Free Essay

Culture Européenne Sur La Suisse

In: People

Submitted By sfranki
Words 27884
Pages 112
SOMMAIRE

Introduction p. 4

I- Paramètres culturels p. 5

1) La géographie p. 5 2) Les ethnies p. 8 3) Les langues p. 9 4) Les religions p. 10

II- Paramètres politiques p. 15

1) L’histoire p. 15 2) Les institutions p. 22 3) La vie politique p. 28

III- Les paramètres socio-professionnels p. 33

1) La société p. 33 2) Le monde de l’entreprise p. 49

Conclusion p. 54

Introduction

Aujourd’hui, dans un contexte de mondialisation, on nous forme à ne plus penser franco-français mais européen, voire même international ; il y a une réelle harmonisation des mentalités.
Si les nouvelles technologies permettent de multiplier les échanges et d’effacer les frontières, lors de négociations, se sont des personnes qui interviennent, pas des machines. Ainsi, les hommes d’affaires qui commercent avec des cultures différentes se doivent de les comprendre, afin d’aboutir à de meilleurs résultats. En effet, quelle attitude adopter, quelle manière de penser, de sentir et de réagir au sein d'un groupe humain ; ces critères que ne nous sommes pas à même d’apprécier, si l’on ne se confronte pas à des cultures différentes, au risque de les offenser.
C’est dans cet ordre d’idée que certains hommes, tels que l’anthropologue Edward Thomas Hall, ou le psychologue Geert Hofstede, se sont intéressés aux études interculturelles.

Nous nous intéresserons plus particulièrement au cas de la Suisse, qui soufre avant tout d’une série de clichés, tels que le chocolat, les montres ou les banquiers austères, bien que ce petit pays situé au centre de l’Europe offre une diversité de paysages et de cultures fascinants.
A l’image de ses reliefs escarpés, la Suisse est tout un paradoxe, échappant à l’image lisse et neutre qui lui colle à la peau. Malgré qu’il ne fasse pas encore partit de l’Union Européenne, quoi de plus normal pour un pays qui a réussi la fusion des spécificités françaises, italiennes et allemandes à répondre, aujourd’hui, aux responsabilités des organisations internationales. Actuellement, la Suisse est toujours dotée de plusieurs langues pratiquées ; ces particularismes linguistiques ont ainsi créés des frontières géographiques et culturelles : les cantons ; de vrais petits Etats, avec chacun ses règles et ses coutumes. La variété des paysages et des traditions fait de ce pays, qui est l’un des plus anciens du monde, un havre de paix et de détente. Mais, elle en fait également un des pays les plus compliqué à comprendre culturellement.

Puisqu’il faut d’abord comprendre la géographie, l’histoire, les situations ethniques, linguistiques, religieuses, ainsi que les grandes institutions d’un pays, avant de pouvoir comprendre leurs mœurs, leurs comportements ou leur manière de penser, nous commencerons donc notre étude par les paramètres d’identification culturels, puis les paramètres politiques du pays. Nous terminerons avec les paramètres socio-professionnels, où l’on déterminera les bonnes approches commerciales et managériales à adopter au sein de cette culture.

[pic]
I- Paramètres culturels

1) Géographie

La Suisse est un Etat de l’Europe Alpine qui comporte des frontières communes avec cinq pays : la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, et le Liechtenstein. La Suisse représente donc le point de rencontre de trois grandes cultures européennes : les cultures française, allemande et italienne.
La Confédération Suisse est également nommée Confédération Helvétique à cause des Helvètes, un ensemble de peuples celtes et germano-celtiques, établis sur le territoire de la Suisse actuelle. On appelle la Suisse romande, la partie Ouest, de Genève au Valais, qui est francophone. De l’autre côté du fleuve la Sarine, se trouve la Suisse alémanique, la plus grande et la plus peuplée. Enfin, au sud, la Suisse italienne : le Tessin. Ces frontières géographiques sont, toutefois, différentes des frontières politiques. En effet, la Suisse est un Etat fédéral composé de 20 cantons et 6 semi cantons : Genève, Neuchâtel, Argovie, St. Gall, Grisons, Soleure, Glaris, Fribourg, Lucerne, Thurgovie, Zoug, Schaffhouse, Jura, Valais, Schwyz, Uri, Tessin, Berne, Vaud, Zurich, Bâle (Bâle ville et Bâle campagne), Appenzell (Appenzell Rhodes-Intérieures et Appenzell Rhodes-Extérieures), Unterwald (Nidwald et Obwald). Voir ANNEXE 2 – TABLEAU RECAPITULATIF DES CANTONS.
La population suisse en 2007 est de 7 508 700 personnes, ce qui fait de La petite Suisse un pays très fortement peuplé: la densité moyenne atteint 183 habitants par kilomètre carré.

[pic]

Sa Capitale est Berne (126 800 habitants), mais les deux villes suisses les plus importantes sont Zurich (353 000 habitants) et Genève (180 000 habitants).
D’une façon générale sa typographie est très variée ; en effet, peu de pays offrent une telle diversité sur une superficie aussi réduite (41290 km²). Chaque région se caractérise par une multitude de paysages différents (hautes et moyennes montagnes, ainsi que des plateaux) ; variété qu'explique notamment la multiplicité des facteurs climatiques, eux-mêmes influencés par l'ordonnance du relief, telle que les variations d'altitudes, ainsi que par les microclimats induits par la végétation, l'albédo et les grands lacs. Aux influences atmosphériques s'ajoutent, en se combinant, d'anciennes différenciations humaines inhérentes à l'utilisation du sol.
Son réseau hydrographique dense, est composé de nombreux lacs et rivières ; avec notamment deux grands lacs principaux : le Lac Léman, qui se déverse dans le Rhône et le Lac de Constance, qui se déverse dans le Rhin. Ce réseau comporte 1500 lacs, 1800 glaciers et de nombreuses rivières.

[pic] [pic] Lac Léman Lac de Constance

On dit souvent que la Suisse est située au cœur de l'Europe, ce qui n'est pas tout à fait exact sur le plan géographique. Mais il est vrai que les Alpes représentent la principale jonction entre le nord et le sud de l'Europe. Ainsi, la Suisse peut se découper géographiquement selon ses montagnes ; on peut ainsi distinguer trois régions principales :

Les Alpes Suisses, situées au Sud-ouest, représentent 60% du territoire. Elles sont composées de trois massifs principaux : Bernina, les Alpes de l’Oberland bernois, et les Alpes Pennines. Il s’agit de chaînes de montagnes récentes, qui présentent à la fois des paysages englacés (mont Rose, Bernina), des faces rocheuses dénudées (Eiger, Säntis) et de profondes vallées glaciaires (Rhône, Rhin). Reliées par des cols élevés, ces dernières sont accessibles toute l'année grâce à la mise en œuvre de moyens modernes de déneigement.
L'altitude moyenne se tient aux alentours de 1.700 m, plusieurs centaines de sommets dépassent 3.000 mètres. Toutes ces montagnes ont été sculptées par les glaciers quaternaires (il en subsiste 140) et constituent le principal château d'eau de l'Europe (sources du Rhin, du Rhône, et de l'Inn).

Le Jura, situé au nord-ouest, représente 10% du territoire. Cette région forme également la frontière avec la France et l’Allemagne, telle une barrière caractérisée par l'absence de vallées transversales. Issu de la surrection alpine, l'arc jurassien est une chaîne calcaire composée de plis serrés; avec le Mont Tendre, une moyenne montagne qui culmine à 1.679 m et le Mont Dôle, son voisin, qui atteint 1.678 m.

Le Plateau Suisse se situe entre les Alpes et le Jura et représente 30% du territoire, c’est pour çà qu’il est égale ment nommé « Moyen Pays » ou « Mitteland ». Il s’agit de la Région Vitale de la Confédération Suisse, car elle regroupe la majorité des agglomérations.

Quand aux saisons, elles se distinguent facilement. Au printemps, les arbres fleurissent, et les prés s'habillent de vert. Durant l'été, la température atteint 25-30 degrés. En automne, les fruits mûrissent ; les feuilles jaunissent, puis tombent. En hiver, la neige transforme le paysage.
A Stalden, en Valais, les pluies ne sont pas plus abondantes que dans la steppe : 520 mm de précipitations par an. A 40 km de là, les cimes entourant le Mont Rosa ne reçoivent pas moins de 4000 mm.
Le point géographique le plus bas se situe à Ascona, à 196 m d'altitude.
On y voit des palmiers qui poussent grâce à un climat méditerranéen. La Pointe Dufour culmine à 4 634 m d'altitude. C'est le sommet le plus élevé de Suisse, le climat y est très froid. Eh bien, entre Ascona et la Pointe Dufour, il n'y a que 70 km à vol d'oiseau.
En allant du lac Léman au lac de Constance, on ne traverse jamais de lieux inhabités. Le paysage révèle toujours la présence de l'homme. Quitte-t-on une ville? La suivante est déjà en vue. Les villages se touchent presque. On parle de paysages urbains, de régions villageoises.
La typographie particulière de la Suisse à toujours été présente dans leur développement.
En effet, on peut voir que la configuration montagnarde a été utilisée et maîtrisée par les suisses au fil des siècles, leur apportant d’une part, un rôle important de muraille protectrice, en permettant aux peuples résidents de se protéger autant des attaques romaines au 2ème siècle avant J.C, que des attaques nazies durant la seconde guerre mondiale. Cela a ainsi donné aux suisses une mentalité de résistant et un besoin de se protéger du monde extérieur qui se voit encore aujourd’hui.
Bien des Suisses sont fiers d'avoir toujours été prêts, malgré leur petit nombre, à résister à leurs puissants voisins, des Habsbourg à Hitler. Si les Allemands avaient entrepris d'envahir le pays durant la Seconde Guerre mondiale, les Suisses auraient déployé un plan d'urgence pour détruire les ponts, bloquer les tunnels et mener la résistance d'une redoute imprenable au fin fond des montagnes.
Les Suisses se sont longtemps considérés comme étant un cas particulier. Tous ceux qui ont essayé de discourir sur l'identité nationale suisse se sont heurtés à ce concept, qui fait le sujet des critiques et des moqueries des intellectuels de gauche. Ils accusent leurs concitoyens d'autosatisfaction et de mentalité de hérisson qui se met en boule pour se protéger du monde extérieur, monde qu'ils préféreraient ignorer. Lorsque ces intellectuels remettent en question certains actes et attitudes suisses, ils sont souvent accusés par leurs opposants de «souiller le nid». Néanmoins les cercles d'affaires suisses sont également inquiets, ils craignent que la «bonne vieille technique du hérisson» ne coupe le pays du reste du monde.
Cette configuration a également eu pour conséquence le développement très fort du système ferroviaire comme moyen de transport. Les suisses en sont d’ailleurs devenus, au fil des ans, les premiers utilisateurs mondiaux, avec le réseau le plus développé et les villes les mieux desservies au monde. L’œuvre architecturale qu’est par exemple le tunnel du Saint-Gothard, construit en 1882 par des compagnies privées, prouve bien l’utilité que les suisses ont rapidement pressentie pour le train, après s’en être méfié dans un premier temps. On peut d’ailleurs noter que c’est à l’initiative d’Alfred Escher, que les chemins de fer ont été construis par des compagnies privées, en tant que promoteur de la ligne du Gothard. Il obtint le surnom de « roi des chemins de fer » et créa par la suite le Crédit Suisse (première banque suisse), puis la société d’assurance Swiss life, encore en activité aujourd’hui.
Aujourd’hui les CFF (Chemins de Fer Fédéraux) sont une fierté nationale, et de nombreux Suisses sont fans de trains.
[pic]
Un autre aspect important est d’être entouré par différents pays, ce qui a pour conséquences de transformer la culture suisse et de l’enrichir de multiples coutumes. Cette influence se manifeste dans les langues mais aussi dans les coutumes locales très multiples aux abords des frontières bordant la France, l’Allemagne, l’Autriche … et enfin par les nombreuses communautés différentes vivant en Suisse.
En effet la Suisse a longtemps été une terre d’émigration et plus récemment une terre d’immigration, de par sa position géographique, pour des raisons fiscales ou simplement une terre d’asile pour des réfugiés politiques, ou simplement en difficulté dans leurs pays.
Enfin d’après Hofstede (psychologue néerlandais), la position géographique de la Suisse induit une hiérarchie très forte confirmée par son statut religieux catholique.

Autrefois, les hivers longs et rigoureux, au cours desquels aucune culture n'était possible, ont contraint les gens à faire des provisions et à bien planifier la gestion de leurs ressources alimentaires. Tout gaspillage ou manque de prévoyance pouvait se payer au prix fort, par quelques semaines voire des mois de disette.
Les terres suisses n'ont jamais été particulièrement fertiles. Coincées entre les montagnes, elles n'offraient que peu de surfaces arables. Ces contraintes ont conduit la population à la modération et à l'économie.
L'enclavement des communautés par les montagnes et les vallées décourageait les grands voyages et les migrations. Les gens restaient attachés à leur coin de pays et s'efforçaient tant bien que mal de s'entraider.
Aujourd'hui, les Suisses ont cessé d'être aussi dépendants du climat, de la nature et de la topographie. Les montagnes ne sont plus des obstacles et l'économie suisse est l'une des plus performantes au monde. Mais les principes de prévoyance, de diligence, de modération et de communauté accumulés au cours des siècles sont encore considérés comme des vertus. Plutôt que d'élever les enfants dans le culte de la différence et de l'originalité, on tend encore aujourd'hui à leur enseigner ces valeurs ancestrales.

2) Les ethnies

La Suisse est globalement la réunion de quatre aires linguistiques aux coutumes très différentes : le domaine allemand (65,1 %), français (18,1 %), italien (9,9 %) et romanche (1,1 %).
Néanmoins, d’après Guy Héraud, qui était un homme politique français et un professeur de droit public, la Suisse ne pratique pas le fédéralisme ethnique, mais le principe de territorialité. En effet elle ne fédère pas de réelles ethnies comme on le croit souvent, mais des entités politiques et territoriales façonnées par l’histoire que sont les cantons et demi-cantons.
Les traditions anciennes en Suisse perdurent toujours, les habitants des cantons sont très respectueux envers la culture de leurs aïeux et se sentent redevables de cette culture transmise.
D’après lui, les Suisses eux mêmes insistent sur cette vision des choses.
Néanmoins, même si le fédéralisme est politique il permet aux minorités ethniques comme le Tessin par exemple, de survivre face aux cantons alémaniques.
On peut d’ailleurs noter un véritable sentiment cantonal, peut être même plus fort que le sentiment national. Tous les cantons se toisent entre eux et de nombreux préjugés fondés ou non, circulent à travers les cantons suisses. Voici quelques exemples de rumeurs :
Argovie, le canton des autoroutes, on dit qu’ils conduisent si mal, que le sigle AG de ses plaques signifierait « achtung gefhar » (« attention danger »).
Berne, une lenteur légendaire, couplée à une trop grosse concentration de fonctionnaire, au goût des autres cantons. Selon les bernois leur lenteur permet aux vaudois (canton de Vaud) de les suivre.
Genève, très arrogant… « Il y avait autrefois un zoo à Genève, mais il a fermé car les crocodiles déprimaient de ne pas avoir la plus grande gueule ». De plus, ce sont parait-il des pingres ; ainsi une femme genevoise vous proposera t’elle : « un sucre ou aucun ? ».
Jura, on les dits fêtards, rebelles, séparatistes, éthyliques, chauffards …
Schwyz, Canton le plus primitif qui a donné son nom au pays, c’est aussi de ce canton qu’est originaire le couteau suisse.
Les Genevois? De grandes gueules. Les Vaudois? Des indécis perpétuels. Les Zurichois? Arrogants, bien sûr. Les Appenzellois? Des réactionnaires, et même pire: des petits réactionnaires...
La liste est longue des stéréotypes que chacun des 26 cantons et demi-cantons traine comme une fatalité de génération en génération. Les Suisses sont toujours plus mobiles, ils franchissent en permanence des frontières cantonales qui pourraient même avoir tendance à s'estomper, mais les clichés, eux, demeurent. Pourquoi?
Au delà du coté folklorique, ces rumeurs auraient un but.
On peut commencer par se rassurer: la manie de dénigrer son voisin n'a rien de typiquement suisse. En effet, d’après le sociologue Jérôme Rossier, le but premier des stéréotypes est de rassurer, en se disant que les normaux ce sont nous, et les bizarres ce sont les autres. De plus ce genre de railleries prouvent que le canton existe, sinon il passerait pour inexistant comme le canton de Glaris en marge des occupations suisses.

Enfin reste le dernier type « d’ethnie » : les personnes étrangères. Elles représentent environ 21% de la population totale, l'un des taux les plus élevés d'Europe. Ces ethnies étrangères sont composées majoritairement de serbes, de monténégrins, d’italiens, viennent ensuite les espagnols, les Nord africains, les français… Comme expliqué auparavant cet éventail de nationalité entraîne des problèmes d’intégration, liées à la langue et aux habitudes de chacun. D’un point de vue politique cela à pour conséquence comme dans de nombreux pays européens de voir une montée en flèche de l’UDC (partie d’extrême droite Suisse) ; ce qui n'est pas sans causer quelques problèmes. Une étude récente conduite par l'Université de Genève, avec le soutien du Fond national suisse de la recherche scientifique, plus de 50% de la population Suisse se dit xénophobe. Toutefois, 77% de la population voudrait que les étrangers soient mieux intégrés et 55% voudrait une naturalisation facilitée, ce qui est paradoxal, mais ce qui montre également l'ambivalence de la population suisse par rapport aux autres populations. Il faut également noter que dans certains cantons, le droit de vote est accordé aux étrangers. La disposition constitutionnelle leur donne parfois même le droit d’éligibilité. Ces décisions ont été acceptées par votation populaire.
Par ailleurs, ces ethnies étrangères sont globalement plus fécondes que les suisses.

3) Les langues

On voit globalement en Suisse l’usage quotidien de quatre langues : le français, l’allemand, l’italien, qui sont officielles ; et le romanche, seulement utilisé dans les Grisons.
Ce multilinguisme est le résultat de l’influence culturelle des voisins de la Suisse. La liberté linguistique de la Suisse est assurée encore plus fermement depuis l’article 116 voté le 16 mars 1996, assurant clairement à chaque membre de la fédération le droit de choisir la langue pratiquée officiellement dans la région.
De plus, un des principes fondamentaux de la Suisse, précisé par la Constitution, est l'égalité des langues nationales. Si 22 cantons sont unilingues, dans ceux de Berne, de Fribourg et du Valais on parle et le français et l'allemand ; dans celui des Grisons, on parle à la fois l'allemand, l'italien et le rhéto-roman. De nombreux Suisses sont d'ailleurs bilingues ou trilingues.
[pic]

D’après de récentes études sur l’état linguistique de la Suisse, on se rend compte que le français et l’allemand (plutôt un dialecte en fait) sont stables alors que le romanche et l’italien sont en net recul au niveau de la pratique ; cela pose la question de savoir si la Suisse doit ou non se limiter à deux langues et ainsi limiter, voire arrêter l’usage des deux autres.
Les langues sont également un facteur d’intégration et il apparaît qu’elle est plutôt réussie au niveau linguistique puisque 2 étrangers sur 3 déclarent maîtriser une langue suisse comme seconde langue. Pour les étrangers de seconde génération cela est encore plus vrai, car en grande majorité ils parlent soit le français soit l’allemand, démontrant ainsi le rôle essentiel de l’école.
Néanmoins, les conséquences néfastes de ce plurilinguisme sont visibles car elles posent parfois de vrais problèmes pour le développement du langage des enfants, qui arrivé a 10 ans, ne maîtrisent aucune des deux langues qu’on leur apprend à l’école, étant donné que dès le CE2, on leur apprend une seconde langue officielle.
Il faut ajouter à ce phénomène quadrilingue la variable de l’anglais qui devient de plus en plus parlé, surtout dans le milieu des affaires, et dans les zones urbaines, mais encore peu dans les campagnes. Etonnement, l’anglais ne concurrence pas les autres langues mais s’apprend en parallèle. Il n’a pourtant aucune reconnaissance officielle.
Pour finir, voyons des statistiques intéressantes : 9% des personnes vivant en Suisse parlent une langue non officielle. Alors que globalement 63% parlent l’allemand, 20% le français, 7% l’italien et 1% le romanche.

4) Les religions

La Suisse offre aux croyants de nombreuses possibilités de pratiquer leur foi dans un climat de respect, de tolérance et de discrétion. De plus, d’un point de vue historique et culturel, la religion est très présente dans la population ; d’ailleurs la Constitution commence par les mots suivants « Au nom de Dieu Tout-Puissant ».
Après un tel préambule, nous aurions pu imaginer trouver une constitution fortement favorable au christianisme, ou au moins aux religions monothéistes. Or, il se trouve que ce n’est pas le cas.
En fait, la Constitution fédérale de la Confédération suisse est très libérale et se proclame neutre du point de vue confessionnel, en garantissant la liberté de conscience et de croyance dans son article 15 - Liberté de conscience et de croyance - et pose ainsi les 4 points suivants :
1. La liberté de conscience et de croyance est garantie.
2. Toute personne a le droit de choisir librement sa religion ainsi que de se forger ses convictions philosophiques et de les professer individuellement ou en communauté.
3. Toute personne a le droit d’adhérer à une communauté religieuse ou d’y appartenir et de suivre un enseignement religieux.
4. Nul ne peut être contraint d’adhérer à une communauté religieuse ou d’y appartenir, d’accomplir un acte religieux ou de suivre un enseignement religieux.

Cependant, cette liberté et cette neutralité trouvent une certaine limite dans l’article 72 de la Constitution fédérale de la Confédération suisse - Eglise et Etat :
1. La réglementation des rapports entre l’Eglise et l’Etat est du ressort des cantons
2. Dans les limites de leurs compétences respectives, la Confédération et les cantons peuvent prendre des mesures propres à maintenir la paix entre les membres des diverses communautés religieuses.

Cela veut dire que, en dépit de l’attitude très libérale de la Confédération, chaque canton a la possibilité de choisir une manière individuelle de régler la relation entre Etat et religions, ce tout en respectant les limites données par la Constitution fédérale.

Par conséquent, il existe en Suisse 26 systèmes de droit ecclésiastique. Chaque canton définit la relation qu’il souhaite entretenir avec les Eglises historiques (l’Eglise catholique romaine et l’Eglise réformée), ainsi qu’avec les autres groupes religieux.
La réglementation de l'enseignement est également du ressort des cantons ; elle garantit la participation des élèves de toutes les confessions et de toutes les religions, y compris des personnes sans religion. Les écoles confessionnelles privées sont admises, tant qu’elles respectent les programmes d’études du canton.
En ce qui concerne l’enseignement du fait religieux, la Constitution Fédérale exprime le droit personnel au catéchisme religieux (droit religieux positif) mais aussi le droit de se retirer (droit religieux négatif). Chaque canton règle l’instruction religieuse à l’école à sa manière, avec la participation plus ou moins forte des communautés religieuses.
De plus, la collaboration entre les communautés religieuses et l’école varie d'un canton à l'autre. D'une part, on trouve un enseignement qui est complètement géré par les communautés religieuses : l’école doit seulement mettre à disposition un local et leur octroyer un créneau horaire. D'autre part, on trouve un enseignement du fait religieux qui relève de la seule responsabilité de l’école. Cependant, la plupart des cantons connaissent une certaine collaboration entre l’école et les communautés religieuses (avant tout avec les Eglises traditionnelles). Néanmoins, le programme d’instruction religieuse à l’école est actuellement en pleine mutation, les programmes ont changé ces dernières années et se modifient encore. En général, nous pouvons distinguer actuellement trois modèles différents : un enseignement confessionnel (chrétien, islamique, juif), un enseignement interreligieux et un enseignement des religions (religionskundlicher Unterricht). Il y a également la jurisprudence concernant la religion et l’école : ces dernières années, le Tribunal Fédéral a pris plusieurs décisions suite à des plaintes en rapport avec l’école et la religion. Conformément au principe de neutralité confessionnelle de l’Etat, les écoles n’ont plus le droit de suspendre des crucifix dans leurs salles de cours, ceci pour protéger les élèves de l'influence de l’Etat en matière de religion. Rappelons ici que la majorité religieuse est fixée à 16 ans. Grâce au même type d’argumentation, le Tribunal Fédéral a interdit à une enseignante musulmane de porter le voile dans l’enceinte de l’école (Genève). Lorsque les plaintes se référaient aux élèves, le Tribunal Fédéral a tranché dans le sens des élèves ou des parents : par exemple, une écolière du canton de Zurich a obtenu le droit de se retirer du cours de natation. Des dispenses scolaires pour participer à des fêtes religieuses sont également concédées.

En ce qui concerne l’enseignement des écoles préparant à la maturité au niveau secondaire II (se qui correspond à la période 15 – 18 ans), le règlement de la maturité (1995) prévoit un cours de "Religion" comme option complémentaire. Ces écoles sont autorisées à créer un programme d’étude qui corresponde au plan-cadre fédéral. Ce plan fédéral est très large et il est ainsi possible de concevoir des programmes d’études très différents. En effet, ils peuvent suivre une orientation théologique, aussi bien qu’une orientation scientifique ou historique.

Le régime le plus libéral est appliqué dans le canton de Genève. On y trouve une séparation presque parfaite des Eglises et de l’Etat depuis 1907. L’exemple le plus régulé est le canton de Vaud. Dans ce canton, la nouvelle Constitution cantonale (2003) reconnaît l’Eglise réformée et l’Eglise catholique-romaine en tant qu’institutions de droit public, et la communauté israélite en tant qu’institution d’intérêt public, la reconnaissance d’autres groupes religieux restant possible. Tous les autres cantons appliquent des lois qui se trouvent entre ces deux cas extrêmes. Dans la plupart des cantons, l’Eglise réformée aussi bien que l’Eglise catholique romaine, et parfois l’Eglise catholique-chrétienne, sont reconnues de droit public, ce qui implique certains droits et devoirs. Concernant les droits, il peut s’agir de la possibilité d’imposer les personnes physiques et morales, d’être exempté d’impôt, de donner des cours d’éducation religieuse à l’école ou de prodiguer des services religieux dans les hôpitaux, les prisons ou à l’armée.

Dans beaucoup de cantons, nous pouvons observer que le droit réagit à l’émergence d’une pluralité religieuse croissante, car le paysage religieux en Suisse connaît une évolution permanente, avec une diversité de plus en plus grande des Eglises et des communautés religieuses. Ceci ne semble pourtant pas mener à une plus grande séparation des Eglises et de l’Etat, mais plutôt à la reconnaissance d’un nombre toujours plus élevé de groupes religieux.

Les religions dominantes en Suisse sont le protestantisme d’influence anglo-saxonne et le catholicisme d’influence latine.
Deux personnages ont beaucoup contribués au rayonnement culturel international de leur patrie d'origine, il s’agit de Calvin et Zwingli. Ils ont contribués à faire connaitre la Suisse dans le monde, c’est en partie pour cela que 2,7 millions de protestant vivent en Suisse. Néanmoins, la religion majoritaire reste le catholicisme, avec 3 millions de pratiquant, grâce aux nombreux immigrés venu d’Europe du sud dans les années 70.
D’un point de vue économique, l’essor du protestantisme en Suisse dès 1519 a permis a la Suisse d’avoir une bonne dynamique économique, car comme l’écrivait Weber, le protestantisme favorise le développement économique ; d’ailleurs, en Suisse, les plus riches étaient les cantons protestants, qui étaient également les plus industrialisés. Le protestantisme dit que l’argent n’est pas la racine du mal, l’argent ne rend pas avilissant, seul un homme mal intentionné peut rendre l’argent mauvais.
Les hommes doivent, d’après Dieu, exploiter la terre qui devient de fait leur « seule » ressource.
On peut en outre noter que la religion catholique a favorisé l’essor de l’individualisme en Suisse ; Hofstede calcule un indice de 68 en individualisme pour la Suisse conte 71 pour la France et 91 pour les USA.
Les protestants ont favorisé l’émergence de l’état fédéral suisse et exerçaient seuls la politique du pays jusqu’à ce les catholique se réunissent et forment à leur tour une entité politique.
L’entité politique protestante était le parti radical qui prône encore aujourd’hui le capitalisme et l’anticléricalisme.
Néanmoins l’influence de la religion en Suisse est en net recul, comme dans les autres parties de l’Europe. Pourtant, de nombreux spécialistes annoncent que le XXIème sera le siècle des religions et de leur retour au premier plan.

Plus récemment de nouvelles religions se sont développées en suisse et prennent désormais de l’importance, au premier rang de celles-ci se trouve l’Islam. La réalité musulmane en Suisse a une histoire très jeune. Ce n'est en effet que dans le courant des années 1960 que l'on peut dater l'établissement des premières populations de confession musulmane. L'islam a rencontré la Suisse à travers quatre principales étapes : une immigration économique, une immigration politique (demandeurs d'asile et réfugiés politiques), le regroupement familial et les 'nouvelles générations' (conversions et musulmans nés en Suisse de parents musulmans).
Elle est aujourd’hui la troisième religion du pays. Le nombre de musulmans c’est décuplé en moins de 30 ans, ils sont aujourd’hui estimés à 250 000 personnes, soit environ 5% de la population. On associe souvent la Suisse, et en particulier Genève, aux émirs et autres cheikhs qui savourent le luxe de ses palaces, se promènent sur sa rade à l'ombre du jet d'eau et dévalisent ses magasins de luxe. Les musulmans en Suisse sont d’origine très diverses : les musulmans d’origine turque (65000 personnes soit 43 %) sont principalement répartis en Suisse Allemande, probablement dû au fort lien entre l’Allemagne et la Turquie, néanmoins au niveau de l’immigration. De même, les musulmans Nord Africains se trouvent plutôt en suisse romande, où l’on parle français, ce qui représente une facilité d’intégration pour eux. Enfin, les musulmans de l’ex-Yougoslavie (55000 personnes soit 31%) pour leur part sont établis un peu partout en Suisse.
Cet expansion à de nombreuses conséquences, à commencer par une augmentation des mosquées : au nombre de 3 il y a trente ans, elles sont aujourd’hui plus de 90, plus ou moins légales et financées de façon plus ou moins légitime. Les musulmans connaissent comme en France des problèmes d’intégration, de discrimination… Ils occupent le bas de l’échelle sociale, possèdent moins de droit que les résidents suisses et n’obtiennent pas la nationalité suisse. Mosquée de Genève

Ensuite on trouve d’autres religions minoritaires, mais tout de même présentes.
L’hindouisme, qui se répand donc de plus en plus vite grâce à sa philosophie et son yoga. Il attire fortement les suisses en quête d’un renouveau spirituel, avec les nouveaux remèdes face au stress et permettant la maîtrise de soi. Environ 0,4% des gens vivant en Suisse se déclarent hindous.
Le bouddhisme, avec l’image très positive que véhicule le Dalaï-lama, est de plus en plus apprécié. Cette sympathie n’avait fait que grandir lorsqu’il y a plusieurs années, la Suisse avait accueilli 1000 moines tibétains sauvés du joug chinois.
Le zoroastrisme, religion peu répandue, avec seulement 150 000 adeptes, étant principalement des hommes d’affaires, on ne peut qu’en déduire une forte présence en Suisse.
Le Judaïsme, avec aujourd'hui 0,25% de la population, aussi bien dans la région romande qu'allemande. La plupart des grandes villes ont une communauté juive organisée en institutions et ont une infrastructure bien développée.
Pour conclure les religions de type réaliste ou autres ne sont pas vraiment bien perçus par les helvètes, car les suicides collectifs engendrés par le Temple du soleil ont eu lieu en Suisse et également au Canada.

Finalement, nous pouvons voir que le facteur religieux tient un rôle très important en suisse, à tel point qu’il est facteur d’évolution des dispositifs sociaux et sanitaires. En effet, depuis le XIXème siècle, la référence à des valeurs religieuses (chrétiennes principalement) a joué un rôle variable dans les débats qui ont accompagné la mise en place et l’évolution des législations dans le domaine social ou sanitaire. De nombreuses institutions, principalement au niveau local, ont été initiées par des organismes religieux ou par des personnalités motivées par une conviction religieuse. Progressivement, la gestion et le financement de la plupart de ces institutions ont été transférés aux pouvoirs publics. Actuellement, seule une minorité d’établissements (hôpital, garderie, œuvre d’entraide) sont rattachés directement à une Eglise ou à une communauté religieuse. Plusieurs services sociaux issus de l’action sociale ou diaconale d’Eglises ou de communautés religieuses (Caritas, Centre Social Protestant, Armée du Salut, etc.), exercent un rôle dans la prise en charge de certains problèmes sociaux à l’échelle locale ou cantonale.

II- Paramètres politiques

1) L’histoire

Les personnes érudites et ouvertes sur le monde, disent souvent que l’on ne peut comprendre un peuple, un pays, que si l’on étudie et si l’on comprend son histoire. Cette pensée est particulièrement vraie pour la Suisse dont les spécificités sont parfois raillées et moquées par les autres pays.

Pour commencer, voyons en premier abord l’origine du nom « Confédération Helvétique ».
Helvetia est le nom d'une ancienne région romaine, qui se trouve être le territoire actuel de ma Suisse. En 100 av. J.-C. environ, un groupe nommé Helvètes a émigré du sud de l'Allemagne vers la Suisse actuelle mais se heurta, dans la progression vers le sud, aux armées de Jules César. Les Romains fondèrent la province de Helvetia en 15 av. J.-C. environ. Cette région était relativement calme et prospère jusqu'à l'invasion des Germains en 256 et la retraite des troupes romaines. Dès lors, la région a été constamment disputée entre les Francs, les Germains et diverses guerres féodales eurent lieu jusqu'à la création d'une "Confédération" en 1291 par l'alliance de trois régions : Uri, Schwytz et Unterwald. C’est du canton de Schwytz, que le territoire tiendra son nom actuel « Suisse ».

L’histoire suisse, comme n’importe quelle autre est nourrie de doutes, de hontes, de fiertés, qui ont au fil des générations nourries une culture suisse.
La première date charnière est 1291 car on dit souvent que c’est celle qui donne naissance à la confédération Suisse, avec l’alliance (« serment de Grütli ») des 3 premiers cantons dits forestiers dans le but de se protéger d’éventuels seigneur ou suzerain trop zélés.

Vers 1300, les Habsbourg, suzerains trop zélés, détiennent presque toute la Suisse centrale, ainsi qu’une partie de l’Autriche, et qui désirent désormais faire appliquer leurs lois, afin de s’accaparer d’autres territoires. C’est alors que les confédérés vont s’unir pour la première fois dans le but de défendre un intérêt commun. Ainsi débute en 1315 la bataille de « morgarten » contre les troupes autrichiennes qui seront battues à plates coutures.
Cette alliance va ensuite s’élargir aux XIVème et XVème siècles (Lucerne en 1332, 1351 pour Zurich, Glaris et Zoug en 1352 et Berne en 1353) pour atteindre le nombre de huit entités autonome, pas toujours égales en droit et en devoir.

C’est à cette époque que naît le héros suisse, encore largement adulé aujourd’hui : Guillaume Tell.
D’après le récit, à l'époque, l'empereur d'Autriche cherchait à dominer le canton d'Uri. Son gouverneur, Hermann Gessler, nouvellement nommé en tant que bailli, érigea un poteau sur la place centrale du village d'Altdorf et y accrocha son chapeau, dans le but d'obliger tous les habitants à se courber devant son couvre-chef, afin de mettre à l'épreuve la loyauté de la population. Statue de Guillaume Tell
Or, Guillaume Tell passa un jour avec son fils devant le poteau coiffé sans accomplir la procédure exigée ; arrêté, il continua à refuser d'accomplir ce geste obligatoire. Le bailli Gessler lui ordonna, sous peine de mise à mort, de percer d'un carreau une pomme posée sur la tête de son fils, à l'aide de son arbalète.
Guillaume Tell réussit son exploit, mais il dit au bailli que s'il avait tué son fils dans cette tentative, il aurait immédiatement tiré une seconde flèche sur lui.
Ce commentaire insolent enragea Gessler qui fit jeter Guillaume Tell en prison sur le champ. Celui-ci jura de se venger. Le bailli partit ensuite en navire pour l'Autriche avec le prisonnier, qui s'évada et le tua.
Guillaume Tell représente encore maintenant celui qui a su se dresser et vaincre l’oppresseur (le bailli Gessler) qui tentait par la force de dominer la région de l’Uri, canton natal de Guillaume Tell. Cet épisode héroïque aurait été à l'origine de la rébellion des Suisses contre les ducs d'Autriche, qui conduisit à l'unification des cantons historiques et à l'indépendance de la Suisse. Il existe aujourd’hui un musée entièrement dédié à Guillaume Tell, dans le village de Bürglen.

Un autre héros très présent dans l’hagiographie Suisse est Arnold Von Winkelried qui en 1386 durant la bataille de Sempach se jeta dans les piques des fantassins ennemis, permettant l’ouverture d’une brèche dans la défense ennemie. Un monument à sa gloire à d’ailleurs été érigé ; néanmoins des doutes subsistent toujours sur la véracité de cette histoire.

Monument dédié à
Arnold Von Winkelried

Nous sommes maintenant à la fin du XVème siècle et l’alliance des différents cantons a donné naissance à une Confédération sans lien rigide composé de cantons ruraux et citadins. L’élargissement de la confédération se passe de différentes manières : soit les entités s’allient d’elles mêmes, soit des territoires sont conquis (Thurgovie et Argovie par exemple). Le plus vieux document écrit suisse retrouvé s’agit d’ailleurs d’un pacte d’alliance entre cantons.
La peur commune de l’Autriche avait permis de cimenter les confédérés pendant des années, mais une fois la menace diminuée, chaque canton se voit tenté de défendre ses propres intérêts.
En 1481, les cantons urbains ont le désir d’améliorer le sort des « alliés », c'est-à-dire de les faire entrer officiellement au sein de la confédération, ce qui ne plait pas aux campagnes, qui elles, subissent un déplacement du pouvoir central vers l’ouest. C’est ainsi grâce à l’intervention du frère Klaus en tant que médiateur que Soleure et Fribourg deviendront les 9 et 10emes cantons officiels.
Les statuts au sein de la Confédération sont également inégaux, certains cantons ayant plus de droits que les autres, néanmoins les questions d’intérêts communs sont débattues conjointement lors de Diètes organisées par les cantons de Lucerne, Berne ou Zurich. Cette alliance obtient ainsi un poids militaire intéressant en Europe. C’est aussi à cette époque que les militaires helvètes se forgent une réputation de soldats habiles et valeureux. Frère Klaus

La seconde date charnière se situe en 1499 avec la guerre de Souabe, entre Maximilien dernier des Habsbourg et les confédérés. Le conflit éclate à cette époque parce que Maximilien voulait rattacher les confédérés à l’empire et les assujettir à un nouvel impôt. Le canton des Grisons vint rapidement s’allier aux confédérés, car les Grisons avaient également peur des velléités autrichiennes. Une fois la bataille engagée dans les Grisons, le front s’étendit jusqu'à Dornach (Soleure) où la victoire finale intervint. Cette victoire permit ensuite à Bale et Schaffhouse, qui gravitaient depuis longtemps autour de la confédération, d’entrer en 1501 dans le but de garder leur indépendance vis à vis d’un futur empire autrichien potentiel.
Bien que les autrichiens aient été défaits, les suisses ne comptaient pas stopper immédiatement leur expansion, et c’est ainsi qu’ont commencés les guerres d’Italie.
Les nombreux mercenaires suisses s’engagèrent dans la guerre pour Milan, d’abord sous la bannière française (1501-1510) puis sous celle du pape à partir de 1510. En 1512 Milan est conquise mais les guerres pour conquérir les riches villes du nord de l’Italie continuent, jusqu’à Marignan où la chance tourne enfin en faveur de la France avec tout d’abord le retrait des troupes des cantons de l’ouest, et ensuite la victoire sur le champ de bataille des 30 000 français face aux 20 000 Suisses moins biens armés et organisés.
L’armée suisse possédait une organisation militaire semblable aux phalanges grecques de l’antiquité, c'est-à-dire des bataillons épais et lourds (les piquiers suisses étaient renommés à travers l’Europe) plutôt adaptés à la défense qu’à l’attaque comme l’avait analysé florentin Nicholas Machiavel.
Cette bataille de Marignan est souvent décrite comme un évènement clé expliquant la neutralité politique et militaire de la Suisse au niveau international, car c’est après cette bataille que les Piquiers suisses suisses vont stopper leurs volontés d’expansion.
Cette idée est à opposer à celle de l’érudit Machiavel, qui estime pour sa part, après avoir longuement étudié le peuple helvète, que leur neutralité ne viendrait non pas de cette défaite militaires, mais des tensions religieuses parmi les confédérés, régnant dès 1524, et qui les paralysèrent.

Le XVIème siècle en Suisse est celui des réformes. La vie religieuse en devient bouleversée avec la scission de l’église chrétienne en deux groupes : protestants et catholiques.
C’est ainsi dans ce climat délétère qu’apparaissent 2 hommes religieux importants : Jean Calvin et Ulrich Zwingli.
Le premier va propager les valeurs protestantes dans la Suisse romande et plus particulièrement à Genève où grâce à ses idées axées sur les valeurs du travail et les bienfaits de l’enrichissement, le capitalisme va se développer et du coup augmenter la prospérité de la citée Genevoise.
Le second va développer le protestantisme dans la Suisse alémanique. Persuadé que les fidèles doivent s’en tenir uniquement aux écrits bibliques et ignorer les interprétations cléricales, il va jusqu’à souhaiter une séparation totale de l’église et de l’état. Il meurt finalement en 1531 lors de la bataille de Kappel, après avoir ardemment diffusé ses idées concernant la réorganisation de l’église.
Ces réformes religieuses entraînent des guerres entre catholiques et protestants. En 1525 Zurich devient le premier canton à prendre le protestantisme comme religion officielle. Les cantons campagnards sont pour leur part, peu enclins à changer de religion d’abord par conviction mais aussi par crainte de voir les zurichois devenirs trop puissants.
La guerre est inévitable, démarrée en 1529 elle s’achève en 1531 a Kappel. Apres cette guerre un traité sera signé stipulant que les cantons respecteront mutuellement les choix religieux de chacun.
En Suisse romande la situation n’est guère plus enviable. Zurich est devenue le point de chute le plus attractif, pour les protestants de l’Europe entière persécutés dans leurs pays d’origine, qui en arrivant rejoignent le cercle calviniste.
Cette immigration va grandement influencer la Suisse, puisque de nombreux éditeurs et imprimeurs arrivent, participant au développement des écrits protestants. De nombreux intellectuels rejoignent l’académie de Zurich fondée en 1559 et enfin de nombreux banquiers assureront le développement économique Zurichois.
En 1536 l’entité bernoise s’agrandit en prenant possession du pays de Vaud à l’ouest de peur que la France ne s’en empare. Ainsi Lausanne et le pays vaudois tout entier deviennent des possessions bernoises soumis au protestantisme. C’est donc dans ce contexte que Lausanne et Genève deviennent les places les plus importantes du protestantisme francophone.
La riposte des catholiques arrive bien vite, avec l’augmentation du niveau d’instruction, ils décident la création d’un collegium Helveticum pour former le clergé, et un programme d’études qu’ils confient aux jésuites. Les cantons les plus riches restent protestants, mais certains bailliages (régions à l’intérieur d’un canton) reviennent aux catholiques comme le Chablais par exemple qui est rendue à la Savoie.
Le XVIIème siècle est la troisième période charnière puisque pour la première fois les suisses vont totalement appliquer leur principe de neutralité militaire, durant la guerre de Trente ans, opposant le saint empire germanique et ses alliés catholiques aux grandes puissances européennes.
Les cantons se rendent vite compte qu’en prenant part au conflit la confédération serait éclatée, c’est donc dans le but d’éviter ce désastre qu’ils instituent un conseil de guerre composé d’officiels catholiques et protestants capables de lever 36000 hommes en arme dans le but de protéger leur neutralité. Cet acte appelé « conseil de Wil » devra éviter à l’avenir que des troupes étrangères violent les terres suisses, comme en 1533 et 1538.
Le traité de Westphalie de 1648, est un acte aussi important puisqu’il scelle la fin du conflit, et reconnaît à la Suisse sa totale neutralité lors de conflits internationaux.
Le milieu et la fin du XVIIème siècle sont émaillés de conflits religieux tout d’abord la 1ère guerre de Vilmergen entre catholiques et protestants avec une défaite à la clé pour les seconds.
Le second fait est la révocation de l’édit de Nantes, amenant les Huguenots à affluer massivement en Suisse emmenant avec eux un savoir faire dans le textile, l’orfèvrerie, les banques, l’horlogerie… Ce sont donc ces fameux Huguenots qui ont donné leurs premières lettres de noblesses à l’horlogerie suisse et qui ont par la suite développé l’industrie horlogère jusqu’à ce fameux Mr Breguet (horloger et physicien suisse) attraction incontournable de la cour de Versailles au XVIIIème siècle.
Buste de Breguet au cimetière du Père-Lachaise

La connaissance du temps était réservée à une élite car elle était en même temps un instrument de pouvoir. L'invention de l'horlogerie puis des montres n'a pas tout de suite changé cette situation. Les montres étaient particulièrement chères et elles étaient un symbole de supériorité sociale pour celui ou celle qui la portait.
Ce n'est qu'au XXème qu'est apparue la montre-bracelet, portée au poignet. Auparavant la montre était portée en pendentif, à la ceinture, dans la poche et toujours comme un véritable bijou.
L'industrie horlogère requiert une forte dose d'innovation, de dextérité, de patience et de créativité, assortie d'un sens des affaires certain. Autant de qualités dont les Suisses aiment à s'enorgueillir. Dès lors, il n'y a rien d'étonnant à ce que cette activité ait trouvé un terreau particulièrement fertile en Suisse.
Souvent malmenée depuis son apparition, l'horlogerie suisse ne s'est jamais laissé abattre par les défis que lui lançait la modernité. C'est ce qui lui vaut une remarquable continuité, des premières «montres à secousse» jusqu'aux horloges atomiques. Aujourd'hui le challenge continue et il a plusieurs facettes: toujours plus petit, toujours plus complexe, toujours plus fiable.
Le temps ne s'arrête jamais; la créativité des horlogers, à l'heure où la compétition internationale fait rage, non plus...
Le XVIIIème siècle quand à lui, va se révéler plutôt tranquille au niveau international, jusqu’à la dernière décennie, avec l’arrivée des troupes françaises en Suisse.
La 2ème et dernière guerre de Vilmergen intervient également à cette époque avec une victoire des protestants signifiant la fin de la domination catholique dans la confédération.
Durant ce siècle les élites suisses sont menacées et n’hésitent plus à sévir pour conserver leur domination, ainsi débute l’histoire Dauvel, celle du premier véritable citoyen du pays de Vaud. Ainsi le major Dauvel souhaitait à travers ses lettres, pousser le pays bernois à rendre sa liberté au pays vaudois, pour que celui-ci devienne le 14eme canton.
Pendant cette même période, la Société Helvétique est créée et occupé par de nombreux intellectuels (Rousseau, Diderot…) dans le but de promouvoir l’unité Suisse, mais aussi les sentiments de fierté, de fraternité et d’amour entre les confédérés.
Paradoxalement, c’est quelques années plus tard que les idées révolutionnaires françaises vont toucher la Suisse dès 1790 pour commencer, mais surtout à partir de 1797 lorsque Napoléon décide de créer une zone tampon entre la France et les vieilles monarchies de l’Europe. Cette zone tampon démarre en 1793 avec l’absorption de l’évêché de Bale puis continue avec la Valteline dans les Grisons, au nord de l’Italie. En 1798 les Français aident le pays Vaudois à se libérer du joug du pays bernois, puis envahissent, ensuite le reste de la confédération helvétique, mettant fin à l’ancienne confédération.
D’ailleurs durant l’invasion du canton de Berne les troupes françaises emportent en France les trois ours, gardés dans une fosse. Les français emmenèrent du même coup le trésor municipal qui était protégé par ces ours. Peu de temps après, l’ourson qui fut séparé de sa mère mourra et son corps empaillé fut érigé comme symbole de Berne.

L’ours abandonné.
Sur son bouclier est écrit : « l’ancien temps est passé"

Cette invasion va complètement modifier le visage administratif et politique de la Suisse. Tout d’abord une nouvelle constitution est votée avec un état centralisé et un redécoupage des régions conséquences de la dissolution des baillages, cantons, sujets et autre diète. Ensuite les suisses furent obligés d’accepter de nombreuses contraintes imposées par les français comme nourrir et loger les soldats français au frais des citoyens suisses, permettre aux troupes françaises de transiter librement dans le pays et enfin le plus grave pour les suisses, signer un traité d’alliance avec la France les forçant à renier leur neutralité engagée depuis la guerre de Trente ans.
Cette nouvelle ne dura dans les faits que 5 ans puisqu’ après de moults rebellions transformées en guerre civile, Napoléon décide dès 1803 d’intervenir en tant que médiateur et instaure en 1803 une nouvelle constitution, fédérale créant ainsi 6 nouveaux cantons (St Gall, Tessin, Thurgovie, Argovie, Vaud, Grisons) amenant ainsi la confédération a posséder 16 cantons. Néanmoins, et ce malgré le retour à la neutralité instauré dans la nouvelle constitution, les liens militaires avec la France vont continuer. Ainsi la Suisse continua de fournir entre 12000 et 18000 soldats à la France, qui d’ailleurs se sacrifièrent lors de la retraite française de la Bérézina, où 13000 suisses, retinrent 40000 russes, permettant à ce qui restait de la « Grande Armée » de battre en retraite, ils payèrent ainsi un lourd tribut puisque seulement 300 Suisses revinrent vivants.

Le 19ème siècle est de nouveau une période charnière et marque un fort changement au sein de la confédération.
Tout d’abord la Suisse confirme son « leadership » au niveau de l’industrialisation, notamment grâce à ses cours d’eau qui alimentent en énergie ses industries textiles mécanisées.
Ensuite au niveau politique un nouvel organigramme apparaît et la vie politique se divise principalement en deux branches : d’un coté les Conservateurs qui souhaitent revenir au système d’avant 1798 où le pouvoir était concentré dans les mains de quelques personnes (oligarchie), de l’autre coté les Progressistes (« Freisinnige ») eux-mêmes divisés en 3 sous groupes : les libéraux ( lois du marché , pouvoir au entreprises ), les radicaux ( plus sociaux, fort rôle de l’état ) et les démocrates ( les électeurs doivent élire leurs représentants).
Nous sommes maintenant fin 1813, les anciennes constitutions cantonales sont réhabilités, en vertu d’un nouveau pacte fédéral signé en août 1815 où les cantons regagnent leur souveraineté totale mis à part en matière de politique étrangère. Le Valais, Neuchâtel, Genève adhèrent tandis que l’évêché de Bâle est rattaché au canton de Berne.

En 1814 et 1815, la Restauration crée un premier État fédéral, formé de 22 cantons et neutre grâce à l’« Acte de reconnaissance de la neutralité perpétuelle de la Suisse » rédigé par Charles Pictet de Rochemont, un diplomate helvétique, et signé par tous les gouvernements d’Europe. Les luttes entre les conservateurs et les libéraux-radicaux aboutissent à la guerre du Sonderbund en 1847 et à la victoire de ces derniers. Dirigées par Henri Dufour, esprit plutôt conservateur, les troupes fédérales doivent agir vite, avant que les puissances européennes n'interviennent. La principale bataille a lieu à Lucerne. Les fédéraux sortent vainqueurs et très rapidement, les autres membres du Sonderbund capitulent, ne faisant pratiquement aucune victime. Statue de henry Dufour, à Genève

La restauration de 1815 à 1830 donne l’autonomie totale aux cantons, leur permettant ainsi de battre leur propre monnaie, les condamnant alors à une mort économique. Les milieux libéraux souhaitent un changement qu’ils obtiennent en fondant des sociétés où les suisses de différents cantons peuvent se rencontrer et développer une « suissitude ».
Dès 1830 les idées révolutionnaires françaises viennent motiver le mouvement de la « régénération » qui se développe en Suisse, permettant la mise en place de nombreuses libertés (presse, expression, industrie…). Les divergences idéologiques entre cantons apparaissent plus tard vers 1844 avec l’alliance du Sonderbund. Il s’agit à cette époque de l’alliance de 7 cantons conservateurs souhaitant soutenir Lucerne dans son choix de confier l’enseignement supérieur dans son canton aux jésuites. Les radicaux étant pour leur part opposés à cette idée qu’ils considèrent comme étant un prolongement de l’autorité papale.
Finalement en 1847 suffisamment de cantons progressistes apparaissent, permettant à cette majorité d’annuler le Sonderbund, lors d’une courte guerre remportée par Henri Dufour en novembre 1847.
Rapidement après cet évènement et ce malgré la menace des puissances étrangères proches (France, Autriche) la nouvelle constitution est établie en 1848 et adopté par les 22 cantons.
Cette nouvelle charte centralise le gouvernement, favorise le développement économique en faisant tomber les taxes douanières internes, assure nombres de libertés et dote la Suisse d’une assemblée fédérale avec une présidence tournante.
Cette nouvelle charte permet en outre aux Suisses de pouvoir changer la constitution par le vote (référendum).
La nouvelle assemblée se réunit pour la première fois le 6 novembre 1848 et élit Jonas Furrer comme président, puis dans la foulée choisit Berne comme capitale (Ville fédérale). Rapidement une monnaie est créée et le système des unités et des poids est harmonisé.
Dès cette époque la confédération n’existe plus remplacée par une fédération , or nous avons gardé comme habitude d’appeler la Suisse Confédération au lieu de fédération, il s’agit donc d’un abus de langage encore bien répandu et qui n’est pas près de cesser.
En 1874 une révision de la constitution est souhaitée, et devient effective rapidement avec des principes toujours valides actuellement comme par exemple le droit de voter par référendum sur une loi adopté auparavant par le parlement. A noter tout de même qu’à cette époque, seuls les hommes avaient le droit de voter.
Pour l’anecdote c’est pendant la crise alimentaire du 19ème siècle qu’Henri Nestlé va créer l’entreprise éponyme et trouver un procédé permettant de mélanger la farine au lait pour les mamans ne pouvant nourrir leurs bébés, ce qui fera ensuite sa réputation. Parallèlement à cela en 1880 l’entreprise Maggi (aujourd’hui propriété de Nestlé) naît elle aussi de la rencontre entre un meunier Julius Maggi (fils d’immigrant italien) et de Fridolin Schuler qui arrivent à créer des potages en poudre très nourrissant.
C’est aussi à cette même époque que le couteau suisse Apparaît. Deux versions historiques se disputent la paternité de son apparition : la première explique que c’est en 1886 qu’il apparaît avec le souci de la part de l’armée suisse de doter ses soldats d’un outil fonctionnel permettant notamment de démonter les armes, poinçonner les cuirs …
L’autre version veut qu’il apparaisse en 1897 grâce à Carl Elsener, qui avait eu le désir de créer un produit multifonctionnel, et qui ensuite servit d’outils à l’armée. En tous les cas le petit fils de l’inventeur dirige aujourd’hui Victorinox et Wenger S.A (Rachetée par Victorinox) qui sont les seules entreprises autorisées à produire et commercialiser le couteau suisse reconnaissable avec la croix suisse dessinée sur le coté. Petite anecdote : le couteau des soldats n’était pas pourvu de tire-bouchon, contrairement au couteau des officiers.

Enfin nous pouvons noter qu’à cette époque de nombreux suisses émigrent vers les USA ou en Europe du fait souvent de la famine et de la forte croissance de la population durant 3 grosses vagues de départ : 1816-1817, 1845-1855, 1880-1885. Cette émigration sera en tout cas rapidement comblée par de nombreuses arrivées d’immigrants venues du monde entier mais surtout d’Italie du nord et d’Allemagne avec un niveau d’instruction élevé mais qui provoquera quand même de nombreux incidents et un refus d’intégration de la part des populations locales.

Le 20eme et le 21eme sont encore bien ancrés dans les esprits suisses puisque contemporains à la plupart d’entre nous. Je vais découper cette période en 2 sous périodes allant de 1900 à 1939 et une autre de 1939 à 2007.
En ce début du 20eme siècle, la Suisse connaît de nouveau un fort développement économique dans le domaine du textile notamment, amenant les employés à réclamer une amélioration des conditions de travail. Ces revendications seront rapidement acceptées dans des « conventions collectives » incluant même l’assurance maladie n 1912. La bonne santé économique du pays se traduira rapidement par la création de la banque nationale suisse en 1907. Durant la première guerre mondiale qui arrive rapidement les Suisses restent neutres, mais subissent tout de même des répercussions internes dues à des opinions totalement différentes entre population francophone et germanophone. A noter que les soldats mobilisés pour défendre les frontières étaient très mal payés et qu’à leur retour en 1918, ils se rendirent compte qu’ils avaient perdu leurs emplois. Pour l’anecdote, les militaires qui construisirent la route militaire de Belchen destinés à défendre la frontière, gravèrent dans la falaise leurs initiales ainsi que celles de leurs cantons, comme on peut le voir sur cette photo.
La vie économique après guerre est plus difficile à cause notamment du revers pris par l’industrie textile dans les années 20 et 30 créant ainsi de nombreux chômeurs. Au niveau des relations internationales, la Suisse joue la carte de la neutralité face à l’expansion du fascisme et du communisme, bien que le communisme soit encore plus mal perçus que le nazisme qui ne les effraie pas tant que ça. Trois courants de pensée émergent à l’orée de la seconde guerre mondiale : une minorité souhaite rapprocher la Suisse du Reich, une seconde souhaite coopérer avec l’allié l’allemand dans la tradition de compromis de la Suisse, enfin une troisième souhaite résister et défendre les valeurs démocratiques suisses.

Nous voici en 1939 juste avant le début de la seconde guerre mondiale, la Suisse souhaite particulièrement rester neutre durant ce conflit, mais prépare tout de même ses troupes et ses habitants à faire face à une invasion de l’ennemi. En cas d’invasion, les Suisses prévoient d’ailleurs de se réfugier en montagne là où leur sécurité serait maximale.
Durant toute la guerre les suisses vont être entourés de nations alliées d’Hitler, amenant les suisses à tenir une certaine conduite édictée dans la convention de la Haye signé en 1907.
Cette convention amène les suisses à pouvoir commercer librement et à tous les niveaux avec les belligérants. Ainsi les suisses vont commercer avec l’Allemagne et racheter des stocks d’or ainsi que des objets précieux volés aux juifs par les allemands (cet or à d’ailleurs été réclamé à maintes reprises dans les années 90, ainsi que des objets non restitué aux descendants des personnes décédées durant le conflit lors de procès tumultueux, mais la commission Bergier a, en 2002, remis le comportement de la Suisse dans le contexte de l’époque). La Suisse va en outre les fournir en armes, logistique… D’ailleurs une plaisanterie courante de l’époque était : « Les suisses travaillent six jours pour l’Allemagne d’Hitler et prient le septième pour la victoire anglaise ». Le commerce avec les Alliés va bon train lui aussi notamment avec les américains, mais n’atteint pas plus d’1/3 des échanges avec les allemands. La population suisse est encore accusée d’avoir refuser l’entrée du pays à des milliers de juifs, mais il y avait de nombreuses initiatives personnelles comme celle de Paul Grunninger, policier de métier, qui a fait rentrer illégalement plus de 3000 juifs contre l’avis de ses supérieurs, lui coûtant sa place de policier et son honneur.
Après la seconde guerre, la démographie soutenue et les progrès de la médecine en Suisse l’amène à doubler sa population (1900 : 3 315 443 ; 2000 : 7 261 210), encouragé par une économie plus que jamais dynamique avec une forte industrie jusqu’en 70 puis ensuite les services jusqu'à maintenant. Au niveau interne la Suisse enregistre l’entrée du canton du Jura, alors qu’au niveau international sa neutralité bloque son entrée dans des projets communs comme l’UE par exemple. Néanmoins elle entre dans de nombreuses institutions internationales comme AELE en 1960 ou en 1996 dans l’OTAN, enfin en 2002 après un référendum elle entre dans l’ONU, qui a remplacé la SDN, dont Genève était le siège depuis 1920.

2) Les institutions

Au premier abord, le signe distinctif le plus visible de la Suisse est son drapeau, qui reflète de nombreuses idées et positions du pays ; c’est pourquoi nous allons commencer par son histoire et sa signification.
Il est étonnant d’apprendre que le drapeau suisse actuel date de 1889 alors que beaucoup d’autres institutions sont très anciennes, cela s’explique par les nombreux changements de formes et de couleurs qu’il a connu au cours des siècles.
Les premières utilisations fréquentes de la croix blanche eurent lieu avec des détachements cantonaux, qui commencèrent à mettre cette petite croix blanche sur leur bannière cantonale.
L'emploi de ces croix confédérées devint de plus en plus important puisque les armées de la Confédération pouvaient rencontrer d'autres mercenaires suisses au service de leurs ennemis.

Les prouesses des Suisses sur les champs de bataille leur valaient d'être courtisé par les monarques européens. Le drapeau actuel tient sa forme carré d’un lourd passé militaire, où originellement la croix blanche allongée tenait lieu de signes distinctifs entre les mercenaires de différents cantons dans les batailles où ils officiaient. Au début triangulaire (avant 1540) le drapeau contenant la croix des confédérés (sceau étatique de la confédération reconnue à travers l’Europe) a rapidement évolué vers une forme quadrilatérale.

Lorsqu’en 1798, la France impose à la Suisse la République Helvétique, celle-ci organise 4 régiments de soldats qui iront combattre à travers l’Europe aux cotés de la France. A leur rentrée au pays ces régiments devinrent des gardes frontières, et lorsqu’en 1815 la confédération fut reconstituée, on leur offrit en cadeau un drapeau honorifique, très important puisqu’il représentait à l’époque le prototype du drapeau actuel. L’inscription « Pür Vaterland Und Ehre », sur la bande horizontale du drapeau, signifie « Pour la patrie et l’honneur ». Au verso, on pouvait lire « confédération Suisse ».
La croix « trapue » suisse fait son apparition lorsque les cantons continuent après 1815 de lever leurs propres armés avec des habits différenciés, car pour se reconnaître ils emploient alors des brassards rouges avec une croix (sceau étatique) trapue, cette fois-ci pour s’adapter au format du brassard.
C’est ensuite le général Henri Guillaume Dufour qui instaura l’idée d’un drapeau fédéral pour la Suisse, pendant les manœuvres militaires. Il soutenait l'idée que des cantons se battant sous le même drapeau seraient plus susceptible de sentir une certaines fraternité et de se venir en aide mutuellement en temps de crise (ce qu'ils n'avaient pas fait en 1798). Cette idée fut ensuite reprise par la Diète, qui finalement, imposa un drapeau constitué d’une croix blanche trapue faite de 5 carrés égaux sur fond rouge, comme drapeau fédéral pour toutes les forces armées de Suisse. En fait, ce drapeau ne connu qu’une seule guerre : lorsque l'armée fédérale du général Dufour désarma les forces du Sonderbund, lors de la courte guerre civile de 1847. Après plusieurs disputes journalistiques concernant l’esthétique du drapeau, c'est finalement en 1889 que l'Assemblée fédérale décida que la Suisse garderait sa croix blanche, mais que les 5 carrés de taille égale seraient transformés en une croix dont les bras seraient 1/6 plus longs que larges. Ce dernier changement apporté au drapeau le mettait bien en conformité avec la croix du sceau étatique de 1815. Il fut alors adopté définitivement par tous les cantons, et sa forme guerrière rappelle que la Suisse est un pays de mercenaires, mais qui n’offrait désormais ses services guerriers qu’au Vatican.
Il est évident qu'au vu de son histoire, le drapeau national suisse est issu des drapeaux de guerre, c'est pour cela qu'il est carré. Ceci est assez ironique, venant de l’un des seuls pays politiquement neutres. Egalement, il aurait une connotation religieuse (chrétienne), en rapport à la croix et son origine. Cette originalité (drapeau carré) parmi les nations du monde n'est partagée que par le Vatican.
Petit détail qui a son importance : lors de l'adhésion de la Suisse à l'ONU en 2002, on a frôlé l'incident diplomatique pour une question de forme. Un règlement de l'ONU stipule en effet que les drapeaux hissés au siège de l'organisation doivent être rectangulaires.
Heureusement, une solution a pu être trouvée. Une autre disposition onusienne prévoit une exception à la règle si le pays concerné accepte que la surface totale de son drapeau ne dépasse pas celle des autres! La Suisse s'est empressée d'accepter et depuis lors, le drapeau carré flotte librement sur l'esplanade des Nations Unies à New York.

Dans la suite des institutions suisses mondialement connues, nous allons maintenant voir le Comité International de la Croix Rouge. Il naît en 1863 à Genève, d’une initiative privée d’un groupe de citoyens de Genève dont faisaient partie Gustave Moynier, Henri Dunant (Prix Nobel de la Paix en 1901) et Guillaume-Henri Dufour. Il s’agit donc de la plus ancienne organisation humanitaire existante. Aujourd’hui, le CICR, présidé par Jakob Kellenberger (diplomate suisse), a son siège à Genève, est présent dans environ 80 pays et compte plus de 12 000 collaborateurs. Le comité international de la Croix Rouge fait partie du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est le plus important regroupement d'organisations humanitaires au monde. Logo du CICR A ce niveau là, la neutralité suisse a pu être grandement utile, puisque c’est grâce à elle que dans les conflits internationaux, il lui est permit d’accueillir et de soigner les soldats, et ce, peu importe leur camp. Au départ, dirigé par des Suisses, l’association intègre rapidement des dirigeants internationaux, et s’engage dans la lutte pour les droits humanitaires internationaux ; qui d’ailleurs, débouchèrent en 1864 par 4 conventions sur l’amélioration des conditions des prisonniers de guerre, que l’on appelle encore aujourd’hui « Conventions de Genève ». Les premières opérations humanitaires de terrain menés par les suisses ont lieu pendant la guerre franco/allemande de 1870 où la ville de Strasbourg est assiégée et bombardée. Apres de longues négociations, quelques suisses parviennent à convaincre les prussiens de les autoriser à faire sortir de la ville les vieillards, les femmes et les enfants. Quelques mois plus tard ils rééditent l’exploit en forçant l’armée du général Bourbaki à déposer les armes pour venir se faire soigner en Suisse. Désormais, la Croix Rouge est une institution mondiale incontournable, œuvrant pour la paix dans le monde, présente sur tous les conflits pour porter secours à qui en a besoin. Finalement, le CICR s'est vu décerner le Prix Nobel de la paix en 1917, 1944 et 1963.

L’autre institution internationale que je vais présenter est la BRI : Banque des Règlements Internationaux, fondée en 1930, et basée à Bâle. Actuellement la plus vielle institution financière internationale, elle a été établie dans le cadre du plan Young pour régler les indemnités de guerre imposées à l’Allemagne dans le traité de Versailles.
Désormais son rôle est d’harmoniser les normes de contrôle et favoriser les règlements financiers. Mais aussi, la BRI centralise la collecte et assure la publication de nombreuses données statistiques sur l'activité bancaire et les marchés financiers. Aujourd’hui, 50 banques centrales, à travers le monde, en sont membre ; d’où son actuel surnom de « banque des banques », ou « banque centrale des banques centrales ».

Voyons maintenant l’hymne national suisse : comme expliqué plus haut, il est sujet à controverse et différentes thèses s’opposent quant à son origine.
La première thèse parle du cantique suisse, qui daterait de 1841, qui aurait été composé par Alberich Zwyssig, puis adopté par référendum par le peuple suisse en 1981, et bientôt joué dans le cadre de fêtes à caractère patriotique. Les Suisses considèrent qu'il convient de faire les choses sans se presser.
L’autre thèse parle d’un cantique au départ Genevois, écrit en 1603 et reprit plus tard par la nation.
Quoi qu’il en soit l’hymne national suisse reste une valeur centrale et forte de la confédération puisque son but est que chaque canton se reconnaisse à travers celui-ci.
Et pourtant… La Suisse ne s'est jamais vraiment sentie à l'aise avec son hymne, et cela continue. Selon un sondage réalisé en 2000 par le magazine Coopération auprès de Suisses germanophones et francophones, pratiquement personne ne connaissait le texte entier par cœur. Cette constatation se vérifiait particulièrement chez les jeunes gens: un pour cent seulement des personnes âgées de 15 à 29 ans déclarait connaître tous les couplets.

Finalement, nous verrons la devise : Le Franc Suisse.
Suite à la création de la Confédération suisse en 1848, seul l'État fédéral était devenu responsable de la frappe des monnaies. Les premières pièces ont été frappées dès 1850, remplaçant les différentes monnaies cantonales alors en circulation. Sa valeur initiale était la parité avec le franc français (franc germanique). Entre 1870 et 1914, l'union monétaire latine liait d'ailleurs la lire italienne, le franc suisse et le franc français qui pouvaient théoriquement être utilisés indifféremment dans chacun de ces trois pays.
Les billets de banque ont dans un premier temps été émis par des banques cantonales. Dès 1907 la Banque Nationale Suisse obtient le monopole pour la fabrication des billets.
Aujourd’hui, le Franc suisse est la monnaie utilisée en Suisse, et au Liechtenstein. C'est l'une des monnaies les plus stables du monde, grâce à la neutralité du pays, à une politique monétaire très conservatrice et aux grandes réserves d'or de la Banque nationale suisse.
Le franc suisse s'abrège officiellement CHF (du nom latin du pays Confederatio Helvetica)
Par exemple, CHF.1,000 signifie "mille francs suisses"
Le franc suisse est la cinquième devise la plus traitée sur le marché des changes à égalité avec le dollar australien.
La devise suisse est considérée comme une devise majeure sur le Forex, étant donné qu'elle est perçue par les investisseurs comme la plus grande valeur refuge. Son économie et sa société sont conservatrices et stables. Le système bancaire continue de maintenir une solide réputation de confidentialité stricte et d'excellence en matière de service clientèle. Et, aussi longtemps que les investisseurs craindront pour la sécurité de leurs actifs, quelle qu'en soit la raison, des fonds globaux continueront à investir dans des CHF.

Sur les pièces se trouvent beaucoup d’inscriptions latines et religieuses. Ceci laisse apparaître le caractère conservateur, ancestral et pieux des suisses.

Voir Annexe 3 - Tableau récapitulatif des différentes pièces aujourd’hui en circulation

Voir Annexe 4 - Tableau récapitulatif de la série de billet aujourd’hui en circulation

Nous allons maintenant continuer avec les institutions politiques, avec la structure propre du système politique suisse, qui est composé de trois instances : l’Assemblée fédérale (pouvoir législatif), le Conseil fédéral (pouvoir exécutif) et les tribunaux fédéraux (pouvoir judiciaire).

Concrètement, le Pouvoir Législatif :
Il est exercé par l'Assemblée fédérale (parlement). Celle-ci est formée de deux chambres : le Conseil national (200 membres), formé des représentants du peuple, et le Conseil des États (46 membres), formé des représentants des cantons. Les deux chambres possèdent les mêmes compétences, on désigne donc le système suisse de bicaméralisme parfait. Chaque conseil doit élire pour un an l’un de ses membres à la présidence, un autre à la première vice-présidence et un troisième à la seconde vice-présidence. Contrairement aux pays voisins, être un parlementaire en Suisse n'est pas considéré comme un métier ou une activité professionnelle. Les députés exercent donc leur mandat parallèlement à leur activité professionnelle et ne reçoivent pas un salaire mais une indemnité (le système de milice).

Ensuite, le Pouvoir Exécutif :
Il est composé de 7 membres, pour une durée de 4 ans, qui élisent eux-mêmes le président et le vice-président qui lui succède pour une année. La répartition du conseil fédéral s’effectue selon la « formule magique : 2-2-2-1 », qui originellement répartissait de cette façon : 2 sièges pour le Parti Radical-Démocratique (PRD), le Parti socialiste (PSS), le Parti démocrate-chrétien (PDC) et 1 siège pour l'Union Démocratique du Centre (UDC). Depuis peu, 1 siège de plus a été attribué à l’UDC et 1 a été retiré au PDC pour mieux adapter aux changements d’opinions des Suisses. Cette formule, est un accord tacite qui s’explique par la volonté des suisses de ne pas être en confrontation, mais en coopération et en médiation, pour pouvoir faire avancer les projets de façon efficace.
Ainsi, les suisses sont un peuple soudé, car ils savent qu’il n’y a que comme cela qu’ils pourront exister et garder leur souveraineté.

Finalement, le Pouvoir Judiciaire :
Chaque canton possède son propre système judiciaire dont les tribunaux statuent, en règle générale, dans tous les domaines. La plus importante des exceptions réside en la compétence, sous réserve d’exception, des autorités judiciaires administratives fédérales sur les contentieux générés par l’administration fédérale. Toutefois, il est souvent possible de saisir d’un recours le Tribunal fédéral qui est l’autorité judiciaire suprême de la Confédération. En de rares occasions le Conseil fédéral ou, plus rarement encore, l’Assemblée fédérale peuvent-être saisis d’un recours.
La Confédération a également instauré un tribunal compétent pour juger en première instance certaines accusations pénales. Il appartient à la Confédération de connaître, de surveiller les autorités fédérales d’instructions (Ministère public de la Confédération et juges d’instruction fédéraux) et de connaître les recours contre un nombre restreint de décisions cantonales. Le Tribunal pénal fédéral siège à Bellinzone.
Le Tribunal administratif fédéral, crée comme le Tribunal pénal fédéral dans le but de décharger le Tribunal fédéral, statuera en première instance sur les recours dirigés contre les décisions de l’administration fédérale, ce qui entraînera la suppression de nombreuses et diverses commissions de recours qui statuaient en première instance.
Les juges fédéraux sont élus par l’Assemblée fédérale en tenant compte des diversités linguistiques du pays. Leur mandat, renouvelable, est de 6 ans. En principe, tout citoyen du pays peut devenir juge fédéral sans formation juridique. Mais en pratique, on favorise les personnes ayant une connaissance du droit et l’on veille à une répartition des principales forces politiques.

[pic]

Finalement, depuis plus de 100 ans, la Suisse accueille sur son territoire des organisations internationales. Pour le moment, 25 organisations siègent là-bas (22 à Genève, 2 à Berne et 1 à Bâle). Organisations telles que : - Office des Nations Unies à Genève (ONUG), Genève - Organisation internationale du travail (OIT), Genève - Organisation météorologique mondiale (OMM), Genève - Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Genève - Organisation mondiale de la santé (OMS), Genève - Union internationale des télécommunications (UIT), Genève - Union postale universelle (UPU), Berne - Banque des Règlements Internationaux, Bâle 3) La vie Politique

La première notion politique que l’on associe à la Suisse est la démocratie, notamment parce qu’il s’agit de l’une des plus anciennes. Cette dernière découle, d’après Hofstede de l’influence religieuse protestante, qui culturellement et historiquement, a favorisé son émergence. Même si la démocratie suisse se présente dans sa forme la plus pure et la plus élaborée, grâce notamment aux référendums, la Suisse possède le paradoxe d’avoir été le dernier pays européen (excepté le Liechtenstein) à avoir accordé le droit de vote aux femmes (en 1971) après l’avoir refusé lors d’un référendum en 1958. Ce retard se ressent dans la sous représentation des femmes dans la vie politique suisse, avec moins de 25% en moyenne. Des sièges aux parlements et Gouvernements cantonaux et fédéraux occupés par des femmes à la fin des années 1990. Néanmoins en 1999, Ruth Dreifuss fut élue au poste de présidente de la confédération de pour un mandat d’un an, même si cela est à l’époque plus honorifique que réellement effectif, puisque la présidence est partagée avec les 7 ministres du cabinet.

De plus, une des particularités de la Suisse est la présence du système de milice, issus d’une longue tradition, non seulement dans le domaine de la défense (l'armée suisse étant une armée de milice) mais aussi dans le domaine politique. C'est ainsi que l'on parle de Parlement de milice pour désigner l'Assemblée fédérale. On retrouve le même fonctionnement au niveau communal de la plupart des cantons.
On peut définir le système de milice comme « la prise en charge bénévole, extra-professionnelle et honorifique d'une charge ou d'une fonction publique, peu ou pas dédommagée ». Il convient donc de noter que les députés fédéraux n'exercent pas tous leur mandat comme une activité professionnelle. A ce titre, ils ne perçoivent pas un salaire mais une indemnité pour leur présence, et ils ont à leur disposition, l'accès aux transports publics gratuitement.
Toutefois, il faut noter que ce système est remis périodiquement en question (mais de façon plus marquée en ce qui concerne l'armée). En terme d'avantage, les arguments cités en faveur du système de milice sont l'absence de forme de caste politique, le lien direct avec la population et des politiciens aux horizons professionnels divers On peut aussi noter le faible coût d'un tel système qui représente environ 0.2% des dépenses de la Confédération (l'un des systèmes parlementaires les moins cher au sein de l'OCDE). En termes de désavantages, certains citent l'absentéisme, tant il est difficile d'associer vie politique et vie professionnelle mais aussi la difficulté croissante due aux dossiers qui deviennent de plus en plus techniques et complexes. On constate d'ailleurs dans certaines communes un manque d'intérêt des citoyens pour participer à la politique communale

La Suisse est également un pays politiquement neutre, depuis les fondements même de la création de la Suisse. La neutralité, du point de vue du droit international public, fut reconnue par le Congrès de Vienne en 1815, et est toujours, aujourd’hui, un principe de la politique étrangère de la Suisse qui possède le soutien de 90% de ses habitants. Ce principe de neutralité est même inscrit dans la Constitution suisse. Ce statut a d'ailleurs fait de la Suisse un pays souvent hôte ou faisant office de médiateur pour le règlement de conflit internationaux : on peut citer le Traité de Lausanne qui régla les frontières de la Turquie moderne ou des négociations de paix entre le gouvernement de Colombie et des groupes rebelles. La Suisse représente d'ailleurs les intérêts des États-Unis à Cuba et inversement.

La Suisse est un pays fédéraliste, divisée en 20 cantons et 6 demi-cantons, regroupant plusieurs centaines de communes. A l’image d’autres pays comme les Etats-Unis ou l’Allemagne, la Suisse a souhaité donner davantage de pouvoirs à ses régions.
Néanmoins, ce pouvoir régional est contrebalancé par un fort pouvoir central, qui s’occupe de tâches exclusives comme la politique extérieure ou monétaire. De plus, il est inscrit dans la constitution que les cantons ne peuvent faire sécession.
Ces cantons sont donc plus ou moins autonomes tant d'un point de vue constitutionnel (constitution propre pour chacun d'entre eux) que législatif, judiciaire, fiscal et administratif. Par exemples, l'éducation, la gestion des hôpitaux (hors hôpitaux communaux et prives), la construction et l'entretien de la majorité des routes (hors autoroutes et routes nationales), la police... sont gérés au niveau cantonal. Ils établissent également chacun leurs propres régimes de fiscalités. Chaque canton possède son parlement (grand conseil) et son gouvernement (conseil d’Etat).
Certains cantons sont regroupés dans des espaces (Espace Mitteland, Espace Bejune) qui leur permettent de défendre des intérêts communs, et notamment économique ; ces espaces ne sont pas des entités politiques en tant que telles, mais leur fusion leur permet d’augmenter leur poids décisionnaire au sein du canton.
Toutefois, il leur est interdit d’adopter une forme de constitution qui ne correspondrait pas aux règles de la démocratie, à savoir qu’elle doit être acceptée par le peuple et qu’il existe une possibilité de la modifier si le corps électoral du canton le demande.
Il faut également noter que les communes sont une autre division des cantons, et ont leur propre administration élue, peuvent procéder à des votes et des changements pour des décisions locales. De plus, les communes représentent un fort sentiment d’appartenance chez les suisses au même titre que le canton : on est avant tout citoyen d’une commune, puis d’un canton et enfin citoyen suisse.
La politique générale suisse se subdivise alors en une politique fédérale, une politique cantonale et une politique communale.

Au niveau fédéral, la politique suisse se remarque par la participation active des citoyens au système politique, notamment par le droit à l’initiative populaire ainsi qu’au droit de référendum (démocratie directe).
L’initiative populaire au niveau fédéral est un droit civique qui existe en Suisse et qui permet aux citoyens de proposer une modification de la constitution et de proposer un texte de loi. Le texte est ensuite soumis à une votation populaire qui l'acceptera ou non.
Voici quelques exemples d’initiatives populaires acceptées : - 1891 : Interdiction d'abattre le bétail de boucherie sans l'avoir préalablement étourdi - 1908 : Interdiction de l'absinthe - 1920 : Interdiction des maisons de jeu - 1928 : Maintien des kursaals - 1949 : Retour à la démocratie directe (clause d'urgence) - 1987 : Initiative de Rothenthurm (protection des marais) - 1990 : Halte à la construction de centrales nucléaires - 1993 : Pour un jour de la fête nationale férié - 1994 : Protection des régions alpines contre le trafic de transit - 2004 : Internement à vie pour les délinquants sexuels ou violents jugés très dangereux et non amendables - 2005 : Pour des aliments produits sans manipulations

Le système de référendum quand à lui, permet de sollicité directement le peuple sur ce qu’il pense des lois que l’on souhaite rajouter à la constitution. Pour être soumise au vote, la demande doit recueillir au moins 50 000 signatures en 90 jours, ou que 8 cantons soumettent une demande. Le référendum fédéral est obligatoire pour les arrêtés urgents dérogeant à la constitution et les arrêtés d’approbation de certains traités internationaux. Il est facultatif pour les lois fédérales, appelées « actes fédéraux ». Le référendum est souvent décisif et suspensif ; dans le cas des référendums obligatoires, le résultat n’est positif qu’à l’issue d’une double majorité (il faut que la majorité des votants suisses acceptent le projet, ainsi que la majorité des cantons. Ainsi si la population d'un canton est majoritairement favorable, on considère le vote du canton comme positif) du peuple et des cantons, ce qui favorise les petits cantons généralement conservateurs. En effet, entre les petits cantons, qui ont une population d'une dizaine de milliers d'habitants, et certains qui approchent le million d'habitants, un système qui prendrait en compte uniquement la population suisse dans sa globalité provoquerait un problème de représentation des minorités.
De plus la constitution elle-même peut être révisée si 100 000 électeurs au moins, en 18 mois, se manifeste pour en demander la révision. Dans le même registre, les initiatives populaires permettent de faire valoir des idées politiques sous forme de projets d’articles constitutionnels qui seront soumis au vote du peuple et des cantons. Pour qu’elle fasse l’objet d’un scrutin sur le plan fédéral, ceux qui l’ont lancée doivent recueillir en 18 mois au moins 100000 signatures.
Voici quelques référendums récents : - 1980, séparation église/état (rejeté) - 1986, adhésion à l’ONU (rejeté) - 1988, semaine de travail 40h (rejeté) - 1991, droit de vote fédéral a 18 ans au lieu de 20 ans (accepté) - 1997, adhésion à l’UE (rejeté) - 2002, modification assurance chômage (accepté) - 2002, durcissement des conditions du droit d’asile (rejeté)

Ces quelques exemples montrent bien l’étendue des questions auxquelles peuvent être soumis les suisses. En moyenne les Suisses se déplacent aux urnes 3 à 4 fois par an sur de multiples sujets. Au niveau cantonal, les référendums sont encore plus nombreux.
Cette démocratie offre donc, pour ses adeptes, un vrai pouvoir au peuple qui force les parlementaires à ne pas se risquer sur des questions trop épineuses. Par contre, pour les détracteurs, elle favorise les petits cantons et ralentie la mise en place des mesures importantes (vote des femmes approuvées en 1959 par le parlement et en 1971 par le peuple).

Voyons maintenant les principaux partis politiques suisses* actuels, présents sur la scène fédérale :

|Partis |Sigles |Tendances politiques |Sièges |
|Union démocratique du centre |UDC |conservateur/libéral/souverainiste |62 |
|Parti socialiste |PSS |social-démocrate |43 |
|Parti radical-démocratique |PRD |Libéral |31 |
|Parti démocrate-chrétien |PDC |Centriste |31 |
|Parti écologiste |PES |Ecologiste |20 |
|Parti libéral |PLS |libéral |4 |
|Parti Vert-Libéral |PVL |écologiste/libéral |3 |
|Parti évangélique |PEV |chrétien/centre-gauche |2 |
|Parti du Travail |PdT |extrême gauche |1 |
|Union démocratique fédérale |UDF |chrétien/conservateur |1 |
|Ligue des Tessinois |Lega |régionaliste/populiste |1 |
|Parti chrétien-social |PCS |centre-gauche |1 |

* Classés en fonction du nombre de parlementaires au sein du Conseil national

Pour bien comprendre la situation suisse, il nous parait maintenant important de présenter son parti le plus populaire, l'Union démocratique du centre :
C’est un parti politique de droite, conservateur et économiquement libéral. Il se positionne comme le plus à droite des partis représentés au gouvernement. C'est le parti le plus représenté au Conseil national, avec un peu plus du quart des sièges. Il compte deux conseillers fédéraux sur sept : Samuel Schmid et Eveline Widmer-Schlumpf. Le parti est présidé par Toni Brunner depuis le 1er mars 2008, qui reprend le flambeau après Ueli Maurer.
L'UDC a une aile plutôt conservatrice, dont les conseillers fédéraux font partie, et une aile souverainiste, anciennement représentée au Conseil fédéral par Christoph Blocher.
Son aile conservatrice, aussi appelée « aile paysanne », est en perte de vitesse. Son aile souverainiste, aussi appelée « aile zurichoise » (car Christoph Blocher et Ueli Maurer en font partie et viennent de Zurich), capture la plus grande partie du débat politique et tend à supplanter l'autre aile.
Parmi les thèmes souvent mis en avant par l'UDC, on trouve l'immigration, l'indépendance nationale et la réduction du poids de l'État.

Concernant l'immigration, l'UDC lutte particulièrement pour durcir les conditions d’obtention de l’asile politique : refoulement plus efficace, limitation des aides sociales, élargissement des mesures administratives.
Ses méthodes de campagne, dont les affiches, lui valent aussi des accusations de racisme, qui n'ont cependant jamais été confirmées par la justice. Cela étant, le ministère public du Valais a demandé le 4 septembre 2007 au juge d'instruction cantonal d'ouvrir une enquête, pour incitation à la haine raciale, contre l'UDC du Valais, qui a publié une affiche affublée du slogan « Utilisez vos têtes! » sur fond de Musulmans prosternés devant le Palais fédéral.

Concernant l'indépendance nationale, l'UDC lutte contre les rapprochements avec des organisations internationales, notamment l'Union européenne. Elle lutte également pour préserver la neutralité militaire, notamment contre l'envoi de soldats suisses à l'étranger. L'UDC a lutté avec succès contre l'adhésion de la Suisse à l'Espace économique européen, refusée par référendum le 6 décembre 1992. Cela lui a donné une place importante dans le débat politique national pour les questions d'accords internationaux. En 2002, sa lutte contre l'adhésion de la Suisse à l'Organisation des Nations unies a échoué.

Concernant la gestion de l'État, l'UDC s'oppose particulièrement aux politiques d'inspiration socialiste. Elle entend casser la « mentalité de tutelle » qui rend les citoyens « dépendants ». Elle s'oppose aux hausses d'impôts et aux nouvelles taxes.
Avec la perte de poids politique des partis du centre au profit de l'UDC et du Parti socialiste suisse, les commentateurs politique évoquent souvent le « renforcement des extrêmes ». L'UDC participe depuis des décennies à l'exercice du pouvoir, avec un programme d'inspiration traditionnelle, et non pas révolutionnaire.

L'UDC est fréquemment qualifié par ses adversaires et certains journalistes de xénophobe. Il est parfois qualifié de parti d'extrême droite, essentiellement en Suisse romande et à l'étranger, par des partis de gauche et une petite partie de la presse, les syndicats, les associations antiracistes. Pour finir la Suisse continue d’être une vraie terre d’asile et de refuge conformément à son passé historique. A la fin de l'an 2000, le nombre de personnes ayant reçu le droit d'asile (ou en passe de le recevoir) se situait juste au-dessous de 100 000. Actuellement, les pays dont les ressortissants sont les plus nombreux à demander l'asile sont l’ex-Yougoslavie, l'Irak et la Turquie. En 1999, la Suisse a dépensé environ un milliard de dollars pour s'occuper des requérants d'asile. Par rapport à sa propre population, la Suisse est de loin le pays d'Europe à avoir reçu le plus de demandes d'asile, et depuis les années 2000, elle continue de recevoir de multiples étrangers en difficultés dans leur pays d’origine, avec paradoxalement une forte montée de l’UDC (parti d’extrême droite suisse).

III- Les paramètres socio-professionnels

1) La société

De façon générale, les Suisses sont connus pour être des gens très avenants et accueillants, même s'ils sont parfois un peu réservés. La vie dans les villes est sûre. Les habitants de ce pays partagent un esprit indépendant, le respect des traditions.

La Suisse n’est pas le pays des montres et de l’horlogerie par hasard. En effet, la vie de ses habitants semble réglée comme du papier à musique ; et ce, en toutes circonstances. Ils se lèvent de bonne heure, ils ne sont jamais en retard, ils respectent scrupuleusement les règles établies dans la société. De plus, ils appréhendent avec toujours beaucoup de précision leurs rendez-vous, et ils ont cette sainte horreur des gens qui arrivent en retard. Cette ponctualité est également un gage de réussite professionnelle, une question de respect mutuelle avec son interlocuteur. Le peuple Suisse est très discipliné et même autodiscpliné : ils sont très consciencieux des règles de vie établies pour vivre en société. Cette autodiscipline évite le besoin d’une forte autorité, voire d’autorité tout court. Et même si ces habitudes peuvent paraître rigides, c’est avant tout par respect des autres qu’ils le font.
La rigueur suisse qui, de prime abord, pourrait prêter à sourire, se révèle plutôt appréciable. Au bout de quelques jours passés dans le pays, on peut se surprendre à apprécier cette discipline.

Pour en venir au cœur même de la Suisse, nous allons commencer par voir ses spécialités culinaires. De manière générale, la cuisine suisse est particulièrement riche et variée. Il en va de même pour le vin. Néanmoins, malgré cette richesse, il est difficile de parler de cuisine nationale. Le patrimoine culinaire de la Suisse, issu des spécialités françaises ou allemandes, emprunte surtout aux recettes régionales d’un pays autrefois pauvre.
Pour les amateurs de fromage, il y a en suisse la très célèbre fondue. C’est une véritable institution pour les Suisses francophones. Le gruyère et l’emmental, fierté de l’industrie laitière suisse, sont la base de la fondue. Le secret d’une bonne fondue réside dans le dosage des ingrédients. Généralement, on utilise 50% de gruyère et 50% d’emmental. Tout d’abord, on fait bouillir du vin blanc dans un caquelon assaisonné d’ail. On y verse le fromage coupé en cube, puis on brasse pour obtenir un mélange liquide. On peut ensuite ajouter des épices. La fondue se déguste en trempant dans le caquelon des cubes de pain piqués au bout d’une fourchette.
La seconde spécialité culinaire suisse à base de fromage est la fameuse raclette, spécialité du Valais. Traditionnellement, on présente une demi-meule de fromage du Valais devant un feu de bois. On racle ensuite le fromage fondu avec un long couteau plat. La raclette se sert accompagnée de pommes de terre. Contrairement aux Savoyards, les Suisses ne la mangent pas avec de la charcuterie.

Les röstis sont le plat national de la Suisse alémanique. Ce sont de fines galettes de pomme de terre râpées que l’on va ensuite dorer à la poêle.

Le Bölletünne. Il s’agit d’une tarte à l’oignon avec des lardons, de la crème, des œufs et du cumin. Outre ces deux plats typiques, les Suisses allemands apprécient la charcuterie et sa variété de saucisses et de saucissons. Ils font une grande consommation de produits tels le Gnagi (jarret de porc), Klöpfer (cervelas de Bâle) ou Schüblig (longue saucisse de porc de Saint-Gall).

La Bündnerfleisch ou viande séchée des Grisons, est une spécialité tout à fait étonnante. Il s’agit de morceaux de viande de bœuf crue que l’on va fumer, épicer puis sécher. On les sert généralement en fines lamelles.

En ce qui concerne les desserts, les plus fameux d’entre tous sont la tourte de Zoug et le pain de poires. La première est une génoise avec une crème au beurre et au kirsch. Pour le second, il s’agit d’une pâte feuilletée farcie avec des poires cuites dans du vin rouge, des pruneaux, des figues, des noix, des noisettes et des amandes.

Bündnerfleisch

On ne saurait évoquer la gastronomie helvétique sans parler de chocolat. La suisse l’a pourtant découvert bien après l’Italie, et n’en a fait sa réputation qu’au XIXe siècle, grâce à quelques individus particulièrement bien inspirés. Le premier d’entre eux, Charles-Amedé Köhler, fait un carton en mélangeant chocolat et noisettes dès les années 1830.
45 ans plus tard, Daniel Peter, grand buveur de lait devant l’Éternel, a l’idée de marier sa boisson préférée au cacao et crée le chocolat au lait. Plus tard encore, un certain Rodolphe Lindt met au point un nouveau procédé d’affinage en ajoutant du beurre de cacao à la pâte de chocolat. Et enfin, en 1913, Jules Séchaud pense est le premier à fourrer ses préparations. Depuis lors, le chocolat est devenu une spécialité Suisse.
Un exemple très connu de chocolat suisse est le Toblerone, qui est gage de qualité et d’excellence. La montagne imprégnée sur les boites de Toblerone est le Mont Cervin.

Même s’ils sont peu répandus en France, les vins suisses sont très souvent remarquables. Que ce soient les vins blancs issus du chasselas, comme le riesling, ou les vins rouges tels que le gamay ou le pinot noir.
La Suisse occupe une place importante dans le monde international du vin, d'une part pour la qualité de ses vins qu'elle produit mais aussi par la place qu'elle a occupée à une lointaine époque comme plaque tournante européenne dans la répartition géographique des cépages. En Suisse, le vin est donc une vieille histoire qui remonte aux Romains. Il y a en Suisse différentes régions viticoles : Neuchatel, Valais, Vaud, Genève, Tessin, et Grisons.
Mais, surtout, c'est la diversité des cépages autochtones qui font la richesse du vignoble suisse.

Les Suisses n'ont pas forcément la réputation d'aimer faire la fête, mais l’on en trouve tout de même un grand nombre, accompagnées de festivals à chaque saison. La diversité culturelle s'exprime aussi à travers une riche palette de coutumes, fêtes, et autres traditions suisses.
Les jours fériés varient beaucoup d’un canton à l’autre. Chaque canton est libre de fixer jusqu’à 8 jours fériés dans l’année. 21 cantons utilisent intégralement cette possibilité. Seuls Noël, le Nouvel An et le 1er août sont communs à tous, les autres fêtes (Vendredi saint et Lundi de Pâques, Ascension, Lundi de Pentecôte et Fête-Dieu, Assomption et Toussaint, Jeûne fédéral) étant reconnues par les cantons selon leur tradition principalement religieuse (catholique ou protestante).

La fête traditionnelle la plus importante à lieu le 1er Août, il s’agit de la fête nationale Suisse, équivalente a notre 14 Juillet national ou le 4 juillet américain. Ils commémorent ainsi depuis plus d’un siècle un évènement datant de 700 ans. Cette fête nationale suisse rappelle le serment prêté par trois cantons alpins en 1291, en vue de conclure une alliance perpétuelle, acte fondateur de la Confédération. Les représentants de Schwyz, Unterwalden et Uri se rencontrèrent dans la prairie du Rütli, surplombant le lac de Lucerne, pour faire voeu de fraternité et sceller un pacte d'assistance mutuelle si leurs libertés étaient menacées par des agresseurs extérieurs.
Il n'est donc pas surprenant que la partie officielle des fêtes du 1er août ait lieu aujourd'hui encore dans la prairie du Rütli, rassemblant un public auquel s'adresse le Président de la Confédération.
C'est aussi l'occasion pour les hommes politiques à tous les niveaux, des conseillers fédéraux aux maires des communes, de prononcer des discours dans toute la Suisse. De nombreux feux d’artifices et feux de joies sont visibles durant l’évènement.

On trouve ainsi par exemple la fête de la fin de l’hiver en Engadine, ou le combat des reines qui voit s’affronter les vaches les plus féroces pour le titre très convoité de reine cantonale.
D’autres fêtes folkloriques et historiques ont lieu comme la fête d'Unspunnen avec lancer d'une pierre très ancienne. Peu de coutumes se rattachent à un événement historique précis. C'est le cas de la plus populaire des fêtes genevoises : l'Escalade, qui commémore la défaite des troupes catholiques du duc de Savoie en 1602. Selon la tradition, c'est la présence d'esprit et le courage de la mère Royaume qui empêchèrent la victoire des assaillants. Elle aurait jeté un chaudron de soupe bouillante sur les soldats en train d'escalader les murailles. Les héroïques Genevois d'aujourd'hui rappellent ces hauts faits en confectionnant des marmites en chocolat remplies de légumes en massepain, qu'ils sont censés ouvrir en les cassant et en prononçant la formule «Qu'ainsi périssent les ennemis de la République !».
La fête de l'Escalade est célébrée le week-end le plus proche de la nuit du 11 au 12 décembre.

La désalpe est une fête symbolisant la descente des troupeaux des alpages en plaine. A fin septembre, cette fête rend hommage aux armaillis à la fin de la saison des alpages. Cette grande réjouissance permet également la mise en place d'un marché artisanal et folklorique. Troupeaux fleuris et armaillis en bredzon sont de retour en plaine, vaches, génisses, moutons et chèvres traversent les villages reflétant à cette fête les traditions montagnardes et surtout en assurant le maintien de celle-ci.
Plusieurs endroits célèbrent la désalpe. Charmey est un des hauts lieux de la désalpe en Suisse romande ou plus de 10 000 personnes se pressent chaque année afin de voir défiler les fiers troupeaux de retour en plaine.

La culture suisse présente aussi de multiples facettes : de nombreuses moyennes et grandes villes possèdent leur propre orchestre ; les théâtres et les opéras accueillent des artistes de renom. Les festivals de jazz de Montreux et de Willisau, les festivals de musique classique de Lucerne, Gstaad et Sion ainsi que le festival du film de Locarno sont connus dans le monde entier. La Suisse compte quelque 700 musées, de la collection d'art prestigieuse et des expositions spéciales jusqu'aux petits musées locaux en passant par les musées techniques. Les églises, couvents et bibliothèques sont également de précieux témoins du passé. La Suisse a gardé un coté traditionnelle qui permet d’être élevé dans le respect du patrimoine. Par exemple le Jodler qui est l’art vocale typique des habitants des alpes Suisses qui est enseigné à tous sans exceptions dans la région et fait partie des emblèmes de la nation. Néanmoins, si les Suisses sont imprégnés par leurs coutumes ancestrales, ils se caractérisent aussi par la modernité dont ils font preuve. Rarement un peuple aura aussi bien réussit la synthèse entre tradition et nouveauté. C’est particulièrement criant dans les grandes villes. S’ils ont su conserver leur patrimoine (notamment architectural), ils ont développé des activités à la pointe de l’actualité. Par exemple, la Suisse est l’un des pays qui comptent le plus de musées d’art moderne et contemporain. Le respect des œuvres du passé se fait à travers l’acceptation des nouvelles formes d’art. Ce mode de fonctionnement typique du peuple suisse se vérifie également dans l’industrie ou la recherche.

Après les fêtes et les mœurs, voyons maintenant les étapes de la vie des individus suisses, ainsi que leur comportement. Mais tout d’abord, un peu de démographie introductive.
Depuis 1972, le nombre des naissances ne compense plus celui des décès. Actuellement, le nombre d’enfant par femme est 1,42.
En 1998 le nombre de décès de citoyens Suisses était supérieur au nombre de naissances. C'est la première fois que l'on a pu faire une telle constatation depuis 1871, date du début de l'enregistrement systématique dans les registres officiels.
Selon les prévisions actuelles, le nombre d'enfants en âge scolaire devrait diminuer de 100 000 d'ici 2012.
Si la population suisse parvient encore à augmenter malgré la diminution des naissances, c'est uniquement grâce à l'apport démographique des résidents étrangers. La proportion d'étrangers par rapport à la population résidente totale est également en augmentation.
L'espérance de vie moyenne pour les hommes est de 77 ans, contre 83 pour les femmes, avec quelques variations selon les régions. Ainsi les gens vivent plus vieux dans les villages tessinois, dans l'Arc jurassien, et d'une manière générale, dans les grandes villes. C'est à Genève que l'espérance de vie des femmes est la plus haute, soit 84 ans.
Enfin c'est également en Suisse qu'on trouve la plus grande proportion de centenaires en Europe. En l'an 2000, on a dénombré 796 personnes âgées de 100 ans et plus. En 1900, elles n'étaient que deux.
Le pourcentage d'étrangers résidant en Suisse est important (20,7% en 2006), mais le nombre d'immigrants adoptant la nationalité Suisse reste assez bas comparativement aux autres pays européens. Sur 10 adultes possédant la nationalité suisse, un seul l'a obtenue par naturalisation.

La proportion d'étrangers est particulièrement haute parmi les enfants: le recensement fédéral de 2000 a montré que 25,8 % des enfants en dessous de 6 ans n'avaient pas la nationalité suisse. Dans les cinq plus grandes villes de Suisse, cette proportion atteignait même 45 %. Environ un cinquième des enfants nés en Suisse ont au moins un parent de nationalité étrangère.
La plus grande communauté étrangère de Suisse est constituée par les Italiens (18.9% de la population étrangère totale), suivis des Serbes avec 12.3%. L'écrasante majorité des étrangers (86.5%) sont ressortissants d'un pays européen, mais la proportion de ressortissants provenant d'horizons plus lointains est à la hausse.
Près d'un quart des étrangers vivant en Suisse sont nés et ont grandi dans le pays. Ces étrangers de la seconde génération sont parfois désignés sous le nom de secondos.

Depuis le début des années 1990, le nombre de mariages recensés en Suisse baisse de manière assez constante. En 2001, la courbe a même connu une chute abrupte de près de 10% par rapport à l'année précédente, à cause de la loi qui autorisait les couples non mariés à jouir des droits parentaux. Le mariage perdait ainsi l'un de ses avantages légaux sur le concubinat.
En Suisse, la part des enfants nés hors mariage est nettement inférieure à celle de la plupart des autres pays d'Europe. Toutefois, le chiffre tend à augmenter. Alors qu'en France, plus de la moitié des enfants naissent désormais hors mariage, cette proportion n'était que de 13,7% en Suisse en 2005.
Depuis 2007, les couples de même sexe ont la possibilité de faire reconnaître leur union devant la loi au moyen d'un partenariat enregistré. Ce dernier leur octroie des droits similaires à ceux du mariage en matière d'héritage, de fiscalité et de sécurité sociale. Toutefois il ne leur permet pas d'adopter des enfants. Ce partenariat a été accepté par le peuple suisse en votation populaire en 2005.
En Suisse, on se marie relativement tard ; l’âge moyen du premier mariage est de 31 ans chez les hommes et de 29 ans chez les femmes. On préfère se former et acquérir un métier avant de fonder une famille. Aujourd'hui, les petites familles (un à deux enfants) sont la norme.
Des études ont montré que les couples invoquent les difficultés financières comme étant la principale raison les ayant poussés à restreindre la taille de la famille. Les grands appartements coûtent cher, et il y a peu de structures d'accueil pour les petits à des prix abordables. De plus, les femmes se plaignent, expliquant à quel point c'est difficile de concilier le travail et la maternité.

Le taux de divorces a connu une augmentation spectaculaire depuis les années 50 et il continue d'augmenter d'année en année. Le taux de divortialité, qui correspond à la proportion de mariages qui se terminent en divorces, a d'ores-et-déjà de 52,6 % ; ce qui rentre bien dans la moyenne européenne (le taux de divorce en France est de 45 %).

Au niveau des logements, la Suisse ayant un grand nombre de foyers d'un ou deux individus, de nombreuses personnes plus âgées vivent seules ou dans des maisons de retraites plutôt qu'avec leurs enfants ou en famille comme c'était le cas autrefois. Pourtant on constate que les enfants restent chez leurs parents beaucoup plus longtemps qu'avant. Ils y vivent même souvent avec leur premier concubin.
Les familles avec enfants préfèrent, si possible, acheter leur maison. Le pourcentage de propriétaires occupant leur maison reste malgré tout le plus bas d'Europe de l'Ouest. Deux tiers des Suisses ne possèdent pas leur logement.
Les deux tiers de la population suisse vivent en zone urbaine. Environ un tiers vivent dans les agglomérations des cinq plus grandes villes helvétiques.
Et, depuis quelques années, la tendance est toutefois de quitter les centres-villes pour s'installer dans des communes situées à la périphérie des banlieues.
Jadis délaissées par la population à la recherche de travail et de confort, les régions alpines se repeuplent aujourd'hui de nouveau ; du moins, en fin de semaine et pendant les vacances. Les gens de la plaine y montent pour se reposer. Les vielles maisons sont rénovées, des résidences secondaires apparaissent. Beaucoup de bâtiments se construisent et se transforment.

Voyons maintenant le comportement même des familles.
Les femmes se plaignent encore souvent des difficultés à combiner vie professionnelle et vie familiale et elles sont nombreuses à sacrifier leur carrière au profit de leur ménage. La tendance est encore à ce que les femmes s'occupent de la maison et des enfants pendant que l'homme va gagner de quoi nourrir la famille.
Les femmes sont de plus en plus nombreuses (74% en 2001) à continuer à travailler après la naissance de leur premier enfant, mais elles le font en majorité à temps partiel. Une enquête publiée en 2004 montre que dans 83% des cas, dans un foyer comportant des mineurs de moins de 15 ans, c'est la femme qui est essentiellement responsable de l'intendance de la maison.
Les hommes de la tranche d'âge 40 - 64 ans sont les moins enclins à participer aux tâches ménagères. En moyenne, les femmes consacrent près de deux fois plus de temps au ménage et à la famille que les hommes.

Un autre problème vient du manque de structures recevant les enfants. Les places dans les crèches municipales à des prix accessibles aux mères/parents sont plutôt rares, et les tarifs pratiqués par les établissements privés sont hors de portée pour un grand nombre. Conscients de la nécessité d'inclure dans le personnel les compétences féminines, les employeurs ont toutefois pris des mesures depuis peu en faveur de la vie familiale.

L'école ne tient pas compte non plus du travail des femmes. Actuellement, non seulement les classes peuvent commencer et terminer à des heures différentes, mais en plus les élèves prennent deux heures à midi pour rentrer déjeuner à la maison.

Cela nous amène donc à nous demander si en Suisse, l’égalité Homme / Femme est vraiment respectée comme en France. En fait, l'égalité des droits entre hommes et femmes est une chose formellement acquise en Suisse depuis l'introduction d'un article sur l'égalité dans la Constitution fédérale en 1981. Depuis 1988, La Confédération dispose également d'un bureau de l'égalité chargé de veiller à l'application de cette directive. Mais dans les faits, on constate pourtant que la Suisse est un peu en retard en comparaison avec d'autres pays d'Europe occidentale. L'enquête Gender Gap Index, publiée pour la première fois en 2005 par le World Economic Forum, place la Suisse au 34ème rang des pays les plus avancés en matière d'égalité des sexes (sur 58). C'est nettement moins bien que la plupart des pays d'Europe occidentale.

Le droit le plus significatif que les femmes aient obtenu ces dernières années est le droit de vote. Le vote pour les femmes…? Quelle idée saugrenue! Leur cerveau est plus petit que celui des hommes, preuve qu'elles sont moins intelligentes. Elles ont tendance à l'extrémisme et partiraient en campagne sans demander l'autorisation de leur mari. Et cela ne favoriserait pas l'égalité, car leur pudeur naturelle les empêcherait d'aller voter en cas de grossesse, et compte tenu que les femmes des campagnes ont plus d'enfants que celles des villes, celles-ci seraient avantagées de façon injuste. Et si les femmes étaient réellement élues, quelle source d'humiliation pour leurs maris! Ils seraient obligés de faire la cuisine...
Tels étaient les arguments qui ont convaincu la population masculine suisse à rejeter les revendications formulées, tour après tour, en faveur du droit de vote des femmes. Peu importe qu'elles l'aient obtenu, dès 1893, en Nouvelle-Zélande et, dès la fin de la Première Guerre mondiale, dans la plus grande partie de l'Europe. Peu importe que les deux chambres du Parlement suisse aient finalement donné le feu vert au suffrage féminin en 1958. Quand cette question a été soumise en 1959 à la population, les deux tiers ont rejeté la recommandation du Parlement.
Ce n'est pas comme si les femmes étaient restées là sans bouger, à attendre que leurs droits leur soient servis sur un plateau d'argent. La première association féministe, créée en 1868, demandait les droits civils et celui de fréquenter l'Université. Des appels furent lancés pour inclure le suffrage féminin dans la Constitution de 1874. En 1929, une pétition demandant le droit de vote réussit à réunir cent vingt-cinq mille signatures, mais celle-ci fut ignorée.

En donnant aux électeurs le dernier mot en matière de législation, le système suisse de démocratie directe a tenu les femmes à l'écart, mais en même temps l'autonomie très large des unités administratives, y compris des plus petites, leur a donné l'opportunité de s'immiscer dans la vie politique. C'est une minuscule commune du canton du Valais qui, en 1957, a été la première à autoriser ses membres féminins à voter. Plusieurs cantons ont peu à peu suivi cet exemple, et dans les années 1960 les femmes ont commencé à occuper des postes de plus en plus importants au sein des parlements et des gouvernements locaux. En 1968, Genève, alors troisième ville du pays, avait un maire femme, mais celle-ci ne pouvait toujours pas voter aux élections fédérales.
En dépit de cette avancée, la Suisse n'en a pas moins proposé d'être dissociée des articles demandant l'égalité des sexes au moment de signer la Convention européenne des droits de l'homme. Les protestations résultant de cette proposition ont contraint le gouvernement à la réexaminer, et un nouveau référendum a été soumis au peuple.
Le résultat: le 7 février 1971, les hommes suisses ont, à la majorité des deux tiers, accordé à leurs compatriotes féminines leurs pleins droits de vote aux élections fédérales.

Au niveau de l’éducation maintenant, bien qu'hommes et femmes bénéficient des mêmes chances face à l'éducation, la proportion de femmes abandonnant leur scolarité après les 9 ans d'école obligatoire est plus importante. Pourtant ce fossé a commencé à se combler au cours de la dernière décennie. En 1980, près de 18% des femmes ne poursuivaient pas leurs études après l'école obligatoire; cette proportion s'est réduite à 2% en 2001.
Les femmes ont tendance à faire des études plus courtes que les hommes. Le nombre de femmes ayant accompli une formation supérieure est bien plus bas que celui des hommes. Parmi la tranche d'âge 25 - 34 ans, les sondages donnaient en 2000 une proportion de 34% pour les hommes et de 14% pour les femmes. C'est la différence la plus élevée parmi tous les pays de l'OCDE.

Sur le marché du travail, les disparités hommes/femmes sont également grandes. Le nombre de femmes actives a constamment augmenté au cours des années 90. En 2006, 74,6% des femmes âgées de 15 ans et plus travaillaient ou étaient à la recherche d'un emploi, contre 87,8% des hommes. Ces deux chiffres sont nettement supérieurs à la moyenne européenne.
De plus, le salaire dépend de la formation, du poste occupé et de l'expérience professionnelle. Les femmes occupent souvent des postes à faible niveau de responsabilité et sont alors mal rétribuées. En 2002, 11% des femmes travaillant à plein temps gagnaient moins de 3000 francs par mois, pour seulement 2% des hommes.
Elles sont également nettement plus nombreuses que les hommes à travailler à temps partiel. En 2006, près de 58% des femmes avaient un emploi à temps partiel, pour à peine plus de 11% des hommes.

Depuis 1998, la différence de salaire entre hommes et femmes est restée pratiquement constante, s'élevant à environ 21% pour le secteur privé et 10% pour l'administration publique. Les chiffres datant de 2002 montrent que les femmes titulaires de diplômes universitaires et occupants des postes élevés, gagnent 29,8% de moins que leurs homologues masculins.
Mais les femmes n’ont pas dit leur dernier mot. En effet, on constate aujourd'hui qu'un nombre croissant de femmes continuent de travailler après la naissance de leur premier enfant. En 2001, 74% des mères avec un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans étaient actives professionnellement (y compris à temps partiel), contre 61% en 1991.

Pour ce qu’il en est du système éducatif et de l’enseignement en Suisse, les cantons sont souverains en matière d’éducation, c’est la raison pour laquelle on compte 26 ministères de l’éducation, un pour chaque canton. Mais une loi récemment votée oblige les cantons à harmoniser progressivement leurs systèmes de formation.

Dans la plupart des cantons, on commence la maternelle, appelée école enfantine, à 4 ans, et l’école est obligatoire jusqu’à l’âge de 15 ans.

La formation en alternance occupe une place importante dans l’univers éducatif. En 1999, il concernait près de 65% des personnes ayant poursuivi leur scolarité au-delà de l’école obligatoire.
Les écoles françaises en Suisse représentent les différentes filières de formations du système éducatif français reconnues par le Ministère de l’Education Nationale français.
Cet enseignement permettra à un enfant français de garder une certaine continuité dans sa scolarité. En tant que Français, l’enfant a de bonnes chances d’obtenir une place dans l’un de ces établissements, mais les frais de scolarité sont malheureusement souvent très élevés.

Ensuite, la jeunesse suisse est de plus en plus internationalisé et très sensible aux problèmes du monde actuel : comme la pollution, la « malbouffe »,… Néanmoins, les jeunes suisses sont de moins en moins nombreux à adhérer a un parti politique.
La pratique de sport extrême est de plus en plus courante chez les jeunes, car cela leur permet de se défouler et de se relâcher par rapport à leur vie sociétale assez règlementé et discipliné. Enfin, on peut noter que d’après des sondages réalisés en Suisse, les jeunes de moins de 30 ans montrent davantage d'importance à leur qualité de vie et aux possibilités de développement personnel que la génération de leurs parents au même âge. Malgré cela ils ne diffèrent pas du reste de la population suisse en général, en mettant la famille et les amis en tête de la liste des choses comptant le plus dans leur vie.

Passons maintenant aux avantages sociaux.
Dans la très grande majorité des cas, les résidents bénéficient des droits au chômage en Suisse. Les éventuelles restrictions ne sont en aucun cas liées au statut de travailleur étranger mais plutôt à la situation personnelle (notamment la durée de cotisation). Comme pour les autres prestations sociales, les travailleurs étrangers résidents sont reconnus au même titre que les travailleurs suisses.
Les frontaliers seront pour leur part indemnisés par la France (ou leur pays de l’Union européenne de résidence) s’ils sont au chômage total, et par la Suisse si le chômage est partiel.
Les résidents actifs bénéficient exactement des mêmes droits au chômage que les travailleurs locaux.

Pour avoir droit au chômage, il faut remplir les conditions suivantes :
- avoir subi une perte de salaire et une interruption de travail d’au moins 2 jours, et le prouver,
- être résident en Suisse,
- avoir cotisé à l’assurance chômage pendant votre activité professionnelle au moins 12 mois au cours des 2 dernières années.

Ensuite, les retraites et la prévoyance en Suisse
En Suisse, le système de prévoyance couvre non seulement la retraite, mais également les aspects de l’invalidité et du décès. Ici, la retraite est constituée sous forme d’épargne.

Le système de prévoyance est constitué de 3 piliers :
- 1er pilier : AVS (Assurance Vieillesse, Survivants) / AI (Assurance Invalidité) : obligatoire pour tous ceux qui habitent ou travaillent en Suisse.
- 2ème pilier : prévoyance professionnelle, obligatoire pour tous ceux qui travaillent en Suisse.
- 3ème pilier : prévoyance individuelle, facultative.

Le premier pilier a pour objectif principal de compenser en partie la baisse ou la perte de revenu relative à une cessation d’activité (retraite, invalidité, décès) de sorte à garantir un niveau de vie minimum.
Elle est obligatoire pour toutes les personnes qui travaillent ou habitent en Suisse, à partir du 1er janvier qui suit les 17 ans, jusqu’à l’âge de la retraite (20 ans pour ceux qui rentrent dans la vie active après 17 ans).

Le second pilier permet de se prémunir contre les baisses de revenus liés aux risques de décès, d’invalidité, ainsi que de vieillesse (retraite).
Elle vient en complément de l’AVS, pour que l’ensemble (PP + AVS) couvre environ 60% du dernier salaire.

Le troisième pilier permet d’améliorer son niveau de vie au moment de la retraite et avoir un revenu complémentaire, on peut également constituer sa propre prévoyance à l’aide d’un 3ème pilier (comptes bancaires, au bénéfice de taux d’intérêts).
Toutes les sommes d’argent versées pour un 3ème pilier sont déductibles fiscalement, jusqu’à un plafond légal de 6 192 francs suisses annuels pour les salariés en 2005.

Comme la France, la Suisse est a adapté un système d’allocations familiales. Celui-ci sera bientôt harmonisé entre les cantons. En effet, la loi du 26 novembre 2006 loi permettant d'harmoniser les allocations familiales entre les cantons, sera effective en 2009, et permettra le versement d'une allocation mensuelle d'au moins 200 francs pour les enfants jusqu'à 16 ans, et d'au moins 250 francs jusqu'à 25 ans pour les enfants encore en étude ou formation.

La loi prévoit également que le montant de ces allocations sera indexé au même rythme que les rentes AVS (retraites), et que les cantons qui voudront être plus généreux pourront proposer une allocation plus importante.
Enfin, même les employés à temps partiel et les personnes sans activité de condition modeste pourront bénéficier d'une allocation complète. Les indépendants pour leur part n'en bénéficieront pas, sauf décision contraire des cantons.

En attendant 2009, c'est l'ancien système qui fonctionne, et qui est propre à chaque canton :
Vous toucherez une allocation à la naissance ou à l’adoption de chacun de vos enfants, ainsi qu’une allocation mensuelle pour vos enfants. Leur montant et modalités varient d’un canton à l’autre.
L'attribution d'une allocation familiale dépend de plusieurs facteurs. En tant que ressortissant d’un pays membre de l’Union européenne, vous bénéficiez des mêmes droits que les locaux pour les allocations familiales, sauf dans certains cantons pour les allocations de naissance.

Pour ce qui est de la naturalisation, ne devient pas suisse qui veut !
Pour acquérir la nationalité suisse, il faut avoir résidé en Suisse pendant au moins douze ans, dont trois au cours des cinq années qui précèdent la demande. Le temps passé en Suisse entre l’âge de dix et vingt ans compte double. Il faut donc que l’enfant ait vécu au minimum six ans en Suisse pour avoir le droit de demander la nationalité suisse.

Première étape : l’autorisation fédérale
La demande doit être formulée à la police des étrangers de la commune de domicile. Elle sera ensuite transmise à l’Office fédéral de la police qui donnera une autorisation de principe si les conditions suivant sont remplies :

- Être intégré à la communauté suisse.
- Être accoutumé au mode de vie et aux usages suisses.
- Se conformez à l'ordre juridique suisse.
- Ne pas compromettre la sûreté intérieure ou extérieure de la Suisse.
- La Suisse étant un pays fédéral, il faut ensuite demander l’autorisation au canton et à la commune.

Deuxième étape : décisions cantonale et communale
Le canton et la commune de domicile peuvent ajouter des conditions supplémentaires et fixer le prix de l’acquisition de la nationalité avant de l’approuver. Les conditions varient fortement d’une région à l’autre. Certaines communes affichent des conditions très restrictives. Certaines vont même jusqu’à faire voter la population locale sur l’octroi de la nationalité. Le coût varie également suivant la commune et le canton.

[pic] [pic]

Après les avantages sociaux, il est intéressant d’observer le système fiscal suisse, afin de comprendre pourquoi la Suisse est autant attractive.
Le système fiscal suisse est largement influencé par le fédéralisme. Les impôts directs sont prélevés par l'État central, la Confédération, mais aussi par les cantons et les communes, conformément aux lois fiscales cantonales.
Dans le but de ne pas infliger au contribuable une charge trop lourde et d’éviter une gêne réciproque des trois communautés nationales, le droit de prélever des impôts a été ancré dans la Constitution fédérale. Aux termes de la Constitution, la Confédération ne peut percevoir que les impôts auxquels elle est expressément habilitée. En principe, les cantons sont libres dans le choix du genre d’impôt, à moins que la Constitution interdise la perception de certains impôts et les réserve à la Confédération. Alors que la Confédération et les cantons disposent d’une souveraineté fiscale d’origine, le droit fiscal des communes est réglementé au niveau cantonal. C’est pourquoi on parle de la souveraineté fiscale déléguée des communes.

Toute personne domiciliée ou séjournant en Suisse est en règle générale soumise à l'impôt. Le séjour en Suisse donne lieu à une imposition dès que l'une des conditions suivantes est remplie: - une personne séjourne au moins 30 jours en Suisse et exerce une activité lucrative - une personne séjourne au moins 90 jours en Suisse même sans activité lucrative.

Les personnes domiciliées à l'étranger sont partiellement imposables dans la mesure où elles entretiennent une relation économique avec la Suisse. Outre les personnes physiques (individus), les personnes morales (sociétés) dont le siège ou l'administration effective est en Suisse sont également soumises à l'impôt.
La Suisse applique le système de la taxation annuelle.

Types d'impôts :
Impôts sur le revenu et la fortune:
Impôts sur les revenus et la fortune, taxe individuelle ou sur le ménage, impôts sur les successions et donations, sur les gains immobiliers, ainsi que sur la propriété immobilière en tant qu'élément de la fortune.
Impôt sur les transactions:
Droits de mutation (transfert de propriété), droits de timbre (titres).
Impôts de consommation:
Impôts indirects tels que taxe sur la valeur ajoutée (TVA), impôts sur le tabac, sur la bière, sur les huiles minérales, sur les automobiles (importation, fabrication), sur les boissons distillées (spiritueux), taxes douanières (droits de douane).
Impôts sur la propriété et la dépense:
Taxe automobile (taxe de circulation), taxe sur les chiens, taxe sur les divertissements.

Mais alors, avec tous ces impôt, semblables à ceux que l’on peut rencontrer en France, pourquoi tant de personne « riches » achètent des maisons en Suisse, où vont tout simplement y vivre ?

Pour bénéficier de la fiscalité suisse bien sûr. En Suisse, les résidents étrangers très fortunés peuvent négocier directement leurs impôts. Ils ne sont pas imposés sur leur fortune ou sur leur revenu mais sur leurs dépenses : Logements, nourriture, voitures. Une fois que ce forfait est négocié, on n'y touche plus. C'est ce qui explique que des artistes et des sportifs s'y installent au début de leur gloire (non pas comme Johnny à l'apogée de sa carrière). Parce que même si leurs revenus sont multipliés par 10 ou 100, ils paieront toujours le même montant d'impôt. Pour reprendre le cas de Johnny, il a rejoint de grandes célébrités telles que Yannick Noah, Cédric Pioline, Alain Prost, Michael Schumacher, Isabelle Adjani ou Patricia Kaas, et d'autres personnes très riches inconnues (comme certains hommes d’affaires).
[pic]

La condition principale pour bénéficier de cette fiscalité lorsqu’on est un étranger, est de ne pas travailler en Suisse. Il est donc difficile en principe qu'un artiste, résident suisse, y donne des galas. Ensuite, il faut y résider un minimum de 180 jours par an. Mais il y a des exceptions possibles. Pour un voyage de plus de six mois, pour des tournées à l'étranger (pour un artiste francophone qui est résident Suisse, l'étranger se limite à la Belgique, au Luxembourg, Monaco, Québec et Andorre) il suffit de laisser sa femme, son chat et ses enfants à son domicile suisse, pour prouver qu’il s’agit de son domicile permanent.

La consommation de tabac est très répandue en Suisse. En 2003, l'Office fédéral de la santé publique estimait le nombre des fumeurs à près d'un tiers de la population âgée de 15 à 65 ans. Les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé indiquent que les Suisses fumaient 6 à 8 cigarettes par jour en 2002. En Europe occidentale, seuls les Irlandais fument autant, et seuls les Hollandais et les Espagnols fument davantage.

La tendance à long terme est toutefois à la baisse. Les spécialistes de la santé attribuent ce recul à la prise de conscience des risques pour la santé et à la hausse des prix.
De plus, les campagnes anti-tabac gagnent du terrain. Les Chemins de fer fédéraux ont banni la cigarette de leurs trains en décembre 2005, et le Tessin est devenu le premier canton à interdire de fumer dans les lieux publics en mars 2006.
La question a été tellement discutée en 2006 que le mot de «Rauchverbot» (interdiction de fumer), a été déclaré mot de l'année dans la partie germanophone du pays. Il a été sélectionné par un jury de journalistes parmi plus de 2000 propositions envoyées par le public.
Les jeunes fument moins. Une étude publiée en 2007 montre qu'environ 15 % des adolescents de 15 ans fument au moins une fois par semaine, contre 23 % en 2002.
Plus de la moitié des fumeurs avouent qu'ils aimeraient arrêter.

En plus de la simple cigarette, les suisses sont de grands consommateurs de drogues Douces ou dures, la consommation de drogues est un sujet d'intérêt public depuis la fin des années 1960. La substance la plus répandue, est de loin le cannabis. La Suisse est un des pays qui affichent le taux de consommation de cannabis le plus élevé du monde, avec la Grande-Bretagne et les États-Unis.
Une enquête réalisée en 2006 auprès des jeunes de 11 à 15 ans, sous la houlette de l'Office fédéral de la santé publique, a toutefois révélé que la consommation a baissé par rapport aux records enregistrés lors du sondage précédent, en 2002.
L'enquête de 2006 montre que 34% des garçons et 27% des filles âgés de 15 ans admettent avoir consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie. Les chiffres étaient de 46% et 37% en 2002. C'est la première fois qu'on enregistre une diminution en 20 ans.
Les chercheurs attribuent le recul à une prise de conscience des dangers de la consommation de cannabis à long terme, à l'attitude plus stricte des parents et des écoles, et à la fermeture d'un certain nombre de magasins en vendant.
Environ un cinquième des personnes âgées de 15 à 64 ont consommé du cannabis au moins une fois et un quart d'entre elles continuent. On estime que 5 à 600 000 personnes consomment du cannabis en Suisse, ce qui représente un volume de quelque 100 tonnes de hasch et de marijuana par an.

La popularité du cannabis a conduit à une plus large tolérance à son égard dans la population. Beaucoup sont en faveur d'une dépénalisation de sa consommation. Suivant cette évolution, le gouvernement a même envisagé en 2003 de dépénaliser la consommation de cannabis, mais le projet a suscité une levée de boucliers au Parlement et il a été enterré. Les partisans de la dépénalisation ont alors proposé une initiative populaire intitulée «pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse». Comme ils sont parvenus à réunir 100 000 signatures, l'initiative sera soumise au vote de la population.
Mais tout le monde n'est pas favorable à la dépénalisation. En 2003, les autorités ont lancé une opération contre les cultivateurs et vendeurs de cannabis dans le canton du Tessin, démantelant 60 sites et fermant 70 boutiques, grâce à quoi la Suisse a obtenu des bons points de l'ONU, qui avait critiqué sa politique de la drogue.

Pour ce qui est des drogues dures, l'arrivée de la mode «techno» au milieu des années 90 a apporté avec elle de nouvelles drogues de synthèse, dont la plus célèbre est connue sous le nom d'«Ecstasy». Ces stupéfiants sont en général produits dans des laboratoires clandestins. Leur composition chimique complexe est souvent ignorée des personnes qui se chargent de leur vente. La consommation simultanée de ces substances avec d'autres drogues dures telles que le LSD ou la cocaïne peut se révéler très graves.
On estime le nombre de toxicodépendants en Suisse à 30 000 personnes. Selon les chiffres de l'Office fédéral de la police, 182 décès ont été causés par une consommation de drogue en 2004. Depuis le record de l'année 1992 (419 décès), la tendance est cependant à la baisse

Finalement, pour ce qui est de l’alcool, le vin est la boisson alcoolisée la plus populaire de Suisse : en 2005, il représentait exactement la moitié des ventes d'alcool. Contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas les Suisses alémaniques qui boivent le plus de bière, qui sont responsables d'un tiers des ventes, mais les Tessinois.
La consommation d'alcool a chuté depuis les années 1980, et elle continue de décliner depuis le début du XXIe siècle, mais plus lentement.
En 2006, on estimait à près de 300 000 le nombre des personnes dépendantes de l'alcool en Suisse. Une étude réalisée en 2001 montrait que l'alcool était responsable de plus de 10% des décès d'hommes âgés de 15 à 34. Elle indiquait également que l'alcool tue 2100 personnes chaque année, dont deux tiers d'hommes. Une autre étude, réalisée par l'Université de Neuchâtel, a estimé le coût de l'abus d'alcool pour la société à 6,7 milliards de francs par an.

L’alcool fait parti des gènes suisses, en parti à cause du célèbre élixir d’Absinthe. En effet, ce fameux breuvage est d’origine suisse !
C'est vers la fin du 18° siècle que le docteur Pierre Ordinaire, originaire du Doubs, mais exilé à Couvet dans le canton de Neuchâtel en Suisse, inventa l'élixir d'absinthe, composé de plantes aromatiques dont il avait seul le secret et qui avait des pouvoirs de guérison.
Il aurait à sa mort légué le secret de cet élixir à sa gouvernante, qui l'aurait alors vendu aux sœurs Henriot à Couvet. Ne parvenant plus à répondre à la demande, elles revendirent la recette en 1797 au Major Dubied, qui avec son fils, installa la première distillerie d'absinthe à Couvet. De potion médicamenteuse, l'absinthe fut bientôt prise pour le plaisir.
Le succès croissant, une deuxième distillerie fut créée. Les 2 premières maisons font connaître l'absinthe dans toute la France grâce à des voyageurs de commerce.
C'est à cette époque, en 1825, que d'autres distilleries se créent en Haute-Saône et dans le Doubs, puis plus tard dans le Midi de la France ainsi qu'en Région Parisienne.
En dépit des lois de 1907 et de 1912 limitant la teneur en alcool, en extrait d’absinthe, c'est la guerre 1914-1918 qui a raison de la « fée verte ».

Le général Galopin, connaissant « les méfaits » de la boisson sur l'endurance et la force de ses soldats, interdit la vente aux militaires et aux civils dans la région de Nice.
L'initiative fait tache d'huile dans presque toute la France puisque lorsque le 17 mars 1915 parait au journal officiel la loi qui interdit : « la fabrication, la vente en gros et au détail ainsi que la circulation de l'absinthe et des liqueurs similaires ».

Mais cela n’empêche pas la Suisse, comme d'autres pays d'Europe, d’être concernée par le phénomène de la consommation d'alcool par les jeunes. Bien qu'un quart des garçons et un sixième des filles de 15 ans disent boire au moins une boisson alcoolisée par semaine en 2006, le chiffre est nettement plus bas qu'en 2002, date à laquelle remonte la dernière enquête. Il reste élevé, considéré que le vin, la bière et le cidre ne peuvent légalement être vendus à des moins de 16 ans, et les spiritueux aux moins de 18 ans. Mais la très grande majorité des jeunes qui boivent avant l'âge légal, n'ont aucun mal à se procurer de l’alcool. Mais la lourde taxe introduite en 2004 sur les alcools puissants a drastiquement réduit les ventes.
Le tabac, la drogue et l’alcool sont entrés dans la vie des jeunes, et sont maintenant une habitude qui peut être liée à un besoin d’évasion, de décompression, face à une société oppressante et rigide.

Voyons maintenant les particularités en matière de transport dont est assujettie la Suisse. Tout d’abord, la conduite en Suisse possède quelques spécificités qu’il est important de connaître avant de s’aventurer sur les routes.
Par exemple, les panneaux de routes sont bleus, et ceux d’autoroute sont verts. En France, c’est l'inverse.
Les limitations de vitesse sont également différentes, et sauf indications contraires particulière, elles sont généralement les suivantes :
- En zone résidentielle : 30 km/h
- En agglomération : 50 ou 60 km/h
- Sur les nationales : 80 km/h
- Sur autoroute : 120 km/h
Par temps de pluie, ces limitations restent les mêmes.

Au sujet des radars, les conducteurs suisses doivent déjà faire avec depuis plusieurs années.
La plupart du temps, ils se trouvent sur les autoroutes, et dans de rares cas sur les routes nationales. En agglomération, il n’est pas rare de trouver des radars de détection de passage au rouge pour les feux de signalisation.
Enfin, des caméras de surveillance de la Police contrôlent sur autoroute et dans les grandes villes le flux des véhicules et les éventuelles infractions.
En Suisse, les amendes sont également plus sévères qu’en France :
- Dépassement de la vitesse autorisée entre 21 et 24 km/h en agglomération : amende de 600 francs suisses et retrait de permis.
- Dépassement sur nationale entre 11 et 15 km/h : 160 francs suisse d’amende.
- Dépassement sur autoroute entre 41 et 45 km/h : 20% du revenu d’amende, 3 jours d’emprisonnement, retrait de permis.
Même si les conséquences été moins lourdes, se n’est pas pour autant que les suisses enfreindraient d’avantage les règles de circulation, car le respect des autres et la civilité sont des qualités innées chez lui suisses.

Pour ce qu’il est des autres transports, la Suisse dispose d’infrastructures très développées.
Le pays compte 3 aéroports internationaux d’importance à proximité de Genève, Zürich et Bâle-Mulhouse. Une quinzaine de compagnies aériennes proposent des liaisons, régulières ou saisonnières.

La Suisse dispose également d’un des trafics ferroviaires le plus dense du monde. En effet, la Suisse est très bien desservie en trains, tant sur le plan des lignes intérieures qu’extérieures.
De nombreux TGV relient les principales villes suisses et françaises. Néanmoins, les tarifs des voyages en trains suisse sont particulièrement élevés.
Les suisses qui sont également de grands fans de trains aiment aussi énormément les maquettes de trains.

Quand aux transports en commun, leur densité est très importante. Il n’est pas rare que les trains circulent à des fréquences élevées toute la journée. Dans la plupart des agglomérations, vous on ne rencontre aucun problème pour voyager dans les transports en commun, que ce soit en bus ou en tramway.

Maintenant, nous allons voir les moyens de communication dont disposent et usent fréquemment le peuple suisse.
Pour la téléphonie fixe, le fournisseur Swisscom reste un prestataire incontournable.
Même si, en théorie, le marché est désormais accessible aux autres opérateurs, le coût d'accès reste prohibitif, anéantissant l'effet de concurrence. Cela devrait changer dans les années à venir.
En général, les coûts de télécommunication restent très élevés en Suisse, en tout cas beaucoup plus que dans les autres pays d’Europe, et en particulier pour les appels locaux.
Swisscom facture l’abonnement mensuel environ 25 francs suisses (environ 15€). Ensuite, pour vos appels, il est possible de passer par l’un des 35 opérateurs actifs.

Quand à elle, la téléphonie mobile reste limitée et coûteuse. En effet, le marché suisse de la téléphonie mobile vit comme dans de nombreux pays une situation d’oligopole (plus de 60% du marché est détenu par un seul opérateur, Swisscom).
Les principaux acteurs sont Swisscom mobile, Orange et Sunrise.
Tele2, présent uniquement dans les grandes agglomérations.
Des opérateurs "secondaires", qui distribuent en réalité des offres des 3 opérateurs historiques (en leur achetant des minutes) ont fait leur apparition en 2005. Ils proposent pour certains des tarifs très intéressants, axent leurs efforts sur les offres prépayées (sans abonnement) mais leur part de marché reste très faible.
Parmi ces distributeurs, on trouve notamment : Aldi, Coop, Migros, Yallo, Tele2, Mobilezone.
Les offres ne sont pas toujours comparables. La couverture dans les grandes villes et la qualité de service est assez similaire pour l’ensemble de ces opérateurs.

La Suisse est un des pays d’Europe qui possède le nombre de connexions à Internet par ménage le plus élevé.
De nombreux opérateurs télécom proposent l’ADSL. Les principaux acteurs sur ce marché sont Bluewin, Sunrise et Tele2.
Comparativement à la plupart des pays d’Europe, les prix sont onéreux, mais le débit garanti procure à la liaison une bonne qualité d’utilisation.
A valeur d’exemple, les premiers prix pour un abonnement ADSL pour des utilisateurs réguliers est de 44 francs suisses (28 €) par mois.

En France, nos offres Internet sont généralement de 30 € par moi, mais elles procurent également la téléphonie fixe. Alors qu’en Suisse, pour avoir le téléphone fixe et l’Internet, il faudra payer par moi environ 15 € + 28 € = 43 €.

En été 2007, Orange Suisse a fait son appariation sur le marché de l'Internet haut-débit en commercialisant la Livebox. Celle-ci ne donne pour l'instant accès qu'à l'Internet haut-débit. Les clients mobiles bénéficient d'un tarif préférentiel.

Finalement, voyons ce qu’il est du rapport entre la Suisse et l’Union Européenne.
Les citoyens suisses ont eu l'occasion de se prononcer sur la politique européenne avec la demande d'adhésion à l'UE que la Suisse avait formulée en 1992. Une adhésion n'entre pas en ligne de compte.
Alors, bien que située géographiquement au cœur de l'Europe, la Suisse n'est pourtant pas membre de l'Union européenne. Les relations entre les deux entités sont réglées par des accords bilatéraux.
A moyen terme, il paraît assez clair que la Suisse ne deviendra pas membre à part entière de l'Union.
A l'automne 2005, le gouvernement helvétique a même choisi de déclasser l'adhésion à l'UE en termes de priorité en la faisant passer de «but stratégique» à «option à long terme». Durant la même période, l'opinion populaire favorable à une adhésion a atteint son plus bas niveau.
Dans une étude qu'elle mène depuis 1993, l'Ecole polytechnique de Zurich montrait qu'en 2006, seul un tiers des personnes interrogées affirmait vouloir «adhérer sans réserves» à l'UE.

Le rejet, suite à un référendum, d'une adhésion à l'Espace économique européen par le peuple suisse au soir du 6 décembre 1992 a placé le gouvernement helvétique devant une mission très délicate. Le ministre de l'Economie de l'époque, Jean-Pascal Delamuraz, n'avait d'ailleurs pas hésité à parler d'un «jour noir».
Ce refus, à la nette majorité du peuple et des cantons, est intervenu à la surprise générale. Seul le plus petit des quatre partis au pouvoir à cette époque, l'Union démocratique du centre, s'était en effet prononcé contre l'adhésion. Le Parti socialiste, le Parti radical et le Parti démocrate-chrétien avaient milité en compagnies des milieux économiques et syndicaux pour l'intégration de la Suisse à l'EEE.
L'émotion passée et la défaite digérée, le gouvernement suisse et des représentants des gouvernements des Etats membres de la Communauté européenne se sont entendus sur la tenue de négociations bilatérales entre la Suisse et la CE.
Les délégations se sont rencontrées pour la première fois au mois de décembre 1994. Sept dossiers (les transports terrestres, le transport aérien, la libre circulation des personnes, la recherche, les marchés publics, les obstacles techniques au commerce et l'agriculture) étaient au centre des discussions. Les négociations allaient durer quatre ans.
En décembre 1998, le gouvernement helvétique annonçait un résultat «équilibré et positif». Sur ces nouvelles bases, la compétitivité de l'économie allait pouvoir être améliorée et les conséquences négatives d'un isolement au centre de l'Europe réduites. Mais l'entrée en vigueur de ces accords allait prendre encore plusieurs années. La considérant comme une «adhésion par la porte de service», les milieux conservateurs ont brandi avec succès l'arme du référendum. De fait, les accords bilatéraux ont dû obtenir le soutien des citoyens suisses qui se sont prononcés en leur faveur à une large majorité.

Au travers d'un second «paquet» de négociations, les bilatérales II, la Suisse et l'Union européenne se mettent d'accord sur les thèmes de la sécurité et de l'asile, des produits agricoles transformés, des statistiques, des retraites, de l'environnement, des médias, de la lutte contre la fraude, de la fiscalité, de l'épargne et de la formation.
Au niveau de la politique intérieure, ce sont surtout les questions de la sécurité (contrôle aux frontières) et de l'asile aux travers des accords de Schengen et de Dublin qui ont posé problème.

Les opposants à l'UE ne sont pas les seuls à avoir utilisé les armes de la démocratie directe pour servir leur cause. Les défenseurs d'une adhésion ne sont pas non plus restés inactifs. En 1995, cinq organisations ont lancé l'initiative populaire «Oui à l'Europe» qui exigeait le lancement immédiat de pourparlers d'adhésion avec l'UE.
Les mêmes milieux lanceront encore l'initiative intitulée «Pour notre avenir au cœur de l'Europe», qui demandait la négociation d'un nouvel accord sur l'EEE. Elle aboutira en 1994, mais sera retirée en 1997.
Lorsque qu'en mars 2001 les citoyens helvétiques ont enfin pu se prononcer sur l'initiative «Oui à l'Europe», les premiers accords bilatéraux étaient déjà sous toit. La proximité des deux événements enlevait toute chance à l'initiative de remporter le scrutin. Seuls 23% des votants déposaient un oui dans l'urne.

Même si la Suisse n'est pas membre à part entière de l'Union européenne, ses relations avec les Etats qui la composent sont très étroites. Et pas uniquement parce que la Suisse possède des frontières communes (Liechtenstein mis à part) avec des pays de l'UE.
L'Union européenne est ni plus ni moins que le principal partenaire commercial de la Suisse. 80% des importations helvétiques viennent de l'UE qui absorbe également 60% des exportations suisses.

Depuis 2002, la libre circulation des personnes a été introduite progressivement pour les 15 «premiers» pays de l'Union européenne. Dès le 1er juin 2007, celle-ci est sans restriction pour les ressortissants de ces pays. Les Suisses désireux de travailler au sein de l'Union européenne en profitent également.

2) Le Monde de l’entreprise

Dans la vie sociale, ou au travail, comment pensent les Suisses ? C’est encore aujourd’hui la grande question que se posent ses voisins de l’UE qui n’arrivent pas à la faire adhérer à l’Union Européenne.

Les Suisses prennent leur travail très au sérieux. Ils ont la réputation d'être aussi précis que leurs meilleures horloges et la qualité de leur travail est reconnue dans le monde entier. Une entreprise, même étrangère qui viendrait s’installer en Suisse, pourra bénéficier de cette image de qualité et utiliser pour son marketing le logo "Swiss Made".
L'arbalète symbolise Guillaume Tell, le héros légendaire, qui a su viser avec précision la pomme placée sur la tète de son fils. La précision est la principale qualité suisse, elle est l’expression de quelque chose de fort et profond: le sens national de l’ordre social et politique. «Une place pour chaque chose, et chaque chose a sa place» pourrait être la devise de la Confédération. Une particularité linguistique typiquement suisse est d’ailleurs de traduire en allemand le « O.K. » par un «Alles ist in Ordnung» (tout est en ordre) ou par un « Tip-top » (propre en ordre). Certains formulaires administratifs ont même une case « en ordre » à cocher, pour indiquer « oui ».
L'arbalète symbolise également la qualité de la production suisse: fiabilité, précision, exactitude, sérieux, savoir-faire, modernité et prestige.
Voici donc les grandes qualités qui font la légendaire qualité suisse ; autant de qualité qu’il faut respecter et assimiler pour travailler en collaboration avec des suisses.

En Suisse, si un élément vient à tomber en panne dans l’entreprise, tout le monde y met du sien pour éviter les inconvénients qui pourraient survenir aux usagers. Ainsi, en juin 1999, lorsqu’un bug informatique conduisit la poste à un disfonctionnement du système de distribution du courrier, et que des centaines de milliers de paquets s'accumulèrent dans les centres de tri. Les employés et leurs syndicats, au lieu de se plaindre et de tenir des discours fustigeant les nouvelles technologies, ils se sont mis au travail jour et nuit pour assurer la livraison du courrier… Ce n’est pas en France que l’on verrait cela…

La religion protestante n'est surement pas étrangère à cette éthique du travail. Calvin a prêche à Genève et Zwingli a Zurich. Deux réformateurs qui prônaient que le travail est la seule voie du salut.
Dans les cantons catholiques, qui sont en majorité ruraux, on peut penser qu'une certaine rudesse de la vie forçait jadis les paysans à réfléchir et à se montrer prévoyants. Il fallait travailler sans cesse, avec application, le sol ne regorgeait pas de richesses naturelles. Entre les montagnes, l'espace cultivable était restreint, ce qui forçait à la mesure et à l'économie. Et bien que cela fasse longtemps que les Suisse ne sont plus autant dépendants du climat et de la nature, la capacité de prévoir et de planifier reste une vertu. L'amour du travail bien fait n'a pas disparu.

Comme nous l’avons brièvement vu auparavant, une particularité suisses est d’être un peuple monochronique (selon hall), et peut-être même l’emblème du monochronisme. Cette culture du temps n’est pas anodine pour qui sait que la Suisse est mère patrie de l’horlogerie, ce qui donne ainsi aux suisses cette précision dans les rendez-vous et cette sainte horreur des gens qui arrivent en retard. Cette ponctualité est également un gage de réussite professionnelle, et aussi, une simple question de respect mutuel.
Un autre point important au travail est cette autodiscipline avec laquelle est forgé le peuple suisse. Ils respectent ainsi les règles de vie établies pour vivre en société (ex : jamais d’excréments de chiens jonchant les trottoirs), mais également au travail, afin de vivre dans un climat harmonique et efficace au sein de la société… Et même si ces habitudes peuvent paraître rigides, c’est avant tout par respect des autres qu’ils font. C’est en cela que les Suisse ont épousés les théories de Jean-Jacques Rousseau qui ne concevait la liberté qu’au travers de lois et de règles. De plus, cette autodiscipline évite le besoin d’une forte autorité, voire d’autorité tout court… en effet, si personne n’enfreint de règles, ils n’y a besoin de personne pour surveiller, et personne pour imposer une tension hiérarchique. Les employés ne craignent pas d’exprimer leur désaccord avec leur supérieur hiérarchique, parce que celui saura écouter et traiter avec respect et attention cette intervention. Les collègues peuvent travailler à statut relationnel égal, et donc, dans les meilleurs conditions possibles car tout le monde est à l’aise. Cette autodiscipline trouve son origine dans la forte influence religieuse et se répercute encore aujourd’hui par une distance hiérarchique faible (échelle de Hofstede : indice 36 ; France : 68). Cela permet les systèmes hiérarchiques en râteau. Ce qui implique que professionnellement les subordonnées sont peu dépendant de leur supérieur hiérarchique, mais que l’avis des employés est consulté et qu’ils manifestent un sens critique. En effet, comme vu précédemment, la démocratie directe qui règne en suisse est très importante dans les esprits, car elle met toujours le peuple suisse à la parole, et lui permet ainsi d’exprimé librement ces pensées.
Le supérieur idéal est un démocrate plein de ressources, qui n’affichent pas publiquement la hauteur de ses revenus, car les marques et les symboles du rang social doivent être évités sous peine d’être fortement critiqué. De plus, les supérieurs ne bénéficient pas de passe droits, car le règlement est le même pour tous. Il s’agit également d’une marque de respect. D’autres parts, en Suisse, le temps professionnel est compté, et les heures supplémentaires ne sont pas payées ; il faut exécuter le travail dans le temps qui vous est imparti (comme en Allemagne). Il est même mal perçu de passer plus de temps au travail que les autres, car cela n’est pas signe que l’on s’investi au maximum, mais au contraire, c’est caractéristique de lacunes. Dans d’autres domaines également, ce rapport particulier à l’autorité est présent ; c’est le cas dans la famille, où les enfants sont encouragés à prendre des initiatives, ou à l’école, où l’instruction est centrée sur l’étudiant.

Le troisième trait psychologique des Suisses est leur coté réservé qui accompagne leur culture du secret ; a rapprocher de leur neutralité historique. Cette discrétion Suisse arrange beaucoup de monde, à commencer par les truands et autres dictateurs, qui profitent du secret bancaire, ne dit-on pas souvent qu’ « un dictateur qui meurt, c’est une banque suisse qui ferme ». Même si cela grossit volontairement les traits, cette discrétion ternis l’image de la Suisse, qui devient l’un des repères idéales pour blanchir de l’argent. Les banques ne s’en plaignent pas non plus, puisque c’est ce qui fait leur renommée dans le monde et qui a contribué à faire la richesse économique du pays. Cette protection économique vient du fait qu’en Suisse, cela fait partie de la vie privée, et que donc cela doit être fortement protégé. Autre exemple illustrant ce coté discret : la société « swiss data safe » qui dans les années 90 racheta au gouvernement Suisse des bunkers fabriquées dans les années 60, situés au cœur de la montagne du Gothard. La société a ensuite transformé ce bunker en coffre fort, le plus sûr du monde puisqu’à l’épreuve du nucléaire, des tremblements de terre, des attaques terroristes… Ce Bunker à de plus adjoint une culture du secret tenue jusqu’au choix des employés qui, comme les agents secrets, ne doivent pas parler de leur métier et sont recrutés sur dossier. Enfin, dernier élément secret pour l’anecdote : le P-26. Milice helvétique secrète adjointe au GLADIO opérant dans le cadre de l’OTAN, conjointement avec le MI6 et la CIA. Son existence fut rapportée dans les années 90 par le rapport cornu, dans le cadre du scandale des fiches Suisses. Cela fit scandale à l’époque puisque cette milice était payée par des subventions publiques, à l’insu du parlement suisse. En novembre 90 elle fut officiellement dissoute et non remplacée.

Nous allons maintenant traiter l’individualisme suisse. Celui-ci est à rapprocher de l’influence de la religion protestante, qui se tourne vers le « je » et vers l’objectif de se réaliser personnellement, ainsi que de s’épanouir. De plus, la culture suisse est à bas contexte ; il est clair qu’en Suisse, le professionnel est séparé du personnel, puisque pour les Suisses, l’entreprise n’a pas à intervenir au niveau social (assurance, logements…). Ainsi, en Suisse, il est important de pouvoir compter sur un réseau d’amis ou de contacts pour se trouver un job ou des « bons plans ». La méritocratie en découle logiquement permettant la promotion de façon interne et externe, et encourage ainsi les gens à travailler pour eux-mêmes et à se surpasser pour dépasser les autres (compétition constante, mais dans un contexte très respectueux). De plus, les suisses, qui perçoivent les heures supplémentaires comme des lacunes à réaliser son travail, s’accordent ainsi plus de temps à passer dans leur foyer, pour s’occuper de la femme et des enfants.
Le matérialisme s’impose comme l’autre conséquence de l’individualisme, laissant penser que les objets ont une valeur importante dans la relation que les Suisses entretiennent entre eux, à ajouter au fait que les relations se créent sur le système d’un intéressement mutuel à coopérer.

Nous nous sommes également intéressés au fait que de nombreuses personnes désirent travailler en Suisse ; mais pourquoi ?
De nombreuses raisons poussent les entreprises françaises, par exemple, à s’installer hors de l’Hexagone. La Suisse les accueille avec bienveillance et des cabinets d’avocats spécialisés sont prêts à leur donner un « coup de main ».
Le profil type de l’entreprise française désirant s’implanter en Suisse n’existe pas. En effet, selon les derniers chiffres publiés par la Chambre France-Suisse pour le commerce et l’industrie, 523 établissements français, employant environ 53 500 personnes, se sont installés en Suisse, dont 58 % en Suisse romande et 41 % en Suisse alémanique, et chaque entreprise, selon son domaine d’activité, sa taille et ses objectifs, conduit une stratégie qui lui est spécifique.
En Suisse, le premier changement par rapport à la France peut découler de la langue. D’autre part, la Suisse et la France étant des pays dont le niveau de vie et les mentalités sont fort comparables, les changements les plus patents seront liés à une fiscalité moins intrusive, puisque le taux moyen d’imposition sur le revenu des sociétés est de 21,3 % en Suisse contre 34,3 % en France, et à un taux de cotisations sociales obligatoires égal à 23,1 % en Suisse contre 62,8 % en Franc. Enfin, une paix du travail et une flexibilité appréciable en cas de résiliation du contrat de travail.
De plus, la France représente une norme sociale où les deux parents sont dominants, partageant le même intérêt pour la qualité de la vie et pour les relations, tous les deux dispensant tour à tour autorité et tendresse. Mais en Suisse, la norme est dans la non-dominance d'un parent, où par exemple, le père est dur et agit selon les faits et la mère est un peu moins dur et agit selon les sentiments. En France, l’autorité parentale est donc inégale et tendre, alors qu’en Suisse, elle est égale et dure. L’éducation se ressent forcément dans les autres domaines de la vie, et c’est pour quoi cette mentalité suisse, d’égalité, mais de fermeté, se retrouve également dans le travail.

Pour choisir dans quel canton s’établir, tout dépend du domaine d’activité et des objectifs de l’entreprise qui désire s’implanter en Suisse. Ainsi, par exemple, les cantons de Genève, Zurich et Bâle sont prisés en raison de la présence d’un aéroport international, le canton de Zoug pour son taux fiscal extrêmement favorable. À ce propos, la Suisse est réputée pour le dialogue constructif et l’esprit de coopération qui caractérisent les relations des contribuables avec leur administration fiscale. En conséquence, la concurrence inter-cantonale marche à plein et il n’est pas rare qu’un grand groupe désirant venir s’installer en Suisse dépose son dossier auprès de plusieurs cantons afin de choisir celui qui sera le plus “accueillant”…

De manière générale, les grands groupes s’implantent en Suisse à l’issue d’un processus d’acquisition de sociétés ou de groupes de sociétés en Suisse. Dans le cas de l’entrepreneur “individuel”, en revanche, la constitution d’une société à responsabilité limitée ou d’une société anonyme sera nécessaire. La SARL est mieux adaptée aux petites structures, le capital-actions minimum s’élevant à 12 000 euros, alors que la SA aura la préférence d’entreprises françaises avec une plus grande assise financière, le capital-social de départ se montant à 60 000 euros, au minimum.
Un entrepreneur français peut se sentir désemparé par les démarches administratives nécessaires à la création d’une structure, ainsi que par les particularismes légaux spécifiques, sur certaines questions, à chacun des vingt-six cantons et demi-cantons, et par 4 langues nationales, qui constituent la Suisse. Faire appel à un cabinet d’avocats d’affaires est la garantie d’un processus d’implantation réussi. Pour un grand groupe, une implantation en Suisse peut difficilement se passer des services d’un grand cabinet.

Une fois la décision d’aller travailler en Suisse choisie, il faudra d’abord répondre à quelques formalités…
Le permis de travail en Suisse est obligatoire pour les étrangers. En effet, pour travailler en Suisse en tant qu'étranger, un contrat de travail n’est pas suffisant, il vous faut également un permis de travail, aussi appelé autorisation de circulation ou encore permis de séjour. Ce permis de travail est un document officiel délivré par le service de la population de votre canton, et qui vous donne l’autorisation de travailler sur le territoire helvétique.

Le service des étrangers de l’office de la population de l’administration cantonale est chargé de la gestion de toutes les questions relatives à la présence des étrangers. Chaque canton possède son propre service des étrangers.
L’autre formalité est la demande de travail, qui passe par la lettre de motivation, et le fameux CV… Et oui, même en Suisse.
La lettre de motivation suisse est assez "standard" dans son approche (en comparaison de ce qui peut se faire dans d'autres pays).
Le CV quant à lui possède de nombreuses spécificités, que l’on doit prendre en considération pour optimiser ses chances de décrocher un entretien. En Suisse on est pragmatique et concret, alors il faut l’être également dans le CV et dans la lettre de motivation. Il faut également privilégier ce que l’on a réalisé, plutôt que la "théorie" ou les concepts.

Au niveau des langues, l’allemand est recommandé pour travailler en Suisse allemande, mais l'anglais peut être suffisant, notamment si l’on travail pour une entreprise qui a choisi l'anglais comme langue de communication (ce qui arrive aussi dans certaines entreprises en Suisse romande).
L’anglais est indispensable dans la plupart des entreprises en Suisse, c'est la langue des affaires en Suisse. Dans certaines entreprises plus "traditionnelles", il n'est pas indispensable, mais est de plus en plus exigé dans ces structures.

CONCLUSION

Pour conclure, la Suisse est un pays où se rencontrent des cultures variées, de par leurs diversités ethniques, religieuses ou linguistiques. Bien qu’elle soit un pays fédéraliste, fractionné en cantons, chacun répondant à ses propres règles, ces propres coutumes, et même ses propres jours fériés, la Communauté Suisse est un pays particulièrement uniforme et particulier quand aux mentalités et aux comportements de ses citoyens.
L’histoire et la géographie particulière de la Confédération Helvétique, les ont beaucoup marqués. L’enclavement dû au Alpes et au Jura, en plus de leurs cuisantes défaites historiques, ont rendus la Suisse méfiante et timide, vis-à-vis des relations extérieures. Cela se ressent sur leur neutralité politique, et leur refus d’entrer dans l’Union Européenne.
Néanmoins, cela leur a permis de devenir une grande nation, grâce aux entrées de flux financiers durant les guerres ; alors que les autres pays européen étaient en déclin économique. De plus, le fonctionnement de leur banque leur permet d’entretenir ces entrées d’argents, et ainsi, d’avoir une économie leur permettant de conserver leur devise et leur réprobation fasse à l’UE.
Leur grande renommée vient également de leurs chocolats, leurs montres, et leur système fiscal. Et oui, si tant de stars vont se « réfugier » en Suisse, c’est une question d’impôts. A ce niveau, la Suisse est très avantageuse par rapport aux autres nations européennes, d’où l’attraction massive des grandes fortunes.
Et l’attraction n’a pas d’effet que sur les grandes fortunes, puisque la Suisse n’a jamais connu un taux aussi élevé d’étrangers dans ses frontières. Alors, même si on peut en conclure que la Suisse est très accueillante, il ne va surement pas tarder à faire mauvais être étranger en Suisse, avec l’augmentation massive des partisantes d’extrême droite.
Il en sera probablement de même pour les relations professionnelles, si l’ultra-nationalisme ne cesse de croître. Néanmoins, le temps est toujours aux marchés internationaux, et ils passent également par la Suisse.
Ainsi, pour traiter de manière la plus efficace avec des suisses, il faudra être particulièrement ponctuel, et respectueux des horaires. Mais il faudra également rester humble, ne pas se montrer supérieur, au risque de paraître grossier et insultant.
Pour ce qu’il en est du management, l’individualisme est de rigueur. Chaque employé travail dans ces conditions optimales, comme il le désir, et ne devant répondre qu’à un résultat. Néanmoins, lors de soucis au sein de l’entreprise, tout le monde est soudé, il y a une réelle entraide, un réel esprit d’équipe.

ANNEXE 1 - SOURCES

Sources internet :

- LeCourrier.ch - Pax.ch - Les-institutions.ch - Zurich.ch - Unil.ch - Suiss.info.ch - Bonasavoir.ch

- Switzerland.isyours.com - Suisse-romance.com - Swissworld.org - Live-in-switzerland.com - Swisstravelsystem.com - Swiss-bank-account.com - Eurel.info.com - Europa-planet.com

- Journal-officiel.gouv - Letudiant.com - Politique.com - Pays-du-monde.fr - LeMonde.fr - Evene.fr

Autres sources :

- Travailler et vivre en Suisse, de David Talerman. Edition : Gualino Eds

- Dédé, un ami qui a vécu 20 ans en Suisse

|Abr |Canton |Depuis |
|[pic] |[pic] |A gauche : un bouclier suisse avec des edelweisss et diverses fleurs des Alpes |
| | | |
| | |A droite : berger (et non pas Guillaume Tell comme on le dit souvent), avec l'inscription |
| | |CONFOEDERATIO HELVETICA, Confédération suisse en latin |
| | | |
| | |Tranche : "DOMINVS PROVIDEBIT", Dieu y pourvoira en latin |
|[pic] |[pic] |A gauche : Couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes |
| | | |
| | |A droite : Helvetia, la mère patrie. |
|[pic] |[pic] |idem que pour la pièce de 2CHF |
|[pic] |[pic] |idem que pour la pièce de 2CHF |
|[pic] |[pic] |A gauche : une couronne de fleurs des Alpes |
| | | |
| | |A droite : Helvetia vue de profil portant un diadème avec l'inscription Libertas |
| | |(liberté). |
|[pic] |[pic] |A gauche : une couronne de feuilles de chêne |
| | | |
| | |A droite : idem que pour la pièce de 20 centimes |
|[pic] |[pic] |A gauche : Une couronne de feuilles de vigne et de raisins |
| | | |
| | |A droite : idem que pour la pièce de 20 centimes |

ANNEXE 3 – TABLEAU RECAPITULATIF DES PIECE AUJOURD’HUI EN CIRCULATION

ANNEXE 4 – Tableau récapitulatif de la série de billet aujourd’hui en circulation

|série de billets de banque suisses[] |

Recto |Verso |Valeur |Dimensions |Figure au recto | |[pic] |[pic] |10 francs |126 × 74 mm |Le Corbusier | |[pic] |[pic] |20 francs |137 × 74 mm |Arthur Honegger | |[pic] |[pic] |50 francs |148 × 74 mm |Sophie Taeuber-Arp | |[pic] |[pic] |100 francs |159 × 74 mm |Alberto Giacometti | |[pic] |[pic] |200 francs |170 × 74 mm |Charles Ferdinand Ramuz | |[pic] |[pic] |1 000 francs |181 × 74 mm |Jacob Burckhardt | |
[pic]
-----------------------
CHABOCHE François
BIZIEAU Louis

MEMOIRE – 2007 / 2008 ISEG – SUP 1 X

Similar Documents

Free Essay

Les Pays Cible de La France

...Les pays cibles de la France En quoi le secteur du luxe illustre- t-il les stratégies et les problèmes d'implantation auxquels la France doit faire face à l'international? Plan Introduction……………………………………………………………………………………………………….………p.3 I. La France et le commerce extérieur……………………………….…..………….….p. 3-8 . 1. La Situation générale de la France : sa place dans le commerce internationale a. La France : une puissance exportatrice ………………………………….…….P. 4 b. … avec un fort déficit commercial structurel……………………….…..P.4-5 2. La France dans l’UE & la Triade c. L’Union Européenne………………………………………………………………….P. 5-6 d. La Triade………………………………………………………………………………..…P. 6-7 3. La France et les BRICS e. L’enjeu des BRICS………………………………………………………………..……….P. 7 f. Pourquoi la France n’y présente qu’une faible présence ?...........P.7-8 II. Le luxe : une réussite à la Française ……………………………………………....P.8-12 1. La situation du secteur du luxe et position de la France a. Présentation du secteur………………………………………………………..….P.8-9 b. Opportunités pour la France…………………………………………………..P.9-10 2. La matrice multicritère et ses implications c. La matrice multicritère et le SWOT………………………………………......P.10 d. La chine et l’Inde : deux eldorado pour le luxe français…....P.10-11-12 Conclusion…………………………………………………………………………………………………………………P.12 Annexes (1,2,3)………………………………………………………………………….……………………………P.13-14 ...

Words: 6382 - Pages: 26

Free Essay

Informations Relatives a La Sante Et Comportements de Consommation de Tabac

...DESCARTES Informations relatives à la santé et comportements de consommation de tabac 2010 / 2011 Table des matières Introduction..........................................................................................................................................3 I LES MOYENS D'ACTIONS DE L'ETAT ET DES ASSOCIATIONS......................................4 A L'intervention de l'État..........................................................................................................4 B Le pouvoir des associations...................................................................................................6 II LES IMPACTS SUR LE MARCHE DU TABAC....................................................................8 A Comportements de consommation .......................................................................................8 B Conséquences économiques................................................................................................10 Conclusion..........................................................................................................................................13 Bibliographie .....................................................................................................................................14 2 Introduction Le tabac est une plante cultivée dans le monde entier proposé à la consommation sous forme de cigarettes, cigares, à rouler, en vrac, ou pour la pipe. Dans ce dossier, nous......

Words: 3954 - Pages: 16

Free Essay

Chocolat

...LE CHOCOLAT Sommaire I. Analyse de l’offre : Marché et évolution 3 A. Description des faits et mécanismes de la catégorie étudiée 3 1. Taille, structure et évolution 3 2. Offre produit – la diversité 5 B. Analyse de l’environnement 6 1. Technologique : un panorama des innovations 6 2. Légal 6 C. Facteurs d’évolution : des perspectives peu favorables pour 2010 7 1. Une stagnation de la consommation est à prévoir en 2010 7 2. Baisse des débouchés à l’étranger 8 3. Flambée du cours du cacao 8 D. Cartographie de l’offre 8 1. Répartition des parts de marché par famille de produits 8 2. Structure du marché des tablettes 9 3. Les distributeurs 9 4. Les concurrents directs 10 5. Parts de marché sur les tablettes 13 II. Segmentation de la demande 14 A. Les besoins de la demande 14 B. Les critères de segmentation 14 1. Les critères sociaux-démographiques 15 2. Critères psycho-graphiques 16 3. Critères comportementaux 17 III. Stratégie d’un entrant potentiel 18 A. Opportunités et menaces sur le marché 18 1. Opportunités 18 2. Menaces 18 B. Ciblage 19 C. Positionnement 20 1. Pourquoi ? (Bénéfices) 20 2. Qui ? (Cible) 20 3. Quand ? (Situation d'usage) 20 D. Le marketing mix : les 4 P 21 1. Le produit 21 2. Le prix 22 Introduction : Si à l’origine le chocolat était considéré comme un produit de luxe il est devenu aujourd’hui un produit de grande consommation. Chocolat et......

Words: 4771 - Pages: 20

Free Essay

Rapport Innovation

...Commission sous la présidence d’Anne Lauvergeon 2 TABLE DES MATIÈRES _ SYNTHÈSE INTRODUCTION 1. 2025, UN CONTEXTE MONDIAL 2. FORCES ET FAIBLESSES DE LA FRANCE 3. CRÉER UN ENVIRONNEMENT PROPICE À L’INNOVATION 4. FAIRE DES CHOIX 5. PRINCIPES POUR UNE MISE EN ŒUVRE INNOVANTE SEPT AMBITIONS POUR LA FRANCE Ambition 1 : Le stockage de l’énergie Ambition 2 : Le recyclage des matières : métaux rares Ambition 3 : La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer Ambition 4 : Les protéines végétales et la chimie du végétal Ambition 5 : La médecine individualisée Ambition 6 : La silver économie, l’innovation au service de la longévité Ambition 7 : La valorisation des données massives (Big Data) ANNEXES Annexe 1 : Lettre de mission de la Commission Annexe 2 : Composition de la Commission Annexe 3 : La démarche de choix de la Commission Annexe 4 : Premier soutien financier aux sept Ambitions : principes de mise en œuvre Annexe 5 : Personnes auditionnées, contributions reçues et principales sources de réflexion 4 8 9 11 13 15 18 20 20 23 25 28 33 37 41 46 47 49 50 52 54 3 SYNTHÈSE _ La Commission Innovation, composée de 20 personnalités aux profils variés, a été installée par le Président de la République le 18 avril 2013. Il lui a été demandé, par lettre de mission du Premier ministre, de sélectionner, en nombre limité, des ambitions fortes, reposant sur des innovations majeures, pour assurer à la France prospérité et emploi sur le long......

Words: 23612 - Pages: 95

Free Essay

Drogue Et Criminalité

...La guerre AUX drogueS R ap p o Rt d e la Commis s ion M O N D I A l e POUR la politique deS dRogues Juin 2011 (version française publiée en septembre 2011) r a PP o r t de L a c o mmiS S io n MO N DIALe PO u r La P oLitiq u e de S dr o gu eS Pour en apprendre davantage sur la commission, rendez-vous sur le site www.globalcommissionondrugs.org ou communiquez avec nous par email à l’adresse : declaration@globalcommissionondrugs.org L e S m e m br e S d e L a c o mmi S S io n : Asma Jahangir, militante des droits de l’homme, ancien rapporteur spécial des nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Pakistan Carlos Fuentes, écrivain et intellectuel, mexique César Gaviria, ancien président de la colombie Ernesto Zedillo, ancien président du mexique Fernando Henrique Cardoso, ancien président du brésil (président de la commission) George Papandreou, premier ministre de la grèce George P. Shultz, ancien secrétaire d’État, États-unis (président honoraire) Javier Solana, ancien Haut représentant de l’union européenne pour la politique étrangère et la politique de sécurité commune, espagne John Whitehead, banquier et fonctionnaire, président de la World trade center memorial Foundation, États-unis Kofi Annan, ancien Secrétaire général des nations unies, ghana Louise Arbour, ancienne Haut commissaire des Nations unies au Haut commissariat aux droits de l’homme, présidente de l’international crisis group, canada Maria Cattaui, membre du......

Words: 12632 - Pages: 51

Free Essay

Architecure, Ville Et Loisirs

...du premier parc Luna Park Dreamland Un modèle pour New York 2 3 II. Vers un impact croissant du divertissement sur la ville A. B. C. D. E. F. Première application Une exposition qui retrace cette évolution Les expositions universelles, premiers parcs d'attractions ? Vers une ville de loisirs Las Vegas Dubaï 7 III. Des parcs d'attractions au cœur de la ville A. Disney B. Val d'Europe 10 C. Vers un investissement des villes D. Les zones en question E. Une tendance qui va au-delà du territoire américain Conclusion Bibliographie Annexe 13 14 15 1 Introduction L'envie de se divertir est un comportement commun à tous. Chaque époque et chaque peuple a ses divertissements : jeux, fêtes, musiques, danses... Autant de loisirs qui caractérisent et qui distinguent les cultures. Mais sans doute n'ont ils jamais eu autant d'importance que dans nos sociétés modernes, où les individus ne cherchent plus uniquement à s'accomplir par leur travail, qui devient parfois un simple moyen, mais par leurs loisirs. Le terme «divertissement» est employé comme une occupation qui écarte, qui détourne l’être humain des pensées angoissantes, comme la mort, et des problèmes qui devraient le préoccuper. Le loisir, qui vient du verbe latin licere, être permis, est un temps de liberté, où l'on a permission d'agir ou de ne pas agir, de faire ce que l'on veut1. La différence est donc de mise, puisque le divertissement implique simplement de de ne pas penser aux problèmes, ce......

Words: 5740 - Pages: 23

Free Essay

Identité Québécoise Et Accommodements Raisonnables

...Mémoire à la Commission Bouchard-Taylor Guy Durand septembre 2007 Identité québécoise et accommodements raisonnables RÉSUMÉ (2 pages) L'histoire, la culture et l'identité du Québec sont marquées, non seulement par la langue française, mais aussi par la tradition et la culture chrétiennes. Le respect et la promotion de cette identité remet en cause la pratique actuelle des "accommodements raisonnables". Cette thèse repose sur l'analyse de trois notions: la laïcité, l'intégration citoyenne et les droits de la personne. I - La culture et l'identité du Québec La notion de culture et d'identité Au sens social, par opposition à la culture personnelle (humaniste ou/et scientifique), la culture est cet ensemble de valeurs, de normes, de symboles, d'institutions et d'artéfacts qui caractérisent un groupe ou un peuple. Elle comprend donc de multiples aspects qu'il est opportun de détailler: langue, institutions, valeurs, paysage architectural, paysage artistique, toponymie, rythme du temps. La culture chrétienne Au Québec, cette culture et cette identité ont été forgées et restent largement marquées par la tradition judéo-chrétienne. Le fait est indéniable, en dépit des critiques que l'on peut faire à l'Église catholique. Les valeurs chrétiennes (ou les valeurs développées par le christianisme) sont devenues les valeurs communes dont on a oublié l'origine. C'est dire que tous les aspects de la culture, signalés précédemment, en portent la marque. L'ouverture au monde......

Words: 9535 - Pages: 39

Free Essay

Les Enjeux Des Jeux Olympiques

...OLYMPIQUES [pic] sommaire : Introduction I - Le fonctionnement et l’évolution des Jeux II - Des enjeux économiques III - Des enjeux politiques IV – La dérive de l’olympisme Conclusion [pic] Introduction [pic] Les Jeux Olympiques sont devenus le plus grand événement sportif de notre époque. Des athlètes du monde entier y participent. Leurs exploits sont suivis, de près ou de loin, par des centaines de millions de spectateurs. Les cinq anneaux représentés sur le drapeau olympique symbolisent cette rencontre des cinq continents. Les jeux Olympiques regroupent les Jeux de l’Olympiade (Jeux d’été) et les Jeux d’hiver. Le mot Olympiade désigne la période de quatre ans qui sépare chaque édition des Jeux d’été. Si au début les Jeux d’été et d’hiver avaient lieu la même année, depuis 1992 un intervalle de deux ans les sépare. Mais ils continuent d’être organisés respectivement tous les quatre ans. Aux Jeux d’été, les athlètes pratiquent une grande variété de compétition sur piste, sur route, sur gazon, dans l’eau, sur l’eau, … Aux Jeux d’hiver, les épreuves se font sur la neige et sur la glace. Originellement tenus en Grèce antique, ils ont été mis au goût de l’époque et réintroduits par le baron Pierre de Coubertin à la fin du XIXème siècle. Dans ce but il fonde à Paris en 1894 le Comité International Olympique (CIO), comité qui en 1896 organise à Athènes les premiers JO de l’ère moderne. Pierre de......

Words: 5366 - Pages: 22

Free Essay

Djcauxde Report

...2013 2014 623,6 630,0 Mobilier Urbain Europe* 374,9 Mobilier Urbain 27.2% 374,9 62,3% 391,0 62,7% 408,0 62,3% 391,0 62,7% 408,0 64,8% 64,8% 170,6 28,3% 170,2 27,3% 175,7 28,3% 170,2 27,3% 175,7 27,9% 27,9% 9,4% 62,4 10,0% 46,3 62,4 10,0% 46,3 7,3% 7,3% 38,4% 16,3% Transport 170,6 Asia-Pacific 23.3% Transport Affichage 56,7 Affichage Le chiffre d’affaires ajusté du Mobilier Urbain s’établit à 1 275,7 millions d’euros, en augmentation de 7,0 %. A périmètre et taux de change constants, la croissance est de 4,3 %. 9,4% 2012 2014 En 2014, le chiffre d’affaires ajusté du Groupe s’élève à 2 813,3 millions d’euros, en croissance de 5,1 % par rapport à 2013. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d’affaires ajusté est en hausse de 3,8 %. 56,7 2012 2013 2013 2014 300 250 350 319,3 300 250 351,6 319,3 334,9 2014 La marge opérationnelle ajustée (1) du Groupe s’établit à 630,0...

Words: 147140 - Pages: 589

Free Essay

Le Figaro Étudiant

...Des mastères spécialisés dédiés à la double compétence. PAGE 2 Plus de 6000 spécialités proposées à l’université PAGE 5 Masters « pro » Palmarès Institut Trendence PAGE 6 Les futurs managers plébiscitent LVMH, L’Oréal, BNP Paribas, et les élèves ingénieurs EADS ou Thales. Masters, MSc, mastères spécialisés LE GUIDE 2011 ‘‘ À quoi ressemble l’entreprise de demain ? uel type d’entreprise plébiscitent les étudiants ? Dans quel environnement souhaitent-ils évoluer une fois leur formation terminée ? Une étude de Deloitte réalisée auprès de 400 jeunes d’écoles de commerce, d’ingénieurs ou d’universités dresse le portrait-robot de « l’entreprise de demain ». Selon eux, celle-ci doit être grande – mais pas immense, c’est-à-dire entre 200 et 5 000 personnes -, internationale - mais pas mondiale -, avec une organisation propre à chaque pays, histoire de maintenir la notion de proximité, et plutôt installée dans une métropole. Dans quel environnement de travail s’épanouiraient le mieux ces jeunes actifs de la génération Y, que les DRH ont toujours tant de Q Elle doit être grande – mais pas immense –, internationale – mais pas mondiale. mal à cerner ? À une écrasante majorité (96 %), ils disent vouloir bénéficier d’une flexibilité entreprise-domicile en termes de lieu de travail et optent pour exercer leur profession en nomades (65 %). Le travail en équipe est aussi largement plébiscité par 90 % des répondants, tout comme la polyvalence des tâches (au......

Words: 6729 - Pages: 27

Free Essay

Overcrowding Situation

...Décentralisation au Burkina-Faso : une approche en économie institutionnelle Thèse présentée à la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Fribourg (Suisse) par Abraham KY du Burkina-Faso pour l’obtention du grade de Docteur ès sciences économiques et sociales Acceptée par la Faculté des sciences économiques et sociales le 18.02.2010 sur proposition de Monsieur Prof. Bernard Dafflon (premier rapporteur) et Monsieur Prof. Thierry Madiès (deuxième rapporteur) Fribourg 2010 « La faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Fribourg (Suisse) n’entend ni approuver, ni désapprouver les opinions émises dans une thèse : elles doivent être considérées comme propres à l’auteur (Décision du Conseil de Faculté le 23 janvier 1990). » Dédicace A feue Sima Catherine, ma chère maman qui est partie dix jours exactement après la soutenance publique de cette thèse. Naan, tu peux reposer en paix, ta foi et ta générosité naturelle, ton humilité et ton intégrité forment un legs incommensurable. Ce legs-là, constituera pour moi un horizon indépassable tout au long de ce pèlerinage sur cette terre d’exil ! Remerciements Pour deux raisons au moins, je me dois d’adresser mes premiers mots, chaleureux et de grande reconnaissance, au Prof. Bernard Dafflon, titulaire de la Chaire de finances publiques et de gestion des politiques publiques. La première raison tient en l’éthique de ce dernier, son éthique de l’humain d’où qu’il vienne. En effet, alors......

Words: 96283 - Pages: 386

Free Essay

Accor

...NOUVELLES AMBITIONS POUR L’HÔTELLERIE LES SERVICES — SOMMAIRE 01 MESSAGE DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL 05 INTERVIEW DU VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION 06 FONCTIONNEMENT DES ORGANES SOCIAUX 08 CONSEIL D’ADMINISTRATION 10 COMITE EXÉCUTIF AU 31 DÉCEMBRE 2009 12 CHIFFRES CLÉS 2009 2009, CRISE, RÉACTIVITÉ ET PERSPECTIVES 16 BEST OF 2009 18 01 — LE MONDE BOUGE, ACCOR ANTICIPE 56 04— AU SERVICE 58 60 DES COLLABORATEURS GARANTIR LES FONDAMENTAUX, PROTÉGER ET PARTAGER L’ESSENTIEL ACCOMPAGNER LES MUTATIONS DU GROUPE 20 22 ACCOR POURSUIT SA TRANSFORMATION ACCOR S’ADAPTE AU CONTEXTE ÉCONOMIQUE 24 02 — SE DÉVELOPPER 26 28 30 32 POUR PRÉPARER L’AVENIR DÉVELOPPEMENT : ACCOR RÉSISTE BIEN UN DÉVELOPPEMENT BASÉ SUR L’« ASSET RIGHT » ACCOR SERVICES : UNE DYNAMIQUE QUI NE SE DÉMENT PAS LES PRODUITS PHARES DE ACCOR SERVICES 64 05— DÉVELOPPEMENT DURABLE 67 AGIR POUR LE BIEN-ÊTRE DES HOMMES 70 PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT 73 FONDATION ACCOR 74 ACCOR, 42 ANS DE CONQUÊTE 34 03 — L’INNOVATION 36 40 42 44 46 2010, NOUVELLES AMBITIONS POUR L’HÔTELLERIE ET LES SERVICES 82 86 88 92 ENTRETIEN AVEC GILLES PÉLISSON COMITÉ EXÉCUTIF DE L’HÔTELLERIE ENTRETIEN AVEC JACQUES STERN COMITÉ EXÉCUTIF DES SERVICES AU SERVICE DES VENTES ACCOR SERVICES : COMPÉTITIVITÉ ET VIRAGE TECHNOLOGIQUE MIEUX SÉDUIRE NOS CLIENTS UNE STRATÉGIE EFFICACE DE VENTE EN LIGNE PROXIMITÉ ET RÉACTIVITÉ COMMERCIALES LE CARNET DES MARQUES HÔTELIÈRES 94 ANNEXE : LES INDICATEURS DE......

Words: 38420 - Pages: 154

Free Essay

Amélioration Des Activités D’exportation Des Pangasius de La Société Anonyme Hung Vuong

...UNIVERSITÉ DES SCIENCES ÉCONOMIQUES DE HO CHI MINH VILLE FACULTÉ DE COMMERCE – TOURISME – MARKETING MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES SUJET: AMÉLIORATION DES ACTIVITÉS D’EXPORTATION DES PANGASIUS DE LA SOCIÉTÉ ANONYME HUNG VUONG Tuteur : Master TRỊNH MINH HIỀN Étudiante : HỒ LÊ BẢO LINH Classe : COMMERCE EXTÉRIEUR 4 Promotion : 33 (2007- 2011) HO CHI MINH VILLE – MAI 2011 REMERCIEMENTS Je tiens tout d’abord à remercier tous les professeurs de l’Université des Sciences Économiques qui m’ont fourni des connaissances de base pendant mes 4 années d’études à l’Université. J’adresse particulièrement mes remerciements à Monsieur Trịnh Minh Hiền, mon tuteur, qui m’a donné des remarques et des suggestions précieuses pour la réalisation de ce mémoire. Je tiens également à remercier Madame Nguyễn Thị Minh, mon professeur de français de m’avoir soutenu pendant 3 dernières années d’études grâce auquel je peux obtenir des connaissances de base sur la langue française et particulièrement le français des affaires. Je me permets d’exprimer ma gratitude profonde aux employés de la société anonyme Hung Vuong, surtout à Monsieur Văn Anh Kiệt, chef du Département de Commerce, qui m’a fourni des informations importantes sur la situation actuelle des activités d’exportation de l’entreprise. Mes remerciements sont adressés finalement à tout ceux qui, d’une manière ou d’autre, m’ont aidé tout au long de ma recherche. HỒ LÊ BẢO LINH REMARQUES DU TUTEUR ............................

Words: 21222 - Pages: 85

Free Essay

France Brazil Business Overseas

...brésilien Peut-on «gérer» de la même façon des personnes de nationalités différentes dans une entreprise multiculturelle ? L’exemple des Français et des Brésiliens Par Elizabeth Borghino Master 2 Gestion de Ressources Humaines et des Compétences Sous la direction de M. Ewan OIRY | | SOMMAIRE Remerciements 6 INTRODUCTION 8 Méthodologie utilisée pour le questionnaire et le choix des personnes interrogées 10 Le choix du Brésil 15 I. Rapprochements et affinités entre la France et le Brésil 16 1.1. Le Brésil et la France à la même échelle 16 1.2. Données géographiques, économiques et sociales en quelques chiffres 17 1.3. Présence des entreprises françaises au Brésil 18 1.4. La France et le Brésil : une amitié de longue date construite par l’Histoire 19 1.5. La chute de l’influence portugaise au Brésil 20 1.6. L’origine de la devise du drapeau Brésilien et l’influence du Positivisme 21 II. La formation du Peuple Brésilien 22 2.1. Les facteurs de composition d’un pays : influence directe dans la gestion des entreprises 22 2.2. Traits de caractère du peuple brésilien dans l’analyse de la culture organisationnelle Brésilienne 22 2.3. La forte domination des classes supérieures au Brésil 23 2.4. La structure patriarcale de la société brésilienne 24 2.5. La tendance au......

Words: 30938 - Pages: 124

Free Essay

Le Marché Du Parfum

... ……………..p.6 A. Marché de l’homme B. Marché femme C. Marché enfant D. Marché luxe 2. Concurrence………………………………………………………………………………………………………………… ………p.7 A. Concurrence direct B. Concurrence indirect III- La demande…………………………………………………………………………………………………… ... p.11 1. Parfum en général……………………………………………………………………………………………………… …… p.11 2. Parfum des hommes……………………………………………………………………………………………………… … p.12 3. Parfum des femmes……………………………………………………………………………………………………… …. p.13 4. Parfum des enfants et adolescents………………………………………………………………………………….. p.14 IV- La distribution……………………………………………………………………………………………… …. p.23 V- Communication……………………………………………………………………………………………… …p.27 VIRèglementation………………………………………………………………………………………… ………p.28 Bibliographie…………………………………………………………………………………………… …………….. p.30 Introduction Le parfum, produit de l’industrie du luxe, occupe une place importante dans la consommation aujourd’hui. Depuis son apparition, le marché des parfums n’a cessé d’innover pour répondre aux attentes des consommateurs. Si son usage s’est démocratisé au fil du XXème siècle, il reste considéré comme un produit de luxe. Autrefois alimenté par la consommation ordinaire de gens exceptionnels, le luxe se nourrit aujourd’hui de la consommation exceptionnelle de gens ordinaires. Dans la gestion de son portefeuille de marques, chaque groupe cherche à trouver le dosage idéal entre parfums féminins et masculins, grands classiques et nouveautés, jus grand public à large spectre et......

Words: 7685 - Pages: 31