Free Essay

Droit Des Entreprises En Difficulté

In: Other Topics

Submitted By Oelitiana
Words 3143
Pages 13
CAD Droit : Droit des entreprises en difficulté

Sujet 1 : La prévention des difficultés des entreprises

Loi de juillet 2005 et ordonnance de 2008 réforment le droit des entreprises collectives telle qu'il était connu depuis 84 et 85, modifié en 94. La loi de 2005 : pivot du droit des entreprises en difficulté. Idée : observer que l'essentiel des procédures de redressement judiciaire antérieure à la loi était transformée en liquidation judiciaire. Constat d'échec dans des proportions conséquentes. C'est pourquoi en 2005, le législateur décide de mettre l'accent sur la prévention des difficultés et non le traitement. Souci de satisfaire de manière équitable les parties prenantes. Mais surtout objectif principal : maintenir l'activité et l'emploi.

Procédures de prévention : en théorie on parle des procédures qui interviennent avant la cessation des paiements. La conciliation néanmoins peut se situer après (règle des 45 jours). La sauvegarde permet à la demande du débiteur d'ouvrir une procédure collective avant la cessation des paiements. Cette prévention est difficile à circonscrire et à attribuer à telle ou telle procédure.

« Mieux vaut prévenir que guérir » : la détection des difficultés de l'entreprise

A) Des obligations d'information au service de la détection des entreprises

1- Les obligations d'information imposées aux entreprises

Obligations comptables : dépôt des comptes annuels, publicité devant l'AG, dépôt au greffe d'un certain nombre de documents comptables. Il faut pouvoir exercer une contrainte sur le débiteur. Elles peuvent faire l'objet d'une condamnation pénale en cas d'omission ou de fausse comptabilité. Ces obligations : inventaire, comptes annuels (bilan, compte de résultat...).
Obligation également de transmettre à l'administration certains documents. Publicité des créances fiscales impayées : les administrations financières (fiscale, douanière..) vont suivre la santé économique de l'entreprise qui leur doit de l'argent sur la base de leurs bénéfices. La puissance publique garde ainsi un œil sur ces entreprises.

2- Les procédures d'alerte

On peut distinguer celles qui émanent d'organes internes et celles qui émanent d'organes externes.. Ces procédures interviennent avant l'ouverture d'une procédure collective. Informe le dirigeant sur les difficultés à venir de nature à compromettre la poursuite de l'activité ou de nature à mener à la cessation des paiements. Idée : détecter au plus tôt les difficultés de l'entreprise pour multiplier les chances de redressement de l'entreprise.

Organes internes :- procédure d'alerte du CAC, qui relève de son devoir. Il doit alerter le dirigeant sur tout fait de nature à compromettre la continuité de l'exploitation. droit d'alerte du comité d'entreprise et des représentants du personnel, il faut éviter que ces alertes soient intempestives et la jurisprudence a rappelé la nécessité que les difficultés aient un caractère grave et sérieux. Faits de nature à affecter de manière préoccupante la situation de l'entreprise (L2323-78 Code travail). Employeur a l'obligation de répondre, sans quoi il se rend coupable d'un délit d'entrave. Droit d'alerte des associés ou actionnaires : transmise au CAC

Alertes externes :- président du Tcommerce.

B) Le pouvoir de contrainte du juge en matière de détection des difficultés des entreprises

Loi de 2005 a renforcé le contrôle du juge

1- Pouvoir légal de contrôle renforcé depuis 2005

Il s'agit d'identifier les entreprises en difficulté le plus tôt possible grâce a une information la plus complète possible afin de donner la possibilité au juge de s'auto-saisir. L611-2 Ccommerce : précise 3 choses : Le tribunal a le droit de convoquer à un entretien le chef d'entreprise, mais pas de pouvoir coercitif pour le juge, il ne peut pas l'obliger à se présenter. Cependant, qu'il vienne ou non, le président du TC peut obtenir communication de tous les renseignements qu'il souhaite sur la santé de l'entreprise auprès du CAC, de l'administration, des banques... Possibilité pour le président d'adresser une injonction de présentation des comptes au chef d'entreprise, à bref délai et sous astreinte.

2- Un pouvoir conforté par la jurisprudence

Cass com, 15 janvier 2013 : arrêt de rejet d'une demande de renvoi d'une QPC au Cconstit. La QPC a conduit à une évolution récente du droit des procédures collectives. Cette demande portait sur une demande d'examen de L611-2 Ccommerce que le demandeur jugeait contraire à la Constitution et à la liberté d'entreprendre, au motif que l'article ne respectait pas le secret professionnel (astreinte de publication). La cdc° a considéré que le motif n'était pas invoqué à juste titre et que ces obligations de L611-2 ne portaient pas atteinte à la liberté d'entreprendre du point de vue du respect du secret professionnel.
.
Autre QPC sur l'auto-saisine du juge : Cconstit, 7 décembre 2012, n°2012-2-1867. Le Cconstit retient l'inconstitutionnalité de l'auto-saisine du juge dans le cadre du redressement judiciaire. Inconstitutionnalité de L631-5 Ccommerce, car méconnaissance de l'article 16 de la DDHC de 1789 : principe d'impartialité. L'article soumet la saisine à deux conditions : motif d'intérêt général (ce que le Cconstit a jugé rempli), et offrir des garanties propres à respecter le principe d'impartialité. Mais contradictoire que le juge demande la mise en redressement d'une entreprise et soit de fait, juge et partie. L'article a, par conséquence, été supprimé. Et il change la structure du droit des entreprises en difficulté par cette suppression : le juge n'est plus la personne la plus à même pour se saisir de la question. Problème de procédure qui est facile à corriger : il suffirait que le juge qui demande le redressement, ne siège pas ensuite dans le cadre de la procédure.

La recherche d'une solution

A) La conciliation : un dispositif renforcé

1- La recherche d'une solution extra-judiciaire aux difficultés de l'entreprise

Mandat ad hoc : débiteur demande au président du tribunal de nommer un mandataire, extérieur à l'entreprise, qui a un rôle de conseil dont le périmètre est défini par le président du TC.

La conciliation remplace le règlement amiable depuis 2005. C'est une procédure extra-judiciaire, elle échappe au juge et au TC. Il s'agit pour le débiteur de réunir ses créanciers, de discuter et de négocier avec eux des remises de dette, des abandons de sûretés, des cessions de rang... L'intérêt des créanciers est de faciliter le redressement de l'entreprise pour à terme récupérer leur créance. Ces créanciers ont donc un intérêt à négocier en amont avec le débiteur, surtout que cette procédure ne fait pas l'objet d'une publicité : donc confidentialité des affaires intéressante. Par ailleurs, cette conciliation est attractive car permet au débiteur de garder la main sur la gestion de l'entreprise. Autre avantage : le législateur de 2005 décide que les poursuites du créancier pourront être suspendues au cas par cas, mais il n'y a pas de suspension générale des poursuites.

2- L'innovation de la loi de 2005 : l'homologation de l'accord et ses effets

Les parties à la conciliation peuvent demander au juge d'homologuer l'accord ou de le constater. Homologation : avantages → privilège de new money, interdit la remontée de la cessation des paiements avant, interrompt toute action en justice pour les créances qui constituent l'objet de l'accord homologué ; inconvénient majeur → publicité. Objectif du législateur : faire de la conciliation une procédure attractive pour le débiteur, pour le créancier (new money, période suspecte ne court pas avant le jugement d'homologation). Le juge doit également vérifier que l'homologation ne portera pas atteinte aux intérêts des autres créanciers.

B) La procédure de sauvegarde

1- Une innovation au cœur de la réforme de 2005

Seul le débiteur peut demander l'ouverture d'une procédure de sauvegarde, alors que les créanciers et le président du TC peuvent demander l'ouverture du redressement. Idée : inciter le débiteur à se saisir des pbs de l'entreprise avant que les difficultés ne soient avérées. Attractivité par le fait que le débiteur est maintenu.

2- Une attractivité améliorée suite à l'ordonnance de 2008

Ordonnance de 2008 : sur le constat de l'échec de la procédure de sauvegarde, le législateur a tenté de renforcer l'attractivité en rassurant le dirigeant d'entreprise sur le fait qu'il garde les commandes. Par ailleurs, modification de L620-1 Ccommerce : avant 2008, la notion de cessation des paiements était intégrée dans la définition de la sauvegarde (difficultés de nature à mener à une cessation des paiements) ; avec l'ordonnance, on a supprimé la mention « de nature à mener à la cessation des paiements », donc ouverture des cas d'ouverture d'une sauvegarde. Risque : recours abusif à la procédure. Mais le législateur a estimé que c'est un risque limité puisque le débiteur se retrouve dans une situation qui porte préjudice malgré tout à l'entreprise.

Sujet 2 : Que peut le droit pour sauver les entreprises ?

Destruction créatrice (concept de Schumpeter) : dans une économie libérale concurrentielle, la vie économique est animée par des morts et des naissances. Et sur un marché, il est normal et sain qu'un acteur en situation de monopole, ou simplement avantageuse se fasse dépasser par un acteur émergent. Il est normal que dans une économie concurrentielle, des entreprises disparaissent et d'autres apparaissent. Le droit des entreprises en difficulté s'intéressent à celles qui disparaissent. Ce droit doit organiser cette disparition, organiser le traitement des créanciers, mais deux nouveaux objectifs : maintenir l'activité et maintenir l'emploi. Et donc empêcher la disparition des entreprises. Mais n'est-il pas nécessaire de laisser certaines entreprises disparaître ?

Ce que veut le droit

A) Perspectives historiques : de la sanction du débiteur défaillant à la sauvegarde de l'emploi

1- Les prémisses d'un droit des procédures collectives

Le Marchand de Venise, Shakespeare : un créancier avide souhaite récupérer son dû et punir lui même le débiteur fautif. Cf citation. Lorsque Shakespeare écrit cette pièce, la banqueroute entraîne une privation de liberté du débiteur et le droit a une fonction essentielle qui est de punir le débiteur fautif, considéré comme tel dès lors qu'il n'honore pas ses engagements.
Sévérité qui tient à des questions morales et à un début de rationalité économique : éviter les faillites en cascade. Si un débiteur fait défaut, ses créanciers risquent également d'être en cessation de paiement. Cette punition joue un rôle dissuasif.
Irrationalité cependant puisque le débiteur fautif, une fois en prison ne pourra rien entreprendre. Et freine l'activité économique : dissuasion . Trouver un bon dosage entre punition et le fait de permettre au débiteur de recréer quelque chose est nécessaire pour le législateur.
Dès le M-A, on a des procédures qui s'apparentent aux procédures collectives qui interdit au commerçant d'agir librement sur ses biens et les créanciers d'agir individuellement pour obtenir le paiement de leur dû. Discipline collective : paiement au prix de la course, paiement au marc-le-franc (si l'actif est insuffisant pour satisfaire tous les créanciers, il sera réparti proportionnellement aux créances que chacun détient sur le débiteur). L'actif du débiteur est le gage commun des créanciers : tous les créanciers ont droit à une partie de cet actif. Objectifs : punition, préservation de l'actif, traitement des créanciers.

B) Perspectives contemporaines

1- Objectifs du législateur en contexte de crise

Loi du 25 janvier 1985. Objectifs : sauvegarde de l'entreprise, maintien de l'emploi et de l'activité, apurement du passif. On va au delà des objectifs historiques. Le législateur a tenté de faire du droit des entreprises en difficulté un outil de politique économique pour maintenir l'emploi et favoriser l'activité économique.
Loi 2005 : rappelle ces principes mais désormais ce droit s'applique à tous les professionnels et à tous les indépendants, ainsi qu'à l'EIRL, et toutes les personnes morales de droit privé. C-a-d tous les acteurs privés de l'activité économique. Mais une entreprise publique peut également être soumise au droit des entreprises en difficultés (ex unique de Seafrance).

2- Le rang attribué aux créances traduit les priorités du législateur

L641-13 Ccommerce : 1°Créances salariales (créanciers super-privilégiés) 2°Sommes engagées pour les besoins du déroulement de la procédure 3° Administration fiscale et Sécu 4° New Money (argent frais dans le cadre de la conciliation) 5° Créances postérieures (argent frais dans le cadre de la procédure collective, postérieurement au jugement d'ouverture de celle-ci) 6° Créances assorties de sûretés ( !créances assortie de sûreté immobilière passent avant les créances postérieures) 7° Créanciers chirographaires
Dettes connexes peuvent être réglées avant l'issue de la procédure et les petites créances seront payées à échéance.

Le législateur commence par se servir : les administrations fiscales et les besoins de la procédure. Ensuite, on observe qu'il soutient la recherche d'une solution en favorisant les créanciers postérieurs et la créance de new money. Et enfin, il va respecter l'ordre traditionnel de l'ordre des créances : respect des conventions en ce qu'il va favoriser certains créanciers munis de sûretés et va diminuer les chances des créanciers chirographaires de récupérer leur créance.

Finalement, le détenteur du droit de rétention dispose du meilleur moyen de pression pour récupérer sa créance en détenant physiquement un actif du débiteur et ce droit de rétention porte atteinte au principe suivant lequel les actifs du débiteur constituent le gage commun de ses créanciers.

3- Vestiges de la sanction

Le débiteur en cessation de paiement voit sa capacité juridique amputée d'un certain nombre de droits : il ne peut plus exercer à titre indépendant l'activité d'entrepreneur. Dans certains cas, sanctions pénales pour des infractions ou des délits : délit de banqueroute, détournement d'actif, paiement interdit... Délit de banqueroute : avoir fait des achats en vue d'une revente en dessous du cours, avoir agi par des moyens ruineux pour se procurer des fonds afin de retarder l'ouverture de la procédure, avoir détourné ou dissimulé tout ou partie de l'actif du débiteur, avoir frauduleusement augmenté le passif du débiteur

Ce que peut le droit

A) Imposer une discipline collective

1- L'interdiction des poursuites individuelles

Du côté des créanciers, L622-21, l'interdiction des poursuites et l'interruption de toute action en justice pour recouvrement de créance. Également : déclaration des créances est une obligation dont le défaut était puni avant la loi de 2005, d'une disparition de la dette, depuis 2005, la créance est simplement inopposable à la procédure. Arrêt du cours des intérêts (L622-28), arrêt des inscriptions de sûretés, nullité de la période suspecte. Sûretés : article 287 Ccivil → le droit des sûretés s'efface devant le droit des procédures collectives. Pendant la période d'observation et d'exécution du plan, les poursuites contre la caution peuvent être suspendues pour les besoins de la procédure collective. Article 2314 Ccivil : bénéfice de subrogation, si le créancier n'a pas déclaré sa créance, il a fait perdre à la caution la possibilité d'un recours contre le débiteur. Le juge va reconnaître ce bénéfice de subrogation à la caution qui va pouvoir se retourner contre le créancier n'ayant pas inscrit la créance à la procédure, et pour cela il faut qu'il y ait une vraie perte de chance (si le débiteur dispose tout de même d'un actif à l'issue de la procédure).

Du côté du débiteur, interdiction de payer toute créance antérieure. Objectif : égalité de traitement entre les créanciers et préservation de l'actif, gage commun des créanciers. Tempéraments à cette interdiction : dettes connexes, créances postérieures, petites créances, créances sur des contrats en cours (L622-13).

2- La poursuite de l'activité

L622-13 permet au débiteur de choisir de continuer ou non des contrats quand bien même le débiteur n'aurait pas honoré ses créances avant le début de la procédure. L'administrateur, pour le bien de l'entreprise peut décider de poursuivre l'exécution du contrat sans donner le choix au cocontractant sous la condition d'être en mesure de payer le cocontractant, mais les impayés antérieurs à la procédure sont des créances antérieures qui doivent être déclarées. En revanche, les paiements postérieurs doivent être fait à l'échéance. Si le débiteur ne peut plus honorer sa part du contrat, les impayés sont considérés comme des créances antérieures/postérieures ?

L622-17.

3- La préservation de l'actif

Le législateur a mis en place un grand nombre d'organes qui signalent une forme de fébrilité et emportent une complexité du droit des ED.
Juge-commissaire : chargé de veiller à la rapidité de la procédure et à la protection des intérêts en présence. Nommé parmi les membres du tribunal.
Administrateur judiciaire : dans le cadre du redressement, il est aux commandes de l'entreprise.
Mandataire judiciaire : représentant des créanciers.
Mandataire ad hoc et conciliateur : cf plan.
Contrôleurs : choisi parmi les créanciers qui contrôleront les décisions de l'administrateur.
Depuis 2005 : comité des créanciers et comité des fournisseurs.

Nullités de la période suspecte : nullité de plein droit pour les actes translatifs de propriété à titre gratuit par ex, idée de favoriser certains créanciers ; nullité facultative à la souveraine appréciation du juge qui touche les actes du débiteur passés à l'approche de la cessation des paiements.

Affaire Petroplus : raffinerie en difficulté, et une banque a vidé un compte pour se servir peu de temps avant l'ouverture de la procédure. Le président de la R s'est saisi du sujet et a proposé de légiférer en urgence pour combler cette lacune du droit des entreprises en difficulté et la loi Petroplus du 12 mars 2012 est venue autoriser la prise de mesures conservatoires dans le cadre d'action en extension pour confusion des patrimoines ou fictivité de la personne morale. Le demandeur a ce type d'action va pouvoir demander à ce que des mesures conservatoires puissent être prises sur le patrimoine des personnes pour lesquelles l'extension est demandée. Concerne les actes qui permettent à un créancier de se servir avant le jugement du fait de l'influence sur les dirigeants. Avec cette loi, il est possible de distinguer les personnes, et le demandeur peut mettre à l'abri une partie de l'actif pour s'assurer de sa préservation dans le cadre de cette loi.

B) Inciter le débiteur à traiter lui-même les difficultés

1-La sauvegarde et la conciliation : procédures phares de la réforme de 2009

Sauvegarde : en laissant un maximum de pouvoirs au débiteur, le législateur encourage une certaine autonomie de l'entreprise en traitant ses difficultés. Le législateur va encourager la découverte d'une solution amiable aux difficultés de l'entreprise. Autre innovation de la loi de 2005 : création des comités de créanciers dans les grandes entreprises. Le législateur encourage l'administrateur / débiteur à aller négocier avec ses créanciers pour trouver une solution, et donc un plan de sauvegarde. Le tribunal viendra par la suite valider l'accord adopté par les comités de créanciers et de fournisseurs. Le juge du TC intervient pour entériner un accord négocié à priori par le débiteur.

2- La condamnation de l'autosaisine du juge : signe d'un désengagement ?

Questions sur les Tcommerce : Montebourg a signé en 98 un rapport sur les TC, l'inspection générale des finances a rédigé un rapport en janvier et la Chancellerie organise actuellement des consultations pour identifier d'éventuelles réformes des TC. Le juge consulaire est une institution largement critiquée, par conséquent, la critique conduit à se poser la question de la capacité de l'administration judiciaire à appréhender les difficultés des entreprises. Pb se pose sur leurs compétences, et lorsqu'il est mobilisé sur un problème complexe avec, par ex, des produits dérivés, des montages financiers complexes... Ex récent : controverse sur la capacité d'un TC à traiter la procédure collective de l'entreprise « Doux ». Solution proposée : allier juges professionnels et juges issus de la vie économique, mais critiquée par les juges consulaires. Autre idée : créer des pôles spécialisés pour traiter les affaires les plus complexes.

Sujet 3 : Le législateur face à la fin de vie des entreprises : soins palliatifs ou acharnement thérapeutique ?

Similar Documents

Free Essay

Essay

...regroupant 185 pays, dont le rôle est de « promouvoir la coopération monétaire internationale, de garantir la stabilité financière, de faciliter les échanges internationaux, de contribuer à un niveau élevé d’emploi et à la stabilité économique et de faire reculer la pauvreté. »[1]. Le FMI assure donc la stabilité du système monétaire international et la gestion des crises monétaires et financières. Pour cela, il fournit des crédits aux pays qui connaissent des difficultés financières telles qu'elles mettent en péril l'organisation gouvernementale du pays, la stabilité de son système financier (banques,…), ou les flux d'échanges de commerce international avec les autres pays. Lors d'une crise financière, pour éviter qu’un pays ne fasse « faillite » (c’est-à-dire que ce pays ne puisse plus payer ses dépenses primordiales, comme le paiement des fournisseurs ou des salaire des fonctionnaires), le FMI lui prête de l’argent le temps que la confiance des agents économiques revienne. Le FMI conditionne l’obtention de prêts à la mise en place de certaines réformes économiques. L’institution a été créée en 1944 et devait à l’origine garantir la stabilité du système monétaire international, dont l’écroulement au moment de la Grande dépression des années 1930 avait eu des effets catastrophiques sur l’économie mondiale. Après 1976 et la disparition d’un système de change fixe, le FMI a hérité d’un nouveau rôle face aux problèmes d’endettement des pays en développement et à certaines......

Words: 1694 - Pages: 7

Free Essay

Droit

...------------------------------------------------- Droit de l’entreprise – 2A – semestre 1 Partie I : Quelle forme juridique pour une entreprise susceptible d’employer des managers ? 2 solutions : entreprendre seul ou à plusieurs Chapitre 1 : entreprendre à plusieurs Plusieurs solutions possibles. La plus utilisée : la société. I- Les caractéristiques de la société pluripersonnelle a. Caractéristiques résultant de l’article 1832 du code civil 3 caractéristiques principales : * Au moins 2 personnes qui constituent la société (les associés) * Ils poursuivent un objectif commun * Ils affectent divers éléments à l’entreprise (des apports) qu’ils mettent en commun et concluent un contrat entre eux. i. L’objectif commun La société permet aux associés d’exercer une activité commune, appelée l’objet social de la société. Deux objectifs possibles : faire des bénéfices ou faire des économies. SI l’objectif est de faire des bénéfices, obligation de créer une société. Si l’objectif est la réalisation d’économies, on peut créer 3 structures différentes : * Société * GIE (Groupement d’Intérêts Economiques) : * ses membres doivent exercer une activité économique (impossible pour les particuliers) * l’activité du GIE doit être en lien avec celle de ses membres * son but est de faciliter, développer, améliorer ou accroître l’activité de ses membres * le GIE ne doit pas générer de bénéfices *......

Words: 6672 - Pages: 27

Free Essay

Fiscalité

...Compte des groupes et fiscalité des entreprises. Année 2009-2010 AUD 13.102 Pourquoi l’impôt est levé par l’Etat ? A. La notion d’impôt. Dans la prolifération des prélèvements obligatoires il n’est pas toujours aisé de distinguer l’impôt des autres institutions. La définition traditionnelle que l’on doit à un célèbre professeur du siècle dernier peut s’avérer extrêmement utile pour se retrouver dans le maquis des finances publiques. 1°) La définition de l’impôt. a) La définition traditionnelle de l’impôt. Le professeur Gaston JEZE a proposé une définition de l’impôt qui tend à faire l’unanimité dans la mesure où elle est essentiellement pratique et fonctionnelle, reposant sur cinq éléments. Selon celle-ci on est en présence d’un impôt si : - il s’agit d’une prestation pécuniaire, - elle est requise auprès des membres d’une collectivité publique, Etat ou collectivité territoriale, - elle est perçue par voie d’autorité, - elle est perçue à titre définitif, - elle est perçue sans contrepartie. b) Les exceptions. Parler d’exception serait exagéré. Toutefois le caractère de prestation pécuniaire de l’impôt connaît une particularité que représente une procédure qui date de 1968 et qui nous vient de Grande Bretagne: la dation en paiement. C'est le fait que dans des cas exceptionnels, l’impôt, il s'agit alors des droits de mutation à titre gratuit (succession) peut être acquitté en nature par la remise d'œuvres d'art ou d'objets à haute valeur artistique ou historique.......

Words: 21715 - Pages: 87

Free Essay

Le Ba Ba Des SociéTéS

... B.A BA du droit des sociétés I. - La Distinction entreprise/personne morale/société Ces 3 notions méritent d’être distinguées puisque toutes les entreprises ne sont pas des personnes morales, ni des sociétés (ex. l’entreprise individuelle n’est ni une personne morale, ni une société) ; toutes les personnes morales ne sont pas des entreprises, ni des sociétés (ex. un syndicat est une personne morale mais ni une entreprise, ni une société) ; toutes les sociétés n’ont pas la personnalité juridique (ex. société en participation) mais le plus souvent elles entrent toutes dans la famille des entreprises (sauf voir plus loin arrêt de la CJCE). A. L’entreprise L’entreprise n’a pas de définition légale, elle n’est pas un sujet de droit en tant que telle. Elle n’acquiert la personnalité juridique que si elle adopte une structure juridique, notamment si elle est exploitée sous la forme sociétaire et si elle est immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS). Néanmoins, si la loi ne définit pas l’entreprise, elle n’en ignore pas l’existence. En effet, de nombreux textes font référence à la notion d’entreprise (ex. art.L.110-1 du code de commerce sur les actes de commerce en entreprise, ord.22/02/45 sur le comité d’entreprise, loi du 12/07/85 sur l’entreprise unipersonnelle à responsabilité, loi du 2/08/05 en faveur des petites et moyennes entreprises …). Faute de définition légale, on se réfère à des définitions économiques. La CJCE adopte une......

Words: 6228 - Pages: 25

Free Essay

Chartes Onu Sur L'Ingérence

...Les buts des Nations Unies sont les suivants : 1. Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d'écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d'agression ou autre rupture de la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l'ajustement ou le règlement de différends ou de situations, de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix; 2. Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde; 3. Réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d'ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire, en développant et en encourageant le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion; 4. Être un centre où s'harmonisent les efforts des nations vers ces fins communes. Article 2 L'Organisation des Nations Unies et ses Membres, dans la poursuite des buts énoncés à l'Article 1, doivent agir conformément aux principes suivants : 1. L'Organisation est fondée sur le principe de l'égalité souveraine de tous ses Membres. 2. Les Membres de l'Organisation, afin d'assurer à tous la jouissance des droits et......

Words: 1562 - Pages: 7

Free Essay

Economie Ilegale

...Nous sommes actuellement dans une économie globalisée qui a permis l’essor de diverses activités parallèles illicites comme par exemple l’émergence des mafias et leur développement à l’international, ainsi que la hausse de la contrefaçon notamment pharmaceutique, la cybercriminalité, la criminalité financière et enfin les barons mexicains de la drogue. Ces activités ne sont qu’une part des activités de l’économie illégale. Cependant, nous pouvons nous demander, quels sont les acteurs, quelles sont les institutions impliquées et enfin comment s’intègrent elles dans notre économie mondiale. Tout d’abord, une mafia est une organisation criminelle dont les activités sont soumises à une direction collégiale occulte et qui repose sur une stratégie d’infiltration de la société civile et des institutions. D’après le code de procédure pénal italien, « ceux qui font partie de la mafia se servent du pouvoir du lien associatif, du rapport d’intimidation et de l’omerta qui en dérive pour commettre des délits, d’obtenir la gestion directe ou le contrôle des activités économiques, de concessions, de marchés public ou pour réaliser des profits ». De plus, pour qu’une mafia ou organisation criminelle soit plus efficace, elle s’appuie sur le fonctionnement des Firmes multinationales c’est-à-dire qu’une mafia fait ses activités d’abord localement, pour gagner de l’argent pour ensuite se développer à l’international, en recyclant l’argent gagné dans d’autres activités. ......

Words: 1549 - Pages: 7

Free Essay

Fr Comm

...CHAPITRE 1 MODULE A Texte 1 La présentation de l’entreprise Pulvérix AUTREFOIS (1) 1930. Pierre Favier, ouvrier (2) mécanicien à Paris, met au point (3) un moulin (4) à légumes à main. La même année il présente son premier modèle à la foire (5) de Paris. Devant le succès remporté (6), il prend des risques et fonde (7) sa propre (8) entreprise dans un atelier de 45 m. L’affaire connaît un dévelopement régulier et emploie (9) une vingtaine de personnes à la veille (10) de la Seconde Guerre mondiale. 1952. Louis Favier, qui vient de succéder (11) à son père, adapte le moteur électrique sur les appareils (12) Favier. Cette innovation (13), répondant à un besoin ( 14) réel du marché, entraîne ( 15) un essor (16) rapide de l’entreprise. Cette extension oblige les responsables à prendre deux décisions : d’abord transformer l’entreprise individuelle en Société en nom collectif (17) sous le nom « Favier et Cie (18) », puis décentraliser les ateliers à Fontainebleau (à 50 km au sud de Paris). ... ET MAINTENANT La Société Favier et Cie emploie 650 personnes et ses produits électroménagers (19) (moulins à légumes, moulins à café ...) sont vendus sur l’ensemble (20) du marché national sous la marque Pulvérix. | | |FICHE (21) D’IDENTITÉ DE L’ENTREPRISE | | ...

Words: 20308 - Pages: 82

Free Essay

Droit de L'Entreprise

...Droit de l’entreprise / Droit fiscal 1 contrôle continu/ 1 partiel (2/3 droit de l’entreprise, 1/3 droit fiscal). Il y a des cas à rendre à chaque séance. (Imprimer à chaque fois son cas au préalable). Méthodologie du cas pratique : 1ère phase : préparatoire : -Lire le cas. Relire. -Prétention des parties (Demandeur (attaque, et fait la preuve)/Défendeur.) Si demandeur ne prouve pas, il perd le procès. Le type de demandeur, et de défendeur est important, puisqu’elle détermine les tribunaux compétents. -Qualification juridique =>Traduction du fait en droit. (Remboursement se dit restitution du prix). -Problème juridique. -Enoncer la règle de droit idoine (principe, exceptions). La règle est-elle d’ordre public (impérative (non dérogatoire)) ou bien n’est-elle pas d’ordre public (supplétive (dérogatoire par contrat)). -Faits concernés. (S’il nous manque des éléments, on émet des hypothèses.) -Application du fait au droit. -Répondre à la question. -Réponse à la prétention des parties. 2ème phase : Rédaction -Résumé (mieux que rappel) des faits. (D’après la phase de brouillon : faits concernés). -Prétention des parties -Pb juridique (Le problème posé est…) -Règle de droit idoine (En droit, la règle veut que…) -Application du fait au droit (En l’espèce, Ici, Dans le cas présent) -Réponse à la question -Réponse à la prétention des parties (Regarder l’article 1134 du code civil). En effet, donc… Par conséquent, en conséquence,......

Words: 4449 - Pages: 18

Free Essay

Ntuc Income

...« Éthique Entreprise – Client » I. Le concept d’éthique II. Éthique et droit III. Éthique et Culture IV. Éthique et responsabilité V. Éthique et relations commerciales internationales VI. Marketing et éthique 1 I. Le concept d’éthique A. La distinction : éthique, morale et déontologie B. Les niveaux de l’éthique C. Les différentes approches et les règles d’éthique D. Les différentes relations concernées par l’éthique en gestion 2 A. La distinction : éthique, morale et déontologie En anglais  le terme « ethics » recouvre les trois notions à la fois En français  « éthique » et « morale » – termes équivalents (étymologiquement) :  Éthique : terme introduit en France en 1265, renvoie à une racine grecque – ethos (caractère, mœurs)  Morale : terme introduit en France en 1530, renvoie à une racine latine – mores (coutumes, mœurs) D’où la difficulté à choisir un terme ou l’autre et le débat permanent concernant leur utilisation : éthique ou morale des affaires ?  Certains placent la morale au dessus de l’éthique, d’autres, au contraire, pensent que l’éthique prime sur la morale.  Le débat sur les mots a un sens plus profond : il porte sur l’interprétation acceptée à des niveaux d’abstraction différents. 3 La morale - science du bien et du mal Le bien • Ce qui est avantageux, agréable, favorable, profitable, • utile dans un but donné. • • Ce qui possède une valeur morale, ce qui est juste, honnête, louable. • • Ce qui donne du...

Words: 15576 - Pages: 63

Free Essay

Pharma Analyse

...Analyse sectorielle Secteur de la « Santé / Pharma » 16 Avril 2009 Liminaires • Ce document a pour objet de dresser une analyse prospective de la filière « Santé / Pharma » – ses grands enjeux, ses forces en présence, ses mutations en cours – et de donner à voir des pistes de réflexions / de solutions, en particulier pour les laboratoires pharmaceutiques. • Il est organisé en trois principaux chapitres : • Premier chapitre : diagnostic flash du secteur restitué sous la forme d’une représentation de la • • filière et de ses mutations majeures. Deuxième chapitre : pistes de réflexion / de solution à engager à court ou moyen terme pour répondre aux changements (outre celles d’ores et déjà engagées par les leaders de la filière). Troisième chapitre : analyse détaillée de la filière. • Les abréviations / sigles techniques spécifiques au secteur sont explicités dans un glossaire chapitre 4. 2008 Copyright emoveo sarl. Tous droits réservés 2 Sommaire • 1- Représentation de la filière Santé / Pharma et de ses mutations majeures • Contexte et enjeux majeurs • Tendances de fond et ruptures • Chaîne de valeur et changements induits • Emergence de nouveaux acteurs • 2 - Pistes de réflexions et de solutions • 3 - Analyse détaillée de la filière • Analyse de marché et analyse de l’environnement • Extraits du rapport d’étude « Pharma 2020 : The vision – Which path will you take ? » • Zoom sur les outils CRM Pharma • Fiches d’identité des 15 premiers......

Words: 8260 - Pages: 34

Free Essay

Us G-a-a-P

... Are all the GAAP required in the French context ? Why not ? Document de synthèse Electif : Advanced Issues in Accountancy. Aline HONORE Semaine du 13 au 15 Janvier 2003. Introduction 3 I. Les US GAAP, un référentiel qui semble incontournable. 3 1) Définition. 3 2) Petit historique… 4 3) Comment sont créées les normes américaines ? 4 3) Points Forts et Points faibles. 5 II. Les grands principes du référentiel comptable américain. 5 1) Le cadre Conceptuel 5 2) Les grands principes. 7 III. Les différences existants entre les deux modèles français et américains. 8 1)Tableau synoptique. 8 2) Cas pratiques 9 CONCLUSION 10 SOURCES : 11 Introduction L’environnement comptable international se situe à un moment particulier de son histoire. Du fait du contexte de la mondialisation économique et financière, l’harmonisation comptable internationale devient aujourd’hui une necessité. De grands travaux sont actuellement en cours et l’élaboration par l’IASC ( International Accounting Standards Comittee) d’un référentiel international apparait comme une des alternatives. Pourtant, les Etats-Unis ne sont ils pas en passe d'imposer leurs règles comptables à la planète ? En effet, la puissance du référentiel comptable américain, qui bénéficie de qualités intrasèques, à savoir la présence prépondérente des Etats Unis sur la scène internationale et du dynamisme de son économie, semble vouloir perdurer après l’adoption d’un référentiel......

Words: 2899 - Pages: 12

Free Essay

L'Égalité Professionnelle

...MBA Management des Ressources Humaines – Promotion 2004-2005 L’égalité professionnelle hommes-femmes : Contrainte légale ou facteur de performances ? « L’égalité ne se décrète pas, elle s’organise » Cristina Lunghi, Présidente Fondatrice d’Arborus Travail réalisé par : Olivier LAVICTOIRE, Laure PELUSO, Patrice VIVANT, Christelle VULLIEN Avec le soutien de Laurent BUTLER , EDF-DEV L’égalité professionnelle hommes-femmes : contrainte légale ou facteur de performances ? Remerciements Nous tenons à exprimer nos remerciements à toutes les personnes qui nous ont soutenus durant ce programme de formation. Nous remercions tout particulièrement : o o o o o o le corps professoral du MBA Christiane Isserte, pour sa constante bonne humeur à nos côtés Les participants pour la richesse de nos échanges Nos sociétés respectives pour leur soutien dans notre démarche Nos conjoints pour nous avoir « supportés » pendant le MBA Les professionnels qui ont pris le temps de nous recevoir : • François Fatoux, Délégué général de l’ORSE, • Rachel Silvera, économiste, maître de conférence à Paris X Nanterre, membre du groupe de recherche MAGE du CNRS, • Evelyne Polzhuber, Chargée de Mission à l’ARACT Ile de France, • Cristina Lunghi, Présidente fondatrice d’Arborus, • Daniel Caille, Directeur Général de Dexia Crédit Local, • Yves Gaillot, Responsable du Recrutement de Dexia Crédit Local, • Michel Berrehouc, Directeur du département Ressources Humaines, Relations Sociales et Cadres......

Words: 49421 - Pages: 198

Free Essay

Flash Technologies

...THESE PRESENTEE A L'UNIVERSITE DU QUEBEC A TROIS-RIVIERES L'EVALUATION DE LA CONTRIBUTION DES PROGICIELS DE GESTION INTEGRES A LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : DEVELOPPEMENT D'UNE METHODOLOGIE PROCESSUELLE PR EV PAR SYLVESTRE UWIZEYEMUNGU JUIN2008 IE COMME EXIGENCE PARTIELLE DU DOCTORAT EN ADMINISTRATION (DBA) OFFERT CONJOINTEMENT PAR L'UNIVERSITE DU QUEBEC A TROISRIVIERES ET L'UNIVERSITE DE SHERBROOKE W 1*1 Library and Archives Canada Published Heritage Branch 395 Wellington Street Ottawa ON K1A0N4 Canada Bibliotheque et Archives Canada Direction du Patrimoine de I'edition 395, rue Wellington Ottawa ON K1A0N4 Canada Your file Votre reference ISBN: 978-0-494-41597-9 Our file Notre reference ISBN: 978-0-494-41597-9 The author retains copyright ownership and moral rights in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts from it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. PR EV NOTICE: The author has granted a nonexclusive license allowing Library and Archives Canada to reproduce, publish, archive, preserve, conserve, communicate to the public by telecommunication or on the Internet, loan, distribute and sell theses worldwide, for commercial or noncommercial purposes, in microform, paper, electronic and/or any other formats. AVIS: L'auteur a accorde une licence non exclusive permettant a la Bibliotheque et Archives Canada de reproduire, publier, archiver, sauvegarder, conserver, transmettre......

Words: 5869 - Pages: 24

Free Essay

Douane

...Mauvais résultats de la douane ivoirienne : Le Fmi épingle la société du gendre de Ouattara - Abidjan.net Accueil MonKiosk.com Sports Business News Annonces Femmes Nécrologie Publicité NEWS News Économie Article ÉCONOMIE Mauvais résultats de la douane ivoirienne : Le Fmi épingle la société du gendre de Ouattara Publié le lundi 24 mars 2014 | Notre Voie Titrologie La douane ivoirienne a réalisé une moins-value de 46,36 milliards fcfa (recettes de 1.129, 55 milliards fcfa contre un objectif de 1.175,91 milliards fcfa ) sur l’exercice 2013. Sur les raisons de ce mauvais résultat, le directeur général des douanes, le colonel-major Issa Coulibaly, a pointé du doigt, notamment, «des difficultés liées au recouvrement, le manque de moyen de sécurité et de communication, le mauvais comportement de certains hommes en armes, l’impossibilité de procéder à des compensations». Selon des sources crédibles proches de la douane ivoirienne, la mission du Fmi, qui séjourne actuellement en Côte d’Ivoire, fait plutôt ressortir que l’une des causes majeures de cette contre-performance réside surtout dans la présence de la société suisse Webb Fontaine Holding S.A. Une société enregistrée à Dubaï avec siège social à Genève (Suisse) et dont la filiale ivoirienne s’est vue octroyer, depuis mars 2013, par gré à gré, une série de contrats opaques (douane, ports et aéroport) dans le marché du contrôle et la vérification des importations en Côte d’Ivoire. Webb Fontaine est en......

Words: 1194 - Pages: 5

Free Essay

Cours

...Les droits de l'homme et de l'environnement Les enjeux environnementaux et la Convention européenne des droits de l'homme Envisager environnement et droit de l'homme pas évident. On ne sait pas bien définir ce qu'est l'environnement...un milieu entourant l'individu, la personne, sujet de droit Droit A l'environnement. A quoi est-ce que ça revient ? L'environnement, on le reçoit. A l'intérieur, on pose un certain nombre d'actes. Environnement, dont l'homme est le maître. Penser à un droit A l'environnement → défendre les droit d'un individu vis à vis d'un environnement dégradé, mal géré. Droit à un environnement préservé et/ou correctement géré. Durant 40 dernières années émerge idée que fondé de penser un droit à l'environnement. Perspective de droit fondamental ? L'homme est le sujet de la convention européenne des droits de l'homme. La convention n'envisage que l'homme et ne l'envisage pas dans son environnement. Difficulté conceptuelle : peu de porte d'entrée dans la famille des droit fondamentaux. Explication de pourquoi la cour européenne des droits de l'homme principale actrice de cette consécration du droit à l'environnement. Peu d'instrument n'a peut accueillir droit à l'environnement car dans cette aire, il y a la Cour. La cour peut se placer dans le préambule de la convention, qui dit que but du conseil de l'Europe passe par développement … Accueil de ce droit à l'environnement La cour va agir et ne se place pas dans situation d'apesanteur. On......

Words: 3216 - Pages: 13