Role of the United States in Improving the Development Effectiveness of the World Bank Operations, 2002. 9. Walden Bello, Deglobalization : New Ideas for Running the World Economy, Zed Books, Londres, 2003.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

international 6, de l’IFG 7 ou de l’US Civil Society Coalition 8. Entre Seattle et Gênes, il existait une sorte de consensus au sein de la mouvance contestataire sur la base d’une même critique de la « mondialisation libérale ». Or, la publication de ces rapports a révélé l’existence de fortes divergences entre ces différents groupes, voire de visions souvent opposées de la mondialisation et de sa gouvernance. Le rapport d’Oxfam international, tout en reprenant les principales revendications de la mouvance contestataire, défend ainsi l’idée d’une « mondialisation intégratrice » (« inclusive globalisation »). Pour l’O.N.G. britannique, le développement des pays pauvres et la lutte contre la pauvreté passent par leur intégration aux flux de mondialisation, et donc par leur libre accès aux marchés des pays du Nord, notamment dans les secteurs agricole et textile. Ce qu’elle critique et ce qu’elle souhaite réformer en priorité, c’est par conséquent la forme actuelle de gouvernance qui favoriserait des échanges inéquitables au profit des intérêts des gouvernements des pays riches, des institutions multilatérales ou des firmes multinationales. Elle défend l’idée que le commerce serait un outil particulièrement efficace pour aider les pays du Sud à sortir de leur pauvreté et que l’économie de ces pays doit être en grande partie orientée vers l’exportation. Le rapport de l’IFG développe une approche totalement opposée de l’économie et de la mondialisation. Il semble représenter le point de vue dominant dans la contestation nord-américaine et des pays du Sud. Il a d’ailleurs été rédigé par quelques-unes des plus grandes figures de la contestation : Maude Barlow (Council of Canadians), Walden Bello (Focus on the Global South), John Cavanagh (Institute for Policy Studies), Martin Khor (Third World Network),

Vandana Shiva (Foundation for Science, Technology & Ecology) ou Lori Wallach (Global Trade Watch). Il privilégie plutôt ce que Walden Bello appelle la « déglobalisation 9 », ainsi que la « localisation » et l’indépendance (selfreliance) des unités locales. Le système économique alternatif défini par l’IFG doit répondre en priorité aux besoins locaux et impliquer le « contrôle démocratique » des communautés ou des États-nations. Il promeut, en fait, une nouvelle forme de développement autocentré en rupture avec le principe du libre-échange, comme avec celui d’une mondialisation qui se réaliserait au seul profit des entreprises multinationales. Dans ce contexte, la gouvernance globale doit se réduire à une simple coopération entre les communautés sur des thèmes globaux, comme le changement climatique, suivant le principe de subsidiarité et la prédominance de la « souveraineté locale ». L’autre évolution notable des thématiques développées par les « No global » est l’adaptation de leurs critiques à la nouvelle situation internationale, alors que le thème même de mondialisation apparaît désormais secondaire dans l’agenda international. La mouvance contestataire tend à se muer progressivement en un mouvement de protestation globale contre toute forme de pouvoir arbitraire et d’injustice, audelà de la seule thématique de la mondialisation. Ainsi, pour nombre d’activistes, la dénonciation de la guerre est désormais mise sur un même plan que la critique de la mondialisation, les

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

60 Eddy Fougier La mondialisation en débat

L’avenir incertain de la contestation

Contre toute attente, la mouvance de contestation de la mondialisation a donc survécu au 11 septembre. Elle a montré ses capacités d’adaptation au nouveau contexte induit par les attaques terroristes et la réaction américaine à ces attentats. Elle est par conséquent loin d’être un simple feu de paille. Son avenir n’en est pas

10. Appel des mouvements sociaux, F.S.M., Porto Alegre, 2003. 11. Résistance au néo-libéralisme, à la guerre et au militarisme : pour la paix et la justice sociale, Appel des mouvements sociaux, F.S.M., Porto Alegre, 2002.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

États-Unis étant en ligne de mire dans les deux cas. En ont témoigné les imposantes manifestations de Florence et de Porto Alegre contre la guerre en Irak, ainsi que la participation massive des groupes contestataires aux manifestations pacifistes, le 15 février 2003, ou après le déclenchement des hostilités. En effet, si, durant les années 1990, la critique portait sur une mondialisation qui se déploierait au nom des intérêts des entreprises multinationales, notamment américaines, depuis le 11 septembre, et tout particulièrement à propos de l’affaire irakienne, celle-ci porte de plus en plus sur la politique extérieure et de sécurité de l’« Empire » américain au nom des intérêts économiques et militaires de Washington. Les contestataires tendent même à relier guerre et mondialisation en dénonçant les « pressions économiques et militaires visant à imposer le modèle néo-libéral 10 » et l’alliance du « néo-libéralisme » et du « militarisme 11 », le second étant, selon eux, un moyen d’imposer le premier par la force. La construction d’un rapport de force passe donc désormais par d’autres canaux que par les manifestations d’opposition lors de sommets, et par la promotion d’autres thématiques que la dénonciation des injustices en liaison avec la mondialisation au nom de la défense des « exclus ».

pour autant dégagé. Elle reste à la merci d’une évolution aléatoire de la situation internationale, notamment liée aux conséquences de la guerre en Irak. Par ailleurs, elle se heurte à un certain nombre d’écueils qui ont trait à son rapport au pouvoir. Les contestataires ont tiré les enseignements des expériences protestataires passées en la matière, ce qui leur a permis d’éviter quelques impasses. Mais cela souligne également certaines des limites de leur entreprise. Principale leçon du passé et du double échec de l’expérience soviétique et du terrorisme rouge des années 1970, ils n’aspirent plus à la conquête et à l’exercice du pouvoir, ni a fortiori au « grand soir » par la conquête violente du pouvoir en vue de transformer radicalement la société et le système économique. Ils considèrent que le « mouvement » ne doit en aucun cas se transformer en force politique ou en une nouvelle Internationale, et qu’il doit, par conséquent, rester pluriel dans sa composition et son opinion. Son objectif est bien plutôt de former un contre-pouvoir face à ceux qu’ils considèrent comme les principaux « acteurs » de la mondialisation et de gagner le débat des idées contre le « néo-libéralisme », et ce, en développant une contre-expertise et en se fondant sur une protestation de masse susceptible de créer un rapport de force favorable. Cependant, leur refus de donner une expression proprement politique à leur mouvance, de conquérir le pouvoir, de passer par le jeu électoral à l’échelle nationale, ou encore d’éviter toute tentative de récupération, notamment politique, ou de promiscuité trop grande avec les diffé-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

61 Eddy Fougier La mondialisation en débat

Une alliance Porto Alegre-Davos ? Ces préoccupations ne sont pas nouvelles. Les clivages entre socialistes et communistes ou, par exemple, entre Fundis et Realos chez les Verts allemands reflétaient déjà cette approche différenciée du pouvoir. Au sein de la mouvance contestataire, on peut également percevoir, d’une part, l’existence d’une approche plutôt réformiste, plus pragmatique, développée par ceux qui sont prêts à accepter un dialogue, voire une coopération, avec les pouvoirs, et, d’autre part, une approche plutôt radicale, défendue par tous ceux qui se refusent à envisager une telle promiscuité, synonyme pour eux de compromission et de reniement. Dans les faits, la délimitation d’une telle ligne de clivage n’est cependant pas toujours aisée. Attac, par exemple, se situe parmi les réformistes pour les uns et parmi les radicaux pour les autres. Il n’en reste pas moins qu’en

12. Pascal Lamy, « Après Doha. Les chemins de la gouvernance mondiale », Les Cahiers En temps réel, n° 1, février 2002. 13. Commission, Mémorandum, 22 avril 2002. 14. Libération, 18 octobre 2002. 15. Op. cit. supra note 8.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

rentes formes de pouvoir, limite grandement leur influence. Ce fut le cas d’Attac en France durant la campagne présidentielle où, malgré son influence certaine sur le débat d’idées, le poids de l’association a été plutôt faible, la thématique contestataire ayant été récupérée par un candidat comme Olivier Besancenot. Le rapport au politique et au pouvoir sera donc certainement l’un des enjeux clefs pour la mouvance contestataire dans les années à venir. En effet, comment peut-elle espérer influencer les sphères décisionnelles politiques, économiques, régionales ou internationales en refusant à la fois tout contact avec ces dernières et toute tentative de prise de pouvoir ? Et comment peut-elle envisager entrer dans des mécanismes de consultation, voire de décision, sans perdre pour autant de sa dimension critique et son lien avec le terrain et les préoccupations des militants de base ?

certaines occasions cette dichotomie est visible. Ainsi, le rapport d’Oxfam, qui se situe dans une optique plutôt réformiste, comme on a pu le voir, a fait l’objet de vives critiques de la part de figures contestataires du Sud plus radicales comme Walden Bello ou Vandana Shiva, ou d’un groupe comme Earth First. Dans ce contexte, on peut émettre l’hypothèse d’une formation de compromis pragmatiques entre la frange la plus réformiste des contestataires et les responsables les plus ouverts à la critique. C’est notamment ce que pense le commissaire européen chargé du Commerce international, Pascal Lamy : « Il n’est donc pas exclu que nous soyons entrés dans une phase nouvelle : incertaine, contradictoire et complexe certes, mais aussi potentiellement propice à des compromis et arrangements entre forces réformistes décidées à surmonter les problèmes d’acceptabilité sociale et politique de la mondialisation 12. » On le voit d’ores et déjà à travers diverses tentatives de rapprochement ou initiatives de part et d’autre. Ainsi, la Commission européenne a non seulement rédigé un mémorandum en réponse à la publication du rapport d’Oxfam 13, mais a aussi déclaré, par la voix de Pascal Lamy, partager « totalement la philosophie au fondement de ce rapport ». La main tendue par le Premier ministre belge Guy Verhofstadt dans sa Lettre ouverte aux altermondialistes 14 se situe dans cette même logique. Du côté des organisations de la société civile, le rapport de l’US Civil Society Coalition 15, coalition de grandes organisations de la société civile américaine (AFL-CIO, Bank Information Center,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

62 Eddy Fougier La mondialisation en débat

La contestation dans un seul pays ? Si le clivage réformistes-radicaux constitue un trait commun de la mouvance contestataire actuelle avec les mouvements protestataires passés, elle s’en différencie pourtant sur deux points très précis. Aujourd’hui, l’idée d’une alternative globale à la démocratie de marché, la fameuse « fin de l’Histoire » de Francis Fukuyama, relève très certainement de l’utopie. Le projet de taxe Tobin, par exemple, ne vise pas à créer un système économique alternatif au capitalisme, mais à mettre en place une forme de gouvernance et de redistribution des richesses à l’échelle globale qui soit plus équitable pour les pays pauvres. Plus qu’une alternative globale, la contestation actuelle va plutôt sécréter des micro-alternatives

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

CPER, Friends of the Earth, Jubilee USA, Oxfam America, Public Citizen et de nombreuses organisations religieuses), développe lui aussi une approche très réformiste en se donnant pour objectif de transformer la Banque en une « institution globale de développement efficace ». Les initiatives de l’O.N.G. World Wildlife Fund (WWF) en direction des entreprises (accord de partenariat stratégique avec l’entreprise Lafarge et octroi d’un label à un fabricant italien de pâtes) et la certification par l’O.N.G. Rainforest Alliance de la banane Chiquita (Better Banana Project) constituent autant d’exemples de partenariats entre des O.N.G. réformistes et des acteurs privés dont les pratiques étaient jusqu’alors plutôt controversées : le cimentier Lafarge dans le domaine de l’environnement, et l’entreprise Chiquita, ex-United Fruit, en matière de respect de normes sociales et environnementales. Ces tendances, critiquées par certains contestataires, sont, malgré tout, appelées à se développer.

ou des poches d’alternatives comme il en existe déjà sur le plan économique, avec l’économie sociale et solidaire par rapport à l’économie marchande ou le commerce équitable par rapport au commerce international, ou, sur le plan politique, avec les expériences de démocratie participative telles qu’elles ont pu se développer dans la ville de Porto Alegre. L’exemple de la guérilla du Chiapas montre que les zapatistes n’aspiraient pas au lancement d’une révolution mondiale, mais plutôt à l’instauration d’un « traitement différencié » pour les Indiens de la région. L’autre différence notable est l’absence de pays mettant en œuvre une véritable alternative à une échelle nationale et qui pourraient être érigés en modèles, à l’instar de l’Union soviétique dans les années 1920-1930. En la matière, il convient cependant de suivre avec attention les expériences sud-américaines à la suite de l’arrivée au pouvoir de gouvernements de gauche défendant des thèses proches de celles des opposants à la « mondialisation libérale », avec Lucio Gutierrez, qui a été élu à la présidence de l’Équateur en novembre 2002, et surtout Lula (Luiz Inacio Lula da Silva) du Parti des travailleurs (P.T.), élu président de la République du Brésil en octobre 2002. En effet, leur campagne, principalement axée sur les thèmes de la lutte contre la pauvreté et la corruption, a été soutenue par des mouvements sociaux et la gauche alternative : mouvement Pachakutik (MUPP-NP) en Équateur et Mouvement des sans-terre au Brésil. Par ailleurs, le P.T., au Brésil, a été l’une des chevilles ouvrières de l’organisation du F.S.M. de Porto Alegre, municipalité dirigée par ce parti, tandis que Lula lui-même a été l’une des grandes figures des différents forums. En même temps, ces nouvelles présidences font face à de nombreuses contraintes, qui sont à la fois poli-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

63 Eddy Fougier La mondialisation en débat

Eddy Fougier.
16. Sur ce thème, voir Eddy Fougier, « Y a-t-il un clintonisme ? L’héritage d’un président controversé », Le Débat, n° 115, mai-août 2001.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

tiques (difficultés à constituer une majorité parlementaire), économiques (relations avec les entreprises privées et les acteurs financiers) et internationales (relations avec le F.M.I. et Washington) qui montrent les limites de l’application d’une « politique contestataire » dans un seul pays. Gutierrez et Lula semblent s’être donné pour objectif de combiner orthodoxie économique (discipline budgétaire et monétaire, respect de l’accord avec le F.M.I. sur le remboursement des échéances de la dette) et innovations sociales, dont l’exemple le plus symbolique est le programme brésilien « Faim zéro » de lutte contre la malnutrition. Cette « troisième voie », certainement plus sociale que celle développée par Bill Clinton 16 ou Tony Blair, constitue un pari ambitieux, mais risqué, d’autant plus que leur marge de manœuvre paraît des plus étroites. Ils doivent, en effet, éviter de soulever une opposition à la fois internationale (F.M.I., marchés financiers, États-Unis) et interne (l’exemple d’Hugo Chavez au Venezuela servant certainement de contre-exemple de ce point de vue), sans pour autant décevoir leurs électeurs et leurs soutiens, dont les attentes paraissent immenses. Ces tentatives visant à combiner un programme social proche de la

vision alternative des contestataires et une approche économique réaliste pourraient par conséquent être très riches d’enseignements. Leur réussite est susceptible de favoriser l’aile réformiste de la contestation et de servir de modèle pour une alternative « réaliste » en montrant que les préoccupations économiques et sociales ne sont pas incompatibles, tandis que leurs difficultés à réaliser leurs promesses, ou leur reniement, tendraient à radicaliser la mouvance contestataire qui considérerait alors le « système » comme définitivement non réformable. Au-delà de l’environnement international, la réussite ou l’échec de ces expériences gouvernementales constituera donc une donnée fondamentale de l’évolution de la contestation de la mondialisation, le risque de désillusion étant à la hauteur des espoirs soulevés dans les populations locales et au sein des groupes contestataires, comme on a pu le voir lors de la visite de Lula à Porto Alegre, début 2003.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - École nationale d'administration publique - - 207.162.4.22 - 11/11/2012 17h27. © Gallimard

Similar Documents

Premium Essay

Compliance Review

...Compliance Program / Annual Procedure Review Rule 206(4)-7 of the Investment Advisers Act creates a fiduciary responsibility for investment advisers to review annually their policies and procedures to determine their adequacy and the effectiveness of their implementation. As part of this review, all policies, procedures and responsibilities of an adviser must be reviewed, and the findings documented. The review should consider all factors that might suggest a need to revise the policies and procedures including any compliance matters that occurred during the year, any changes in the adviser’s or its affiliates business activities, or changes to applicable regulations. Reviews should be conducted by independent individuals (e.g., the department manager) not immediately responsible for implementation of a particular procedure. An overall review and approval of the adviser’s policies and procedures should be completed by the Chief Compliance Officer and should be submitted to the adviser’s Management Committee or Executive Officers for Final Action. |Procedure | |Summary & |Recommended |Reviewer & | |Completion Date & | |Reviewed |Findings |Conclusions |Change/Update |Date of Review |Review by CCO |Final Actions ...

Words: 276 - Pages: 2

Free Essay

Peer Review

...reader liked. But it did not give any feedback. It also did not give any information to make the paper better. Reviewer four response was not what the writer wanted to hear. The feedback gave no ideas on how to improve the paper. There were no comments about the examples or experience. The feedback just said “So true good job!” It did not tell what part was good. The fifth reviewer gave a very good feedback. The feedback was also helpful to the writer. The reviewer gave ideas and very helpful information to the writer. All the information given, will help the writer to improve his or her paper a lot. The sixth review gave a great and respectable review. The reviewer gave information where it was needed. The information like; credible sources, to use statistics sometimes, and staying on track. The feedback for seven and eight was good feedback. The feedback for review seven was being straight forward. The paper needed lots more information and credible sources to improve the...

Words: 690 - Pages: 3

Free Essay

Movie Review

...How to Write a Movie Review Writing a movie review is a great way of expressing your opinion of a movie.  The purpose of most movie reviews is to help the reader in determining whether they want to watch, rent or buy the movie.  The review should give enough details about the movie that the reader can make an informed decision, without giving anyway any essentials such as the plot or any surprises.  Below are our guidelines and tips for writing a good movie review. HYPERLINK "http://www.yourmoviereviews.com/" \t "_blank" Submit your movie review 1. Watch the movie The first step in writing the review is to watch the movie.  Watch the movie in a relaxed environment you are familiar with.  You do not want to be distracted by an unfamiliar room.  Watching the movie a second time will help you absorb a lot more detail about the movie.  Most movie reviewers take notes as they watch the movie review.  2. Give your opinion Most movie reviewers will give their opinion of the movie.  This is important as the reviewer can express the elements of the movie they enjoyed or disliked.  However, as in all good journalism, the reviewer should also give impartial details, and allow the reader to make their own mind over an issue the reader liked or disliked.  Opinions should be explained to allow the reader to determine whether they would agree with your opinion. Many regular movie reviewers will develop a following.  If one can find a reviewer who......

Words: 625 - Pages: 3

Premium Essay

Peer Review

...ENGL112 Peer Review Worksheet INSTRUCTIONS: Peer Reviews will be conducted in class discussion forums during Week 7. Be sure to review the Lecture and the Discussion area for additional details and guidance. Please complete the following steps below, returning a separate peer review worksheet for each of the two classmates whose papers you review. This assignment is worth 50 points. * You will receive 10 points for submitting your draft by the required deadline. * You will receive 20 points for each peer review worksheet you submit for your peers (20 points x 2 reviews = 40 points total). Step 1: Post your Commentary draft in your assigned peer review group no later than Tuesday night at midnight MT. Hit Respond after the peer review directions and attach your essay as a .docx file. In your post, feel free to include any information you would like to share with your peers, such as areas you are struggling with or specific feedback you would like to receive. Step 2: Find the two classmates who have posted their drafts after you (in terms of time) and download their essays. Step 3: Read each essay and respond to the questions below. Please respond directly on this peer review worksheet, using a separate worksheet for each draft you review. Step 4: Save each worksheet with your last name and the last name of your peer with the word Review separating the names (e.g., JohnsonReviewTurner). Go back to the individual peer’s post that included his or her draft, hit......

Words: 825 - Pages: 4

Free Essay

Book Review

...The The Collected Works of Billy the Kid: Left Handed Poems Assignment Test Object Thing(ness) 1. Read this (this thing 1 cm. below) P. J. O’Rourke, the political satirist, reviews in this issue a new book about Starbucks. He told us, in an e-mail exchange, how he brews his own reviews: “I read something I’m reviewing the same way I read other things except more so. That is, I already keep a commonplace book (a file folder, really) for quotations, ideas, information, etc. If I’m going to write a review I mark the work for myself, but besides underlining what interests me I also underline what — as far as I can tell — interested the author. By the time I’m done I have an outline for the review. All I have to do is figure out a smart-aleck lead sentence and a wiseacre ending.”[1] 2. Then read the “How to write a Book Review” article on the very next page. Yes, it is a bit long but the information is really quite good. 3. Over the week go to www.salon.com or to http://www.nytimes.com/pages/books read at least five reviews and then divide them into good and bad reviews. Think about the specific qualities that define the better ones. The article from step two of this process will be helpful at this point. At the end of the day a good book review sees an interesting pattern or spins your understanding of the book in a new and delightful way…and importantly is enjoyable to read (as a writer you need to have fun savaging the book, exploring it, dwelling on it,......

Words: 2230 - Pages: 9

Free Essay

Book Reviews

...1. Good Review – The good review I found was on goodreads.com for Life of Pi. The author of the review did not regurgitate the synopsis found on the back of the book nor laden the review with spoilers, but rather gave his/her opinion on the book, the narrative style, writing and structure and what was enjoyable about the book for him/her. 2. Bad Review – I found a bad review on amazon.com for The Girl on the Train. The reviewer, J.Regan, noted that the story was well written, that it keeps the reader’s attention but that the main character could be hard to like at times. There was no detail as to the writing style, nor why or how the author was able to keep reader’s attention. The reviewer also failed to explain why he/she did not like the main character at points in the book. With no further details, this review does not help someone interested in the book decide whether they may like it or not. 3. Fake Review – As I was looking for reviews on the book I’m reading for the critical review project, I Don’t Have a Thing to Wear: The Psychology of Your Closet, I found a title of a review that struck me as odd and the review itself was a bit over the top which to me comes off as fake. It was rated five stars and the review appears to be written by a girl’s boyfriend stating that “she can’t put it down” and “she just raves about it constantly” (Bouton, 2003). The one part that really puts me off about this review is that he says “and I wish I had a nickel for each time......

Words: 578 - Pages: 3

Premium Essay

Judicial Review

...Judicial Review The power of judicial review allows the judiciary to review the acts of other branches of government as well as the state. Judicial review is important because it admits the Judicial Branch to check the power of the Executive and Legislative Branches, making them to abide by the rules of the Constitution. The Judiciary Act of 1789 created the Federal Judicial System as well as the Marbury V. Madison case, which formed the basis for the exercise of judicial review in the United States. The Judiciary Act of 1789 created the three levels of the federal court system. At the bottom of the system is the federal district court. The district court is a state of federal trial court. One could appeal their case to the circuit court if they were unhappy with the district courts verdict. The circuit court, or now known as the court of appeals, was first created to work as a trial court for important cases. After 1891, the circuit courts started to focus only on reviewing the findings of the lower courts. The last level of the federal court system is the Supreme Court of the United States. The Supreme Court is the highest federal court in the United States. It consists of nine justices and it ranks over all of the other courts in the nation. In 1803, The Marbury v. Madison case declared the power of judicial review. This was the first time the Supreme Court overturned federal legislation. In return, The Marbury v. Madison case greatly strengthened the power of the......

Words: 375 - Pages: 2

Free Essay

Literature Review

...Chaboyer W, McMurray A, Wallis M. Bedside nursing handover: A case study, International Journal of Nursing Practice 2010: 16:27-34 | Level I:  Evidence from a systematic review or meta-analysis of all relevant randomized controlled trials (RCTs) or evidence-based clinical practice. | This research aimed to better understand the structures, processes and perceived outcomes of bedside nursing handover as a beginning step to facilitate its implementation. | Randomized control trial, clinical trial. | 532 bedside handovers, 34 interviews with nurses. Six wards in two hospitals in Austrailia. 3 medical, 1 surgical, 1 medsurge, 1 rehabilitation ward. Semistructured observation and interviews. | SBAR was used in 45-65% of handovers in 3 situations when: patients were new or condition changed, patients were unfamiliar to staff such as when staff had been off for a few days, or casual/agency staff were part of the team. On average each bedside handover took just over a minute. | Before handover patient handover was completed and handover sheet updated. Just before handover pts were informed that handover would shortly take place and were asked if they required any assistance in order to limit disruptions during handover, visitors were excused. Information was prompted by pts presence. Safety scan and medication review was done. Kept handover short and simple and to the point. Information found might be used as the basis for standard operating protocols for more widespread......

Words: 267 - Pages: 2

Free Essay

Literature Review

...Nursing http://jsn.sagepub.com/ Literature Reviews as a Research Strategy Julia Muennich Cowell The Journal of School Nursing 2012 28: 326 DOI: 10.1177/1059840512458666 The online version of this article can be found at: http://jsn.sagepub.com/content/28/5/326 Published by: http://www.sagepublications.com On behalf of: National Association of School Nurses Additional services and information for The Journal of School Nursing can be found at: Email Alerts: http://jsn.sagepub.com/cgi/alerts Subscriptions: http://jsn.sagepub.com/subscriptions Reprints: http://www.sagepub.com/journalsReprints.nav Permissions: http://www.sagepub.com/journalsPermissions.nav >> Version of Record - Sep 25, 2012 What is This? Downloaded from jsn.sagepub.com by guest on August 26, 2013 Editorial The Journal of School Nursing 28(5) 326-327 ª The Author(s) 2012 Reprints and permission: sagepub.com/journalsPermissions.nav DOI: 10.1177/1059840512458666 http://jsn.sagepub.com Literature Reviews as a Research Strategy Literature reviews have long been important strategies to assess the state of the science. As early as 1993, Broome (1993) recommended literature reviews as a strategy to assist in the development of concepts. Many graduate students in nursing and other sciences learn about synthesizing literature throughout their academic programs using a variety of guides including Cooper’s (1998) Synthesizing Research: A Guide for Literature Reviews as a common reference or......

Words: 1365 - Pages: 6

Free Essay

Judicial Review

...Judicial Review: proposals for reform December 2012 Consultation Paper CP25/2012 Consultation start date: 13 December 2012 Consultation close date: 24 January 2013 Judicial Review: proposals for reform Presented to Parliament by the Lord Chancellor and Secretary of State for Justice by Command of Her Majesty December 2012 Cm 8515 £16.00 © Crown copyright 2012 You may re-use this information (excluding logos) free of charge in any format or medium, under the terms of the Open Government Licence. To view this licence, visit http://www.nationalarchives.gov.uk/doc/open-government-licence/ or email: psi@nationalarchives.gsi.gov.uk Where we have identified any third party copyright material you will need to obtain permission from the copyright holders concerned. Any enquiries regarding this publication should be sent to Michael Odulaja, Administrative Justice, Court and Tribunal Fees and Coroner’s Policy Team, Ministry of Justice, Post Point 4.34, 102 Petty France, London, SW1H 9AJ. This publication is available for download at www.official-documents.gov.uk and on our website at www.justice.gov.uk ISBN: 9780101851527 Printed in the UK by The Stationery Office Limited on behalf of the Controller of Her Majesty’s Stationery Office ID 2529331 12/12 Printed on paper containing 75% recycled fibre content minimum. Judicial Review: proposals for reform Contents Foreword 1. Introduction 2. Background 3. The case for change 4. Time limits for bringing a......

Words: 11446 - Pages: 46

Free Essay

Systematic Review

...Systematic Review NUR/518 University of Phoenix Systematic Review The purpose of a systematic review is to attempt to find, evaluate and synthesize high quality research relevant to the research question. A systematic review uses carefully developed data collection and sampling procedures that are put in place in advance as a protocol. (Polit, 2012). A systematic review must contain the following: a clear inclusion and exclusion criteria, an explicit search strategy, systematic coding and analysis of included studies, and a meta-analysis if possible. (Hemingway & Brereton, 2009). Systematic reviews are conducted by nurse researchers to avoid reaching incorrect or misleading conclusions that could arise from a biased study. Systematic reviews are perceived by many as the cornerstone of evidence-based practice. (Polit, 2012). The issue of concern that this article addresses is “to systematically evaluate nurse working conditions and to review the literature dealing with their association with patient outcomes.” (Bae, 2011). “The aim of this study is to fulfill two objectives: a systematic evaluation of nurse working conditions and a review of the literature dealing with the association between nurse working conditions and patient outcomes. The innovative review of research on working conditions focused on the relationships between nurse working conditions and patient outcomes.” (Bae, 2011). The author of this systematic review, Dr. Sung-Hei Bae, is......

Words: 1219 - Pages: 5

Premium Essay

Judicial Review

...Judicial review is the power of the Supreme Court to decide whether or not a law is constitutional. The Supreme Court has the power to say that a law that Congress passed violates the Constitution and is therefore invalid. But when should the Court do this? When should it overturn a law that has been passed by Congress which, unlike the Supreme Court, has been elected by the people? This is where judicial philosophy comes in. There are generally said to be four judicial philosophies that come in two pairs. First, there are the philosophies of loose constructionism and strict constructionism. Strict constructionism holds that the Supreme Court should interpret the Constitution very strictly. If the Constitution does not say (for example) that there is a right to privacy, then there is no such right. Loose constructionism says that the Court should go more by the general meaning of the Constitution, not by its exact words. Therefore, a loose constructionist would say that the Constitution implies that we have a right to privacy and therefore we do have that right. Second, there is judicial activism and judicial restraint. Judicial activists believe that judges should strike down laws relatively often. If the Court thinks the law is unconstitutional, it should not hesitate to strike it down. Those who believe in judicial restraint think the Court should not strike laws down very often. Instead, the Court should generally let Congress do what it wants because......

Words: 260 - Pages: 2

Free Essay

Judicial Review

...Further provision with respect to the liability of the railway administration as a carrier of luggage 74. The railway administration shall not be responsible for the loss, destruction or deterioration of any luggage belonging to or in charge of a passenger unless the railway servant has booked and given a receipt therefor. Further provision with respect to the liability of the railway administration as a carrier of articles of special value 75. (1) When any articles mentioned in the second schedule are contained in any parcel or package delivered to the railway administration for carriage by the railway, and the value of such articles in the parcel or package exceeds three hundred Taka, the railway administration shall not be responsible for the loss, destruction or deterioration of the parcel or package unless the person sending or delivering the parcel or package to the administration caused its value and contents to be declared or declared them at the time of the delivery of the parcel or package for carriage by the railway, and, if so required by the administration, paid or engaged to pay a percentage on the value so declared by way of compensation for increased risk. (2) When any parcel or package of which the value has been declared under sub-section (1) has been lost or destroyed or has deteriorated, the compensation recoverable in respect of such loss, destruction or deterioration shall not exceed the value so declared, and the burden of......

Words: 318 - Pages: 2

Premium Essay

Life Review Paper

...Life Review Assignment Lutricia Le The University of Texas at Arlington, College of Nursing In partial fulfillment of the requirements of N3261 Nursing of Older Adults Denise Cauble RN, PhD (c), CWOCN July 3, 2013 Life Review Assignment After learning of this opportunity to interview an elderly adult, I already had a candidate in mind. S.F. is the grandfather of my boyfriend and this was the perfect opportunity to learn more about his family roots. It made for an easier interview because I was able establish more intimate connections by interviewing the grandfather of someone so close to me. S.F. is an 80 year old Caucasian male living with his wife of 59 years in Mineral Wells, Texas. Born in Brazos, Texas, he is the middle of five children. During his adolescent years, he worked on his family farm with his brothers and sisters while pursing education. He graduated from Texas Christian University with a bachelor’s degree in education. He then moved forward to the Air Force in hopes of becoming a pilot, but discovered at this time that he was color blind and could not continue on. Afterwards, he continued his education at Texas Wesleyan University and obtained his master’s degree in education. He later became a basketball coach and teacher in Weatherford ISD and eventually became school superintendent. One of the more profound benefits of performing a life review was that S.F. was given a chance to reflect back and reminisce on past memories. During his......

Words: 1437 - Pages: 6

Premium Essay

Performance Review Evaluations

...An Evaluation of Performance Reviews How does a company fully understand the value of an employee? Today, most companies perform what are called performance reviews and this article shows us the effects that this business practice can have on its employees while showing us possible substitutes for this evaluation process. While this article does focus mainly on the employees, the article’s introduction shows the manager’s perspective while discussing the possible ramifications of no more performance reviews. The fear that most companies have when discussing ending performance reviews is the loss of an employee value measuring stick and that their managers will no longer feel the need to give necessary feedback to the employees. Not only will the company no longer know which employees are most important to them, but their quality of work will suffer due to necessary management not being performed. Despite these fears, this article encourages the pursuit of more beneficial and efficient business standards. The argument against the performance review process is split into three main points: managers cannot assess employees accurately, performance reviews demotivate more than they motivate, and that reviews do not improve a company’s performance. The first is a major flaw in the entire process because that is exactly the whole purpose of this procedure. A large problem facing the practice of performance reviews seems to be the enormous bias that comes with the interviewer,......

Words: 1192 - Pages: 5