Free Essay

Cours Macro-Éco

In: Science

Submitted By raoulduke74
Words 16045
Pages 65
Macro-économie

Partie 1 : Le long terme |

Corrélation dans les mouvements cycliques : récession appelle au pessimisme alors que l’expansion appelle à l’optimisme. On parle avec des termes médicaux pour parler de l’économie : l’état de santé. I. La croissance économique
1 – La croissance dans les pays développés depuis 1950
La PPA augmente dans les pays membres de l’OCDE. Rapport de 1 à 13 entre les Etats-Unis et l’Inde au niveau de leur différence dans la parité de pouvoir d’achat. La croissance des Etats-Unis, membre de l’OCDE est 13 fois supérieure à celle de l’Inde.
La croissance dans chacun des cinq pays (France, Allemagne, Japon, Royaume-Uni et Etats-Unis) augmente le niveau vie depuis 1950 : rapport entre croissance et niveau de vie. On constate également que la croissance diminue depuis le milieu des années 1970. Elle passe en moyenne de 4,5% à 1,9% de croissance annuelle. Les niveaux de production des cinq pays ont convergé, une différence est de plus en plus faible entre les Etats-Unis et les pays qui sont juste derrière.
2 – Une approche plus large du temps et de l’espace
1. Un aperçu historique
2. Une comparaison entre les pays La croissance mondiale permettrait d’avoir une convergence des niveaux de production par rapport aux pays membres de l’OCDE ? Plus on avance dans le temps, plus il y a convergence de la production des pays développés. La convergence s’établit aussi dans les pays asiatiques. On remarque que les pays d’Afrique n’arrivent pas à atteindre cette convergence
3 – Comment analyser la croissance ? * Quels sont les déterminants de la croissance ? * Quel est le rôle de l’accumulation du capital ? * Quel est le rôle du progrès technique ?
La fonction de production : théorie de la fonction de production avec input et output. Travailler sur la relation entre le produit (output) et le processus de production (input) Production = Fonction (K, N) Capital – Travail.
4 – L’origine de la croissance
Une augmentation de la production par travailleur (Y/N) peut venir d’une augmentation du capital par travailleur (K/N). Au fur et à mesure que (K/N) augmente, (Y/N) augmente.
La croissance peut venir d’une amélioration de la technologie de production qui déplace la fonction F et entraîne une plus grande production par travailleur.
La croissance est le résultat de l’accumulation du capital et du progrès technique

II. Le progrès technique, l’accumulation du capital et la croissance
1 – Production et capital Hypothèse 1 : L’emploi est constant, l’emploi est égal à la force de travail multiplié par 1 moins le taux de chômage. Hypothèse 2 : Comme N est constant, on va se concentrer sur l’accumulation du capital. L’accumulation du capital croît. Hypothèse 3 : le progrès technique n’évolue pas. Y/N = fonction de K/N. La relation entre production et capital montre ou démontre qu’un niveau plus élevé de capital par travailleur entraîne une production par travailleur plus importante. 1. Production et investissement

Hypothèse 1 : on suppose que l’économie est fermée : importations et exportations pas importantes. Hypothèse 2 : on se concentre sur l’épargne privée, on laisse de côté le rôle du gouvernement. (G=0). L’épargne se définit par S = Y-C Du coup, le PIB s’écrit : Y = C + I Investissement sur une période t va être égal à une proportionnalité par production sur une période t. Plus il y a propension à investir, plus il y a propension à produire qui est proportionnel à l’épargne. It = sYt 2. Investissement et accumulation du capital Lier un investissement qui est un flux avec un capital qui est un stock. 3. Le taux d’épargne et la production On va supposer qu’il existe un effet du taux d’épargne sur la croissance de la production par travailleur. Le taux d’épargne n’a pas d’effet sur le long terme, le taux de croissance de l’économie est donc nul. On peut observer que les pays qui détiennent un taux d’épargne très élevé auront un niveau de production par travailleur plus élevé. Une augmentation du taux d’épargne entrainerait une forte croissance pendant un temps jusqu’à un stade stationnaire.
2 – Le progrès technique et le taux de croissance
1. Progrès technique et fonction de production Le progrès technique a plusieurs dimensions : il permet de produire en grande quantité avec un même niveau de capital et de travail (automatisation). Le progrès technique permet de produire des produits de meilleure qualité. Il permet aussi de créer de nouveaux produits via l’innovation. Il permet de produire une grande variété de produits. Cela répartit de nouvelles tâches (destruction-création d’emplois). Réduction du nombre de travailleur avec la même quantité de travail. Le progrès technique favorise l’augmentation de la quantité de travail effectif de l’économie.
2. Interaction entre production et capital

La production par travailleur effectif augmente avec le capital mais elle est moins rapide. L’investissement est égal à l’épargne mais avec un taux d’épargne constant. Il faudra connaître la quantité d’investissement effectif pour maintenir un stock de capital constant. Il y a une dynamique entre le capital et la production
3. Dynamique entre capital et la production. A l’état stationnaire, le tx de croissance de la production= tx de croissance de la population + progrès technique. Si toutes ces variables augmentent au même niveau, on appelle ce la le sentier de la croissance équilibrée. Sur ce sentier, on voit que le capital par travailleur effectif et la production par travailleur effectif sont constants. Le capital et la production augmentent en relation avec le taux du progrès technique. 4. L’incidence du taux d’épargne. Suivant l’augmentation du tx d’épargne, on constate que le capital et la production par travailleur effectif augmente puis on arrive à l’état stationnaire.
3- Les déterminants du progrès technique
1. La fécondité du processus de recherche. Succès des relations entre recherche fondamentale et recherche appliquée. Il faut que le pays soit tourné vers la recherche fondamentale (ex. pays émergeants). Il faut plusieurs années pour que le potentiel de la découverte soit appliqué. 2. Appropriabilité des résultats de la recherche. Nature de l’appropriation : on crée des centres Nature de la production (brevets). 4. Les faits empiriques de la croissance, une nouvelle perspective. Croissance soutenue Ralentissement de la croissance Convergence de la croissance
1. Accumulation du capital ou progrès technique ? Un taux PT élevée = croissance soutenue ? Périodes d’ajustements ? Lorsque forte croissance, il y aurait un rapide progrès technique élevé et pas une accumulation du capital. A l’inverse, un ralentissement de la croissance générerait une faible accumulation du capital et pas influencé au progrès technique. La convergence combinerait production et PT plutôt que de l’accumulation du capital. 5. Les secrets de la croissance et le rôle des institutions 1. La nouvelle économie. Pour les pays de l’OCDE, l’augmentation de la croissance varie selon les filières et les pays. Pour les autres pays, les différences sont importantes. La macro s’intéresse sur les pays émergents vers des critères de convergence. La nouvelle éco est née dans les années 90 avec les NTIC mais on en fait un peu trop. Augmenter les NTIC ne suffit plus à augmenter la production. III. Le modèle IS/LM. 1. La demande globale.
1. La consommation. Le principal déterminant de la demande globale est la consommation des ménages. YD : revenu des ménages. I : taux d’intérêt. CD= C (YD, i) 2. L’investissement. L’investissement va mesurer les dépenses brut des entreprises et des ménages pour accroitre le stock de capital. Entreprise= production, ménage=immobilier. Dépend de 2 facteurs : Niveau des ventes et du taux d’intérêt. I= investissement. I= I (Y, i). L’investissement est positif si les revenus sont forts. 3. Les dépenses gouvernementales, G. Les variables G et les variables des impôts (T) sont exogènes, elles n’auront pas un lien direct avec le calcul. 4. La demande globale, Z. Elle est liée à la consommation et à l’investissement. 2. L’équilibre sur le marché des biens (I/S). L’égalité de l’offre et de la demande s’écrit donc : Y = C(Y-T, i) + I(Y, i) + G. On peut réécrire l’équation précédente d’une manière plus suggestive : S(Y-T, i) = Y-T-C(Y-T, i). L’équilibre sur le marché des biens peut s’écrire de manière strictement équivalente : S(Y-T, i) = I (i, Y) + G-T. IS va travailler sur l’équilibre du marché des B. Plus le TI est élevé plus le niveau d’équilibre du produit est bas donc la relation entre TI et production est appelé IS (courbe décroissante). 3. Les marchés financiers et la relation L/M. M=PYL (i) M= Masse monétaire PY= revenu nominal (indice des prix x volume de la production). L (i)= Taux d’intérêt. Plus la demande de monnaie est forte, plus le TI d’équilibre est élevé. (Courbe croissante). 4. Le modèle IS/LM. Les deux courbes se croisent. Cette relation contient de nombreuses informations sur la consommation, l’inv, la dde de monnaie etc. 5. Le modèle IS/LM décrit-il ce qui se passe dans l’économie ? Il nous donne un cadre d’analyse entre la production et le TI mais les hypothèses sont trop simples. Le modèle analyse du comportement à court terme.

IV. Les cycles conjoncturels. = relié à un fait. 1. Les caractéristiques du cycle macroéconomique. Le cycle désigne un effet alterné et persistant suite à un retournement de conjoncture.
1. Présentation du cycle. La variable centrale du cycle est la production globale. Il y 4 critères pour avoir un cycle : -Un cycle est alterné -Il est régulier dans le temps -Le cycle a une amplitude -Il est persistant Sarnowitz Victor donne une série de critères pour montrer que le cycle est complexe : -cycle= mécanisme globale (international) -cycle = persistant sur plusieurs années -Il y a inégalité du cycle par rapport aux activités -L’investissement privé a une évolution plus cyclique que la consommation. -La production connaît des variations plus marquées que les ventes. -Les profits sont plus cycliques que les revenus -Le prix des matières premières a des cycles plus importants que les produits industriels -Lors de récession les agrégats monétaires ont tendance à ralentir ou diminuer. -Les taux d’intérêts courts on tendance à évoluer comme un cycle éco globale. Les statisticiens appellent cela des TENDANCES. YT=YDT+CT YT= tendance YDT= tendance sur une période CT= période cyclique sur une période donnée. Il peut avoir une tendance linéaire ou exponentielle. Les conjoncturistes travaillent sur des moyennes mobiles donc intègre k (moyenne de la période). Ils incorporent t : le temps (trimestre). Ce sont des statistiques par trimestre. t-k : trimestre passé. T+k : trimestre futur On va avoir un lissage de ces valeurs brut pour limiter les extrêmes. Yt = yo+at+ct avec a>0 Yt = série brut Yo = aujourd’hui At = tendance trimestre lissé Ct = cycle sur une période donnée Modèle Dynamique Stationnaire = intègre les chocs (pétroliers). 2. Les cycles économiques de l’après-guerre. Si on a 2 trimestres consécutifs de croissance négative cela génère une récession. 1958 : première récession : décolonisation. 1974-1975 : deuxième récession : crise pétrolière. 1991 : troisième récession : crise financière 1993 : quatrième récession : crise obligataire. 2001 : éclatement de la start-up (pas de récession). 2008 : cinquième récession. 2. Les explications du cycle.
1. La théorie des oscillateurs de Samuelson. 1939 : un cycle né est généré par un effet multiplicateur et un phénomène d’accélération.
2. Le cycle de répartition de Goodwin. Le cycle est généré par du profit car chef d’entreprise => inv => changer de locaux => recrutement. Mais il néglige le facteur salaire
3. Le rôle de monnaie de Friedman et Lucas. Ce qui varie réguler la conjoncture et donc le cycle c’est les autorités monétaires. Il faut travailler sur une politique monétaire (rôle de régulation)
4. La théorie des cycles réels (Prescott, Stiglitz). Quelles sont les causes de ces cycles et des variations ? Partie 2 : Les anticipations | Ces perturbations peuvent être géopolitique, institutionnel… Environnement aléatoire. La prospérité génère la croissance des salaires, un disponible des entreprises (recrutement) et des dividendes plus importants. Une baisse d’activité peut restaurer une profitabilité par une baisse modérée des salaires et une baisse des dividendes. Or depuis 2005, les dividendes ont augmenté, les salaires sont stables.

I. Les outils fondamentaux.

* Comment je peux faire un emprunt ? * Quand est ce que je vais acheter (voiture) ? * Est-ce que mon emploie est sur ? * Je veux acheter des machines, est-ce que je dois attendre que mes capacités de productions soient optimales * Quand est-ce que je dois acheter des titres ? quand ils sont en haut ou en bas ?

Les décisions éco dépendent d’anticipations sur ce qui se produira dans le futur.

Il faut distinguer le taux d’intérêt réel et le taux d’intérêt nominal.
Il va falloir travailler sur la valeur actuelle anticipée.

1. Taux d’intérêt réel et taux d’intérêt nominal.

En 1981, le TI à court terme, sur les obligations publiques françaises était de 15,3%.
En 2008, elles étaient de 3,7%
En 1981, l’inflation était de 13,4%
En 2008, elle était de 2,8%

Le TI explique combien il va falloir payer dans le futur pour avoir une unité supplémentaire de monnaie.
On ne consomme pas des euros mais des biens.
Combien de biens devront nous renoncer dans le futur pour obtenir un bien aujourd’hui ?

TI nominal est taux en unité de monnaie nationale.
TI réel est taux en terme de panier de biens.

On suppose que le TI nominal est It
On suppose que le TI réel est Rt

2. Taux d’intérêt nominal et taux d’intérêt réel en France depuis 1975.

Le TI réel a augmenté mais le TI nominal a baissé. Signal de désendettement jusqu’en 2008.

3. Valeur actuelle anticipée.

Est ce que je dois attendre des profits supplémentaires pour compenser le coût d’achat de mes machines ?
Jusqu’en 2008 non, mais depuis oui.
La VAA est une suite de revenus permettant de me projeter dans mes achats. Si le revenu anticipé a une valeur plus forte que le coût d’achat, j’achète sinon non.
Si je veux emprunter 1€, il faudra que je paye 1+ le taux d’intérêt de l’année prochaine.

1. Calcul de la valeur actuelle anticipée.

Permet de calculer le risque d’emprunt à terme en fonction du revenu initial.

II. Anticipations, consommation et investissement.

1. La consommation (théorie du revenu permanant Friedman, théorie du cycle de vie Modigliani).

Ces 2 théories ont utilisé des modèles intemporels. Elles prennent en considération la richesse, le TI et pas le temps.

Revenu permanant : le fait d’investir se fait sur une durée de vie infinie. Ce qui importe c’est l’accumulation de richesse (relation entre richesse et consommation).

Pour Modi, puisque je travaille sur les comportements individuels, on va faire coexister des agents ou des acteurs qui vont réagir de manière finie ou infinie.

Fried, met l’accent sur la capacité de l’agent de planifier sa conso.
Voir étude PISD

1. Le consommateur prévoyant.

Il fait la somme des valeurs afin de déterminer son capital futur.

2. Vers un modèle plus réaliste.

Personne n’investit sur une période longue.
Le calcul doit prendre en compte la typologie des achats.
Définir des calculs sur un âge légal de la retraite est trop restrictif
La conso sera fonction du revenu
Richesse est la somme du patrimoine et du capital humain.
3. Revenu courant, anticipation et consommation

Pour consommer, il faut anticiper le revenu et le taux d’intérêt futur et les impôts futurs. On pourra donc déterminer une richesse patrimoniale. La conso est proportionnelle au revenu courant afin de déterminer une richesse patrimoniale

2. L’investissement.

Est ce que je décide d’acquérir des machines ?
1. investissement et anticipation de profit.

Il faut estimer la durée de vie de la machine (1- δ) : taux de dépréciation environ 4% par an.

Il faut calculer la valeur du profit anticipé.

Entreprise : équilibre entre plusieurs facteurs. L’inv va dépendre positivement de la valeur du profit anticipé. Plus les profits courants ou futurs sont importants plus les revenus actuels sont en proportion corrélative.

2. Profits courants et anticipés.

Les variations du profit et de l’inv vont déprendre de la FBCF au stock du capital. Le profit et l’inv sont en train de se corréler. Les entreprises qui sont assujettis à des décisions d’inv le feront si le profit est élevé. Plus les profits sont élevés, plus l’inv sera conséquent.

3) La volatilité de la consommation et de l’investissement.

Conso moins volatile car dépend du revenu.
L’inv est lié à la décision de l’entreprise. Plus volatile
Donc la plus grande volatilité de l’inv par rapport à la conso a un impact sur l’éco.

III. Les choix de consommation en environnement incertain.

Dans ce modèle, le fait de conso est lié à l’environnement macro dans lequel on se situe.
Processus de variables aléatoires.
Certitute gérée par les institutions

Partie 3 : L’économie Ouverte |

I. L’ouverture des marchés des biens.

Possibilité pour un conso ou une entreprise de choisir un bien national ou étranger.
Droits de douanes :
Quotas : PAC, stratégie de quotas. Ratio que les pays récepteurs se réservent.

1. Les choix entre les biens nationaux et les biens étrangers.

On va réfléchir sur l ‘équilibre du marché des biens. Capacité pour une conso d’acheter des biens nationaux et/ou étrangers.

2. Les taux de change nominaux.

On va faire le rapport entre 2 monnaies (nationale/ étrangère ou étrangère/nationale)
Prix de la devise étrangère en terme de devise nationale

Taux de change nominal (E). On aura soit une appréciation ou une dépréciation

Le taux de change nominal ne suffit pas. Il faut voir l’appréciation ou la dépréciation.

Les taux de change réels.

On suppose 2 produits. A : une cadillac (GM), B : velsatis (Renault)
On va prendre le prix de la cadillac : 40000$. Si elle est vendue en France il faut les rapporter en euros. A cet époque 1$=0, 80€. Donc elle vaut 32000€

Quel serait le ratio du prix d’une cadillac en euros ?

Velsatis 50000€
Le taux de change réel entre la France et les EU est égal à 0,64 (32000/50000).

Voiture = Biens de conso : Qté de produits aux EU et la France n’est pas la même.
(Nbre de cadillac produites au EU/ nbre de velsatis produites en France)

4 vecteurs : prix, concurrence, quantité, qualité

La balance des Paiements.

Calcul des transactions d’un pays avec le reste du monde.

Les comptes de transactions courantes : transactions effectuées en monnaie pour une exportation ou une importation

Compte de capital : actifs non financiers. Toutes les acquisitions de brevets.

Les comptes financiers : compte de flux financiers avec le reste du monde.

La mise en perspective.

Ouverture du marché des biens dépend du taux de change réel qui dépend à son tour du taux d’intérêt pratiqué dans le pays et du taux de dépréciation anticipée de la monnaie nationale.

Partie 4 : Les Dysfonctionnements |

I. Les dépressions

1. Désinflation, déflation et trappe de liquidité.

Toutes fluctuations est à court terme. Si il y a dépression c’est qu’il y a moyen terme l’équilibre est rompu.
On suppose qu’un choc négatif va entrainer une baisse de produits à un point A et donc le niveau de production se trouve en dessous du niveau d’équilibre ce qui entraine une baisse du niveau des prix. Puis ce prix va augmenter car les quantités diminuent.

Tant que la production est inférieure au niveau naturel, le niveau des prix continuent de baisser LM vers le bas. Et on arrive à un moment ou le produit retrouve un niveau naturel (point C).

1. Taux d’intérêt réel, taux d’intérêt nominal et inflation anticipée : l’effet pervers d’une déflation.

La décision de dépense est liée à la courbe IS. C’est le taux d’intérêt réel qui intervient.
Lorsque je prends en compte la dde de monnaie LM je prends l’intérêt nominal
Taux d’intérêt réel = nominal- inflation anticipée

2. La trappe de liquidité.

Une Bque Centrale veut mettre fin à la chute d’un produit. Traduire une politique monétaire expansionniste. La BC va travailler sur le TI pour qu’il soit le plus proche de 0. Quand le TI devient égal à 0, on ne peut plus travailler. Et on tombe dans la trappe à liquidité. (Ex : Japon).

3. La Grande Dépression.

1929 : taux de chômage américain 3,2% est passé à 24,9% en 5ans
En 10 ans, redescend 4,7%
Jamais on a vu une production diminuée aussi rapidement. Baisse annuelle de la production entre 29 et 32 -8,6pts.
Il faut du temps pour qu’il y ait reprise

La chute des dépenses.

Elle n’est pas seulement liée au crack boursier. Déjà il y avait une récession. En octobre 29, fin de 21ans de reprise. Pourquoi ce crack ?

Surprise de tous les analystes : car non prise en compte de la bulle financière. Décrochage avec la réalité. Keynes observe et écrit. La MM se contracte
La contraction de la masse monétaire.

Comme la production s’affaiblit, le chômage augmente. Le chômage entraine une baisse des salaires. La baisse des salaires génère une baisse des prix (marge s’écroule). La baisse des prix entraine une augmentation de la MM réelle. Elle déplace la courbe LM. Et retrouve son point d’équilibre 10ans plus tard.

Les effets de la déflation.

=baisse des prix = Générateur de baisse de la production. C’est pourquoi Rooswelt a lancé le New Deal pour compenser la baisse de la production.

La reprise.

A partir de 33 surtout en 41 grâce à la politique budgétaire et monétaire en 1932. La MM nominal augmente. Entre 33 et 41, le stock nominal de la MM augmente.
En 34, la baisse des prix s’arrête, inflation faible et IPC atteint 80.

II. La crise des subprimes.

1. Marchés financiers, prime de risque et effets macroéconomiques des crises financières.

a. Les effets d’une révision des valeurs futures anticipées de différentes variables.

Les crises se résolvent avec des dommages gradués.

2. La nouvelle finance et la crise des subprimes.

III. La grande inflation.

1. Déficit budgétaire et création monétaire.

En 1913, la valeur de la monnaie circulant était de 6milliards de Mark. En octobre 23, 6milliards mark ne suffisait pas à acheter une baguette. Un mois plus tard, le prix du pain était de 428milliards. Jamais on a vu une hyper inflation aussi importante. (45 Hongrie, Bolivie 85)

Déficit budgétaire et création monétaire.

Soit l’Etat emprunte grâce à des obligations, Soit il crée de la monnaie

2. Inflation et encaisse réelles.

Lorsque l’inflation augmente, les agents utilisent moins la monnaie.

3. Déficits et inflation.

4. Comment stopper l’hyperinflation ?

1er moyen : geler les subvention et/ou suspendre le remboursement de la dette extérieur
2ème moyen : payer des taxes pour compenser le maque à gagner de l’Etat.
3ème moyen : la BC prend l’engagement de ne plus monétiser la dette de l’Etat.
4ème moyen : un contrôle des prix.
5ème moyen : réduction des déficits.

IV. La politique économique. 1. Incertitude et politique économique.

Les décideurs doivent coordonner leurs actions plutôt que de les définir unilatéralement.
On ne peut pas standardiser la résolution des crises.
L’incertitude entraine une temporalité de ces actions. Le FMI ne peut pas régler le pbm d’un pays comme il le résoudrait pour un autre

2. Anticipations et politique économique.

Ref à la théorie des jeux.

Etablir la crédibilité.

La BC n’est pas un établissement de régulation. Elle doit être indépendante de tte décisions politique.
Le Gouverneur de la BC doit être un adepte de la non inflation.

b) Cohérence temporelle et contraintes sur les décideurs

Partie 1 : Introduction à la macroéconomie

Chapitre 1 : Tour du monde

1. L'Europe et les Etats-Unis
Depuis les années 30, les Etats-Unis connaissent une importante croissance, à l'inverse de l'Europe. La croissance des années 90 est expliquée par :
- Les Etats-Unis est entrés plus tôt que l'Europe dans le monde des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Les travailleurs sont donc plus productifs.
- Le rôle de la politique économique. Les Etats-Unis ont menés une politique monétaire plus souple, plus adaptée à la croissance, contrairement à l'Europe qui a eu du mal avec l'unification monétaire.
- Le rôle du marché du travail. L'Europe connaît un taux de chômage moyen qui est, en moyenne, plus du double du niveau américain.
La croissance plus forte des Etats-Unis explique que le taux de chômage soit plus faible, mais la causalité inverse est possible.

2. L'Union Européenne
Le PIB de l'Union est de 8147 milliards d'euros. Son taux de croissance tournait autour de 4,8% entre 1960 et 1974, et tourne autour des 2% depuis. Le PIB de l'Union Européenne est à peu près égal au PIB des Etats-Unis.

Le taux de croissance du PIB mesure la vitesse à laquelle une nation s'enrichit. Le taux de chômage mesure la proportion de travailleurs dans l'économie qui n'ont pas d'emploi et qui en cherchent un. Le taux d'inflation mesure le taux moyen de l'augmentation des prix au cours du temps.

Dans les années 90, les performances économiques de l'Union ont été décevantes (croissance faible et chômage élevé), mais l'inflation est basse. La création de l'Euro a pour but de résoudre les problèmes qui sont identiques dans tous les pays de l'Union.

1) Comment réduire le chômage ?
De 1960 à 1980, L'Union avait un taux de chômage inférieur aux Etats-Unis. La tendance s'est inversée depuis. En cause :
- Les rigidités du marché du travail (allocation de chômage trop élevée, salaire minimum trop élevé, trop grande protection des travailleurs) bloquent la flexibilité du marché, contrairement aux Etats-Unis.
- Le chômage résulte de mauvaises mesures de politique macroéconomique. Un changement d'inflexion de la politique relancerait la demande et diminuerait le taux de chômage.
- La solution la plus envisagée est une modification de la régulation du marché du travail avec une relance de la demande.

2) Pourquoi l'Euro ?
La monnaie unique européenne a une importance symbolique. L'Euro offre des avantages économiques sur les gains de change. L'euro pourrait permettre de faire de l'Union Européenne une des plus grandes puissances économiques. Cependant, cela représente aussi des coûts : politique monétaire unique, taux d'intérêt identiques.

3. Les Etats-Unis
Le PIB des Etats-Unis s'élève à 9900 milliards de dollars (23% du PIB mondial). Les années 90 ont été remarquées par une récession suivie par une longue expansion. La croissance est relativement bonne (3,5%), le taux de chômage baisse et l'inflation est faible.
Depuis 1975, le taux de croissance moyen a baissé de 2,5% à 1%. Depuis 1995, le taux de croissance moyen a retrouvé son niveau initial. Les causes de cette chute, spécifique aux pays riches, sont :
- un essoufflement
- une recherche moins productive
- pas assez d'investissements en nouveau capital
- une illusion statistique due à des erreurs de mesure.

1) Pourquoi les inégalités salariales ont-elles augmenté ?
Depuis les années 80, les inégalités salariales ont augmenté. Le manque de qualification combiné avec le ralentissement de la croissance diminue les salaires. Les origines de la hausse des inégalités sont :
- Le commerce international. Les travailleurs non qualifiés subissent la concurrence des pays pauvres à bas salaire.
- La nature du progrès technique. Les nouvelles machines nécessitent de la main d'œuvre qualifiée.

4. Le Japon et l'Asie de l'Est
Le taux de croissance du Japon était très élevé (6%). Le PIB s'élève à 4574 milliards de dollars. Depuis les années 90, la croissance est très basse (< 1%). Le taux de chômage atteint des records pour le pays (5,32%).

1) Pourquoi le Japon est-il en crise dans les années 90 ?
L'évolution des valeurs boursières entre 1985 et 1990 est en cause. L'indice Nikkei, indice synthétique de la Bourse japonaise, a subit une bulle spéculative sur cette période, avec un mouvement similaire dans le prix d'autres actifs tels la terre ou le logement.
Pour stimuler la demande, la Banque centrale japonaise a baissé ses taux d'intérêts (< 1%) et le gouvernement a diminué les impôts. Cependant, on ne remarque pas d'effets. Le problème serait structurel, car beaucoup de banques risquent la faillite à cause de prêts non remboursés. Le système bancaire doit être assaini.

2) Quelle a été la cause de la crise asiatique de 1997 ?
Les dragons asiatiques (Hong-Kong, Singapour, Corée du Sud et Taiwan) ont connus une croissance forte depuis les années 70 (8%).

A côté, de nombreux pays pauvres connaissent une croissance très rapide. La Chine, malgré sa taille, connaît une croissance très rapide (9%) depuis 1970 et peut devenir l'une des plus grande puissance économique.

La crise asiatique de 1997 a débuté en Thaïlande. Des investisseurs étrangers ont fait s'effondrer la Bourse et le cours du bath (monnaie). D'autres pays (Malaisie, Indonésie et Corée) ont connu le même problème. Malgré leur croissance, les pays souffraient de problèmes structurels. Cependant, la croissance est repartie.

Chapitre 2 : Les grandeurs de la macroéconomie

1. La production globale
Depuis 1945, on utilise des systèmes de comptabilité nationale. Le produit est déterminé par la demande à court terme, par la technologie, le stock de capital et la population active à moyen terme, et par des facteurs comme l'éducation, la recherche, l'épargne et la qualité du gouvernement à long terme.

1) PIB, valeur ajouté et revenu
La mesure de la production globale est le produit intérieur brut PIB.

- Le PIB est la valeur des biens et services "finaux" produits dans l'économie durant une période donnée. Un bien intermédiaire utilisé dans la production du bien final ne doit pas être compté.

- Le PIB est la somme des valeurs ajoutées créées dans l'économie au cours d'une certaine période. La valeur ajoutée par une firme durant le processus de production est la valeur de sa production moins la valeur de ses consommations intermédiaires.

- Le PIB est la somme des revenus distribués dans l'économie au cours d'une période donnée. Les revenus sont les impôts indirects et les revenus du capital et du travail.

2) PIB nominal et PIB réel
Le PIB nominal est la somme des quantités de biens finaux produits multipliés par leur prix courant. Le PIB peut croître suite à une augmentation de la production ou suite à une hausse des prix.

Le PIB réel est la somme des quantités de biens finaux multipliés par un prix constant. Le PIB réel doit être défini comme une moyenne pondérée de la production de tous les biens finaux.

Le taux de croissance du PIB pour l'année t vaut (Yt – Yt-1) / Yt-1. Les périodes de croissance positive sont appelées expansions et les périodes négatives récessions. Les économistes n'utilisent le terme récession qu'après 2 trimestres successifs de croissance négative.

2. La composition du PIB
La consommation C est l'ensemble des biens achetés par les ménages. Elle représente la part la plus importante du PIB (54%).

L'investissement I se décompose en investissement des entreprises et des particuliers. Il représente 20% du PIB.

Les dépenses gouvernementales G sont les achats de biens et services par le gouvernement. Ces dépenses n'incluent pas les transferts opérés par le gouvernement, ni les intérêts payés sur la dette publique. Elles représentent 24% du PIB (50% en incluant les transferts et intérêts).

La balance commerciale ou exportation nette est la différence entre les importations M, achats de biens étrangers, et les exportations X, vente des biens nationaux. Si les exportations sont supérieures aux importations, on a un excédent commercial, et un déficit commercial dans le cas contraire.

La différence entre les biens produits et les biens achetés pour une année donnée est la variation de stocks Is. Si la production excède les ventes, les firmes accumulent des stocks, la variation de stock est positive; et inversement.

=> Y = C + I + G + (X-M)

3. Les autres grandes variables macroéconomiques

1) Le taux de chômage
Taux de chômage = chômeur / actifs u = U/L
La population active = travailleurs + chômeurs L = N + U

Le nombre de chômeur a longtemps été déterminé par le nombre de personne inscrites dans les bureaux du chômage. Aujourd'hui, on utilise des enquêtes auprès des ménages. Les personnes découragées sont des personnes qui renoncent à chercher du travail quand le chômage est élevé.
Le taux de participation est le rapport de la population active à la population en âge de travailler.
Quand le chômage est élevé, le taux de participation est faible.

- Chômage et activité
Dans la plupart des pays, il y a une relation nette entre les variations de l'emploi et le taux de croissance du PIB. C'est la loi d'Okun. Une forte croissance s'accompagne d'un faible chômage. Le taux de chômage est donc un indicateur de l'état de l'économie.

- Répercussions sociales du chômage
Le chômage a des effets directs sur le bien-être des chômeurs. Le chômage est synonyme de souffrance économique et psychologique. Certains groupes, comme les jeunes ou les travailleurs non qualifiés sont particulièrement touchés.

2) Le taux d'inflation
L'inflation est une hausse entretenue du niveau général des prix. Le taux d'inflation est le taux d'accroissement du niveau des prix.

- Le déflateur du PIB
Le déflateur du PIB de l'année t, Pt, est le ratio du PIB nominal au PIB réel durant l'année t. Pt = PIB nominal en t / PIB réel en t. taux d'inflation (Pt – Pt-1)/ Pt-1.

- L'indice des prix à la consommation
Les consommateurs ne sont concernés que par le prix des biens qu'ils consomment. Pour mesurer le prix moyen de la consommation ou coût de la vie, on utilise l'indice des prix à la consommation (IPC). Il donne le prix d'un panier de biens déterminé au cours du temps.
L'IPC et le déflateur du PIB réagissent de concert. Cependant, il existe des variations entre les indices quand une variation de prix concerne des biens importés.

- Inflation et chômage
La courbe de Phillips montre qu'il existe une corrélation entre chômage et inflation. Quand le taux de chômage est faible, l'inflation croît.

- Pourquoi les économistes se préoccupent-ils de l'inflation ?
L'inflation pure, croissance proportionnelle entre les prix et les salaires, n'existe pas. L'inflation affecte donc la répartition. L'inflation amène à des distorsions pour les prix fixés par la loi. La fiscalité peut aussi multiplié les distorsions. L'inflation peut conduire à plus d'incertitude rendant les décisions d'investissement plus dure.

Partie 2 : Le long terme

Chapitre 3 : La croissance économique

1. La croissance dans les pays riches depuis 1950
Dans la plupart des pays riches, le PIB n'a cessé de croître depuis 1950. Pour comparer des pays entre eux, il faut diviser le PIB du pays par sa population, c'est le produit par tête. Pour calculer le PIB/tête, on prend le PIB en devise locale qu'on multiplie par le taux de change courant du dollar. Cependant, le cours du taux de change peut énormément varier sans porter atteinte au niveau de vie. De plus, plus la production par habitant d'un pays est faible, plus les prix des biens et services de première nécessité sont bas.
Les chiffres de parité de pouvoir d'achat (PPA) sont construits en utilisant un ensemble de biens et services communs produits dans chacun des pays. Avec les PPA, les Etats-Unis ont le produit par tête le plus important du monde.

- Comparaison entre la France, l'Allemagne, le Japon, le Royaume-Uni et les Etats-Unis
Pour tous les pays, on constate une importante croissance traduisant une augmentation du niveau de vie depuis 1950. Le taux de croissance a diminué depuis le milieu des années 70, ayant pour conséquence que les taux de croissance entre les pays sont moindres après 1973 qu'avant. Les travailleurs peu qualifiés ont été particulièrement touchés par la baisse de la croissance et du revenu, baisse causé par des erreurs d'anticipation. Les niveaux de production dans les 5 pays ont convergés au cours du temps. Pour les pays de l'OCDE, il y a une relation négative entre le niveau de production initial et le taux de croissance depuis 1950.

En résumé, important augmentation du niveau de vie depuis 1950, baisse de la croissance depuis le milieu des années 70, et convergence de la production par habitant au sein des pays riches.

2. Une approche plus large du temps et de l'espace

1) Un aperçu sur 2 millénaires
Depuis la fin de l'empire romain jusqu'à l'an 1500, il n'y a pas de croissance de la production par habitant en Europe. Tous les travailleurs sont employés dans l'agriculture. Les évolutions dans l'agriculture, bien moins importantes que depuis 2 siècles, ont été accompagnées d'une hausse de la population. Ainsi, la production par habitant restait constante.
De 1500 à 1820, et même pendant la révolution industrielle, la croissance du produit par tête est positive mais très faible (1% à 2%). La croissance du PIB/habitant est donc récente. En fait, les forts taux de 1950-60 sont plus insolites que la chute de 1973.

Les Etats-Unis n'ont pas toujours été le leader économique mondial. Chine, Italie, Royaume-Uni, Pays-Bas et Etats-Unis ont joué à une sorte de saute-mouton. On est loin de la convergence lente et classique.

2) Comparaison entre les pays
Au cours des 30 dernières années, la convergence n'a pas été la règle. Les pays qui étaient relativement plus pauvres en 1960 n'ont généralement pas crû plus vite.
Les pays de l'OCDE partent de niveaux de production/habitant élevés et montrent des signes de convergence. La convergence est évidente pour les 4 asiatiques qui connaissent des forts taux de croissance. Pour les pays d'Afrique, la convergence n'est pas la règle et la plupart ont connu des taux de croissance négatifs.

En résumé, la croissance n'est pas une nécessité historique. La convergence des pays de l'OCDE est peut-être le prélude à un nouveau saut de mouton. La faible croissance de 1973 n'est pas surprenante, au contraire de l'explosion de 1950.

3. Comment analyser la croissance ? 1) La fonction de production La fonction de production est la relation qui existe entre le produit, l'output, et les entrants, inputs, du processus de production. On suppose que la production utilise 2 inputs : le capital et le travail. Y = F (K, N) La fonction de production dépend de l'état de la technologie. Un pays qui a une technologie plus avancée pourra produire plus avec une même quantité de capital et de travail qu'un pays dont la technologie est plus primitif. L'état de la technologie est la liste de tous les plans de fabrication de tous les produits et des techniques qui permettent de les produire. - Rendement d'échelle et rendement factoriel Rendement d'échelle constant : 2Y = F (2K, 2N) ou xY = F (xK, xN) Si l'échelle de l'opération est doublée, alors la production doublera. Les rendements d'échelle se rapportent à ce qui se passe pour la production lorsque le capital et le travail augmentent en même temps. Si on augmente un facteur de production, la production sera plus élevée. A cause des rendements décroissants du capital et du travail, une quantité supplémentaire d'un facteur augmentera de moins en moins la production. - Production et capital par travailleur Y/N = F (K/N, N/N) = F (K/N, 1) La quantité de production par travailleur dépend de celle du capital par travailleur.

4. L'origine de la croissance Une augmentation de la production par travailleur (Y/N) peut venir d'une augmentation du capital par travailleur (K/N). La croissance peut aussi venir d'une amélioration de la technologie de production, qui déplace F et entraîne une plus grande production par travailleur pour un niveau de capital par travailleur donné. La croissance est le résultat de l'accumulation du capital et du progrès technique. Cependant, l'accumulation du capital ne permet pas une croissance durable. A cause des rendements décroissants du capital, il faut de plus en plus investir jusqu'au moment où la société ne voudra plus et où la production cessera d'augmenter. Un taux d'épargne plus élevé ne peut pas accroître la production de façon permanente, mais il permet d'obtenir un niveau de production plus élevé. Une croissance durable nécessite du progrès technique. Dans le long terme, une économie qui a un taux de croissance du progrès technique plus élevé, peut dépasser toutes les autres économies.

Chapitre 4 : Progrès technique et croissance 1. Production et capital Y/N = f (K/N) On suppose que l’emploi N, la population, le taux de participation, le taux d’emploi et la population active est constants. Ainsi, Y/N, Y/L et Y sont proportionnels. L'emploi est la force de travail multiplié par 1 moins le taux de chômage. On suppose qu'il n'y a pas de progrès technique. Ainsi, la fonction de production f ne change pas au cours du temps. Yt/N = f (Kt/N) Un niveau plus élevé de capital par travailleur entraîne une production par travailleur plus importante. 1) Production et investissement On suppose que l'économie est fermée -> X = M = 0 ; et on ignore le rôle du gouvernement -> G = 0. => Y = C + I S = Y – C car l’épargne est la différence entre revenu et consommation. => S = I On suppose que l'épargne privée est proportionnelle au revenu. S = s.Y où s = taux d'épargne. Le taux d'épargne n'augmente ni ne diminue lorsqu'un pays s'enrichit. Un pays riche n'aura pas systématiquement un taux d'épargne plus élevé qu'un pays pauvre. => It = s.Yt L'investissement est proportionnel à la production. 2) Investissement et accumulation du capital Le capital est mesuré au début de chaque année. Kt+1 = (I-δ) Kt + It. Relation entre production et accumulation du capital Kt+1/N – Kt/N = s Yt/N – δ Kt/N Les changements de capital par travailleur sont égaux à l'épargne par travailleur moins la dépréciation du capital. 3) Evolution dynamique du capital et de la production Kt+1/N – Kt/N = s f(Kt/N) – δ Kt/N L'évolution du capital par tête entre t et t+1 est la somme de l'investissement et de la dépréciation en t. 4) Capital et production à l'état stationnaire L'état stationnaire, là où convergent la production et le capital par travailleur à long terme, est l'état dans lequel ni la production, ni le niveau de capital par travailleur ne varie. A l'état stationnaire, s f (K*/N) = δ K*/N L'épargne suffit juste à couvrir la dépréciation. La valeur de la production par travailleur à l'état stationnaire est donnée par la fonction de production. Y*/N = f (K*/N) 5) Le taux d'épargne et la production - Le taux d'épargne n'a pas d'effet de long terme sur la croissance de la production par travailleur En effet, l'économie converge vers son état d'équilibre auquel correspond un niveau de production par travailleur. Dans le long terme, le taux de croissance de l'économie est nul, quel que soit le taux d'épargne. Pour obtenir une croissance durable de la production par travailleur, il faudrait que le capital par tête croisse. Avec les rendements décroissants du capital, il faudrait que le niveau de capital augmente plus vite que la production. En épargnant de plus en plus, la fraction d'épargne dépasserait 1, ce qui est impossible. Dans le long terme, le capital par travailleur et la production par travailleur sont constants. - Le taux d'épargne détermine le niveau de production par travailleur dans le long terme Les pays ayant un taux d'épargne plus élevé auront un niveau de production par travailleur plus élevé.

- Une augmentation du taux d'épargne va entraîner une plus forte croissance pendant un temps, mais pas indéfiniment En effet, le taux d'épargne n'a pas d'effet sur la croissance à long terme qui est nulle, et une augmentation du taux d'épargne entraîne une augmentation du niveau de production par travailleur à long terme. Donc, suite à une augmentation du taux d'épargne, la production par travailleur augmente pour atteindre un nouveau niveau et un nouvel état stationnaire

2. Progrès technique et taux de croissance Pour avoir une croissance durable, il faut du progrès technique. 1) Progrès technique et fonction de production Le progrès technique peut : - augmenter la quantité produite avec le même niveau de travail et de capital. - augmenter la qualité des produits. - créer de nouveaux produits. - augmenter la variété de biens. Dans chaque cas, le consommateur reçoit plus de service. Si on considère la production comme un ensemble de services fourni par les biens produits dans l'économie, alors le progrès technique augmente la production des services. L'état de la technologie est une variable qui indique combien on peut produire pour un niveau donné de capital et de travail. Y = F (K, N, A) où A = niveau de la technologie. Y = F (K, AN) Ainsi, le progrès technique réduit le nombre de travailleur nécessaire pour produire une même quantité. Autrement, le progrès technique fait augmenter AN, la quantité de travail effectif de l'économie. Donc les facteurs de production sont le capital K et le travail effectif AN. Les rendements d'échelle sont constants à un état de la technologie donné. XY = F (xK, xAN) Les rendements du capital et du travail effectif sont décroissants. L'état stationnaire est un état dans lequel la production et le capital par travailleur effectif sont constants. Y/AN = F (K/AN, 1) Si f (K/AN) = F (K/AN, 1), alors Y/AN = f (K/AN) => Production par travailleur effectif = capital par travailleur effectif. 2) Interaction entre production et capital (par travailleur) On utilise la dynamique de la production et du capital par travailleur effectif. On suppose que I = S et que s est constant. I = S = s. Y I/AN = s. Y/AN I/AN = s f (K/AN) Pour maintenir un ratio K/N constant, il faut que le stock de capital K augmente proportionnellement au nombre de travailleur effectif AN. On suppose que la population augmente au taux constant gN. Donc le nombre de travailleur croît aussi au taux gN. On suppose que le taux de progrès technique est constant et vaut gA. Donc le nombre de travailleur effectif AN va croître au taux gA + gN. Soit δ le taux de dépréciation du capital. La quantité d'investissement par travailleur nécessaire à maintenir un stock de capital par travailleur constant : (δ + gA + gN) K δK + (gA + gN) K Il faut une quantité δK pour juste maintenir le stock de capital constant, et une quantité (gA + gN) K pour que le capital augmente au même taux que le nombre de travailleur effectif. La quantité d'investissement par travailleur effectif nécessaire à maintenir un stock de capital par travailleur effectif constant : (δ + gA + gN) K/AN 3) Dynamique du capital et de la production L'état stationnaire de l'économie est caractérisée par le fait que le capital par travailleur effectif ainsi que la production par travailleur effectif sont constants, respectivement au niveau (K/AN)* et (Y/AN)*. L'économie converge vers l'état stationnaire, où la production Y et le capital K croissent au même taux que le nombre de travailleur effectif AN, à savoir (gA + gN). Par conséquent, le taux de croissance est indépendant de l'épargne. Une économie ne peut pas croitre durablement à un taux plus rapide que (gA + gN). A l'état stationnaire, la production par travailleur croît au taux du progrès technique. L'état stationnaire est aussi appelé sentier de croissance équilibrée. Sur le sentier : - le capital par travailleur effectif et la production par travailleur effectif sont constants. - le capital et la production par travailleur augmentent au taux gA. - le travail croît au taux gN. - le capital et la production croissent au taux gA + gN. 4) L'indice du taux d'épargne Les changements du taux d'épargne n'ont aucun effet sur le taux de croissance de long terme. Mais une modification du taux d'épargne aura un effet sur le niveau de la production par travailleur effectif à l'état d'équilibre. Une augmentation du taux d'épargne déplace la courbe d'investissement vers le haut. 3. Les déterminants du progrès technique La majorité des progrès techniques est le résultat des activités de recherche et développement des entreprises (2 à 3% du PIB). Les entreprises engagent des frais R&D pour augmenter leur profit. Cependant ces entreprises sont soumises à la menace du copiage d'idée. 1) La fécondité du processus de recherche La fécondité est la manière dont des dépenses permettent d'obtenir des résultats en termes de nouvelles idées et de nouveaux produits. Si une recherche est très féconde, alors, l'entreprise engagera plus facilement des dépenses en R&D, et le taux de progrès technique sera supérieur. Les déterminants de la fécondité sont : - le succès des relations entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, car la seconde dépend de la première. - l'importance du système éducatif et de la culture d'entreprise. Cette dernière organise la production des nouveautés et leur vente. - le temps pour que le potentiel d'une nouvelle découverte soit pleinement réalisé. Certains craignent l'épuisement des découvertes majeures et le ralentissement du progrès technique. 2) L'appropriable des résultats de la recherche Le degré d'appropriabilité des résultats de la recherche est la mesure selon laquelle l'entreprise est propriétaire de sa découverte. Si le degré est très faible, l'entreprise n'engagera pas de frais en R&D et le taux du progrès technique sera faible. - la nature du procédé : la première découverte peut être tellement chère et vite obsolète que personne ne veut la réaliser. - le degré de production des nouveaux produits qu'offre la loi. Sans protection légale, les profits sont faibles. C'est pourquoi, les pays ont des lois sur la propriété intellectuelle et délivrent des brevets. Pour le gouvernement, il existe un conflit entre la protection nécessaire pour inciter les entreprises à investir en R&D, et la volonté de rendre ces nouveautés accessibles à la population. Les pays les moins avancés techniquement défendent moins bien la propriété intellectuelle. 4. Les faits empiriques de la croissance, une nouvelle perspective 1) Accumulation du capital ou progrès technique ? Une économie ayant une croissance supérieure à l'habitude est causé par : - un taux de progrès technique gA plus élevé amenant une production (gA + gN) plus élevée. -> GY = gA. - une période d'ajustement après une augmentation du capital par travailleur effectif -> gY > gA. Pour déterminer la cause de la croissance, il suffit de comparer les taux de croissance de la production par travailleur au taux de progrès technique. - La période de forte croissance de la production de 1950 à 1973 était due à un rapide progrès technique et non pas à une accumulation inhabituelle de capital En effet, le taux de croissance et le taux de progrès technique sont à peu près égaux. Ceci contredit l'hypothèse selon laquelle la croissance serait due à l'accumulation de capitale engendrée par l'après-guerre. Néanmoins, cette hypothèse reste valable pour la croissance de l'immédiat après-guerre. - Le ralentissement de la croissance de la production depuis 1973 vient d'une baisse du progrès technique et non pas d'une faible et rare accumulation du capital. La baisse du progrès technique entraîne une baisse permanente de la croissance. - La convergence des productions par travailleur vient d'un taux de progrès technique plus fort, plutôt que d'une importante accumulation du capital En effet, la différence de progrès technique entre les Etats-Unis et les autres pays est plus forte avant 1973 qu'après. Explication de la convergence : - Si un pays est plus pauvre qu'un autre c'est qu'il a moins de capital de départ. Il accumule ainsi plus rapidement du capital et converge. - Si un pays est plus pauvre c'est qu'il est moins avancé techniquement. Il importe ou développe des nouvelles technologies pour converger. Dans ce cas, la 2ème explication est la bonne. 5. Epilogue : les secrets de la croissance On comprend les mécanismes de base de la croissance, mais on ne peut pas répondre à des questions spécifiques. L'origine de la croissance peut être due au capital physique, au capital humain ou au progrès technique. La différence vient des écarts entre les états de la technologie. Les pays pauvres ont accès à la majeure partie du savoir technique existant. Il ne comble pas leur retard technologique à cause de nombreux facteurs (brevet, guerre,).

Partie 3 : Le court et le moye terme Chapitre 5 : Le marché du travail 1. A propos du marché du travail La population civile non institutionnelle est la population totale sans les militaires, les détenus et les enfants de moins de 16 ans. La population active, ensemble des personnes ayant ou cherchant un emploi, est inférieure à la population civile non institutionnelle à cause de la part des personnes inactives. Le taux de participation est le rapport de la population active sur la population civile non institutionnelle. Le taux de participation a augmenté au cours du temps suite à la hausse du taux d'activité des femmes. Le taux de chômage, défini comme la part des chômeurs dans la population active, varie considérablement. 1) D'importants flux de travailleurs Le taux de chômage peut refléter un marché du travail actif, avec de nombreuses séparations et embauches, et un grand nombre de travailleurs entrant et sortant du chômage. Mais il peut aussi refléter un marché du travail sclérosé, avec peu de séparations, peu d'embauches, et dans lequel une fraction de la population reste au chômage en permanence. Pour déterminer le type de chômage, il faut étudier les données des mouvements de travailleurs. On constate que : - les flux de travailleurs entrant et sortant de l'emploi sont importants. - les flux d'entrées et de sortie du chômage sont importants par rapport au nombre de chômeurs. - les flux d'entrées et de sortie de l'activité sont importants, et la plupart sont issus de ou vont vers l'emploi. L'une des fonctions du marché du travail dans les économies modernes, est de permettre cette constante réallocation du travail entre les firmes. Le chômage ne correspond pas à un stock permanent de travailleurs cherchant indéfiniment un emploi. Cependant, on constate que les Américains trouvent plus facilement du travail que les Européens. Dans le flux activité-inactivité, on retrouve les étudiants cherchant leur premier travail et les travailleurs partant à la retraite, augmentant les chiffres. A cause des chômeurs découragés, les économistes se basent sur le taux de non emploi qui est le pourcentage de personnes sans emploi parmi la population totale, plutôt que sur le taux de chômage. 2) Hétérogénéité de la population active Les importants flux observés entre emploi, chômage et inactivité ne concernent pas de la même façon toutes les catégories de travailleurs. Cette hétérogénéité des expériences sur le marché du travail s'explique en partie par le cycle de vie. Elle s'explique aussi par les différences de qualification et de formation qui existent entre les travailleurs. Parallèlement au marché du travail primaire, où tout est bon, il existe un marché du travail secondaire. 2. Evolution du chômage On observe un trend croissant du taux de chômage, malgré une baisse provisoire. La hausse tendancielle est le résultat d'une hausse brutale de 1975 à 1985 et d'un mouvement plus cyclique depuis ayant un lien avec les récessions et les expansions. Quand la demande diminue, un firme peut stopper les nouvelles embauches et favoriser les départs volontaires voire licencier ses effectifs. Une baisse de l'embauche réduite les chances de trouver un emploi et augmente le taux de chômage. Ainsi une baisse de la demande entraîne une probabilité plus forte de tomber au chômage et une probabilité plus faible d'en sortir. 3. Détermination des salaires Les salaires peuvent être déterminés par des négociations collectives, par l'employeur ou par une négociation entre l'employeur et l'employé. Plus l'emploi nécessite de qualification, plus le pouvoir de négociation de l'employé est fort. La détermination des salaires se fait différemment selon les pays. - Les travailleurs reçoivent un salaire supérieur à leur salaire de réserve, défini comme le salaire pour lequel le travailleur est indifférent entre travaillé ou non. - Les salaires dépendent des conditions du marché du travail. Plus le taux de chômage est bas, plus les salaires sont élevés. Les travailleurs, même, en l'absence de négociations collectives, ont un certain pouvoir de négociation qu'ils utilisent pour obtenir un salaire supérieur au salaire de réservation. Les entreprises préfèrent payer un salaire supérieur au salaire de réservation. 1) Pouvoir de négociation Le pouvoir de négociation d'un travailleur dépend de la difficulté qu'aurait l'entreprise à le remplacer s'il quittait son emploi, et de la facilité avec laquelle il trouverait un nouvel emploi. Le pouvoir de négociation d'un travailleur dépend de la nature de son emploi. Il dépend aussi des conditions du marché du travail. Quand le taux de chômage est bas, les firmes ont plus de mal à trouver de bons remplaçants, et les travailleurs plus de facilité à trouver un autre emploi. 2) Salaires d'efficience Une entreprise peut avoir intérêt à verser des bons salaires. En effet, les salaires sont un bon moyen de favoriser la production, et d'inciter les salariés à rester dans la société après une formation importante. Les économistes appellent théories du salaire d'efficience les théories qui lient la productivité ou l'efficience des travailleurs à leur salaire. Ces théories suggèrent que le salaire dépend de la nature de l'emploi et des conditions du marché. Le taux de chômage influence aussi le niveau des salaires. Un faible chômage entraîne de forts salaires. 3) Salaires et chômage W = Pe.F (u, z) où W = salaire nominal, Pe = prix anticipés, u = taux de chômage, z = autres facteurs. - Le niveau anticipé des prix Le niveau des prix influence les salaires car les entreprises et les salariés se soucient du salaire réel. Les travailleurs se soucient de la quantité de biens que leur salaire leur permet d'acheter. Les entreprises s'intéressent aux salaires en terme de biens vendus. Le salaire est W/P. Si les salaires sont déterminés en termes nominaux, lorsqu'ils sont fixés, on ne sait pas encore quel sera le niveau de prix. Les syndicats et les entreprises doivent estimer quelle sera l'évolution des prix sur les 3 années à venir pour pouvoir déterminer des salaires nominaux sur ces 3 années. - Le taux de chômage Une hausse du taux de chômage entraîne une baisse du niveau des salaires, via une diminution du pouvoir de négociation. - Les autres facteurs Z comprend tous les facteurs affectant la détermination des salaires pour un niveau des prix anticipé et un taux de chômage donnés. Une hausse de z induit une hausse des salaires. Parmi ces facteurs on peut citer : - l'assurance chômage, qui protège les travailleurs de la perte complète de revenu lié à l'entrée au chômage. Des allocations chômage généreuses font croître les salaires. - En cas de période de changement structurel, où on a de larges flux d'entrée et de sortie du chômage, il y a plus d'offres d'emploi et le chômage est moins une menace. De plus, les travailleurs ont un pouvoir de négociation supérieur, augmentant les salaires. 4. Détermination des prix Les prix dépendent des coûts qui dépendent de la fonction de production, relation entre les facteurs utilisés pour produire et la quantité produite. On suppose un facteur de production, le travail. Y = AN On suppose que la productivité du travail A est constante et égale à A. On pose que A = 1 Y = N Ainsi, le coût marginal de production est l'embauche d'un salarié supplémentaire, au salaire W. Si le marché des biens était parfaitement concurrentiel, P serait égal à W. Cependant, les marchés ne sont pas toujours concurrentiels. P = (1 + µ) W où µ = marge du prix par rapport au coût. Si les marchés sont parfaitement concurrentiels, µ = 0. Le prix étant supérieur au coût marginal, µ est positif. 5. Le taux de chômage structurel On suppose que P = Pe. Ainsi, la détermination des prix et des salaires caractérise un taux de chômage d'équilibre. 1) La relation WS W = P F (u, z) W/P = F (u, z) La détermination des salaires induit une relation inverse entre le salaire réel W/P et le taux de chômage u. Cette relation est appelée relation WS (wage-setting relation). 2) La relation PS P = (1 + µ) W W/P = 1/ (1 + µ) Les décisions prises par les firmes quant à leurs prix déterminent le salaire réel qu'elles paient. Une hausse de µ conduit les firmes à augmenter, diminuant le salaire réel. Le salaire réel est constant et égal à 1/ (1 + µ). Cette relation est appelée relation PS (price-setting relation). 3) Salaires réels, emploi et chômage d'équilibre L'équilibre sur le marché du travail induit que le salaire déterminé lors des négociations salariales soit égal au salaire induit par la détermination des prix. F (un, z) = 1/ (1+ µ)

Le taux de chômage d'équilibre un est appelé taux de chômage structurel. Il dépend de z et µ. - Une hausse des allocations de chômage Une hausse des allocations de chômage entraîne une hausse de z, augmentant le salaire pour un même niveau de chômage. La courbe WS se déplace vers le haut. Le taux de chômage structurel augmente. - Un relâchement du droit à la concurrence Un relâchement du droit à la concurrence entraîne une hausse de µ, diminuant le salaire réel. La courbe PS se déplace vers le bas. Le taux de chômage structurel augmente.

4) Du chômage à la production On associe au taux de chômage structurel un niveau d'emploi d'équilibre. U = U/L = (L – N)/L = 1 – N/L où U = chômage, N = emploi et L = population active Nn = L (1 – un) où Nn = niveau d'emploi d'équilibre On associe au niveau d'emploi d'équilibre un niveau de production d'équilibre. Sachant que Y = N, Yn = Nn F (1 – Yn/L, z) = 1/ (1 + µ) 6. Et maintenant ? A court terme, le niveau réalisé des prix n'est pas égal au niveau anticipé. Ainsi, le chômage n'est pas à sont taux structurel, et la production n'est pas à son niveau d'équilibre. A moyen terme, le chômage tend à revenir à son niveau structurel, et la production à son niveau d'équilibre. Les facteurs qui déterminent le chômage et la production sont z, µ et L.

Chapitre 6 : Les marchés financiers 1. La demande de monnaie On suppose qu'on a le choix entre : - la monnaie, utilisée pour des transactions, elle ne rapporte aucun intérêt. Elle se divise en monnaie fiduciaire et les dépôts ont vue. - les titres rapportent un taux d'intérêt positif i. Il est certain qu'il faut détenir des titres et de la monnaie. La proportion de détention dépend : - du niveau de transaction - du taux d'intérêt Plus le taux d'intérêt est élevé, plus on accepte de supporter les tracas et les coûts associés aux opérations de vente et d'achat de titres. Suite à la baisse du taux d'intérêt, pour un niveau de transaction donné, les gens gardent plus de liquidités sur leur compte courant qu'au début des années 80. Md est la quantité de monnaie que la population souhaite détenir. La demande de monnaie pour l'économie est la somme des demandes de monnaie individuelles. Ainsi, la demande de monnaie pour toute l'économie dépend du niveau de transaction de l'ensemble de l'économie et du taux d'intérêt. Le niveau de transaction de l'ensemble de l'économie est à peu près proportionnel au revenu nominal. Md = PY.L (i) où PY = revenu nominal Le taux d'intérêt a un impact négatif sur la demande de monnaie. Une augmentation du revenu nominal augmente la demande de monnaie. La courbe de demande de monnaie Md se déplace vers la droite, augmentant le taux d'intérêt 2. La détermination du taux d'intérêt Il existe 2 offreurs de monnaie : - les dépôts ont vue offerts par les banques - la monnaie fiduciaire émise par la banque centrale On suppose uniquement la monnaie fiduciaire. 1) La demande de monnaie, l'offre de monnaie et le taux d'intérêt d'équilibre La banque centrale émet une quantité de monnaie M. M = PY.L (i) Offre de monnaie = demande de monnaie Le taux d'intérêt doit être tel que les gens souhaitent détenir une quantité de monnaie égale au volume existant de monnaie. Cette relation d'équilibre est appelée relation LM. L'offre de monnaie est indépendante du taux d'intérêt. Une augmentation de l'offre de monnaie entraîne le déplacement de la courbe d'offre vers la droite, diminuant le taux d'intérêt.

2) La politique monétaire et les opérations d'open market Supposons que la banque centrale change la quantité de monnaie dans l'économie en achetant et vendant des titres sur le marché des titres. Si elle veut augmenter la quantité de monnaie dans l'économie, elle achète des titres et imprime de la monnaie pour les payer; et inversement. Ces opérations sont appelées des opérations d'open market. Les actifs de la banque centrale sont les titres qu'elle détient, et le passif est le stock de monnaie mis en circulation dans l'économie. Sur le marché des titres, on détermine le prix des titres, le tau d'intérêt en découle; i = (100 – Pb)/Pb où Pb = prix du bon aujourd'hui Plus le prix du titre est élevé, plus le taux d'intérêt est bas. Pb = 100/ (1 + i) Pour une opération d'open market expansionniste, la banque centrale achète des titres et la paie en créant de la monnaie. Suite à l'achat, la demande en titre augmente, augmentant le prix de ces titres. Ainsi, le taux d'intérêt des titres baisse. Et inversement. 3. La détermination des taux d'intérêt 1) L'action des banques Les économies modernes sont caractérisées par des intermédiaires financiers. Ces intermédiaires sont des institutions qui reçoivent des fonds d'individus et utilisent ces fonds pour acheter des titres ou pour faire des prêts à d'autres individus. Leur passif est composé des dépôts à vue, et leurs actifs de titres et de prêts. Les banques sont des intermédiaires financiers particuliers car leur passif est constitué de monnaie. Toutefois, elles gardent une partie des dépôts en réserve sous forme de liquidité et sous forme d'un compte bancaire auprès de la banque centrale. Les raisons des réserves sont : - chaque jour des clients retirent ou déposent de l'argent sur leur compte courant dans des proportions diverses. - avec les chèques, la banque doit de l'argent aux autres banques et inversement, mais un même montant. - les banques sont assujetties à des obligations légales qui les contraignent à détenir des réserves en proportion de leurs dépôts (coefficient de réserve). 2) La demande et l'offre de monnaie banque centrale La demande de monnaie banque centrale est la demande d'espèces plus la demande de réserve des banques. L'offre de monnaie banque centrale est sous le contrôle direct de la banque centrale. Le taux d'intérêt d'équilibre est tel que la demande et l'offre de monnaie banque centrale sont égales. - La demande de monnaie Les gens augmentent leur demande de monnaie quand le taux d'intérêt des titres baisse et que leur niveau de transactions s'élève. Md = PY.L (i) Ed = cMd où c = proportion fixe de monnaie en liquide et Ed = demande d'espèces Dd = (1 – c) Md où Dd = demande de dépôts - La demande de réserves Plus le montant des dépôts à vue est élevé, plus le montant des réserves est élevé. R = θD où θ = ratio des réserves et R = montant des réserves Rd = θ (1 – c) Md - La demande de monnaie banque centrale et la détermination du taux d'intérêt H = Ed + Rd où H = offre de monnaie banque centrale H = cMd + θ (1 – c) Md = [c + θ (1 – c)] Md H = [c + θ (1 – c)].PY.L (i) Un taux d'intérêt plus élevé implique une demande de monnaie banque centrale moins élevée, à cause que la demande d'espèces et de dépôts à vue baisse, diminuant la demande de réserve. 3) Deux façons de considérer l'équilibre - L'offre et la demande de réserves H – Ed = Rd offre de réserve = demande de réserve Aux Etats-Unis, il existe un marché pour les réserves intitulé marché des fonds fédéraux. Le taux d'intérêt est appelé taux des fonds fédéraux. Ce taux est vu comme un indicateur de la politique monétaire. - L'offre et la demande de monnaie et le multiplicateur monétaire H/[c + θ (1 – c)] = PY.L (i) où 1/[c + θ (1 – c)] = multiplicateur monétaire L'ensemble de l'offre de monnaie est un multiple de l'offre de monnaie banque centrale. La monnaie banque centrale est appelée base monétaire. Une modification de la base monétaire a un effet plus important sur l'ensemble de l'offre de monnaie dans une économie avec banque. 4) Les opérations d'open market dans une économie avec des banques Si c = 0, le multiplicateur = 1/θ. L'augmentation des dépôts à vue est 100€ (1 + 0,9 + 0,9² +). 1/ (1 – 0,9) = 10. L'augmentation finale de l'offre est le résultat d'achats successifs de titres.

Chapitre 7 : Le modèle IS – LM 1. La demande globale 1) La consommation La consommation des ménages est le principal déterminant de la demande globale. Lorsqu'on analyse la demande agrégée de l'ensemble des consommateurs, l'arbitrage se situe entre la consommation et l'épargne. CD = C (yD, i) où yD = revenu disponible et C = fonction de consommation C'est une équation de comportement. La consommation dépend positivement du revenu disponible et négativement du taux d'intérêt. 2) L'investissement L'investissement mesure les dépenses brutes des entreprises et des ménages pour accroître leur stock de capital. Il dépend : - du niveau des ventes courantes et prévues. Une firme anticipant le niveau de ses ventes doit augmenter sa production en augmentant ses investissements. - du taux d'intérêt. Plus le taux d'intérêt est élevé, moins la firme investira. I = I(Y, i) L'investissement dépend positivement du revenu est négativement du taux d'intérêt. On suppose que les entreprises n'ont pas de stocks. 3) Les dépenses gouvernementales Les dépenses gouvernementales G, avec les impôts T, représentent les variables de la politique budgétaire. On considère ces variables comme exogènes. 4) La demande globale Z Z(Y – T, i, G) = Z = C(Y – T, i) + I(Y, i) + G La relation de demande globale dépend positivement du revenu et négativement du taux d'intérêt. 2. L'équilibre sur le marché des biens (IS) Q = Z où Q = production totale vendue par les entreprises L'offre vendue Q est nécessairement égale au revenu Y des agents puisque la production est la source des revenus distribués. Y = C(Y – T, i) + I(Y, i) + G S(Y – T, i) = Y – T – C(Y – T, i) S = Y – C S(Y – T, i) = I (i, Y) + G – T L'équilibre sur le marché des biens indique que l'épargne doit être égale à la somme de l'investissement et du déficit public.

La courbe Z représente la demande en fonction de la production pour une valeur donnée du taux d'intérêt i. Lorsque la production augmente, la consommation et l'investissement augmentent, augmentant la demande. Z est croissant. Une hausse du taux d'intérêt i entraîne une baisse de l'investissement. La courbe Z se déplace vers le bas. Une baisse initiale de l'investissement entraîne une baisse plus importante par l'effet du multiplicateur. Plus le taux d'intérêt est élevé, plus le niveau d'équilibre est bas. La relation entre taux d'intérêt et production est représentée par la courbe décroissante IS. 1) Déplacement de la courbe IS Une hausse des impôts diminue la consommation, entraînant une baisse de la demande sur le marché des biens, et par l'effet multiplicateur une baisse du niveau de production d'équilibre. IS se déplace vers la gauche. Idem avec une baisse des dépenses publiques ou de la consommation. 3. Les marchés financiers et la relation LM M = PY.L (i) Une hausse du revenu entraîne une augmentation de la monnaie entraînant une augmentation du taux d'intérêt. La relation croissante entre revenu et taux d'intérêt est représentée par la courbe croissante LM. 1) Déplacement de la courbe LM Une hausse de la masse monétaire réelle entraîne une baisse du taux d'intérêt. LM se déplace vers la droite. 4. Le modèle IS/LM IS: Y = C (Y – T) + I (Y, i) + G LM: M = PY.L (i)

1) Politique budgétaire, activité et taux d'intérêt Le gouvernement opère une contraction budgétaire pour diminuer son déficit en augmentant les impôts. Sur le marché des biens, une hausse des impôts faits baisse la consommation et par l’effet multiplicateur, fait baisser la production. La courbe IS se déplace vers la gauche. La courbe LM ne bouge pas et un nouvel équilibre se crée, diminuant le revenu et le taux d’intérêt. Les dépenses budgétaires ne changent pas. La consommation baisse par les impôts et le multiplicateur. L’investissement est indéterminé, car la baisse de la production le diminue mais la hausse du taux d’intérêt l’augmente. A court terme, la réduction du déficit tend à réduire l’investissement. 2) Politique monétaire, activité et taux d'intérêt La banque centrale opère une expansion monétaire en augmentant la masse monétaire via une opération d’open market. Les prix étant fixes, une hausse de la masse monétaire augmente le stock de monnaie réelle. La courbe IS ne bouge pas. La courbe LM se déplace vers le bas et un nouvel équilibre se crée, diminuant le taux d’intérêt et augmentant le revenu. La consommation et l’investissement augmentent. 5. Le policy-mix Le policy-mix combine les politiques monétaire et budgétaire. Dans les années 90, on a utilisé une expansion monétaire pour réduire les effets pervers d’une contraction budgétaire. 6. Aspects dynamiques On sait qu’une hausse des impôts, pour un taux d’intérêt donné, entraîne un déplacement de IS vers la gauche et une baisse de la production. Il faut du temps pour : - que la production réponde à la baisse de la demande - que les consommateurs répondent à la baisse de leur revenu - que les entreprises révisent leur plan d’investissement. On sait qu’une contraction monétaire, pour un niveau de production donné, entraîne un déplacement de LM vers le haut et une hausse du taux d’intérêt. Le taux d’intérêt s’ajuste très rapidement. Un déplacement de LM amène, pour un niveau de production donné, un taux d’intérêt très élevé (le niveau de production ne change pas immédiatement, mais le taux d’intérêt s’ajuste très rapidement). Au fur et à mesure, le taux d’intérêt élevé entraîne une baisse de l’investissement, de la demande de biens et de la production. La politique monétaire affecte rapidement le taux d’intérêt mais pas le niveau de la production. 7. Le modèle IS/LM décrit-il réellement ce qui se passe dans l'économie ? Le modèle IS/LM est basé sur de nombreuses hypothèses et simplifications. Les hypothèses et simplifications doivent être raisonnables. Les implications majeures de la théorie doivent être compatibles avec ce que l’on observe dans le monde. Le modèle IS/LM est moins valable à moyen terme car les prix à moyen terme varient.

Chapitre 8 : L’équilibre macroéconomique : synthèse 1. L’offre globale L’équation d’offre globale décrit les effets de la production sur le niveau des prix. Elle découle de l’équilibre sur le marché du travail. 1) La relation d’offre globale W = Pe.F (u, z) P = (1 + µ).W => P = Pe. (1 + µ).F (u, z) U = U/L = 1 – N/L = 1 – Y/L Relation d’offre globale AS : P = Pe. (1 + µ).F (1 – Y/L, z) Une hausse du niveau anticipé des prix entraîne une hausse équivalente du niveau des prix. Cet effet passe par le canal des salaires. Une hausse de la production entraîne une hausse du niveau des prix. En effet, une hausse de la production entraîne une hausse de l’emploi ; une hausse de l’emploi entraîne une baisse du chômage et du taux de chômage ; la baisse du taux de chômage crée une pression à la hausse sur les salaires qui augmentent ; la hausse des salaires entraîne une hausse des coûts pour les entreprises qui augmentent leurs prix. La courbe d’offre globale est croissante. Lorsque la production est à son niveau d’équilibre Yn, le niveau des prix est égal au niveau anticipé (P = Pe). Donc quand la production est au-dessus de son niveau naturel, le niveau des prix est plus élevé que son niveau anticipé (P > Pe) ; et inversement. Une hausse du niveau anticipé des prix déplace la courbe d’offre globale vers le haut. 2. La demande globale Une hausse de P entraîne une baisse du stock réel de monnaie M/P et la courbe LM se déplace vers le haut. Le taux d’intérêt augmente et la production diminue. Toute variable déplaçant IS ou LM déplacerait la demande globale. Y = Y (M/P, G, T) La production est une fonction croissante du stock de monnaie réel et des dépenses publiques, et une fonction décroissante des impôts. 3. La production d’équilibre à court et à moyen terme AS : P = Pe. (1 + µ).F (1 – Y/L, z) AD : Y = Y (M/P, G, T) A l’équilibre, le marché des biens, le marché du travail et les marchés financiers sont tous équilibrés. En général, il n’y a aucune raison pour que le niveau d’équilibre de la production soit égal à son niveau naturel (Y = Yn) à court terme.

1) La dynamique de la production globale et des prix Le niveau anticipé des prix Pe est susceptible de changer au cours du temps. On suppose que le niveau anticiper des prix de l’année t est égal au niveau des prix observés en t-1. Pte = Pt – 1 AS: Pt = Pt - 1. (1 + µ). F(1 – Yt/L, z) AD : Yt = Y(M/Pt, G, T) On suppose que µ, z, L, M, G et T sont constants. - En t, le niveau anticipé des prix est égal au niveau des prix de l’année précédente, avec une production Yn. A l’équilibre, Yt > Yn et Pt > Pte. - En t + 1, quand Y = Yn, P = Pt. A l’équilibre, Yn < Yt+1 < Yt et Pt+1 > Pt. La courbe AS s’est déplacée vers le haut car Pt > Pt-1. - La courbe AD ne se déplace pas car on a supposé que ses variables sont constantes. La production étant au-dessus de son niveau naturel l’année t, le niveau des prix, en t, est plus élevée que le niveau anticiper. Cela entraîne une révision à la hausse des anticipations pour l’année t + 1. La hausse du niveau des prix entraîne une baisse du stock réel de monnaie en t + 1, induisant une hausse du taux d’intérêt, faisant baisser la demande de biens ainsi que la production en t + 1. Ainsi, l’équilibre se déplace le long de courbe AD. - Aussi longtemps que la production est supérieure à son niveau naturel, le niveau des prix augmente et la courbe d’offre globale continue à se déplacer vers le haut, le long de la courbe AD. A court terme, la production agrégée peut être au-dessus ou au-dessous de son niveau naturel. A moyen terme, la production revient à son niveau naturel, par les prix. 4. Les effets d’une politique monétaire expansionniste 1) La dynamique d’ajustement Supposons que la production soit à son niveau d’équilibre avant le changement de la masse monétaire. Considérons une hausse de M, entraînant une hausse de la production globale. La courbe de demande globale se déplace vers la droite. La production globale et le niveau des prix sont plus élevés. Au fil du temps, l’ajustement va se faire par les prix. Aussi longtemps que la production est supérieure à son niveau naturel, la courbe d’offre globale se déplace vers le haut, le long de la nouvelle AD. A moyen terme, la production est au même niveau qu’avant, mais les prix sont plus élevés. Ainsi, les prix ont augmenté dans les mêmes proportions que la masse monétaire.

2) Que se passe-t-il en coulisse ? L’effet à court terme de l’expansion monétaire est le déplacement vers le bas de la courbe LM. Le taux d’intérêt est plus bas et la production est supérieure. La hausse de la masse monétaire entraîne dans un premier temps un déplacement vers un LM inférieur. Les prix, augmentant avec la production, entraînent un déplacement de la courbe LM vers le haut, compensant en partie le premier effet de l’expansion monétaire. Au fil du temps, les prix continuent à augmenter, réduisant le stock réel de monnaie et ramenant LM vers le haut, le long de IS. Le taux d’intérêt augmente et la production diminue. La courbe LM rejoint son niveau initial. 3) La neutralité de la monnaie A court terme, une politique monétaire expansionniste entraîne une hausse de la production, ainsi qu’une hausse du niveau des prix. La pente de la courbe d’offre globale détermine la part du choc initial répercutée sur la production, et celle répercutée sur les prix. L’effet de court terme sur les prix est faible. A moyen terme, la hausse de la masse monétaire se répercute totalement dans une hausse proportionnelle du niveau des prix. Elle n’a aucun effet sur la production, ni sur le taux d’intérêt. La neutralité de la monnaie est un avertissement qui signale que la politique monétaire ne peut pas soutenir en permanence une production supérieure au niveau naturel. 5. Une réduction du déficit budgétaire Supposons que le gouvernement connaisse un déficit budgétaire et décide de l’effacer en réduisant les dépenses budgétaires G. La baisse des dépenses déplace la courbe de demande globale AD vers la gauche. La production et les prix sont plus bas. Tant que la production est sous son niveau d’équilibre, la courbe d’offre globale AS se déplace vers le bas, le long de la nouvelle AD. Une réduction du déficit budgétaire n’affecte pas la production de façon permanente. Cependant, le taux d’intérêt et les prix sont plus bas qu’avant. 1) Le déficit budgétaire, la production et le taux d’intérêt Quand le gouvernement réduit le déficit budgétaire, la courbe IS se déplace vers la gauche. La baisse de la production entraîne une baisse des prix, le stock réel de monnaie augmente et LM se déplace vers le bas. Au cours du temps, le fait que la production soit en deçà de son niveau naturel entretient la baisse des prix. Aussi longtemps que la production est inférieure à son niveau naturel, les prix baissent, et la courbe LM se déplace vers le bas, le long de la nouvelle IS. Le revenu est à son niveau initial, mais le taux d’intérêt est inférieur. A moyen terme, Une baisse du déficit entraîne une baisse du taux d’intérêt et une hausse de l’investissement. 2) Déficits budgétaires, production et investissement A court terme, une réduction du déficit budgétaire, si elle est réalisée seule, entraîne une baisse de la production, et peut éventuellement entraîner une baisse de l’investissement. A moyen terme, la production revient à son niveau naturel, et le taux d’intérêt est plus bas qu’auparavant. A moyen terme, la réduction des déficits engendre une hausse de l’investissement. A moyen et long terme, un déficit budgétaire plus faible entraîne un investissement plus fort, ce qui induit un stock de capital plus élevé, et entraîne ainsi une hausse de la production. Ceci est valable avec une politique de hausse de l’épargne privée. 6. Les effets de la modification du prix du pétrole Dans les années 70, le prix du pétrole a fortement augmenté suite à la formation de l’OPEP qui a usé de son pouvoir de monopole. Le prix du pétrole, relativement stable dans les années 60, a connu une crise en 73-75 et une autre en 79-81. A partir de 1982, l’OPEP n’arrive plus à faire respecter les quotas assignés à ses membres qui augmentent l’offre mondiale réduisant le prix du pétrole. On suppose que la hausse du prix du pétrole correspond à une hausse de µ, la marge des prix sur les salaires. 1) Les effets sur le taux de chômage structurel Une hausse de la marge µ déplace la courbe PS vers le bas. Le salaire réel est plus faible et le taux de chômage structurel est plus élevé. La hausse du taux de chômage structurel implique une baisse du niveau d’emploi naturel, se répercutant en une baisse équivalente du niveau de production naturel. => La hausse du prix du pétrole entraîne une baisse du niveau de production naturel. 2) La dynamique d’ajustement AS: Pt = Pt - 1. (1 + µ). F(1 – Yt/L, z) Une hausse de la marge entraîne une hausse du niveau des prix Pt pour un niveau donné de production. Ainsi, à court terme, la courbe d’offre globale se déplace vers le haut, de façon à passer par l’intersection entre la nouvelle production et le niveau anticipé des prix Pt-1. Comme certains effets déplacent la courbe vers la gauche ou la droite, on suppose que ces effets s’annulent entre eux et que la courbe de demande globale n’est pas modifiée. Les chocs négatifs sur l’offre entraînent une baisse de la production et une hausse des prix. L’économie étant encore au-dessus du nouveau niveau de production naturel, la hausse des prix se poursuit. La courbe AS se déplace vers le haut jusqu’à atteindre le niveau de production naturel. Le déplacement de l’offre globale AS affecte la production à court terme et à moyen terme. Tout ce qui modifie la productivité du travail ou la marge des prix sur les salaires peut provoquer un déplacement de AS. 7. Conclusion 1) Le court terme contre le moyen terme Les changements de politique ont des effets différents à court terme et à moyen terme. Cette différence entre les effets de court et de moyen terme est une des raisons majeures des désaccords entre les recommandations des économistes. 2) Chocs et mécanismes de propagation Chaque choc a des effets dynamiques sur la production et ses composantes. Ces effets sont appelés mécanismes de propagation du choc. 3) Production, chômage et inflation On a supposé que la masse monétaire était constante. Ainsi, le niveau des prix était constant à moyen terme.

Chapitre 9 : La courbe de Phillips

En 1985, A. W. Phillips trouva une corrélation négative entre inflation et chômage. Les discussions de politique macroéconomique portaient sur la question de savoir quel point de la courbe de Phillips choisir. Cependant, dans les années 70, la relation s’est brisée. Une nouvelle relation apparut entre le taux de chômage et le taux de croissance de l’inflation. Aujourd’hui, un fort taux de chômage ne semble pas entraîner une faible inflation mais plutôt une baisse de l’inflation. 1. Inflation, inflation anticipée et chômage On déduit de la relation d’offre globale, une relation entre taux d’inflation, taux d’inflation anticipé et taux de chômage. Pt = Pte.(1 + µ).F(ut, z) F(ut, z) = 1 – αut + z où α = intensité de l’impact du chômage sur les salaires Plus le chômage est élevé, plus le salaire est faible. Plus z est élevé, plus le salaire est élevé. Plus α est élevé, plus le chômage fait baisser les salaires. Pt = Pte.(1 + µ).51 – αut + z) πt = πte + (µ + z) - αut où πt = taux d’inflation et πte = taux d’inflation anticipé L’inflation des prix πt = l’inflation des salaires πwt. Le taux d’inflation est positivement corrélé à l’inflation anticipée et négativement corrélé au taux de chômage. - L’inflation est d’autant plus forte que l’inflation anticipée est élevée. Anticiper des prix plus élevés demain qu’aujourd’hui revient à anticiper de l’inflation plus élevée entre aujourd’hui et demain. - Pour une inflation anticipée donnée, plus la marge µ choisie par les firmes est forte ou plus les facteurs z déterminant le salaire sont élevés, plus l’inflation est élevée. - Pour une inflation anticipée donnée, plus le chômage est fort, plus l’inflation est faible, toutes choses égales par ailleurs.

2. La courbe de Phillips 1) La première version On imagine une économie où l’inflation est positive et négative, et nulle en moyenne. Si l’inflation moyenne est nulle dans le passé, il est raisonnable de penser qu’elle sera nulle dans le futur. On suppose que πte = 0. Relation négative entre inflation et chômage : πt = (µ + z) - αut Un faible taux de chômage entraîne des prix plus hauts que ceux de l’année précédente, soit une inflation plus forte. La spirale prix-salaire : Un faible chômage entraîne une hausse des salaires nominaux. Donc les entreprises augmentent leurs prix. Donc les salariés demandent une hausse des salaires nominaux … 2) Les modifications apportées à la courbe de Phillips La politique macroéconomique des années 60 a consisté à maintenir le chômage dans une bande compatible avec une inflation modérée. La relation taux de chômage – taux d’inflation se brise au cours des années 70. Les raisons : - La hausse du prix du pétrole a contraint les entreprises à augmenter leurs prix µ à salaires donnés, entraînant une hausse de l’inflation. - Les partenaires sociaux ont changé leur façon de former leurs anticipations. Ce changement est venu d’un changement du processus d’inflation. Le taux d’inflation reste positif à partir de 1960, alors qu’il était en moyenne nul auparavant. L’inflation devient aussi plus persistante. Quand l’inflation devient constamment positive et plus persistante, les anticipations commencent à prendre en compte la présence de l’inflation. πte = θ.πt-1 où θ effet de l’inflation passée sur l’inflation anticipée. Plus θ est élevée, plus l’inflation de l’année passée incite les salariés et les firmes à réviser leurs anticipations d’inflation pour cette année, plus l’inflation est élevée. πt = θπt-1 + (µ + z) - αut θ = 0, courbe de Phillips initiale θ > 0, le taux d’inflation dépend du taux de chômage et de l’inflation de l’année dernière. θ = 1, πt - πt-1 = (µ + z) - αut. Le taux de chômage affecte la variation du taux d’inflation. C’est la courbe de Phillips accélératrice. 3) Retour sur le taux de chômage structurel L’arbitrage entre inflation et chômage n’est possible qu’à condition que les agents sous-estiment systématiquement l’inflation dans leurs anticipations. Si le gouvernement maintient indéfiniment un chômage faible en tolérant une inflation élevée, l’arbitrage disparaît. Le chômage ne peut être maintenu sous un seuil appelé taux de chômage naturel. Le taux de chômage structurel est le taux de chômage pour lequel le niveau réalisé des prix est égal au niveau anticipé des prix. On suppose que πte = πt = πwt 0 = (µ + z) – αun où un = taux de chômage structurel un = (µ + z)/α Plus µ ou z est élevé, plus le taux de chômage structurel est élevé. πt - πte = - α(ut – un) Si le taux d’inflation de l’année passée πt-1 est une bonne approximation du taux d’inflation anticipé pour l’année à venir πte, la relation devient πt - πt-1 = - α(ut – un) La variation de l’inflation dépend de la différence entre le taux de chômage courant et le taux de chômage structurel. Quand le taux de chômage est supérieur à son niveau structurel, l’inflation décroît ; et inversement. Le taux de chômage structurel est appelé NAIRU car le taux de chômage n’accélère pas l’inflation. 3. Résumé et mises en garde 1) Le processus d’inflation et la courbe de Phillips La relation entre inflation et chômage est susceptible de changer avec le processus d’inflation. Les contrats salariaux changent avec le niveau d’inflation. L’indexation des salaires, qui augmente les salaires nominaux automatiquement avec l’inflation, devient beaucoup plus fréquente. πt = [λ.πt + (1 – λ).πt-1] - α(ut – un) où λ = proportion des contrats de travail indexés πt - πt-1 = – α(ut – un)/(1 – λ) L’indexation augmente l’effet du chômage sur l’inflation par la spirale prix-salaire. Plus la proportion de contrats indexés λ est grande, plus l’effet du chômage sur la variation de l’inflation est grand. 2) Des taux de chômage structurels différents entre les pays Les taux de chômage structurel sont différents entre les pays car les facteurs sont différents. 3) Variations du taux de chômage structurel au cours du temps Les composantes µ et z ne sont pas constantes au cours du temps, faisant varier le taux de chômage structurel. Ces variations sont difficiles à mesurer car on ne mesure que le taux de chômage courant. 4) Les limites de notre analyse Il y a beaucoup d’incertitudes sur la liste des variables comprises dans z et sur les effets dynamiques de chaque variable sur le taux de chômage structurel.

Partie 5 : L’économie ouverte Chapitre 15 : L’économie ouverte : le marché des biens et des capitaux L’ouverture des marchés des biens est la possibilité pour les consommateurs et les entreprises de choisir entre des biens nationaux et des biens étrangers. Tous les pays imposent des droits de douane et des quotas. L’ouverture des marchés financiers est la possibilité pour les investisseurs financiers de choisir entre des actifs financiers nationaux ou étrangers. Les marchés financiers mondiaux deviennent de plus en plus intégrés. 1. L’ouverture des marchés des biens La majeure partie des pays commerce plus avec le reste du monde qu’il y a 50 ans. On note un déclin des exportations et des importations entre 1929 et 1936. Les exportations et les importations ont suivi la même tendance. Un meilleur indice de l’ouverture est la proportion du produit intérieur composé de biens échangeables. Les Etats-Unis et le Japon ont les ratios d’exportations les plus bas. Les grands pays européens ont des ratios 2 à 3 fois supérieurs. Les petits pays européens ont des ratios encore plus élevés. Les facteurs qui expliquent ces différences sont la géographie et la taille des pays. 1) Le choix entre les biens nationaux et étrangers Les consommateurs doivent décider entre acheter des biens nationaux, acheter des biens étrangers ou épargner. S’ils achètent des biens nationaux, la demande de biens nationaux augmente et le produit intérieur augmente. Lorsque des firmes et des consommateurs décident d’acheter des produits étrangers ou nationaux, c’est le prix des biens étrangers en terme de biens nationaux qui est central. Ce prix relatif est le taux de change réel. Les taux de change nominaux sont les prix relatifs des devises. 2) Les taux de change nominaux Les taux de change nominaux entre 2 monnaies sont donnés par le rapport entre le prix de la monnaie nationale et la monnaie étrangère ou entre la monnaie étrangère et la monnaie nationale. On définit le taux de change nominal E comme le prix de la devise étrangère en termes de devise nationale. Une appréciation de la monnaie nationale est une augmentation du prix de la monnaie nationale en monnaie étrangère, soit une baisse du taux de change E. 3) Les taux de change réels - Le prix des biens américains est P*. En multipliant par le taux de change E, on obtient le prix des biens américains en euros EP*. - Le prix des biens européens en euros est P. ε = EP*/P où ε = taux de change réel Une augmentation des prix relatifs des biens intérieurs en termes de biens étrangers est appelée une appréciation réelle. Une baisse est appelée dépréciation réelle. Sur de longues périodes, selon les différences de taux d’inflation entre les pays, les taux de change nominal et réel peuvent évoluer assez différemment. Sur des périodes, les mouvements du taux de change réel ε viennent principalement de mouvements du taux de change nominal E. - Le taux de change réel multilatéral est un taux de change considérant une moyenne des parts d’importation et d’exportation. 2. L’ouverture des marchés financiers La plupart des transactions sont associées à l’achat et la vente d’actifs financiers. L’ouverture des marchés financiers permet à un pays de supporter des déficits ou des excédents commerciaux. Pour combler son déficit, le pays doit inciter les investisseurs financiers étrangers à augmenter leur détention d’actifs nationaux. 1) La balance des paiements Les transactions d’un pays avec le reste du monde sont résumées par un dispositif comptable appelé la balance des paiements. - Le compte de transactions courantes Il met en évidence les paiements faits au reste du monde et reçus de lui, à l’occasion des opérations courantes. Il s’agit des exportations et des importations, ainsi que des revenus issus de la détention d’actifs, et des transferts courants. - Le compte de capital et le compte financier Le compte de capital retrace les acquisitions d’actifs non financiers (brevets). Le compte financier retrace les flux financiers avec le reste du monde. Les flux nets financiers ne sont pas égaux flux du compte courant et du compte de capital à cause des erreurs et omissions. 2) Le choix entre actifs nationaux et actifs étrangers Le choix doit se faire entre détenir de la monnaie et des actifs porteurs d’intérêt, et entre actifs nationaux et étrangers. Le seul choix à prendre en compte est le choix entre actifs nationaux ou étrangers rapportant des intérêts. - Pour chaque euro placé, on a l’an prochain (1 + it) euros où it = taux d’intérêt nominal - Pour chaque euro, on a (1/Et) dollars et l’an prochain on a (1/Et).(1 + it*) dollars. En euro, on a (1/Et).(1 + it*).Eet+1 où Eet+1 = taux de change nominal futur Pour affirmer le caractère attractif des titres étrangers, il faut comparer les taux d’intérêt et anticiper une évolution du taux de change. Relation de parité non couverte de taux d’intérêt ou condition de parité des taux d’intérêt : 1 + it = (Eet+1/Et).(1 + it*). L’hypothèse que les investisseurs détiendront seulement l’actif ayant le plus fort taux de rendement anticipé est trop restrictive car elle ignore les coûts de transaction et elle ignore le risque. 1 + it = (1 + (Eet+1 – Et)/Et).(1 + it*). où (Eet+1 – Et)/Et = taux de dépréciation anticipé it ≈ it* + [(Eet+1 – Et)/Et] Le taux d’intérêt intérieur est plus ou moins égal au taux d’intérêt étranger plus le taux de dépréciation anticipé de la monnaie nationale. A moins que les marchés financiers anticipent d’importantes dépréciations ou appréciations, les taux d’intérêt étrangers et intérieurs sont susceptibles de varier ensemble, dans le même sens et dans les mêmes proportions. 3. Conclusions et mise en perspective L’ouverture du marché des biens permet un choix entre les biens nationaux et étrangers. Ce choix dépend du taux de change réel. L’ouverture des marchés financiers permet un choix entre actifs nationaux et étrangers. Ce choix dépend de leur taux de rendement relatif, qui dépend des taux d’intérêt intérieurs et étrangers et du taux de dépréciation anticipé de la monnaie nationale.

Similar Documents

Premium Essay

Macro

...National defence–costs of provision (no observed market price) is included in GDP * It is likely that GDP is positively related (correlated) with economic wellbeing * Variety of G&S * Health and education * Value Added: Market value of a firm’s production less the cost of inputs purchased from other firms Methods Of Measuring GDP: The Production Method: [GDP = Sales – Cost of inputs] * The sum of value added MUST equal to the cost of the final product. ------------------------------------------------- Firm Sales Cost of inputs Value Added ------------------------------------------------- Intel Incorp 20,000 0 20,000 ------------------------------------------------- Macro Soft 5,000 0 5,000 ------------------------------------------------- Bell 80,000 25,000 55,000 ------------------------------------------------- PC Charlie’s 100,000 80,000 20,000 ------------------------------------------------- ------------------------------------------------- PC Charlie’s final sales = $100,000 ------------------------------------------------- ------------------------------------------------- Sum of Value Added = $100,000 The Expenditure Method represented by the National Income Accounting Identity [Y = C + I + G +NX] ------------------------------------------------- Australian GDP March Quarter......

Words: 5901 - Pages: 24

Premium Essay

Macro

...Macroeconomics | Microeconomics is the study of the individuals economy of a person, a company or a country. | Macroeconomics is the study of the economy as a whole. | Microeconomics is also known as price theory. | Macroeconomics is also known as income theory. | All kinds of requirements of an individual or a company can be identified. | All kinds of forces that affect the firms, consumers, or workers can be identified. | The demand & supply of the society individually are identified. | The aggregate demand & aggregate supply that are calculated on the basis of all firms demand & supply. | The word ‘Micro’ of microeconomics is derived from the Greek word ‘Micros’. | The word ‘Macro’ of macroeconomics is derived from the Greek word ‘Macros’. | ‘Micro’ means small or part. | ‘Macro’ means big or whole. | The area of microeconomics is relatively small limited. | Macroeconomics deals with the wide area of the economy. | In microeconomics, related data & information are easy to provide. | In macroeconomics, it is difficult to provide necessary information. | Microeconomics focuses on supply & demand & other determine price level. | Macroeconomics focuses on the aggregated demand & aggregated supply which determine income theory. | In microeconomics, decision making is relatively easy. | In microeconomics, decision making is relatively complex. | Adam Smith is the founder of microeconomics. | John M. Keynes is the founder of......

Words: 447 - Pages: 2

Premium Essay

Macro

...are embedded transparently in Web pages and that cause actions to occur. The best-known active content forms are Java applets, ActiveX controls, JavaScript, and VBScript. Active content also includes graphics and Web browser plug-ins. Malicious ‘cookies’ can destroy files stored on client computers. Plug-ins are programs that interpret or execute instructions embedded in downloaded graphics, sounds, and other objects. Active content, including all forms, enables Web pages to take action. Active content gives life to static Web pages. Virus A virus is software that attaches itself to another program and can cause damage when the host program is activated. • Worm viruses replicate themselves on other machines. • A macro virus is coded as a small program and is embedded in a file. • A Trojan horse is a program hidden inside another program or Web page that masks its true purpose. • A zombie is a program that secretly takes over another computer for the purpose of launching attacks on other computers. Communication Channel Threats The Internet is not at all secure. Messages on the Internet travel a random path from a source node to a destination node. Internet channel security threats include: • secrecy • integrity • necessity Secrecy Threats Secrecy is the prevention of unauthorized information disclosure. Privacy is the protection of individual rights to nondisclosure. Secrecy is a technical issue requiring......

Words: 8797 - Pages: 36

Free Essay

Macro

...Weekly Reflection Ruben I. Torres, Jr., Cheyenne Blue, Marsha Scott, Catherine Caughrean ECO 365 2-20-13 Dr. Lin Weekly Reflection In week one on ECO 365 our team discussed the many different areas which create economics in the modern world. The objectives were clearly outlined in the syllabus which Dr. Lin provided to Team A. Differentiate between Macroeconomics and Microeconomics The first objective we discussed was the difference between Macro and Micro economics. Since both studies deal with the economic decision making process, the one aspect which separates them would be that Microeconomics is the study of economics from the view point of a firm or individuals. Macroeconomics is the study of economics from the view point of a society or nation. This aspect would study the budget or a government or GDP of a nation. Supply and Demand The second area which we discussed was the effects of supply and demand. It was nice to get a better idea on how the costs of goods are affected by the amount of goods available for distribution at any given period. By studying the buying trends of individuals, companies are able to control the price and the supply of goods for consumers. If a company wishes to charge an outrages price for a product and have consumers pay the amount, they simply produce a low quantity of the product. A good example of this would be the way Sony released the new Playstation 3 (PS3). When the PS3 system first......

Words: 495 - Pages: 2

Free Essay

Cours Droit Des Affaires

...COURS DE DROITS DES AFFAIRES I. Le droit II. Les branches du droit III. Le droit des contrats IV. Entreprises individuelles/société V. Droit de la concurrence VI. Droit du travail I. Le droit Lorsque on parle de droit, on peut entendre ce mot de deux façons différentes : le droit objectif et le droit subjectif. Le droit objectif est entendu comme un ensemble de règles (droit commercial, droit du travail). Les droits subjectifs sont des droits que l’on invoque lorsque que l’on demande à un juge la reconnaissance d’un droit (respect de la vie privée). II. Les branches du droit Une personne en droit est un sujet, qui n’est pas forcement humain, et qui a des droits et des obligations. Personne physique/morale : en droit dans les personnes juridique il n’y a que des personnes physiques ou des personnes morales. - Une personne physique : individu de chaire et d’os, que l’on peut toucher, qui a une matérialité. Deux niveau : majeurs/mineurs. Étymologie du mot « individu » : ne se divise pas. - Une personne morale : une entité abstraite reconnue par loi et au quelle la loi accorde des droits notamment fiscaux, cette personne morale est dirigée par une ou des personnes qui sont les représentants légaux et qui sont des personnes physiques. Personne publique/ privée Les personnes physiques sont toutes des personnes privées. En revanche les personnes morales peuvent être publiques ou privées. Personnes physique : personne......

Words: 1392 - Pages: 6

Premium Essay

Macro

...Definition of 'Macroeconomics' The term Macro has been taken from the Latin word Macros which means big. The field of economics that studies the behavior of the aggregate economy. Macroeconomics examines economy-wide phenomena such as changes in unemployment, national income, rate of growth, gross domestic product, inflation and price levels. Macroeconomics Concerns | Production | Prices | Income | Employment | NationalProduction/OutputTotal Industrial OutputGross Domestic ProductGrowth of Output | Aggregate Price LevelConsumer pricesProducer PricesRate of Inflation | National IncomeTotal wages and salariesTotal corporate profits | Employment andUnemployment in theEconomyTotal number of jobsUnemployment rate | Therefore, as is clear from the above, the following issues/subjects define the scope of Macro Economics: 1. Aggregates of national income and its determination 2. Theories of Income and Employment. 3. Theory of Money and Banking. 4. Fiscal Theory. 5. Balance of Payment. Scope and Importance of Macro Economics Macro Economics is of much theoretical and practical importance. Let us see what are the importance and the scope where macro economics are being used. 1. To Understand the working of the Economy The study of macro economics variables is requisite for considerate the operation of the financial system. Our main economic complexities are associated with the performance of total income, irredundant and the normal price scale in......

Words: 651 - Pages: 3

Premium Essay

Macro

...Chris Macros: (Fat/carb/pro) is 50/300/225 2,451 total calories - 54.6/304.7/229.2 Current cardio done THROUGHOUT THE 3 sessions of slow-medium cardio, 400 calories burned in each 2 sessions of HIIT treadmill sprints (10 rounds, 15seconds on 45 off) _____________________________________________________ Meal 1:: (Fat/carb/pro) 80g fat free bisquick pancake mix (285 cals - 5/54/6) 1 (organic) whole egg (72cals - 5/0.4/6.3) 110g blueberries (63cals - 0.4/15.9/0.8) 160g fat free milk / skim milk (56cals - 0.3/7.8/5.5) 230g egg whites (120cals - 0.4/1.7/25.1) Totals: 676cals - 19.1g Fat, 79.8g Carbs, 43.7g protein Extras: tapatio sauce, cinnamon , stevia, sugar free vanilla, calorie free chocolate syrup, calorie free maple syrup, multivitamin and other vitamins. INSTANT COFFEE (with stevia, and sugar free vanilla) __________________________________________________________ Meal 3: (post workout meal) (Fat/carb/pro) One pound strawberries (145cals - 1.4/34.8/3) 2scoop whey (240cals - 2/6/48) 75g oats (288cals - 4.7/50.2/12) totals:673 cals - Extras: stevia (two 40mg scoops in oats), cinnamon , __________________________________________________________ Meal 4: back to the basics, chicken n ric(Fat/carb/pro) 65g long grain brown rice (weighed when raw) (240cals – 1.9/50.4/5.2) 8oz baked chicken (287 cals - 7.3/0/52) 10g almonds (58cals - 5.1/2.0/2.1) totals: 585 cals - 14.3/52.2/59.3 Extras:......

Words: 319 - Pages: 2

Free Essay

Cours D'Informatique

...Cours d’Informatique 1ère année SM/SMI 2007/2008, Info2 Département de Mathématiques et d’Informatique, Université Mohammed V elbenani@hotmail.com sayah@fsr.ac.ma 2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI 1 Objectif et plan du cours Objectif : • • Apprendre les concepts de base de l'algorithmique et de la programmation Être capable de mettre en oeuvre ces concepts pour analyser des problèmes simples et écrire les programmes correspondants Plan : introduction à l’algorithmique et à la programmation • • • • • • • Généralités sur l’algorithmique et les langages de programmation Notion de variable, affectation, lecture et écriture Instructions conditionnels et instructions itératives Les Tableaux, les fonctions et procédures, la récursivité Introduction à la complexité des algorithmes Données structurées Initiation au Langage C (Travaux pratiques) Info2, 1ère année SM/SMI 2 2007/2008 Programme Un programme correspond à la description d’une méthode de résolution pour un problème donné. Cette description est effectuée par une suite d’instructions d’un langage de programmation Ces instructions permettent de traiter et de transformer les données (entrées) du problème à résoudre pour aboutir à des résultats (sorties). Un programme n’est pas une solution en soi mais une méthode à suivre pour trouver les solutions. 2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI 3 Langages informatiques Un langage informatique est un code de communication,......

Words: 2610 - Pages: 11

Premium Essay

Macro

...R-Z Essay Topics Plagiarism Donate a Paper View Cart / Checkout Differences in Macro and Micro Level Theories Rate This Paper: 1 2 3 4 5 Submit Length: 317 words (0.9 double-spaced pages) Rating: Red (FREE) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - There are many differences between macro and micro-level theories. Micro-level focuses on individuals and their interactions. For example the relationship between adult children and their parents, or the effect of negative attitudes on older people. Some criticize on micro-level theories becuase they focus on what older people do rather than on social conditionsand policies that cuase them to act the way they do. Macro-level focuses more upon social structure, social processes and problems, and their interrelationships. For example the effects of industrialization on older people's status, or how gender and income affect older people's well being. This approach tends to minimize people's ability to act and overcome the limits of social structures. Both micro and macro-leve theories can take one of three perspectives which include: interpretive perspective, normative, and conflict. Normative perspective says rules and status exist in society to provide socail control or social order. Social order is necessary for survival. This perspective focuses upon macro-level. For example structural-functionalism, role theory, modernization theory, and......

Words: 840 - Pages: 4

Free Essay

Sample Macro-Environmental Analysis

...Macro-Environmental Analysis 1.2.1.4 Social Segment General Demographic According to the Market Analysis conducted by Matt Clark on the Sportswear Industry, the highest purchasers of Sportswear Apparel are those who are old enough to hold a career level job yet are young enough that they are likely to exercise regularly, which usually is ranging from 25 to 54 years old. The said demographic, to some degree, are buying higher end versions of these products rather than a higher quantity of these products. Moreover, the said analysis also mentioned that the lowest spending age group are those age 75 and above. This is likely attributable to the fact that those in this age category are unable to exercise or are simply exercising less. It may also be attributable to the fact that persons from this generation still consider cotton T-shirts to be the standard bearer for athletic apparel. In the further studies conducted by Clark, he also mentioned that in ages 35 to 44 under the demographic, more money was spent on male sportswear than on female sportswear. The rest of the groups reflected the same picture as the total population being that more money was spent on female rather than male sportswear. 1.2.1.5 Economic Segment Philippines’ Sports and Apparel Market Grew at 7%, Fastest in Asia According to an article written by Robb Young (www.businessoffashion.com), a Euromonitor International's Singapore-based emerging market analyst Jason...

Words: 592 - Pages: 3

Premium Essay

Macro

...MACRO ENVIRONMENT The Coca Cola Company and other organizations have their own weaknesses and strengths that can both affect the future performance of their respective business. Analyzing the future constraints is an advantage for the companies since they can identify the possible factors that tend to leave an impact on their business. PESTLE analysis is a popular method that focuses in the external factors of the business and the environment where it operates. PESTLE stands for Political, Economic, Sociological, Technological, Legal, and Environmental. All of them examine the changes in the marketplace. Political Analysis Political analysis examines the current and potential influences from political pressures. The non-alcoholic beverages falls in the category under the FDA and the government plays a role within the operation of manufacturing these products. In terms of regulations, the government has the power to set potential fines for the companies that did not meet their standard law requirement.  The changes in laws and regulations, such as accounting standards, taxation requirements and environmental laws and foreign jurisdictions might affect the book of the company as well as their entry in foreign country. Other than that, the changes in the nature of business as non-alcoholic beverages can gain competitive product and pricing pressures and the ability to improve or maintain the share in sales in global market as a result of action by competitors. The......

Words: 687 - Pages: 3

Premium Essay

Macro

...inflation rate. Use the consumer price index to calculate the inflation rate, which is the percentage change in the price index from the preceding period. That is, the inflation rate between two consecutive years is computed as follows: Inflation rate in year 2= CPI in year 2-CPI in year 1CPI in year 1 ×100 Example This table (Figure 2) shows how to calculate the consumer price index and the inflation rate for a hypothetical economy in which consumers buy only hot dogs and hamburgers. Figure 2 Smriti Chand. (2015). The Circular Flow of Income: Meaning, Sectors and Importance. Derive from http://www.yourarticlelibrary.com/macro-economics/national-income-macro-economics/the-circular-flow-of-income-meaning-sectors-and-importance/30771/ SparkNotes Editors. (n.d.). SparkNote on Measuring the Economy 1. Derive from http://www.sparknotes.com/economics/macro/measuring1/section2.rhtml N. Geogory Mankiw. (2012). Measuring the Cost of Living. Principles of Macroeconomics, 7e. (pp. 217-220) 小小真怪. (2014) Measuring the Cost of Living. Derive from http://wenku.baidu.com/view/c79dc95eeefdc8d377ee3226?fr=prin...

Words: 971 - Pages: 4

Free Essay

Cours

...droit A l'environnement → défendre les droit d'un individu vis à vis d'un environnement dégradé, mal géré. Droit à un environnement préservé et/ou correctement géré. Durant 40 dernières années émerge idée que fondé de penser un droit à l'environnement. Perspective de droit fondamental ? L'homme est le sujet de la convention européenne des droits de l'homme. La convention n'envisage que l'homme et ne l'envisage pas dans son environnement. Difficulté conceptuelle : peu de porte d'entrée dans la famille des droit fondamentaux. Explication de pourquoi la cour européenne des droits de l'homme principale actrice de cette consécration du droit à l'environnement. Peu d'instrument n'a peut accueillir droit à l'environnement car dans cette aire, il y a la Cour. La cour peut se placer dans le préambule de la convention, qui dit que but du conseil de l'Europe passe par développement … Accueil de ce droit à l'environnement La cour va agir et ne se place pas dans situation d'apesanteur. On n'avance pas sans rien. Des jalons ont déjà été posés : - Déclaration de Stockholm (1972) affirme « l'homme a un droit fondamental...à des conditions de vie satisfaisantes dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien être » « il a le devoir solennel de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations actuelles et à venir ». Dès 1972, affirmation très importante : lien entre DE et dignité de la personne ! Apprécier la dignité du sujet par......

Words: 3216 - Pages: 13

Free Essay

Cour de SéMiologie

... Cours de sociologie Sociologie : étude des faits sociaux I. Définition d’Emile Durkeim Emile Durkheim (sociologue français, fondateur de la sociologie moderne) à donner une définition : pour lui le comportement des individus est déterminer par des normes collectives, des faits sociaux difficilement évitable. Il faut traité les effets sociaux comme des choses, ainsi ses faits sociaux deviennent des objets observable et donc analysable. Pour lui il explique que des faits sociaux s’imposent aux individus et qu’ils ne sont pas réductible a des faits purement individuel. 1897 ouvrage « Le suicide » c’est le résultat de plusieurs facteur sociaux : l’intégration, la religion, les saisons … La sociologie a une visée de synthèse générale et a une forme de pluridisciplinarité : histoire, psychologie … II . Ses fondements historiques Le fait social existe depuis tout le temps Il devient un objet de recherche au XIXe siècle Pour penser la modernité, pour appréhender une société qui connait de profond bouleversement : politiques, économiques et intellectuels. Elle est la pour pensée la modernité. III. Ses préoccupations On peut catégorisé la sociologie en 3 grandes préoccupations : *......

Words: 974 - Pages: 4

Premium Essay

Macro

...those neoclassical models, did not fully explain economic growth. But these economists favoured models that replaced this variable with variables that were explicit in their growth model. The endogenous growth model still is known as the AK model and it was one of the very models of its kind ( Moffatt, 2015). Bibliography Exogenous (Neoclassical) growth model, 2015 [online] Available at: http://faculty.ksu.edu.sa/imtithal/Documents/502%20ECO/LEC2.pdf Moffatt. M,2015. An Introduction to endogenous growth models. [onlie] Available at: http://economics.about.com/cs/economicsglossary/g/endogenous_g.htm Smriti. C.,2015. The Endogenous growth : models and policy implication [online] Available at: http://www.yourarticlelibrary.com/macro-economics/growth-models/the-endogenous-growth-theory-models-and-policy-implications/31170/ Suman. S., 2015. 5 major limitations of neo-classical model of growth. [online] Available at: http://www.economicsdiscussion.net/neo-classical-theory/limitations-neo-classical-theory/5-major-limitations-of-neo-classical-model-of-growth/13046 Supriya. G., 2015. Neoclassical theory of economic growth (explained with diagrams). [online] Available at: http://www.yourarticlelibrary.com/economics/neoclassical-theory-of-economic-growth-explained-with-diagrams/38321/ Vanessa. C., 2013. A beginner’s guide to endogenous growth theory. [online] Available at: http://www.romeconomics.com/beginners-guide-endogenous-growth-theory/ What is......

Words: 2574 - Pages: 11